« Omicron. Les marchés chutent lourdement ! Un vrai Black Friday !!! » L’édito de Charles SANNAT

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Cela faisait longtemps que la bourse de Paris n’avait pas perdu 4.75 % en une seule séance, un vrai Black Friday ! Cela fait, disons plus d’un an, en fait en gros… depuis mars 2020 et le krach boursier lié à la pandémie.

Vous vous souvenez ?

C’était il n’y a pas si longtemps que cela.

Maintenant, nous savons comment réagissent les marchés quand ils pensent qu’il va y avoir de gros problèmes en raison d’une pandémie.

Avant de détailler les conséquences économiques je voulais vous dire deux choses.

La première, c’est « je vous l’avais dit », et mon scénario central est le constat de l’échec de la vaccination et de cette histoire d’immunité collective pour 2022. Bon globalement nous y sommes. Quand on aime, nous ne sommes pas à deux ou trois mois près, l’idée, c’est la grande tendance évidemment. Ce constat je vous l’ai partagé dans le dossier spécial du mois d’août pour mes abonnés à la lettre stratégie. Je vous avais également parlé de cette histoire d’anticorps facilitants l’infection.

La seconde chose que je voulais évoquer, c’est le variant lui-même. Omicron. Il ne semble pas plus létal, loin de là, que le variant delta. Les Sud-Africains le désignent essentiellement comme bénin. Mais cela montre encore une fois, que contre un virus qui mute tout le temps, la vaccination est une chimère, excellent pour les profits de Pfizer et de « big-pharma » au sens large, mais ce n’est pas une stratégie pertinente. Donc nous en sommes revenus presque au point de départ. Nouveau variant. Vaccins inefficaces et « échappement immunitaire », et comme nous avons fermé des lits d’hôpitaux et qu’une grande partie des services d’urgence des petits hôpitaux de ce pays ne fonctionnent même plus normalement, la moindre tension sur le système de soin sera difficilement gérable. Nous allons donc enfermer. Confiner. Mettre des couvre-feux, réduire les contacts sociaux etc.

C’est le retour à la politique enfermiste et moyenâgeuse.

Déjà aux Pays-Bas, on ferme les commerces non-essentiels !

On recommence.

Alors les anticipations des marchés sont les mêmes que celles de mars 2020 avec un automatisme plus rapide.

Les actions baissent. Particulièrement les compagnies ariennes et le secteur aéronautique. Mais aussi la restauration collective par exemple. Le pétrole s’effondre puisque la demande va baisser avec l’arrêt des liaisons aériennes qui a commencé. Le Maroc cesse toutes ses liaisons avec la France. Israël également mais avec le reste du monde ! Le monde entier cesse ses liaisons avec l’Afrique du Sud et 7 pays de l’Afrique Australe. Ce n’est sans doute que le début d’une nouvelle phase de restrictions.

Alors en images voici ce que nous avons vu vendredi dernier.

L’indice phare américain plonge.

Les investisseurs vendent les actions et achètent tout de suite des « bonnes » obligations américaines parce que ce sont les Américains qui ont le plus de bombes atomiques, pardon, parce que c’est le « fly to quality », et que les obligations américaines sont une valeurs « refuges ». Oui je sais c’est drôle, mais c’est comme ça…

Quant au pétrole il plonge de plus de 11 % en une séance, ce qui devrait durer si les craintes sur le variant Omicron perdurent. Le pétrole devrait poursuivre sa descente aux enfers mais sans toutefois connaître de prix négatifs comme en mars puisque là, la demande était forte et surtout l’extraction moindre qu’avant pandémie. Mieux les Etats comme la Chine et les US ont ouvert les stocks stratégiques. Il y a donc plus d’espace de stockage. Disons que voir un baril à 35 dollars est largement possible si le bazar Omicron se poursuit.

Enfin, le VIX, lui, monte, c’est normal, c’est l’indice de la peur…

Alors si tout cela baisse et continue à chuter, il faudra vous préparer à « profiter » enfin de cette seconde jambe de baisse que j’attendais depuis des lustres (dernier semestre 2020) et qui est peut-être là. Je dis bien peut-être.

