Le vaccin de tous les dangers par LHK.

Les psychopathes sont aux commandes.. Partagez ! Volti

******

Par Liliane Held Khawam

Seringue qui devra être pré-remplie du vaccin contre le Covid-19, et scellée. Elle est équipée d’une puce RFID/NFC qui permettra au personnel qui vaccine de répertorier à qui, à quel moment et à quel endroit son contenu a été injecté.

Un vaccin est depuis mars en cours de test sur les humains (phase 1). En mai, on annonçait des résultats qui semblaient positifs. Et voilà que nous venons d’apprendre que ledit vaccin entrait dans sa 3ème phase et qu’il sera testé sur 30’000 volontaires dès juillet.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/moderna-annonce-que-son-projet-de-vaccin-semble-declencher-une-reponse-immunitaire-848086.html
« Un vaccin contre le COVID-19 sera testé sur 30.000 volontaires à partir de juillet ».

Les 3 phases du test*

PhasePersonnes testéesDébutFin
Phase 145 personnes
« jeunes » et saines
mars 2020mai 2020
Phase 2600 personnes sainesfin mai 2020septembre 2020
Phase 3étude / placebojuillet 2020
n.d.
*(Wikipédia et https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/moderna-optimiste-sur-son-vaccin-contre-le-covid-19-1209277)

3ème phase du vaccin expérimental

L’information relayée par la Tribune nous apprend que le vaccin expérimental contre le COVID-19 de la biotech américaine Moderna, cofinancé par le gouvernement américain, entrera dans la troisième et dernière phase des essais cliniques en juillet sur 30.000 volontaires, a annoncé la société jeudi. Cela signifie plusieurs choses:

  • Un temps de développement irréel et irréaliste

La molécule développée ne peut avoir été développée de manière fiable en un temps si court. Selon les dires de Bill Gates lui-même, le développement d’un vaccin a besoin de 5 ans (dans les faits, les professionnels du milieu parlent de 10 ans). Le même Gates visait il y a peu les 18 mois. Alors comment peut-on tester un produit qui utilise une technologie disruptive (expérimentale dont l’efficacité n’est pas prouvée), dont on ne sait rien alors que le lancement de son processus de développement n’a démarré qu’il y a quelques semaines?

  • Un produit basé sur des composants génétiques

Contrairement aux démentis des fact-checkers, Moderna est engagée dans les médecines transformatrices basées sur l’acide ribonucléique messager (ARNm). Elle poursuit la science de l’ARNm. Or, l’ARNm « est une copie simple brin linéaire de l’ADN composée d’ARN, qui comprend la région codant une protéine, encadrée de régions non codantes. Il est synthétisé sous forme de précurseur dans le noyau de la cellule lors d’un processus appelé transcription. (Wikipédia) ». Vous lisez bien. Ce vaccin traite de séquences génétiques.

  • Quid du financement du développement de ce vaccin?

La Tribune nous dit que ce vaccin a été développé dans le cadre de Moderna Therapeutics, par cofinancement entre l’Etat US, mais omet de nous dire qui sont les associés. Dans les faits, la Fondation des Gates est un financeur de poids de cette entité.

https://www.fiercepharma.com/vaccines/bill-gates-plans-to-help-fund-factories-for-7-covid-19-vaccines-but-expects-only-2-will

L’entreprise Moderna Therapeutics

Fondée en 2011, Wikipédia nous explique qu’en 2020, Moderna semble se montrer une des plus rapides dans la mise au point d’un vaccin contre le coronavirus. Dans les faits, Moderna est si rapide qu’en ces jours de juin, Moderna fait entrer son produit dans sa 3ème phase de test sur l’humain (!).

Comment se fier à ces « études » avec  la récente affaire du Lancet? Voici un extrait de l’interview du Professeur Even (ci-dessous):

« Aux Etats-Unis, le Département de la santé a ouvert une vingtaine de procédures pour ce motif à l’encontre de plusieurs firmes ces dernières années. Face aux tribunaux, ces dernières ont été contraintes de révéler la tranche de résultats de leurs études qu’elles gardent secrète. Celle contenant la vraie efficacité et les vrais effets secondaires des médicaments qu’elles vendent. Après comparaison avec les résultats qu’elles publiaient, il est apparu évident que l’efficacité avait été largement amplifiée et les effets secondaires gommés. Ces firmes ont toutes été condamnées à des amendes variant entre 1 et 25 milliards de dollars. »

Les milliards ne comptent pas pour ces gens. Les groupes de la haute finance qui soutiennent ces « études » détiennent des banques qui créent la monnaie contre dettes. Celles-ci sont bien évidemment mises à la charge des Etats. Nous avons donc toutes les raisons du monde de nous inquiéter de ce qui est contenu dans les seringues!

Un vaccin à portée génétique produit en quelques semaines pour la phase test! IMPOSSIBLE!

Revenons à la technologie utilisée pour développer simultanément 3 nouveautés à l’échelle mondiale, en quelques jours. Voici ce qui nous laisse perplexe face au timing de la mise en place de 7 milliards de doses.

  • Un vaccin qui contient un code génétique

Dès le 16 mars, nous apprenons qu’un « vaccin » aurait été testé sur des humains aux Etats-Unis. « Quatre patients ont reçu le vaccin au centre de recherche Kaiser Permanente à Seattle, Washington, rapporte l’agence de presse Associated Press. Le vaccin ne peut pas causer le Covid-19 mais contient un code génétique inoffensif copié sur le virus qui cause la maladie. »

Primo, il y a bien un code génétique dans ce produit. Secundo, on nous dit que ce code génétique est inoffensif. Comment peut-on l’affirmer alors que l’article de la Tribune contient cette phrase incontournable: »La technologie de Moderna, fondée sur l’ARN messager, n’a jamais prouvé son efficacité contre d’autres virus« ?

