La Russie definit les lignes rouges. Cela risque de sentir mauvais dans pas longtemps.

La Russie a lancé un ultimatum aux États-Unis et à l’OTAN : la fin est proche. Nous attendons.

Le phénomène est sans précédent. Je ne me souviens pas de cas où de telles négociations ont été transférées à nos côtés sur le plan public avec la promulgation d’une liste d’exigences officielles.

C’était une conséquence du fait que les dernières négociations entre Poutine et Biden ont abouti à une impasse : les États-Unis refusent de donner des garanties dans notre zone d’intérêts, mais menacent d’appliquer des sanctions si la Russie défend ses intérêts. La liste des prochaines sanctions financières et économiques nous a également été présentée.

La Russie est obligée d’entamer une conversation différente.

Désormais, les lignes très rouges que les États-Unis et leurs satellites ne devraient pas franchir sont marquées publiquement. De plus, les lignes rouges sont tracées de telle manière qu’il est clair qu’elles ont déjà été franchies. Soit ils battent en retraite volontairement, soit nous devons les forcer à battre en retraite par la force.

Il ne s’agit pas seulement du fait que l’Ukraine et la Géorgie ne devraient pas rejoindre l’OTAN. Le fait est que les États-Unis et l’OTAN doivent fermer toutes leurs installations dans l’espace post-soviétique, y compris les États baltes, doivent arrêter la coopération militaire avec les pays de l’espace post-soviétique. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement de ne pas avoir d’adhésion formelle à l’OTAN pour l’Ukraine et la Géorgie, mais de mettre fin à toute coopération militaire, même en termes de traités bilatéraux. Il a été annoncé que toute l’infrastructure des partenaires occidentaux devrait être ramenée à l’état de 1997.

De plus, il est indiqué que

1. Faire traîner et conclure les négociations est impossible. Les délais sont serrés. Littéralement un mois.

2. Les exigences répertoriées ne sont pas un menu à partir duquel vous pouvez sélectionner des éléments individuels, mais un document complet.

3. Oui, ces exigences peuvent sembler absolument inacceptables pour les États-Unis, mais ce que les États-Unis et leurs alliés ont déjà fait et continuent de faire dans l’espace post-soviétique est inacceptable pour nous.

4. S’il n’y a pas de réponse adéquate, la situation se transformera en un régime de confrontation et une réponse militaire. (Déclaration du sous-ministre Sergueï Ryabkov le 13 décembre).

Permettez-moi de souligner que les déclarations concernant une réponse militaire ne sont pas faites par l’état-major, mais par le ministère des Affaires étrangères. Cela n’est jamais arrivé auparavant.

Comme l’écrit un de mes collègues, il y a un combat au sommet des États-Unis : une partie du cerveau de Biden est en guerre avec l’autre, et la troisième, dans certains afiga, essaie de comprendre ce qui se passe. En même temps, il y a un moment « et si Poutine plaisantait ? Et s’il ne s’agissait que d’une manœuvre, et non d’un demi-tour au-dessus de l’Atlantique ?

De plus, la déclaration est faite de telle manière que les États-Unis ne peuvent pas l’accepter ou seront contraints de prendre nos mesures militaires pour mettre en œuvre ces exigences dans les faits.

Les enjeux sont également importants au niveau national. Un tel niveau d’exigences a été déclaré que si le Kremlin refusait soudainement de les mettre en œuvre, cela causerait d’énormes dommages à la légitimité du pouvoir en Russie. Ce sont des lignes rouges pour les libéraux systémiques au pouvoir et ainsi de suite.

La patience de la Russie est épuisée.
Les États-Unis ne peuvent pas répondre volontairement à nos exigences. D’autant plus dans le contexte d’un consensus anti-russe bipartite, alors que seul le commentateur politique de Foxnews Tucker Carlson est favorable à une véritable coopération. Mais il n’est pas le président.

La Russie met donc les États-Unis et ses satellites dans le même zugzwang. Soit ils cèdent immédiatement politiquement, soit nous poussons la solution par la force. Dans le même temps, même dans la première version, la Russie ne s’engage pas à préserver l’Ukraine.

Le dénouement est proche. Nous attendons.

D’après les dernières déclarations : le ministère russe des Affaires étrangères : Moscou part de l’hypothèse que l’OTAN ne pourra pas écarter les garanties de sécurité proposées en Europe, mais si les propositions sont rejetées, la Russie passera également à un régime de contre-menace.

 

https://vk.com/public177555762?w=wall-177555762_56014

Source InfoFront-Online

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

10 commentaires

Laisser un commentaire