⛔ ALLOCUTION DE MACRON : INCROYABLE QUELLE SURPRISE !

Robert appelle à la « cohérence »

Le maire de Bézier, Robert Ménard, s’est exprimé sur le plateau de CNEWS face à Laurence Ferrari pour lui annoncer qu’il était vraiment temps pour le personnel soignant de se vacciner. Dans la mesure où ce monsieur s’enorgueillit d’avoir applaudi tous les soirs à 20h pour « soutenir » le corps hospitalier en souffrance, cela nous en dit long sur son courage intellectuel.

Les femmes et les enfants d’abord

Le grand François Bayrou appelle à la vaccination obligatoire à toute la population, car il a la hantise que le Covid-19 ne s’abattent sur les enfants, et ceci dès leur plus jeune âge. Est-il seulement au courant que la vaccination n’empêche pas la transmission du virus ?

Le professeur Raoult appelle à vacciner tous les soignants

Dans la mesure où près de 40/50% des nouveaux contaminés sont déjà vaccinés (et qu’il ne sert donc accessoirement à rien de se vacciner, hormis développer de nouvelles souches) à quoi bon lancer une nouvelle campagne de vaccination ? Soit Didier Raoult a reçu un coup de pression d’« au-dessus » et se doit à présent d’être un bon VRP des laboratoires Pfizer soit il perd la raison. Il est à savoir que la police a opéré une descente dans son institut le mois dernier pour en savoir un peu plus sur sa comptabilité qui ne semble pas « apparemment » dans les clous. Une clé de bras de la part des institutions ? Affaire à suivre…

Summer party 2021

Les lieux de divertissement clos sont désormais fermés dans le pays catalan en Espagne et un test PCR négatif ou une vaccination est obligatoire pour participer à des réunions de plus de 500 personnes. Le temps n’est plus à la fête. La prise de risque… c’était le bon vieux temps.

Discours de Macron : ah bon cela vous étonne ?

Passe sanitaire étendu, tests PCR payants, obligation vaccinale pour les soignants…

Ai-je besoin de commenter ?

Cela fait un an que l’on vous a prévenu dans ces colonnes que les vaccins, les confinements et toutes les autres mesures politico-sanitaires seraient inefficaces. Les arguments sont simples : nous pouvons vivre normalement avec ce virus et ses variants en finançant les hôpitaux au lieu de retirer les lits, en protégeant les populations minoritaires à risque au lieu d’enfermer tout le monde et en ouvrant la voie à toutes les médications possibles en dehors des sacro-saints vaccins (Ivermectine, Hydroxycloroquine, Plitidepsine, MIR-19 ou que sais-je encore…).

Tout le reste est futile : de la dictature sanitaire comme des théories complotistes à la noix.

Maintenant, préparez-vous à résister comme vous le voulez ou abdiquez. Pour ma part, je suggère de coupler la dictature sanitaire avec la domination financière dans l’analyse : il est indispensable de commencer à sortir vos capitaux du territoire et à vous débancariser si ce n’est pas encore fait parce que la situation ne va évidemment pas s’arranger. Quant au reste de votre vie physique, c’est à vous de voir.

