Christophe Barbier foule aux pieds la liberté d’expression et la Constitution… au nom de la liberté d’expression

« Quitte à changer la Constitution »…. que cet individu devrait relire.. Partagez ! Volti

******

Par Olivier Demeulenaere

Faire repasser, au nom de la liberté d’expression, la loi Avia qui pourtant la supprime et avait été retoquée pour cette raison… Il faut le suivre le Barbier ! Pourtant c’est très simple à comprendre : tout ce qui peut nuire à l’oligarchie en place doit être interdit et réprimé, tout ce qui est promu par elle et sert ses intérêts est à imposer par la force s’il le faut. Nous sommes bien en dictature – et pas seulement “sanitaire”. Vive la peur, le choc et l’effroi comme outils de censure et de contrôle des populations ! OD

(BFMTV, 18 octobre 2020)

« Profitons de cette tragédie pour faire une loi Avia validée constitutionnellement ».

-« Il faut relancer la loi Avia en changeant s’il le faut la Constitution ».

Rappels :

La liberté d’expression selon Christophe Barbier

La liberté d’expression selon Christophe Barbier (suite)

RAPPEL

Constitution du 24 juin 1793

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen

Article 7. – Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s’assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. – La nécessité d’énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

Article 9. – La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent.

Article 12. – Ceux qui solliciteraient, expédieraient, signeraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, seraient coupables, et doivent être punis.

Article 25. – La souveraineté réside dans le peuple ; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.

Article 27. – Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres.

Article 28. – Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

Article 30. – Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.

Article 3 1. – Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

Article 33. – La résistance à l’oppression est la conséquence des autres Droits de l’homme.

Article 34. – Il y a oppression contre le corps social lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

3 commentaires

Laisser un commentaire