Après la pandémie, Pfizer voit une « opportunité significative » d’augmenter de 900 % le prix des injections annuelles de COVID-19.

Merci Kalon

Source Le Saker Francophone via Sputnik News

Les récents commentaires d’un haut responsable du géant pharmaceutique Pfizer mettent en évidence la manière dont l’entreprise cherche à faire de la Covid-19 un pilier durable de son modèle économique, notamment en augmentant considérablement les prix de ce qui pourrait devenir des rappels annuels, ainsi que les effets possibles d’une troisième dose.

Avec la vaccination de masse en cours, on commence à envisager la fin de la période pandémique de la Covid-19. Cependant, une fois que la propagation mondiale incontrôlée de cette maladie sera terminée, que se passera-t-il ensuite ? Pour le géant pharmaceutique Pfizer, basé à New York, c’est à ce moment-là que les gros sous commenceront à arriver.

La semaine dernière, lors de la Barclays Global Healthcare Conference, le directeur financier de Pfizer, Frank D’Amelio, a exposé aux investisseurs le plan de l’entreprise visant à augmenter de près de 900 % le prix de son vaccin contre le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de la Covid-19, lorsque les gouvernements cesseront d’être les principaux acheteurs de leur vaccin, produit conjointement avec la société allemande BioNTech.

« Sur la base de tout ce que nous avons vu jusqu’à présent, nous pensons qu’il est de plus en plus probable qu’une revaccination annuelle aura lieu », a déclaré M. D’Amelio jeudi, ajoutant qu’il s’agirait très probablement d’un rappel à dose unique.

Il a ajouté que, jusqu’à présent, le prix du vaccin a été dicté principalement par les « besoins des gouvernements », qui souhaitent obtenir suffisamment de doses pour vacciner gratuitement l’ensemble de leur population.

« Au fur et à mesure que nous passons d’une situation de pandémie à une situation endémique, les forces normales du marché commenceront à s’exprimer. Et des facteurs comme l’efficacité, la capacité de rappel, l’utilité clinique deviendront très importants, et nous considérons cela, très franchement, comme une opportunité significative pour notre vaccin du point de vue de la demande, du point de vue des prix, étant donné le profil clinique de notre vaccin », a déclaré M. D’Amelio, ajoutant que « nous pensons que lorsque la situation passera de pandémique à endémique, il y aura une opportunité pour nous ».

Lorsqu’une maladie devient endémique, cela signifie qu’elle est là pour rester et qu’elle continuera à se manifester périodiquement dans certaines parties de la population. C’est notamment le cas d’une maladie comme la grippe, pour laquelle un rappel annuel du vaccin est souvent recommandé.

Le mois dernier, M. D’Amelio a déclaré aux analystes de Wall Street que Pfizer obtenait actuellement 19,50 dollars par dose, mais il a fait remarquer que « ce n’est pas un prix normal, comme celui que nous obtenons habituellement pour un vaccin – 150 ou 175 dollars par dose… Allons au-delà d’un environnement de prix pandémique, l’environnement dans lequel nous sommes actuellement : De toute évidence, nous obtiendrons davantage en termes de prix. » Il s’agit d’une multiplication par presque neuf du prix.

L’année dernière, Pfizer a réalisé 15 milliards de dollars de recettes rien qu’avec les produits liés à la Covid-19, a ajouté M. D’Amelio. Il a insisté sur le fait que « notre objectif est toujours d’être très prudent avec le capital de nos actionnaires, mais aussi d’en maximiser le rendement ». En effet, jeudi, la valeur de l’action de Pfizer augmentait de 3,6 %, augmentation que Fox Business a attribué aux commentaires de M. D’Amelio.

Le PDG, Albert Bourla, a déclaré que la société refusait de prendre de l’argent fédéral parce qu’elle « voulait garder Pfizer en dehors de la politique« , dépensant 1,5 milliard de dollars pour la recherche sur les vaccins, mais l’administration Trump a également envoyé à Pfizer 1,95 milliard de dollars en juillet 2020 via l’opération Warp Speed – l’un des plus gros contrats de ce type dans le cadre du programme – pour les 100 premiers millions de doses du vaccin, qui n’ont pas été livrées avant décembre. En décembre, puis en février, les États-Unis ont à chaque fois acheté 100 millions de doses pour le même prix.

En novembre, le ministère de la santé et des services sociaux a révélé que l’accord passé avec Pfizer n’incluait pas de droits sur la propriété intellectuelle du vaccin pour le gouvernement.

