COVID-19: Dogmes et droits humains

La raison du plus fort est-elle la meilleure ? Partagez ! Volti

******

Par Dr Dr Pascal Sacré pour Mondialisation.ca

Je pense que ce qui se passe est terrible. Le virus Covid-19 bien sûr, qui est une réalité. Ensuite la dictature mondiale qui s’en vient, imposant couvres-feux et vaccination de masse.

Je suis particulièrement en croisade contre ça, la pensée unique, le dogme médical ou politique, l’autoritarisme, plus que contre les décisions en elles-mêmes.

Je me doute qu’un politicien, aujourd’hui, en partant du principe qu’il est honnête (ou en tout cas essaie de l’être, peut-être le cas de notre première ministre belge Sophie Wilmès) n’a pas la vie facile, il faut prendre une décision sur le vif, sachant qu’on sera critiqué quoi qu’on fasse et on ne peut pas attendre, peut-être poussé dans le dos par de mauvais conseillers ou en tout cas trop partiaux.Cependant, empêcher les discussion, les avis divers, ça, c’est inacceptable, surtout en médecine.

L’arrogance de certains, le mépris, cela je ne le supporte pas.

Au-delà de ‘s’il a tort ou raison’, pourquoi ce feu nourri méprisant à l’encontre du professeur Didier Raoult ? Pourquoi un débat passionnel alors que ce qu’il faut, c’est une discussion rationnelle.


Beaucoup de gens ont encore besoin d’y être directement confronté pour réaliser que nous sommes bien dans une forme de dictature… (Pour ma part, je le sais depuis longtemps, de par mes nombreuses lectures et réflexions)

La science, aujourd’hui, a autant de dogmes que la religion autrefois !

Dogmes = idées qu’on ne peut plus discuter. C’est l’inverse de l’idée qu’on se fait de la science, non ? Et pourtant…

Autrefois : exemple de dogme = la terre est plate, autrefois vérité absolue, ceux qui discutaient, circulez, y a rien à voir, et sinon, le bûcher

17 février 1600, Giordano Bruno brûlé vif par l’Église
22 juin 1633: condamnation de Galilée

Aujourd’hui, époque « moderne » : 2 exemples 

  1. Vaccins = dogme. Vaccinations = question qu’on ne peut plus discuter et les radiations, emprisonnements, diffamations ont remplacé les bûchers mais avec autant de nuisance. Impossible de discuter rationnellement de leur intérêt, de leur rapport bénéfice/risques, au cas par cas, à tête reposée.
  2. Cholestérol et leur traitement (source de revenu gigantestque pour l’industrie pharmaceutique) = dogme.  Impossible de discuter ces faits sereinement, tout de suite, vous avez droit à la stigmatisation, la culpabilisation, des attaques contre la personne et non sur le fond…

Encore une fois, c’est sans présumer de qui a tort ou a raison, je veux juste souligner que certaines questions « scientifiques » ne peuvent même plus être discutées, comme les dogmes religieux d’autrefois, usurpant la notion même de science qui est « normalement » remise en question permanente sans préjugé ni croyance comme en religion.

Pour la question du confinement des populations, aujourd’hui, en 2020, c’est aussi le cas :

Enfermements, intimidations, culpabilisations, ostracismes… On y est ! Pas de discussion, circulez y a rien à voir, confinez ! Et cela, en même pas deux mois de temps !

Covid-19 en Allemagne: quand la police sonne à la porte : un cardiologue arrêté pour… ses opinions !

En Suisse alémanique, le médecin cardiologue, Thomas Binder, a été arrêté chez lui dans la soirée du 11 avril par plusieurs policiers. Le médecin, qui dénonce la gestion de la crise liée au Covid-19, a publié avant son arrestation sur Facebook: « Devant mon cabinet médical, il y a un groupe de policiers  d’Argovie, je vais être arrêté, à l’aide! ». Le journal Aargauer Zeitung confirme cette arrestation, que la rue où habite le médecin a été fermée et qu’il a été interné en psychiatrie. 

Angleterre : La police du coronavirus rentre chez un particulier

Un particulier dont le domicile est violé, pour… suspicion !

Une avocate, Beate Banher, internée en hôpital psychiatrique, parce qu’elle se dressait contre le confinement, qu’elle considère anti-constitutionnel, elle sait de quoi elle parle, elle est avocate spécialisée en droit médical à Heidelberg, Allemagne. Internée en institut psychiatrique pour… ses opinions politiques !

De François Licoppe, témoignage sur Facebook, Belgique

Ce qui devait arriver, arriva

Hier seul avec mon fils assis dans le parc, personne à moins de 50 mètres, les flics nous disent de partir. Il est interdit de rester statique. C’est bien connu si on n’est pas en mouvement le méchant corona peut nous rattraper.

Je refuse d’obtempérer.

