Quelles sont les origines de l’attrape-rêves, ce mystérieux objet amérindien ?

Un petit sujet culturel dédié à JBL1960 qui défend bec et ongles les natifs amérindiens, de même que Résistance71 et son implication dans la traduction des textes fondateurs, pour éveiller les esprits curieux et combatifs, que JBL1960 met en PDF et à disposition de tous gratuitement… Merci à Margaux Carpentier pour ce sujet publié sur DailyGeekShow

Nommés selon des totems animaux, ces clans fonctionnaient comme des petits gouvernements indépendants. Selon le recensement de William Whipple Warren, 21 totems ont été décomptés. Aujourd’hui, les Ojibwés restent le troisième groupe amérindien d’Amérique du Nord. Le peuple et la culture ojibwés sont bien vivants ; chaque été, des « pow wows », rassemblements nord-amérindiens, ont lieu dans diverses réserves des États-Unis et du Canada.

Appelé « asubakatchin » en ojibwé, le capteur de rêves était à l’origine destiné aux enfants. De nombreuses légendes tentent d’expliquer l’origine et le fonctionnement du capteur de rêves. Selon la culture huronne, première nation nord-amérindienne, les humains font tous partie du Grand Esprit, créateur de la nature et des hommes.

Celui-ci nous suggère des rêves afin que nous puissions mieux nous comprendre. Le rêve sert de véhicule permettant l’échange entre l’Homme et le Grand Esprit. Ainsi le rêve est considéré comme l’expression des besoins de l’âme.

Deux légendes reviennent souvent au sujet des dreamcatchers. La première conte l’histoire d’un Amérindien qui partit à la chasse pour aller chercher le repas pour ses frères et soeurs. A la recherche d’un orignal, il traversa rivières et fleuves sans rien apercevoir à chasser. Il décida alors de partir vers une montagne. En chemin, il aperçut une grotte immense et y entra plein d’espoir. Dans la grotte, il sentit un esprit malveillant ; c’est alors qu’une bête horrible surgit. L’homme sursauta et s’enfuit terrorisé.

Le soir même, il n’arriva pas à trouver le sommeil. Dès qu’il s’endormait, il voyait la bête prête à le dévorer. Nuit après nuit, l’homme ne pouvait plus dormir paisiblement. Une nuit, l’homme se leva après un cauchemar et partit vers la forêt. Exténué, il s’endormit sur un sol couvert de branchages. A son réveil, l’homme était impressionné ; il n’avait fait aucun cauchemar. Il aperçut alors une toile d’araignée où perlait la rosée du matin.
Il recommença alors chaque jour et raconta cette histoire à son peuple, qui adopta la même technique.

La seconde légende est bien plus spirituelle. Un jour, un vieux chef lakota, une tribu amérindienne, eut une vision au sommet d’une montagne. Sous la forme d’une araignée, l’esprit farceur et sage d’Iktomi lui apparut. Tout en lui parlant des cycles de la vie, l’araignée tissa sa toile dans le cerceau en saule du chef décoré avec des poils de chevaux, des plumes et des perles. A propos des cycles de la vie, Iktomi expliqua que des forces opposées étaient toujours présentes.

Selon lui, les forces positives pousseront toujours l’Homme vers la bonne direction, contrairement aux forces négatives qui le feront souffrir. Ces forces influencent l’homme dans sa relation d’harmonie avec la nature. Une fois son discours terminé, l’araignée donna le cercle, le premier capteur de rêves, au chef lakota. Selon l’esprit, la toile filtrerait les bonnes idées permettant ainsi aux gens de les exploiter. Ainsi, selon la légende, le dreamcatcher contiendrait la destinée du futur de son détenteur.

L’ATTRAPE-RÊVES CONTIENT LA DESTINÉE DE SON FUTUR DÉTENTEUR

De nos jours, le capteur de rêves s’est démocratisé, perdant ainsi de sa substance spirituelle. Beaucoup de « dreamcatchers » sont désormais fabriqués à des fins commerciales, au grand dam de la communauté amérindienne. Considérant ces pratiques comme une mauvaise forme de l’appropriation culturelle, les Amérindiens ont réussi à mettre en place des lois de régulation. En effet, depuis 1990, l’Acte des arts et de l’artisanat indien réglemente la représentation et le marketing de cet héritage artisanal.

Passionné par la culture et les combats du peuple amérindien ? Venez découvrir ces 15 chefs indiens emblématiques qui se sont battus pour défendre les droits de leurs tribus.

Source DailyGeekShow

6 commentaires

  • Ayus-Ved

    Le peuple du rêve ; les Senoï de Malaisie

    Les Senoï étaient une tribus pacifistes, sans aucune ambition guerrière, qui ne connaissaient pas la violence. Mais le plus extraordinaire était leur équilibre psychologique : le stress, les névroses, les psychoses leur étaient inconnus.
    Leur secret ? Pour Stewart et tous les scientifiques qui les ont étudier : le rêve.

    En effet la particularité majeure des Sénoï était l’intérêt fondamental pour les rêves et l’entraînement au rêve lucide “un rêve dans lequel le rêveur à conscience de rêver”.

    L’éducation Senoï était alors axée sur cette maîtrise du rêve.

    http://artb2014.tumblr.com/post/67582794345/le-peuple-du-r%C3%AAve-les-seno%C3%AF-de-malaisie

  • Je suis bien d’accord le domaine du rêve est bien trop mis de côté dans notre société ou seul règne la matérialisme au détriment de notre âme et son équilibre. Qui est justement mis en danger parce qu’on ne s’en préoccupe plus. Et lorsqu’on apprend à se souvenir de ses rêves ont reçoit des messages, des alertes et mise en garde.

    Le domaine du rêve sert aussi à créer notre propre réalité, de plus le rêve n’est jamais qu’une autre réalité vécue dans d’autres dimension et afflue sur notre réalité physique.

    Merci à JBL pour ce beau sujet et cette belle cause aussi !

    Akasha.

  • kalon kalon

    Je me demande si, finalement, nos rêves ne proviennent’ ils pas d’une défragmentation journalière de nôtre « disque dur » !
    Un moment ou nôtre cerveau remet à leur place, tout les fragments de fichiers que nous avons ouvert dans la journée et qui migrent alors de nôtre « RAM » vers nôtre « ROM »
    Ce n’est qu’un hypothèse mais elle me semble valable.
    L’homme aurait’ il fait le PC à son image et à sa ressemblance tel Dieu le fit avec l’homme ? :-)

    • Freija Freija

      Interessant Kalon!
      Il est vrai que le fonctionnement du cerveau s’apparente de plus en plus au fonctionnement d’un PC…
      Voir l’article sur l’abrutissement lié à l’utilisation du téléphone portable: celui ci requiert près de 20 % de notre RAM pour ceux qui y sont accro….
      Moins de Ram dispo, PC qui rame…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    • Salut!

      On peut aller loin dans ce sens Saint Pierre, la matière première des composants… La pierre angulaire…

      Je te recommande:
      « Le successeur de Pierre »

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • D’ailleurs les travaux du leader de l’IA (un français cocoriiico!) Yann Lecun avait développé dans les 80′ un système informatique en multicouches, en partant d’un « cerveau primaire » et en allant de plus en plus complexe.

        Il est fort intéressant de suivre les évolutions du deep learning, qui se base sur les travaux de pedo psychologie comportementale.

        :)