« Comment la France se fait bouffer !!! » L’édito de Charles SANNAT

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Notre pays se fait bouffer, véritablement, et sa population, unie dans toute sa diversité se fait couillonner.

Comment ?

Parce que nous ne protégeons pas nos intérêts.

Parce que nous ne pensons pas nos indépendances et nos souverainetés.

Nous en pâtissons tous collectivement.

Nous avons des ressources, importantes.

Nous avons de la matière grise et des idées… pour encore quelques années, mais cela s’étiole, et si nous n’avons pas de pétrole jusqu’à maintenant nous pouvions compenser mais nous devons prendre garde à notre savoir.

Nous avons des moyens, il ne tient qu’à nous à mieux les utiliser.

Souvenez-vous de cette histoire de chars pendant la campagne de 39/40. Je m’en souviens fort bien ! Je n’y étais pas, mais mes pépés, eux y étaient. Nous avions 3 000 chars, et les Allemands aussi.

Nous avons utilisé nos 3 000 chars en 1 000 paquets de 3. Les Allemands, eux, en trois paquets de 1 000. C’est un peu simplifié mais à peine.

Bien souvent l’utilisation des moyens peut faire une immense différence sur les résultats.

Non, ce n’est pas le Covid !

Cette semaine je vous propose de réfléchir à ces histoires de pénuries, qui touche la France, mais pas du tout la Chine.

Non, tout cela n’a rien à voir avec le Covid.

Il y a 6 raisons majeures qui expliquent ces pénuries, elles seront durables, elles seront pénibles, il faudra s’adapter et anticiper, elles vont également alimenter une inflation qui va devenir endémique parce que les pénuries seront structurelles.

Je vous explique l’essentiel dans cette vidéo du grenier de l’éco. Pour ceux qui veulent aller plus loin, vous pouvez vous abonner à la lettre STRATEGIES et vous aurez, en plus de tous les autres dossiers déjà édités, accès à la Lettre intitulée « Les 6 raisons de la pénurie ». Tous les renseignements ici.

Comme vous pourrez le découvrir dans cette vidéo, nous avons un problème avec nos arbres et nos forêts « pillées » (légalement et pacifiquement) par nos amis Chinois.

Si nous manquons de chênes, nous avons pléthore de glands et ce qui est fort dommage, c’est que ce sont les glands qui gouvernent.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Un commentaire

Laisser un commentaire