La fliquette me demande ma carte d’identité, comme si je me promenais avec ma carte d’identité. Je lui dis que je ne l’ai pas. Elle me le demande une deuxième fois, je lui fais la même réponse. Elle appelle le dispatching, elle veut des renforts.

Deux autres se pointent les voilà à 4 mais ce n’est pas suffisant, la police montée arrive tels les cavaliers de l’Apocalypse. On est encerclé. Les promeneurs s’enfuient. La pression monte, les flics s’adressent à mon fils le montent contre moi, essayent de lui faire peur. Je lui dis de ne rien dire mais il a peur que je retourne au trou alors il lâche notre nom.

Bien sûr tout cela sera dit irresponsable par les mêmes qui hurlent à l’utilité du confinement pour moi c’est une leçon, il sait désormais dès son plus jeune âge (bien trop tôt) que nous vivons en dictature.

Je regrette qu’il doive grandir si vite

La France déploie des drones pour contrôler le confinement,

La France bascule dans un État policier.  1 avril 2020.

Gardez bien ces traces, ces liens, ce n’est qu’un échantillon.

Cela ne se passe pas en CHINE ou en Corée du Nord, mais en… Belgique, Allemagne, France, Angleterre… Démocraties ? Non. Pour des délits d’opinion, de pensées, d’idées !

Prisonniers politiques, vous pourriez en être un, un jour. Si vous refusez le futur vaccin, la puce, le confinement réédité tous les ans…

Dr Pascal Sacré

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Dr Pascal Sacré, Mondialisation.ca, 2020

Voir aussi:

Vers un nouvel ordre mondial? La crise de la dette mondiale et la privatisation de l’État. La pandémie a-t-elle été utilisée pour précipiter le monde dans une spirale de chômage massif, de faillite et de désespoir? 

4 commentaires

  • Avatar Leveilleur

    « Je pense que ce qui se passe est terrible. Le virus Covid-19 bien sûr, qui est une réalité »

    Franchement plus ça va et moins je suis sûre que le covid-19 est une réalité, je pense qu’on nous le fait croire mais qu’en réalité tout les chiffres sont truqués à dessin et distiller par les médias pour nous contrôler par la peur et ça marche.

    Le virus c’est la peur, rien de plus.

    Avez-vous constatez des gens malades autour de vous ? Et que dire des hôpitaux vides ? Et quoi de mieux qu’une bonne peur pour contrôler tout le monde, et hop, plus de manifestation dans les rues…

    La peur du contrôle des gendarmes qui marchent en étroite collaboration avec les gouvernements nous font nous soumettre par la peur de payer une amende.

    Les élites ont peur et ils instaurent la peur dans nos consciences pour se nourrir de cette peur, car en nous faisant peur nous sommes soumetable à souhait, nous obéissons.

    • Je ne sais pas s’il existe ou non, il est probable que oui. Il a été quand même intentionnellement trafiqué, bien conçu. Peu importe. Le fond est, comme tu le dis, le problème de la peur. Tout a été très bien mené. Il est maintenant intéressant de travailler sur nos peurs.

      – La peur de la maladie: Personne n’apprécie d’être malade, mais à part les hypocondriaques, je ne crois pas qu’on pense à chaque instant qu’on risque d’attraper quelque chose. Et puis, il a bien des méthodes de soins, naturelles, qui peuvent nous aider à pallier ces inconvénients de la vie. Pour le plus graves, il y a toujours des choses à comprendre, c’est là le but de la mal-à-dit.
      Bref.

      – La peur de la mort: celle-là est dite archaïque. Notre cerveau biologique est conçu pour se maintenir en vie coûte que coûte, quitte à déclencher une maladie. Il a son programme biologique et il est intéressant de le comprendre.
      Donc, cette peur-là, il n’y a que les personnes qui ont fait une EMI qui la dépassent en général. Sinon, nous pouvons tout juste comprendre qu’on y passera toutes et tous, qu’on n’y peut rien, et penser à l’après si on le peut. Le Dalaï Lama disait qu’il médite tous les jours sur sa mort.

      – La peur du gendarme: elle nous ramène à la peur de l’autorité (l’image du père). Un père autoritaire nous fera craindre tout ce qui peut représenter le pouvoir. Là aussi il y a donc un travail à faire pour nous apaiser sur ce point;

      – La peur d’avoir à payer une contravention. Elle ramène peut-être à la blessure d’injustice, issue là encore de l’enfance. Si on est vraiment en faute, on n’apprécie pas d’avoir à payer, bien sûr. Ça fait mal au budget ! Mais si ce n’est pas juste, c’est plus dur à digérer. D’où l’importance, ici, de bien connaître le décret et de pouvoir et savoir se défendre.

  • Avatar SANTE

    ENTREVUE EXPLOSIVE DE DAVID ICKE SUR LA CRISE COVID 19 ET LA 5G PARTIE 2
    https://dai.ly/x7tdmid