En d’autres termes, l’argent public a aidé Pfizer à livrer un vaccin à usage public, que la société va maintenant chercher à transformer en une nouvelle vache à lait pour la poignée de riches investisseurs privés qui détiennent la majorité des actions Pfizer.

Morgan Artyukhina

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

6 commentaires

  • ensuite le coup du covid-19 ayant fait beaucoup de fric il passeront au covid 23.

    • Avatar Sully-Morlandimus

      Thierry, le scénario pourrait être plus subtil que ça !
      Certaines sources ne cessent de nous bassiner sur un scénario tangible de rappels vaccinaux semestriels….
      D’autres nous parlent de tempêtes cytoquiniques post-vaccinales avec un décalage temporel de ….14 à 18 mois.
      Ces deux hypothèses s’opposent et donc s’annulent.
      L’origine des sources est intéressante. Pour la première c’est plutôt du côté des obtenteurs, donc comme dirait l’autre  » il n’y a pas de fumée sans feu » et conséquemment on peut en déduire que les gugus sont parfaitement informés du déroulé d’une liste pré établie de variants. Variants bizarrement toujours plus virulents car dans la vraie nature les mutants perdent en virulence SYSTEMATIQUEMENT. Or, la première vague de variants que nous connaissons présente un aspect légèrement plus virulent mais en aucun cas MOINS virulent. Donc nous sommes en droit de douter d’une origine NATURELLE desdits variants.
      La deuxième hypothèse semble émaner d’une sphère de scientifiques que l’on pourrait identifier comme étant très sur SA réserve vis-à-vis de la thèse officielle.
      Perso, je souscrirais plus à un scénario où l’aspect d’IMUNODEPENDANCE pourrait constituer la pierre tarpéienne d’une conspiration mûrement réfléchie. Il y aura certainement des antidotes contre les Tempêtes cytoquiniques, mais pas pour tout le monde. La sélection par le fric ,d’une part, et d’autre part comme l’actuelle mise en scène d’une pénurie de vaccins sur télécommande semble le dessiner, il y aura des réseaux de distribution particulièrement hermétiques. Les IMUNO INDEPENDANTS pourraient se voir donc infliger des salves de variants toujours plus virulents pour au final, se voir contraints de se ranger dans le troupeau des imunodépendants. Et le tour pourrait être ainsi joué. Sauf que, au sein de cette tribu il y aura et il y a déjà beaucoup de guérisseurs à même de déjouer ce genre de plan machiavélique. Et rira bien qui rira le dernier. Je pense que la ligne de fracture est déjà entre les imuno-indépendants et les candidats à l’immunodépendance. En le formulant ainsi, ceux que ça amuse de nous rabaisser au rang des comploooooootistes, se verraient qualifier d’imunodépendants et là ça pourrait en faire réfléchir un plus grand nombre. Il s’agit bien d’un engrenage dans lequel, de gré ou de force, nous serions TOUS résignés d’y mettre notre santé. Le cynisme ouvert de certains dirigeants politiques trahit ce genre de scénarios. Ils pensent déjà avoir gagné la partie. Pauvres idiots, ils sous estiment les ennemis qu’ils sont en train de générer. Inutile de se référer à Sun-Tzu pour savoir que cette arrogance non camouflée annonce déjà une défaite TOTALE desdits conspirateurs !

  • Avatar mat40

    Merck travail sur une pilule ,,,

    La nouvelle pilule de traitement COVID-19 pourrait être disponible cet été

    https://www.abc15.com/news/coronavirus/new-covid-19-treatment-pill-could-be-available-this-summer

    Pfizer aussi ,,,

    Pfizer commence les essais humains d’une nouvelle pilule pour traiter le coronavirus

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-03-23/pfizer-begins-human-trials-of-new-pill-to-treat-coronavirus

  • Avatar caillou14

    Tous les labos de la planète sont entre les mains de la mafia soutenus par les politiciens !
    Ces cols d’un blanc douteux ne pensent qu’à faire du fric !

  • Avatar behappy

    Le vrai problème que j’ai vu se manifeste https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Sanofi a délocalisé la R&D
    L’institut pasteur n’a même pas été capable de faire un vaccin dans sa spécialité
    Non seulement la France va perdre des milliards, de l’avance technologique et pire, va dependre des labos étangers qui sont a la pointe de la technologie https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    • Avatar Sully-Morlandimus

      La France, la France……..ce n’est plus une question de souveraineté cette histoire. Les intérêts sont transnationaux par le biais des sociétés qui gèrent les unités de production. On se focalise sur la couleur du pif au Pinocchio alors que le débat devrait ailleurs. Là oui, Pauvre France, franchement !!

Laisser un commentaire