Ukraine – Zelensky, la guerre et le piège de la propagande

Par Rostislav Ichtchenko pour Ukraina.ru (Traduction Christelle Néant pour Donbass Insider)

Encore récemment, il y a six mois tout au plus, aucun expert n’aurait jugé significatif le danger que représente l’intensification de l’action militaire de l’Ukraine dans le Donbass. Aujourd’hui, il ne fait guère de doute que Kiev va provoquer une guerre. Le seul débat est de savoir si cela se produira dès le printemps ou plus tard, et si le Donbass peut être considéré comme le seul lieu de provocation possible, ou si la Crimée, la Transnistrie, la frontière ukraino-biélorusse, ainsi que la section de la frontière ukraino-russe dans les régions de Kharkov, Soumy et Tchernigov doivent également être considérées comme telles.

Que s’est-il passé pour que les évaluations de la perspective d’un passage de la crise ukrainienne à une phase chaude changent autant ?

Tout d’abord, il faut garder à l’esprit que la provocation d’un conflit avec la Russie ou la Chine a été lancée par les États-Unis. Washington est arrivé à la conclusion que d’ici trois à cinq ans (c’est-à-dire d’ici la fin du mandat de l’actuel président américain), l’Amérique perdra tout espoir de succès en cas de conflit militaire direct avec Pékin et Moscou (sans parler de la forte probabilité de leur coopération). De l’avis de leurs propres experts, les États-Unis ont déjà perdu la compétition financière et économique. Cette opinion est confirmée par le fait qu’au cours des cinq dernières années, Washington n’a même pas essayé de respecter les règles du jeu dans le domaine financier et économique, contraignant ses alliés actuels à des conflits économiques avec Moscou et Pékin. Ayant perdu l’avantage (bien que conditionnel) de la force, les États-Unis perdront leur dernier argument, après quoi leur défaite passe d’un état de forte probabilité à un état d’inévitabilité.

L’Amérique voit une échappatoire dans le fait d’entraîner la Russie ou la Chine dans un conflit de grande ampleur avec la participation de ses alliés, tandis que les États-Unis eux-mêmes tenteront de s’abstenir, dans un premier temps, de prendre part aux hostilités actives, en apportant un soutien moral et technique aux alliés. Il y a deux scénarios à Washington. Dans le premier, les hostilités prennent un caractère prolongé, sapant le potentiel de la Russie et de la Chine et permettant à l’Amérique, au stade final, de jeter ses capacités dans la balance (sans nécessairement s’engager dans la guerre, mais en menaçant de recourir à la force) et de renverser la situation politique du monde en sa faveur. En gros, les États-Unis ne rechigneraient pas à répéter l’exploit de la première et de la deuxième guerre mondiale, où tout le monde a perdu sauf l’Amérique.

Dans la deuxième option, les alliés de l’Amérique seraient vaincus par Moscou et Pékin relativement rapidement et sans grande tension, mais le résultat serait une impasse dans laquelle les vainqueurs détruiraient les marchés qui auraient dû leur donner un avantage économique sur les États-Unis. En d’autres termes, l’administration américaine pense que la guerre permettra à Washington, au pire, de ramener la crise mondiale actuelle à un point mort, préservant ainsi le potentiel pour le prochain round de la lutte pour l’hégémonie.

Pour mettre en œuvre cette stratégie, les États-Unis ont besoin de bellicistes, car il est clair que ni la France, ni l’Allemagne, ni le Japon, ni l’Australie n’attaqueraient la Russie ou la Chine de leur propre chef. Il est nécessaire de créer des conditions dans lesquelles ils ne pourraient pas se soustraire à une action militaire en vertu de leurs obligations envers leurs alliés, et parce qu’un conflit militaire affecterait leurs propres intérêts.

Les États-Unis tentent d’utiliser la Corée du Sud (en provoquant un conflit avec la Corée du Nord), Taïwan et, avec moins de succès, le Vietnam et les Philippines (qui ont des différends non résolus concernant la souveraineté sur des groupes d’îles dans la mer de Chine méridionale) comme des fauteurs de guerre contre la Chine.

Les pyromanes de la frontière russe devraient être les États baltes et la Pologne, en essayant de faire exploser la Biélorussie, et la Géorgie, où les Américains tentent de ramener au pouvoir l’opposition, qui considère Saakachvili comme son chef. Il n’est pas exclu que les affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais puissent être utilisés pour déclencher une grande guerre en Transcaucasie, mais après le déploiement de soldats de la paix russes au Karabakh, cette option est devenue beaucoup plus difficile à mettre en œuvre. Les tentatives de déstabilisation de l’Asie centrale se poursuivent, mais pour exploiter pleinement leur potentiel, les États-Unis doivent assurer leurs arrières en Afghanistan et, jusqu’à présent, Moscou l’emporte sur Washington, même si ce n’est pas de beaucoup, dans ses négociations avec les Talibans.

