En septembre une terrible crise mondiale à venir ?….

Quand nous prenons des déclarations ou des évènements dispersés, nous n’y prêtons pas trop d’attention, car il a toujours un semblant d’explication officielle. Si on relie tous ce qui circule avec les dates, et le laps de temps, où ces évènements sont sensés survenir, on peut s’interroger. Donc une fois les points connus reliés, qu’avons nous? C’est ce que nous propose Merlin, qui s’est penché sur le sujet. Ça ne veut peut être rien dire, mais quand il y a un peu trop de coïncidences et d’avertissements, pouvons nous parler de hasard? C’est à vous de voir….

Vous avez sans doute lu comme moi, un peu partout ces alertes qui prédisent le pire pour septembre 2015. Perso, je n’y prêtai pas trop attention, et puis j’ai commencé à me dire ‘’ regarde cela d’un peu plus près, creuse un peu pour voir etc’’… Alors j’ai creusé !

Tout d’abord un petit rappel des faits que l’on trouve sur la toile concernant septembre 2015 : Tout le monde a dut lire ce titre étrange : « Aurez-vous des réserves d’eau et de nourriture pour septembre ?  »

Ensuite on déroule tout un tas d’évènements qui conduisent à expliquer le pourquoi du comment, voici en vrac les plus connus et les plus pertinents, je ne rentre pas dans le détail.

La rumeur semble être partie le 13 Mai 2014, Laurent Fabius a fait une déclaration très surprenante à Washington lors d’une déclaration à la presse au sein du département d’état américain. En présence de John Kerry, notre ministre des affaires étrangères a déclaré qu’il restait 500 jours avant un chaos climatique, sans donner plus d’explications.

Cette rumeur est basée déjà sur une fausse idée, puisque Mr L.Fabius faisait référence au fait que la France a été officiellement nommée pays hôte de la 21e conférence climat en 2015. Une Conférence des Parties aux enjeux sans précédent. Cela se déroulera du 30 novembre au  11 décembre 2015.

Voir ici : Paris Climat 2015

Lire la suite

Un village écolo 100 % open source va pousser cet été dans les Yvelines

Du 15 août au au 20 septembre, une centaine de makers va bâtir un village de la transition énergétique au château de Millemont. Co-fondateur du collectif OuiShare, dédié à l’économie collaborative, Benjamin Tincq est l’un des initiateurs de ce projet baptisé POC 21. Interview.

7598001-11733160

Le projet POC21, qu’est ce que c’est ?

Depuis plusieurs années on voit passer des projets durables très inspirants dans le domaine de l’écologie portés par les mondes de l’innovation open-source, des fablabs et des makers. Par exemple dans l’habitat, avec Wikihouse, cette maison en bois facile à construire et dont les plans sont librement accessibles. Dans les transports, avec Wikispeed, une voiture électrique conçue de manière collaborative par des passionnés du monde entier. Ou encore l’énergie (OpenEnergyMonitor), l’alimentation (Peer-to-peer Food Lab) ou l’agriculture (Open Source Ecology). Toutes ces solutions sont intéressantes mais elles s’adressent à une niche et à un public initié. La question est maintenant de savoir comment faire pour que le grand public puisse être touché par ces projets, les fabriquer, les acheter. Notre objectif est de faire émerger le sujet de l’innovation distribuée dans le cadre du débat sur la transition énergétique, qui s’amplifie à l’approche de la conférence COP21.

Concrètement, comment allez-vous mettre en valeur ces initiatives ?

Du 15 août au au 20 septembre, une centaine de participants vont fabriquer un véritable village de la transition énergétique au château de Millemont, dans les Yvelines, à 45 minutes de Paris. Un appel aux candidatures est ouvert jusqu’au 24 avril et douze projets seront retenus dans les domaines de l’énergie, de l’habitat, de la mobilité, l’alimentation, l’économie circulaire…

Lire la suite

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a adopté une résolution afin de développer une régulation contraignante de l’activité des multinationales. Les pays occidentaux ont voté contre…

Décidément, tout semble indiquer que notre salut viendra des pays du Sud confrontés depuis des décennies à la pauvreté et aux ravages du capitalisme mondialisé, sans même parler de la colonisation. Ces derniers ont présenté au Comité des droits de l’homme des Nations Unies une résolution qui vise à enclencher un processus d’élaboration de normes internationales contraignantes afin de réguler l’action sauvage des multinationales. Malgré l’opposition des pays européens, la résolution a été adoptée et le processus qui va s’enclencher est à ce jour la seule initiative politique internationale de lutte contre la mondialisation débridée et les nouveaux traités TAFTA ou TISA en cours de négociation… Une fois de plus, les pays du sud nous montrent la voie.

Ce jeudi 26 juin, malgré l’opposition de la France, de l’Allemagne et des États-Unis, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU s’est prononcé en faveur d’un projet de résolution déposé par l’Équateur et l’Afrique du Sud afin d’élaborer de nouvelles normes internationales contraignantes sur les entreprises multinationales et les droits humains. Attac France et l’Aitec dénoncent le vote français contre une initiative bienvenue et justifiée, tant il est urgent de mettre fin à l’impunité dont bénéficient les multinationales et garantir l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités.

Lire la suite

1 14 15 16