Il va falloir surveiller cela comme le lait sur le feu, car les marchés peuvent également repartir à la hausse violemment, même si quelques jours de corrections jusqu’à mi-décembre ne seraient pas mauvais non plus pour les marchés qui pourraient se faire un rallye haussier pour la fin décembre et assurer ainsi leur bonus de fin d’année.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Articles récents

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

8 commentaires

  • Je vais poser une question sans doute bête mais la finance n’est pas ma spécialité, loin de là:
    Quel est l’intérêt de faire baisser la bourse, pour les « grands de ce monde » qui, pourtant, en profitent ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif
    Début de réponse peut-être: ils se foutent de l’aéronautique, ils ont leurs avions privés.
    Ils se foutent de la navigation, ils ont leurs yachts.
    Ils se foutent de la restauration, ils ont leurs restos de luxe.
    Je ne sais pas. Si vous avez des idées…

    • kalon

      Un peu long à t’expliquer mais les gros y gagent toujours, que ce soit à la baisse comme à la hausse des cours !
      Un film que tu devrais regarder est le film « Le Sucre » avec Depardieu et Michel Piccoli,
      Cela t’amuserait tout en te faisant comprendre ce qu’est la bourse ! ;-)

      • Demeter

        Deja l’exemple de la chute du bitcoin. Tu as beaucoup de bitcoin, et c’est a un prix enorme, 30000$, tu vends a ce prixune forte quantité de BC, cela cree un crashe du cours du BC qui tombe a 5000$, et tu rachetes a bas prix tous les BC plus plein d’autres…
        Double effet kisscool:
        – Tu vends exemple 10 000BC a 30 000$ chacun: benefice 300 000 000$
        – le cours s’effondre a 5000$ le BC
        – Tu rachetes tes BC soit une dépense de 50 000 000$, et apres, le cours remonte…
        – Benefice total: 250 000 000$ au final…
        Ls riches peuvent grace a des infos alarmistes lancer ce yoyo des cours du BC pour s’enrichir, tout en vendant doucement au cours le plus haut leurs BC…

        • Merci pour vos explications, c’est sympa d’avoir pris le temps. Oh, vous avez bien fait, un cours de finances ne serait pas rentré dans mon cerveau, vous avez dit l’essentiel. Merci.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

          • Demeter

            Je ne suis absolument pas specialiste, j’ai peut etre raconté de grosses conneries, mais c’est comme cela que elon musk trafique avec ses BC… et quand on suit le cheminement de la spéculation, tout devient clair.. Mais cette facon de proceder ne vaut que pour les tres riches qui peuvent se planter a perdre des ronds une fois, pas pour le bas peuple qui ne peut avoir qu’un ou deux BC en stock!!!

    • Sully-Morlandimus

      @agnelette;

      Une tendance inflationniste prolongée dévalue de fait et en premier lieu tous les petits et moyens patrimoines, notamment immobiliers et fonciers ainsi que l’épargne.
      Le pouvoir d’achat est également impacté, surtout depuis qu’un certain Jacques DELORT –grand socialiste devant l’éternel — a supprimé le lien entre les calculs d’augmentation du SMIC et l’inflation. Merci du con.
      Les taux d’intérêts par contre, suivent cette inflation avec un caractère presque exponentiel. Ce faisant, les ménages, les entreprises et les collectivités territoriales ainsi que les Etats endettés voient le coût de leurs dettes exploser. Les entités financières qui sont en amont de toutes ces émissions de dettes se mettent alors à acquérir pour que dal 5 sous des patrimoines privés et publics. C’est la foire aux bonnes affaires pour ces dernières.
      Un épisode en stagflation comme celui que l’on connaît doit absolument connaître des pics et des creux afin que dans le monde de la finance, les établissements financiers et d’assurances les plus exposés, les plus petits, viennent à ne plus suivre le jeu des montagnes russes. Ce sont les entités toujours en amont, celles qui par le biais des Banques dites Centrales au sein desquelles elles ont leur part et leurs hommes, qui émettent la monnaie qui ont SYSTEMATIQUEMENT la main sur tout. Actuellement– voir l’article que je vous fait partager– ces monstres de l’arnaque sont entrain de financiariser des richesses de la nature jusque là réputées avoir été des biens( ok) NON ECHANGEABLES. La fondation Rockefeller en tête. Avec tous les regards rivés sur ce virus à la noix, des opérations d’expropriation du champ des biens collectifs sont entrain de se produire dans l’ignorance totale du grand public et des merdias. Désolant !!

Laisser un commentaire