10 commentaires

  • Comment mettre fin à ce système qui favorise les coquin(e)s, et leur permet d’accéder à des postes de pouvoir, voire même au pouvoir suprême de l’Etat ?
    Faire une nouvelle révolution ? Non.
    Par les révoltes et les massacres, on n’arrive jamais à quoi que ce soit. Très peu de temps après, c’est encore pire. Après chaque révolution, ce sont les mêmes désordres, les mêmes malhonnêtetés, les mêmes gaspillages, les mêmes injustice. Les victimes et les bourreaux ont changé de camp, mais il y a toujours des victimes et des bourreaux. Alors où est le progrès ?
    Faut-il alors destituer le président ? Non plus.
    Rappelons que Macron, qui n’est d’ailleurs qu’un simple exécutant, un pantin, comme tous les chefs d’Etats occidentaux, a été élu « démocratiquement » par une majorité de français.
    Ceci est le principe de la démocratie, régime politique dans lequel le pouvoir est sensé être exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens.
    Mais là où le bât blesse, c’est qu’en réalité la démocratie n’existe pas, n’a jamais existé et n’existera jamais.
    Mais la grande habileté de nos dirigeants est de faire croire au peuple qu’il se gouverne lui-même. Et le peuple se laisse persuader d’autant plus volontiers qu’il en est flatté et que d’ailleurs il est incapable de réfléchir assez pour voir ce qu’il y a là d’impossible.
    C’est pour créer cette illusion qu’on a inventé le « suffrage universel » qui est l’opinion de la majorité supposée faire la loi. Mais ce dont on ne s’aperçoit pas, c’est que l’opinion est quelque chose que l’on peut très facilement diriger et modifier (sondages, attentats, pandémies, etc.). C’est pour cela qu’on a pu dire que l’opinion, c’est l’erreur du plus grand nombre ; « L’avis de la majorité ne peut être que l’expression de l’incompétence », dit également René Guénon.
    En conséquence, le libre arbitre, que nous avons cru si longtemps être le dernier mot du progrès, est, au contraire, une cause de désordre et de discorde si on le donne à ceux qui ne savent pas s’en servir.
    Et si l’ignorant a pu se soumettre à des préceptes imposés arbitrairement, c’est parce que, sentant sa faiblesse, il a eu confiance dans ceux qu’il a accepté pour maîtres, dans ceux à qui il a laissé le soin de penser pour lui. Mais celui qui se sent fort veut savoir le pourquoi des actes qu’on lui impose.
    Donc, la solution n’est pas de destituer Macron, puisque le problème est systémique et non humain : mettre quelqu’un d’autre à la place de Macron ne changera rien, cela ira peut-être même en empirant : d’un point de vue morale, voyez l’évolution des présidents de la 5ème république et, en parallèle, celle de la situation économique, sociale et morale de la France.
    Le régime politique actuel, qui consiste en un choix fait par une majorité d’individus de plus en plus ignorants et abêtis, permet de mettre à la tête de l’État des individus qui, d’une manière assez évidente aujourd’hui, ne servent plus que des intêret privés, généralement les puissances d’argent . Faisons remarquer que les présidents de la RF sont de plus en plus jeunes, et il y a une raison à ceci. Aussi, rappelons qu’il n’y a rien n’est plus étranger à la sagesse que la jeunesse ; elle est le bras séculier de tous les despotes, la matière première de tout militantisme extrême. Dans notre société démocratique et humaniste on encense la jeunesse, alors qu’elle est avant tout grégaire. C’est pour quoi les tyrans on tant besoin d’elle (Young Leaders, Macron, Zuckerberg, Greta, etc.).
    La phrase qui dit : le peuple n’a que les dirigeants qu’il mérite, est la vérité.
    En définitive, la démocratie ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus.
    C’est pourquoi le pouvoir politique (et religieux d’ailleurs) s’est toujours fondé volontiers sur l’ignorance du peuple et s’accroît d’autant que les esprits sont faibles, les gens incultes.
    La solution réside assurément dans la fin définitive de ce régime qu’est la démocratie, et donc dans l’arrêt complet de « l’alimentation » de ce système, c’est-à-dire en commençant par s’abstenir de voter, ainsi qu’un nombre grandissant de citoyens l’ont déjà compris : il n’y a qu’à constater le nombre des abstentionnistes aux dernières élections régionales. Le vote électronique, évidemment facile à truquer, est un moyen de contourner l’abstention « physique » et réelle.
    En vérité, toute élévation du type humain demande un régime aristocratique. Non pas celui que l’histoire nous montre, issu du pouvoir de la force ou du hasard de l’hérédité centralisée en une seule main, et qui peut être despotique ou imbécile, mais dans celui d’une « Aristocratie de l’Esprit ».
    La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect et rend les petits insolents. C’est pour quoi la conception « égalitaire » si chère au monde moderne, c’est-à-dire la négation de toute hiérarchie, est intimement liée à la démocratie ; le fond même de l’idée « démocratique » c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement.
    Et de l’égalité nous passons à l’uniformité, si désirée actuellement par ceux qui, paradoxalement, nous rappellent perpétuellement les « heures les plus sombres de l’histoire ». Et de l’uniformité nous arrivons à « l’homme-robot » si fantasmé par les « maitres du monde », car les robots ne vivent pas, n’ont pas d’intériorité et ne connaissent qu’une loi, celle des tyrans qui les manipulent. Et, finalement, nous aboutissons au transhumanisme dont certains prozélites du système oligarchique actuel et autres vendeurs d’élixir de jouvence modernes font la promotion, tel le dégénéré Laurent Alexandre : « Dieu n’existe pas encore : il sera l’homme de demain, doté de pouvoirs quasi infinis grâce aux nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives. L’homme va réaliser ce que seuls les dieux étaient supposés pouvoir faire : créer la vie, modifier notre génome, reprogrammer notre cerveau et euthanasier la mort. » (Le Monde du 03/11/2015).
    Il n’y a effectivement que les naïfs et/ou les incultes pour avaler de telles abérrations.
    Le temps est venu de se redresser, de se mettre debout, non plus pour le « choc des épées », mais pour les luttes fécondes de la pensée.
    Debout ! pour la lutte contre une invasion plus redoutable que celle de l’étranger, la lutte contre le matérialisme, le sensualisme, le laxisme, l’ignorance, l’immoralisme, et toutes leurs conséquences : l’abus des jouissances, la ruine de tout idéal contre tout ce qui, lentement, nous déprime, nous énerve, nous affaiblit, nous prépare à l’abaissement, à la chute.
    Debout ! travaillez et luttez pour le salut intellectuel de notre pays et le relèvement de l’humanité !
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lebienetlemal.html

