⛔ L’EFFICACITÉ DES VACCINS CONTRE LE COVID-19 EN CHUTE LIBRE MAIS…

La dictature sanitaire continue : le vaccin est de moins en moins pertinent, mais… en marche !

« Ces chiffres représentent vraiment un déclin d’efficacité pour le vaccin de Pfizer/BioNtech, selon les chercheurs de l’université d’Oxford ». DADO RUVIC / REUTERS

Apparemment, l’anti-virus Pfizer est plus efficace que celui d’AstraZeneca, face au variant Delta bien que son efficacité décline sur quelques mois, selon les chercheurs de l’université d’Oxford qui ont pu examiner ces résultats sur un panel de 700 000 personnes.

Pourcentage d’efficacité entre un vacciné et un non vacciné suite à la deuxième dose de Pfizer :

  • 90% d’efficacité le premier mois.
  • 85% d’efficacité le deuxième mois.
  • 78% d’efficacité le troisième mois.

Pourcentage d’efficacité entre un vacciné et un non vacciné suite aux deux doses d’AstraZeneca :

  • 67 % d’efficacité le premier mois.
  • 65 % d’efficacité le deuxième mois.
  • 61 % d’efficacité le troisième mois.

Tout en sachant qu’une étude israélienne a montré que les anticorps naturels de la première vague sont plus efficaces que le vaccin Pfizer, à vous maintenant de choisir le modèle Premium ou Wish.

« Ne t’inquiète pas, ça va bien se passer »

Les gendarmes se font fliquer !

C’est officiel, la vaccination obligatoire s’établit pour les gendarmes à partir du 15 septembre. Sont compris selon la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (la DDGN) :

« Les personnels militaires, d’active et de réserve, en missions de sécurité publique, de sécurité routière, de maintien de l’ordre, de police judiciaire et d’accueil ou effectuant des services au contact du public ou de personnes extérieures à la Gendarmerie ».

Les policiers quant à eux, sont « vivement incités » à se vacciner, bien qu’il n’y ait pas encore d’obligation à ce jour les concernant.

D’un point de vue historique, pour que Révolution se passe, il faut que le corps armé de l’État rejoigne le côté du peuple. Mais si tous nos gendarmes acceptent la (les) piqûre(s) qui leur est imposée et jouissent donc du saint passe sanitaire, ils n’auront plus d’intérêts sociaux communs avec les « gueux » non vaccinés qui manifestent tous les samedis contre le passe-sanitaire.

Ils auront à nouveau tout le loisir de les flash-baller comme de bons vieux gilets jaunes à terme. Nous sommes à un carrefour décisif.

Il en dit trop : virez-le

Les temps sont durs pour les complotistes. Surtout pour les moutons noirs tel le Dr Louis Fouché, anesthésiste de profession, qui dénonce avec virulence sur la toile l’escroquerie du masque et les dangers du vaccin.

L’hôpital pour lequel il travaille, l’AP-HP (service de réanimation à l’hôpital de la Conception à Marseille), a déclaré que son discours était :

« À l’opposé des principes moraux, éthiques, déontologiques et scientifiques de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille ».

Il risque une sanction disciplinaire de la part de son employeur (l’hôpital), mais il a préféré quitter de lui-même le navire, avant que ce dernier ne coule, en démissionnant directement.

Il en fait trop : virez-le aussi

À Marseille, la pression montait dans le même temps progressivement pour Didier Raoult depuis quelques jours. Il s’est finalement vu exclure de l’IHU méditerranée Infection qu’il a fondée et qu’il tenait d’une main de fer depuis près de 10 ans.

Suite à la dénonciation de la « folie » d’un point de vue scientifique que représentent les mesures mises en place par le gouvernement, il a objectivement subi quelques pressions.

Un contrôle fiscal et une (relative) diabolisation des médias -le Dr Annie Levy Mozziconacci l’a invité à prendre sa retraite en toute quiétude sur les plateaux de BFM- il a finalement été poussé vers la sortie par la direction des Hôpitaux de Marseille.

Raoult dénonce notamment un “putsch”.

Couper la tête des leaders d’opinion avant les élections, serait-ce la stratégie ?

Des outils de combat contre les manipulations gouvernementales :

6 commentaires

Laisser un commentaire