« Et ce premier essai sur l’homme, financé par le National Institutes of Health, élude une vérification qui serait normalement effectuée – s’assurer que le vaccin peut déclencher une réponse immunitaire chez les animaux. Mais la société de biotechnologie à l’origine de ces travaux, Moderna Therapeutics, affirme que le vaccin a été fabriqué selon un procédé éprouvé. »

https://www.bbc.com/afrique/monde-51959807

L’affirmation que le procédé serait éprouvé contredit l’article de La Tribune. Or, des essais cliniques en juillet sur 30.000 volontaires devraient avoir lieu. Comment ceux qui ont classé l’hydroxychlorochine dans la catégorie vénéneuse autorisent-ils pareille précipitation?

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/un-vaccin-contre-le-covid-19-sera-teste-sur-30-000-volontaires-a-partir-de-juillet-850037.html

Difficile de faire croire à un esprit normalement sain qui connaîtrait un minimum de la vie d’une entreprise (et donc d’un laboratoire) qu’il serait envisageable d’étudier la faisabilité d’un produit nouveau, doté d’une technologie disruptive non éprouvée, et de produire des prototypes non dangereux en quelques semaines, alors que pour un vaccin classique il est admis que si tout va bien il faudrait 5 à 10 ans? Ceci relève d’une impossibilité opérationnelle, et ce malgré tout l’argent du monde!

  • Technologie nouvelle de production du contenant pré-remplie

La seringue relève aussi d’une technologie nouvelle où le produit doit être mis dans le contenant au moment de la fabrication des seringues.

Reprenons. Même si nous supposions que l’on ait réussi à mettre au jour un prototype de vaccin fiable, etc. (ce qui est difficilement imaginable), comment produire 7 milliards de vaccins? Sur quelles machines? Le timing est lui aussi invraisemblable.

Il faut savoir que vous ne pouvez commencer la fabrication des 7 milliards de seringues (contenant) avant la fin du test du vaccin (contenu) puisque contenant et contenu sont fabriqués simultanément. Ils doivent donc attendre que la phase 3 du vaccin soit testé AVANT de fabriquer le produit fini en quantité astronomique!

  • Une seringue dotée d’une puce RFID

Là aussi nouvelle difficulté de logistique. Il faut fabriquer 7 milliards de puces en un temps record, mais aussi mettre en place la plateforme connectée à l’ensemble des vaccinateurs de la planète, et qui peut recevoir les données relatives à 7 milliards d’individus. Titanesque.

  • Injections prévues pour la fin de l’année pour les Etats-Unis

La société en charge de la chose pour les cobayes américains s’appelle Apiject. L’interview de la CEO ici:

Fox news https://video.foxbusiness.com/v/6156879589001/#sp=show-clips

Je vous conseille de regarder aussi cette autre vidéo (sous-titrage disponible dans les différentes langues.)

Je vous recommande particulièrement le passage à 2 minutes qui vous indique l’insertion d’une puce RFID/NFC dans l’emballage qui permettra de savoir qui a reçu quelle injection.

Pourquoi a t-il été prévu que les seringues soient pré-chargées? Pourquoi faut-il savoir qui a reçu quel contenu de seringue? Qui pourra informer sur le contenu de ce liquide à l’heure où les accusations sont là quant à la présence dans les vaccins de nanoparticules dangereuses pour la santé? En tout cas pas le Swiss Vaccine Research Institute à qui la Confédération suisse veut couper les fonds (ICI)!

Un argent pléthorique

En 2016, la fondation Gates a versé des fonds substantiels à Moderna Therapeutics. Normal puisque l’un des fondateurs de l’entreprise Moderna est Kenneth R. Chien du Karolinska Institutet (ICI) et professeur à Harvard. Or Karolinska et Harvard sont bénéficiaires de la générosité des Gates.

D’ailleurs, voici ce qui figure sur le site de Moderna.

Les 4 asset managers globaux à la tête des actionnaires de Moderna

De toute manière, cette entreprise a été introduite en bourse (Nasdaq sous le sigle MRNA), et de ce fait, elle bénéficie d’argent pléthorique. Et qui sont les top 10 des actionnaires et/ou de leurs représentants? Nous retrouvons immanquablement nos 4 incontournables gestionnaires:

moderna actionnaires

Regardez comment son action a été multipliée par 3 depuis le 21 février 2020, soit AVANT que l’OMS ne classe le 11 mars 2020 le Covid 19 dans la catégorie « pandémie »

Des questions sans réponses

Bref, il faut accepter un vaccin dont on ne sait rien, financé par ceux qui ont dépossédé notre système financier et économique, ainsi que nos législations centrés sur l’intérêt public au profit de normes commerciales privées? Quelles sont les limites de la dépossession mise en place par la haute finance internationale?

Dans la mesure où le timing est manifestement irréaliste, il faut se poser la question si le dispositif global n’a pas été planifié avant l’arrivée du Covid 19. A l’image de la loi fédérale -contraignante- sur les épidémies votée il y a 7 ans!

A l’heure où un produit dont les conséquences sont inconnues sur la santé de l’humanité est porté par des lois contraignantes en faveur de la vaccination, et qu’en parallèle une molécule connue du corps médical, prise par 500 millions de patients, est interdite, il y a lieu de dire non à une science qui semble tous les jours un peu plus frelatée. Un contre-pouvoir porté par des scientifiques indépendants des big pharmas doit être organisé. C’est urgent!

L’interview ci-dessous du Professeur Even est édifiante, et elle est à mettre en perspective avec les informations vues précédemment.

Liliane Held-Khawam

Complément

Clark Kent
FOX DÉNONCE BILL GATES, PREUVES À L’APPUI

4 commentaires