Le projet franco-allemand MAWS déjà en train de sombrer?

Source Observateur-Continental

Un rapport secret allemand a été découvert concernant le projet Scaf et avait confirmé notre analyse. Observateur Continental titrait le 8 juin dernier: «Le projet Scaf déjà en train de sombrer?». Maintenant, c’est au tour de l’autre projet franco-allemand MAWS d’être sur le point, aussi, de sombrer.

Le Bundestag a approuvé lors de la session du 23 juin l’acquisition pour 1,43 milliard d’euros de cinq avions P-8A Poseidon des Etats-Unis en tant que «solution provisoire» de remplacement de ses vieux P-3C Orion. Hier, c’est la ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer qui a confirmé cet achat aux Etats-Unis. La construction d’une défense européenne forte et concrète se fait sans la France. 

Deuxième gifle pour la stratégie militaire française. La ministre française des Armées, Florence Parly a montré une position rassurante lors de la conférence de presse conjointe du 20 avril dernier avec Annegret Kramp-Karrenbauer, la ministre allemande de la Défense, en parlant, «d’une grande confiance mutuelle et d’un partenariat opérationnel éprouvé entre nos deux pays» ou que «nous poursuivons depuis 2017 un objectif extrêmement ambitieux: doter nos armées respectives d’un nouvel avion de combat commun (…) le Scaf». Le 23 juin dernier, Florence Parly publiait, alors que le Bundestag approuvait lors de la session de ce même 23 juin l’acquisition pour 1,43 milliard d’euros de cinq avions P-8A Poseidon des Etats-Unis sur son compte Twitter: «Le Bundestag vient d’approuver une étape cruciale pour la construction du Scaf et de notre futur avion de combat européen opérationnel en 2040» ; «Il sera le fer de lance de notre puissance aérienne»; «Nous continuons de bâtir une défense européenne forte et concrète».

L’Allemagne achète cinq P-8A Poseidon. Dans un communiqué de presse du 30 juin, le ministère des Affaires étrangères indique que l’Allemagne achète  cinq
P-8A Poseidon. «La ministre de la Défense, Kramp-Karrenbauer, s’est entretenu mercredi [ce 30 juin] avec le secrétaire américain à la Défense Austin et a exprimé sa joie que l’achat de cinq P-8A Poseidon pour les forces armées allemandes puisse être lancé», indique le communiqué, précisant que «le secrétaire Austin s’est félicité de cette décision après que le comité du budget [au Bundestag] a approuvé l’achat la semaine dernière [23 juin]». Ainsi, «le processus de vente militaire à l’étranger (cas FMS) est maintenant lancé et un contrat est en cours de signature». On apprend que «cette acquisition, d’un volume financier de l’ordre de 1,1 milliard d’euros, permet de maintenir la capacité impérative et ininterrompue d’effectuer des reconnaissances en mer à longue portée et une chasse sous-marine à grande échelle et aéro-soutenue». En plus des cinq avions, le contrat comprend également l’équipement de mission et de communication associé, un besoin initial de pièces de rechange et d’accessoires, des dispositifs d’essai au sol et des outils spéciaux, un système de soutien à la mission et un soutien technique et logistique. 

Une étude allemande a privilégié la technologie américaine. «Après l’achèvement des mesures de modernisation du P-3C Orion en juin 2020, la Bundeswehr était menacée d’un déficit de capacités qui ne pouvait être toléré», indique le communiqué allemand pour justifier de son choix: «Pour cette raison, la Bundeswehr a réalisé une étude de marché qui a inclus toutes les plateformes disponibles sur le marché». Les stratèges allemands informent qu’ «en plus de couvrir les besoins opérationnels, cette analyse a également pris en compte toutes les interactions sur le projet de coopération franco-allemande Maritime Airborne Warfare System (MAWS)» et qu’ «avec le choix du P-8A Poseidon, une solution intermédiaire puissante a maintenant été introduite». «Après s’être retiré du projet P-3C Orion, l’avion [ cette «solution provisoire» ] sert à maintenir la capacité d’effectuer une chasse et une reconnaissance à longue distance rapides et à longue distance des sous-marins aéroportés pour la période de 2025 à 2035», tient-on préciser à Berlin. En fait cette «solution provisoire» voulue par Berlin semble devenir la solution finale d’un choix stratégique militaire même si les autorités allemandes indique que «par la suite, le projet de coopération franco-allemand Maritime Airborne Warfare System (MAWS) doit être repris». Après le projet Scaf en train de sombrer c’est au tour du projet MAWS de couler.

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

2 commentaires

Laisser un commentaire