Comme nous pouvons le constater, l’Ukraine est le maillon clé de cette stratégie, car elle constitue un lien entre les théâtres d’opérations militaires biélorusses et caucasiens. En outre, Kiev dispose du moyen le plus facile de faire passer les conflits gelés vers une phase chaude. La façon la plus simple de le faire est dans le Donbass. Enfin, l’UE étant déjà impliquée dans la crise ukrainienne, il sera plus difficile pour Paris et Berlin d’éviter d’être entraînés dans un conflit avec la Russie au sujet de l’Ukraine. En outre, nous pouvons nous attendre à une action active, au moins en Ukraine occidentale, de la part de la Pologne, qui est membre de l’UE et de l’OTAN et dont les problèmes seront encore plus difficiles à ignorer. Outre la Pologne, il est possible d’impliquer les pays baltes dans la crise (le déploiement de troupes américaines, pour lequel les pays baltes et les Polonais ont tant insisté, devrait être financé, sinon par de l’argent, du moins par une participation à ces aventures).

Ils espèrent que la Géorgie soutiendra activement le bloc anti-russe sur le plan politique (il est peu probable que Tbilissi ose une action militaire après 2008), et que le Kazakhstan percevra douloureusement un conflit à grande échelle entre la Russie et l’Ukraine, car il en fera l’expérience lui-même. Le nord-ouest du Kazakhstan est l’ancienne terre des cosaques, et lorsque Poutine a parlé de « cadeaux » de la Russie aux républiques soviétiques dispersées, il n’avait évidemment pas que l’Ukraine à l’esprit.

Deuxièmement, les dirigeants ukrainiens se trouvent dans une situation extrêmement difficile. Zelensky n’a pas réussi à obtenir la poursuite des prêts du FMI, et rien n’est prévu pour boucher le trou correspondant à un tiers du budget. De plus, en raison de l’incapacité des autorités ukrainiennes à lutter contre la pandémie de coronavirus, ce trou menace de gonfler pour atteindre les 2/3 du budget – les entreprises font faillite, la base d’imposition diminue, le départ des expatriés pour travailler à l’étranger s’est réduit, ce qui signifie que le flux de devises a également diminué. Les autorités désormais impopulaires tentent de renforcer leur position en passant à une dictature ouverte. Les méthodes dictatoriales de gouvernance et la terreur contre l’opposition sont motivées par la « guerre avec la Russie ». Les militants de l’opposition sont massivement désignés comme « agents du Kremlin » et accusés de haute trahison.

En conséquence, la position des radicaux d’extrême-droite, qui ont toujours prôné une guerre ouverte avec la Russie, s’est renforcée. Les plus fous d’entre eux ont cru (certains le croient encore) que l’Ukraine pouvait gagner une telle guerre.

La plupart d’entre eux, en revanche, pensent que l’Occident prendra assurément la défense de Kiev si la guerre est officiellement déclarée à Moscou et qu’il l’aidera à gagner le conflit (c’est-à-dire gagner la guerre pour l’Ukraine). Le seul problème est de démontrer une agression non provoquée de la part de la Russie.

À cette fin, depuis le début de l’année, Kiev a adopté la tactique habituelle consistant à intensifier les bombardements contre le Donbass et à organiser des affrontements sur la ligne de contact. Le pari était que, tôt ou tard, les défenseurs du Donbass perdraient leurs nerfs et réagiraient de manière si vive qu’on pourrait faire passer cela pour une offensive russe.

Dans le même temps, le déversement d’information et de propagande dans la société ukrainienne a commencé. Les autorités ukrainiennes ont réussi à obtenir le soutien de 42 % de la population pour une solution militaire à la crise du Donbass. Dans le même temps, seuls 25 % s’y opposent. En outre, 37,4 % des citoyens ukrainiens sont également favorables au retour de la Crimée par la force. Seuls 27 % sont contre. La préparation informationnelle et politique de la guerre par Kiev est pratiquement terminée.

