La France sauvée par des auteurs de science-fiction ?

Faire appel à des auteurs de SF, qui ne pensent pas comme tout le monde, pour imaginer des options de défense de la France ? Ne vont-ils pas être étiquetés conspis eux ? Partagez ! Volti

*******

Source Observateur-Continental

L’armée française met en place une Red Team pour envisager les guerres du futur. La fiction dépasse la réalité ou la réalité est devenue de la science-fiction.

La preuve en est la situation actuelle où nous vivons avec le virus de maintenant. Dans le domaine des conflits, pour se préparer aussi jusqu’à l’inimaginable, comme l’indique BFMTV, «les militaires français font désormais appel à la Red Team Défense, un commando spécial créé à l’initiative du ministère des Armées».

Des auteurs de science-fiction. «Ces experts ne sont pas des guerriers qui ont forgé leur expérience sur le terrain ou dans le monde cyber», mais «il s’agit de dix spécialistes de la science-fiction* (auteurs, scénaristes, dessinateurs et de designers) sélectionnés parmi des centaines pour imaginer ce que pourraient être les conflits entre 2030 et 2060», précise BFMTV.

Le site officiel de l’armé française Red Team (à noter: le titre en anglais et non pas en français), lui, signale avoir «présenté les travaux de la Saison 0 au Digital Forum Innovation Défense le vendredi 4 décembre». En cliquant sur le bouton «Replay», on découvre un début très furtif d’animation qui se veut digne de celle du dernier Cyberpunk avec un logo rouge et gris avec trois étoiles, faisant penser à un logo de l’Armée rouge ou à celui d’un service de l’armée chinoise. 

Au début, cela commence avec un présentateur portant un masque blanc protégeant sa bouche et son nez et qui annonce que l’équipe de la Red Team est constituée de dix auteurs et scénaristes. «Leur mission est d’imaginer les menaces qui pourraient mettre en difficulté la France et ses intérêts à l’horizon 2030-60», explique-t-il. La Red Team a imaginé les pirates du futur et comment, ils opéreraient».

Le directeur de l’Agence de l’innovation de défense, Emmanuel Chiva (docteur en biomathématique, plus de 20 ans dans les domaines de l’intelligence artificielle et dans la simulation militaire, entrepreneur dans le milieu de la Défense) et Cédric-Denis Rémis (vice-président en charge du développement de L’Université PSL, diplômé de MINES ParisTech-PSL, titulaire d’un doctorat en Science et Métier de l’ingénieur et membre du programme Européen «40 under 40 – European Young Leaders»), qui sont en charge de ce tout nouveau projet militaire, sont présentés. Le slogan est de «voir autrement» et de «se tenir prêt» et «anticiper» pour «défendre», les «intérêts», «l’intégrité», «la souveraineté», «de la France».  

La ministre des Armées, Florence Parly, arrive sur le plateau portant un masque noir, rappelant que la réalité se couvre du récit de la science-fiction ou que la réalité est devenue de la science-fiction. «La Red Team, c’est le symbole de l’ouverture du ministère des Armées en matière d’innovation. C’est renverser la table. Accepter de changer de perspective et de voir ses convictions bouleversées», déclare-t-elle lors de la présentation de leurs premiers travaux dévoilés lors du Digital forum innovation défense. On apprend qu’ à l’initiative du ministère des Armées, la Red Team travaille sous l’égide de l’Agence de l’innovation de défense (AID) en coopération avec l’Etat-major des armées (EMA), la Direction générale de l’armement (DGA) et la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS).
 
La Red Team étudie différents scénarios en s’appuyant sur des données démographiques, climatiques, scientifiques et militaires. Les deux premiers analysent, sous la forme de romans graphiques, les conséquences démographiques, économiques et géostratégiques provoqués par le changement climatique. L’un envisage la population mondiale divisée entre ceux qui ont une vie encore fixe sur la terre ferme et des apatrides obligés de vivre sur des villes flottantes qui pour survivre attaquent les bases terriennes. «Comment faire face à ce conflit asymétrique?, est, par exemple, la question posée par la Red Team.  

Emmanuel Chiva, directeur de l’AID, qui pourrait, lui aussi être une figure d’un récit issu, par exemple de la Guerre des étoiles (Star Wars), surtout avec son petit masque noir anti-Covid19 sur son visage imposant, indique que «nous sommes prisonniers de notre mental quotidien» et que «pour percer le mur de l’imaginaire, il faut faire appel à des personnes qui pensent en dehors du cadre» et que, comme il l’indique, «les auteurs de science-fiction sont de ceux-là». Une chose positive. L’Etat français reconnaît que les gens qui ne pensent pas comme les autres et qui ne voient pas le monde comme la majorité des gens, c’est à dire comme l’école et justement l’Etat l’imposent aux individus, sont certainement la clef qui va nous permettre de faire face à notre avenir proche et lointain. La Red Team indique rester maître de ces scénarios, mais s’appuie sur des informations fournis par des experts scientifiques et militaires.

Hélas, à notre connaissance, pas un seul de ces écrivains de science-fiction n’a publié à l’avance ce que la France ou le globe est en train de vivre depuis l’arrivée de la Covid-19 ce que BFMTV n’a, d’ailleurs, pas noté. Il faut, donc, espérer que ces scénaristes aux idées éblouissantes pourront cette fois envisager dans leur cerveau différent des autres, les autres enjeux auxquels la France va devoir faire face. A ce stade, cette Red Team apparaît rentrer dans la longue tradition française de l’amour des gags ou des gadgets.

*Jeanne Bregeon, François Schuiten, Hermès, Laurent Genefort, Romain Lucazeau, Capitaine Numericus, Virginie Tournay, DOA, Xavier Dorison et Xavier Mauméjean

Philippe Rosenthal

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Observateur-Continental

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

8 commentaires

Laisser un commentaire