Film : « SOUS LES PAVES, LA TERRE » – La révolution silencieuse…

Sous l’implacable couvercle gris de la matrice, le soleil brille. Les monstrueuses égrégores de ces multinationales prédatrices qui instaurent un pouvoir brutal sur le monde font naître une prise de conscience, une résistance qui s’étend et s’organise.  De plus en plus d’hommes de bonne volonté repensent la société, informent, agissent individuellement ou en groupe. C’est une immense vague de fond que nous sommes invités à surfer.

Ce film que je vous conseille vivement de regarder vous parle de ça, et il donne la pêche. Non ! Tout n’est pas foutu. Il existe des alternatives, ceux qui les ont choisies nous prouvent que c’est possible et… que ça rend heureux.

A faire circuler pour réfléchir et créer des débats.

Galadriel

« Sous les pavés, la terre » vise à présenter des solutions alternatives et valides au modèle socio-économique actuel. Il s’avère qu’il y a urgence en matière d’avenir pour notre planète : il faut redéfinir les possibles, du soutenable au durable. Ce film décrit le parcours d’hommes et de femmes qui à un moment ont changé leur rapport à la Terre. Ce combat pour une Terre vivable commence par notre maison, nos assiettes, une remise en question de chacun de nos actes : Comment se déplacer ? Comment recycler son eau ? Comment construire une maison passive ? Où sont fabriqués nos vêtements ? D’où provient ce fruit ?

Film de Pablo Girault et Thierry Kruger

Ciné Qua Non

Pour toute demande de projection publique, contactez-nous à cqn.films@gmail.com

Source + voir vidéo Les Brins d’Herbe

Voir aussi:

Cultiver vos pommes de terre sans se casser le dos, ça vous dit ?

Conso : Une prise de conscience urgente avant la catastrophe…

Eco-villages : Changer de vie pour se mettre en accord avec ses choix éthiques :

4 commentaires

  • Prenez le temps et visionnez ce film. Il est super !
    Ordinairement, on nous fait un film dont les 3/4 sont un constat de l’état de la Terre, avec des scènes apocalyptiques. Et le dernier quart, c’est un survol des possibilités.
    Ici, juste quelques images. OK, on le sait. On fait quoi maintenant ?
    Les interventions sont intelligentes, les idées constructives. Même si le constat final est que oui, nous le savons bien, nous allons au clash. Mais il y a des solutions personnelles et collectives pour s’en sortir aussi bien que possible, et on en arrive encore et toujours à davantage d’autonomie, à sortir du système le plus possible. Pas d’angélisme. Préparons-nous.
    Bravo à qui a fait ce film, et merci de nous l’avoir fait connaître.

  • GROS

    l’implacable couvercle gris de la matrice

    Mouais. Gris, c’est votre point de vue.
    Là, en ce moment, dans la matrice, je suis en train de bouffer des super grillades au barbecue et de siroter un pastis, sur une terrasse, avec un petit vent sympa, et le gazouillis des cons de piafs, …
    Franchement, la matrice, on a fait pire.

    • Freija Freija

      Mdr le gros beauf dans toute sa splendeur!!!

      Tant que le frigo est plein, tout va bien, n’est ce pas mr Gros??

      Demandez donc pour commencer, au moins mentalement, aux animaux qui ont fini sur votre barbecue ce qu’ils ont pensé de la vie qu »on leur a offert…Est ce que la matrice était vraiment si cool que ça pour eux? N’auraient ils pas aimé eux aussi profité du soleil? Car il est très probable que les êtres que vous avez mangé n’ont jamais vu, sauf sur le chemin de la mort, la lumière du jour…

      A siroter votre alcool…C’est ca le kif de l’homme du 21e s…bouffer et picoller assis à rien faire…
      Et vous n’avez tellement peu de respect pour les choses que vous ne pouvez pas vous abstenir d’insulter les oiseaux…
      Non franchement, même si le cadre est beau, avec les cons qu’il y a qui ne pensent qu’à cultiver leur nombril, cette matrice est bien laide…

      Heureusement nous ne sommes pas tous comme vous…

      Mais vous me direz on s’en fout, tant que le frigo est plein…

  • DTC

    Aaah Pablo et Thierry! Ouais, ce film est sorti y’ a un moment. Très bonne initiative.
    Pablo, souviens toi de quelques escapades dans le nord ouest de la France avec quelques bandes de désobéissants…. si tu me lis: tu es où? La bise