Troisièmement, un certain nombre d’événements se sont produits, désagréables pour l’Ukraine et l’Occident, mais peu susceptibles de faire annuler la guerre :

1. La Russie a fait remarquer à la France et à l’Allemagne le manque de volonté et l’incapacité de Kiev à mettre en œuvre les accords de Minsk et les a invitées à adopter une position plus constructive vis-à-vis de leurs pupilles. Paris et Berlin ont tacitement reconnu leur incapacité à faire évoluer la position de Kiev.

2. Le Donbass, manifestement avec le consentement de Moscou, a revendiqué le statut d’État à l’intérieur des frontières des régions de Donetsk et de Lougansk.

3. Les autorités de Donetsk et de Lougansk ont donné l’ordre aux milices populaires des républiques non seulement de commencer à répondre aux bombardements, mais aussi d’ouvrir le feu sur les positions ukrainiennes « de manière préventive ». Moscou, Paris et Berlin ont gardé le silence sur cette affaire.

Ainsi, Kiev a été pris à son propre piège. Les volontaires ukrainiens ont commencé à signaler régulièrement des morts et des blessés par « éclats d’obus et blessures par explosion ». À cet égard, nous faisons référence aux explosions de mines dans des cas exceptionnels, et les forces armées ukrainiennes subissent principalement des pertes dues à l’artillerie des républiques. Jusqu’à présent, Kiev ne s’y intéresse pas particulièrement car, comme indiqué plus haut, la Russie a réussi à obtenir le silence de Paris et de Berlin sur la question ukrainienne.

Mais, premièrement, les États-Unis vont évidemment essayer au maximum de pousser leurs alliés à faire des déclarations anti-russes lors du sommet de l’OTAN en cours. Deuxièmement, Kiev ne peut ignorer longtemps la situation actuelle. Les forces armées ukrainiennes sont habituées à tirer sur le Donbass pratiquement en toute impunité. L’état actuel des choses est extrêmement inquiétant pour le personnel des unités qui subissent le feu de l’artillerie républicaine. Vous devez comprendre que la plupart des militaires sont les mêmes travailleurs expatriés qui ont seulement décidé que l’alcoolisme des tranchées et le divertissement sous forme de bombardement de zones résidentielles sont plus intéressants que la cueillette de fraises en Pologne. Ils ont signé un contrat avec l’armée ukrainienne afin de tuer pour de l’argent (s’ils ont de la chance, également pour voler), mais pas du tout pour mourir.

S’asseoir dans les tranchées sous le feu de l’ennemi finit par dégrader l’armée ukrainienne, qui est déjà loin des sommets du moral. Si elle n’est pas envoyée à l’offensive à temps, elle pourrait spontanément battre en retraite. En outre, les néo-nazis et autres radicaux ne comprendront pas les autorités si elles adoptent une attitude passive.

Ainsi, la situation diplomatique, militaire, politique, financière et économique globale impose aux autorités de Kiev d’intensifier les opérations de combat dans le Donbass. D’ailleurs, les Américains ne se soucient pas de savoir si l’Ukraine tiendra longtemps ou si elle sera mise en pièces d’un seul coup. Ils pensent qu’ils gagneront dans les deux cas. Seule l’indécision personnelle de Zelensky et de certains de ses conseillers empêche aujourd’hui Kiev de débloquer rapidement le conflit dans le Donbass. Mais la lâcheté est mauvaise conseillère. Aujourd’hui, Zelensky a plus peur de la guerre, et demain il aura plus peur que les nazis mettent le feu à la porte de son bureau.

En outre, le régime de Kiev vit toujours dans un climat de provocation, et pas seulement sur la ligne de contact dans le Donbass, mais aussi à la frontière avec la Crimée, où des exercices provocateurs sont organisés. La provocation est une arme à double tranchant. Pendant une hystérie militaire, les événements deviennent facilement incontrôlables et commencent à évoluer selon leur propre algorithme (non calculé par les provocateurs). Plus la tension est élevée, plus le danger d’une collision accidentelle qui déclenche une conflagration majeure est grand.

C’est pourquoi la plupart des observateurs estiment aujourd’hui qu’il existe un risque élevé que l’Ukraine déclenche des hostilités à grande échelle. Comme l’a écrit Barbara Tuckman à propos du début de la Première Guerre mondiale dans « Les canons d’août », « personne ne voulait la guerre. La guerre était inévitable. »

Après tout, il est clair depuis longtemps pour tout le monde que la crise ukrainienne ne peut être résolue de manière pacifique. L’Ukraine n’est pas prête pour cela. Par conséquent, la reprise de la guerre n’est qu’une question de temps et de lieu choisis par les parties concernées.

Rostislav Ichtchenko

Source : Ukraina.ru

Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

3 commentaires

Laisser un commentaire