L’étrange conception de la presse du président de la république

Incroyable, bientôt un clone de Pinochet ou de Duvallier et ses sinistres « tontons Macoute ». Que diriez vous d’une presse étatique, avec la vraie parole officielle élyséenne ? Vous me direz, on l’a déjà avec les médias aux ordres! Et bien non, ça ne suffit pas, il lui en faut une pour lui tout seul, dédiée à son cerveau complexe, une Pravda à son image. Attention!! Parce que, c’est son projeeeeet, il veut censurer/réguler tout ce qui n’est pas info officielle venant de Lui. France!! la dictature est « en marche » …. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Ce sont des vœux assez hallucinants qui ont été prononcés par le président devant la presse.

En substance, les réseaux sociaux c’est vilain. Les gens sont méchants. En plus ils détestent les journalistes, parce que les journalistes ne disent pas ce que les gens veulent entendre. Et que même si la presse n’était pas régulée, tous les journaux feraient faillite.

Bref, il est donc logique de filer des subventions en échange de la diffusion de la vérité et d’informations officielles…. Ce n’est pas dit tout à fait comme cela bien que presque, et cela donne tout à fait la vision des dirigeants sur la nécessaire maîtrise de l’information pour ne pas dire de la propagande suite aux événements « post » gilets jaunes… bien que les gilets jaunes ce ne soit pas tout à fait terminé.

Charles SANNAT

Voir:

Dette mondiale ? 257.000 milliards de dollars !! Pourquoi tu tousses ?

Ficher les locataires pour loyers impayés ?

Baisse du Livret A à 0.5 %. Les députés inquiets. Un problème de paille et de poutre !

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

4 commentaires

  • Avatar keg

    Comment s’appelait celui du Kamerad national socialiste Adolf! (lui aussi un travailleur de force qui était sociable…. et donc incompris des masses.

    C’est quand la suppression de la liberté de penser autrement que ce que tolère le pouvoir? Avant ou après 2022?

    19/01/2020 – https://wp.me/p4Im0Q-3nW
    – Les anciens croyaient avoir poussé loin la Liberté. Coiffés sur le poteau par le p’tit Juju en culottes courtes (Jésus étant déjà attribué), qui n’en est qu’au début de son long règne….

  • Bonne idée ! Il crée une presse à son image, et peu à peu, une fois celle-ci bien installée, il supprime les autres. Ou il leur met suffisamment de muselières pour les mettre au pas. Même si la plupart le sont déjà. Les réseaux sociaux n’ont pas de beaux jours devant eux. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    Mouais… c’est bien vu, ça…

  • Généralisation des violences policières contre les journalistes, suite –

    Les manifestations continuent… et les violences policières contre les journalistes aussi.

    Depuis plusieurs mois, les journalistes sont désormais quasi systématiquement empêchés de travailler lorsqu’ils et elles couvrent des manifestations. Bastamag relève ainsi que « rien que pendant la journée de manifestations du 5 décembre, le collectif Reporters en colère a recensé 24 reporters blessés (des indépendants, et des membres des rédactions de Ouest France, France bleu, du Média TV, BFM, d’une agence de presse turque) dans plusieurs villes. » Malgré ce contexte désastreux, la tension est encore montée d’un cran.

    Comme le raconte Bastamag, « le 7 décembre, le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), affilié à la CFE-CGC, a nommément ciblé cinq journalistes comme étant “les principaux acteurs” d’un “combat anti police nationale”, les qualifiant d’ “imposteur”, de “menteur” ou de “haineux”. »
    https://www.acrimed.org/Actualite-des-medias-violences-policieres-greve-a

  • – France 5 : la rédaction de « C dans l’air » se mobilise et obtient de meilleures conditions de travail – Derrière les sourires en plateau, de mauvaises conditions de travail. Selon Le Parisien (10 déc.), la rédaction de « C dans l’air » travaille en effet avec des « cadences très soutenues, [des] contrats précaires et cinq jours de vacances par an, une autre partie des congés payés étant incluse dans la rémunération. » Des conditions de travail ahurissantes, contre lesquelles la rédaction s’est mobilisée début décembre : « la quinzaine de journalistes reporters en CDDU (contrat à durée déterminée d’usage) est montée au créneau lundi 2 décembre auprès du producteur de la quotidienne afin de lui faire part de leur ras-le-bol. » Une mobilisation qui a payé : « Les reporters ont obtenu le mercredi des jours de vacances supplémentaires qu’ils réclamaient. »