  • keg

    14/07/2021 – « Org. Nations », la solution à partir de 2022 !
    https://wp.me/p4Im0Q-5ac
    La guerre civile commence ce jour (14 Juillet 2021). J’en porte l’étoile jaune après et avec le masque jaune !

  • papy

    macron encourage l’évasion fiscale …
    https://www.7sur7.be/monde/moderna-utilise-des-structures-d-evasion-fiscale~a42306db/

    Vous êtes obligés de vous faire vacciner par un produit dont les seules études ont été produites par des gens qui contournent la loi pour planquer le pognon gagné par ce produit … Ayez confiance …

  • Leveilleur

    Une connaissance à moi, infirmière de Toulouse, m’a dit que si la vaccination obligatoire passait pour les soignants, elle et ses collègues de travail étaient prêts à démissionner, c’est hélas ce qu’il va se passer pour beaucoup de gens. Les hôpitaux et les commençants auront beaucoup à perdre si le gouvernement impose le vaccin et le pass sanitaire, parce que beaucoup de gens ne l’accepteront pas.

    • userseb

      surtout pas démissionner…. il faut retarder
      et forcer l’employeur a faire les procédures, vous avez plus de chance par la suite de voir des jurisprudences par la suite et faire valoir leur droits.

      Courage à tous… nous sommes le ‘nombre’…portons nos couilles (ou donnons notre cul pour jouer au bilboquet)

      • Cyrildu44

        oui il faut aller jusqu’au bout des procédures ; en Italie, des soignants ont eu gain de cause au tribunal après avoir été licencié pour non vaccination.
        Depuis, plus aucun licenciement au vu que ce que ça leur coute à l’Etat Italien, et surtout pas de généralisation de la vaccination.

  • Il y a longtemps que les lanceurs d’alerte avaient prévu ce qui arrive là.
    Pour le moment, pas de loi, pas de décret. Donc ce n’est que du vent.
    Je ne vois jusque-là que:
    – démission, oui, mais à condition que ce soit en bloc.
    – retirer tous les gamins de l’école, s’organiser pour les faire garder…
    – Boycotter les commerces, fêtes, foires, salles de sport… qui exigeraient le PS.

    Sion, je suis de ton avis, Userseb, laisser traîner. Pas sûr qu’il y ait un cerbère à l’entrée de l’hôpital pour vérifier les PS. si tel est le cas, si un soignant est interdit d’entrée, tout le personnel ressort et fait un piquet de grève le temps de prendre une décision, que le dirlo se pointe, ou je ne sais qui.

    Idem pour les salariés d’entreprises, les commerces, les centres médicaux, commerciaux…
    Quant aux parents, ils ont encore du temps pour s’organiser, faire appel aux anciens…
    Si nous ne sommes pas solidaires, c’est foutu !

Laisser un commentaire