Des conservateurs alimentaires répandus pourraient nuire au système immunitaire

Source TrustMyScience

Au cours des dernières décennies, l’utilisation d’additifs et produits de conservation a connu un véritable boom dans l’industrie alimentaire. Aujourd’hui, des milliers d’aliments transformés sont stabilisés grâce à des conservateurs et améliorés via des exhausteurs de goût. Des données récentes recueillies à grande échelle ont toutefois montré que certains de ces produits, en plus de leurs effets nocifs précédemment connus, peuvent également impacter négativement le système immunitaire. Alors que la modification des réglementations alimentaires se montre extrêmement lente, les chercheurs tirent un véritable signal d’alarme sur le danger de ces substances.

Un conservateur alimentaire utilisé pour prolonger la durée de conservation d’environ 1250 aliments transformés répandus peut nuire au système immunitaire, selon une nouvelle étude de l’Environmental Working Group (EWG).

Les chercheurs de l’EWG ont utilisé les données de l’Agence de protection de l’environnement sur la toxicité (ToxCast), pour évaluer les risques pour la santé des produits chimiques les plus couramment ajoutés aux aliments, ainsi que les produits chimiques permanents connus sous le nom de PFAS, qui peuvent migrer vers les aliments à partir de l’emballage.

L’analyse des données ToxCast par l’EWG a montré que le conservateur tert-butylhydroquinone, ou TBHQ, s’est avéré nocif pour le système immunitaire à la fois dans les tests sur animaux et dans les tests non animaux, connus sous le nom de tests de toxicologie in vitro à haut débit. Cette découverte est particulièrement préoccupante pendant la pandémie de coronavirus.

« La pandémie a attiré l’attention du public et des scientifiques sur les facteurs environnementaux qui peuvent avoir un impact sur le système immunitaire. Avant la pandémie, les produits chimiques susceptibles de nuire à la défense du système immunitaire contre les infections ou le cancer ne recevaient pas suffisamment d’attention de la part des agences de santé publique. Pour protéger les populations, cela doit changer », déclare Olga Naidenko, auteure principale de la nouvelle étude.

TBHQ et PFAS : des produits particulièrement pointés du doigt

Le TBHQ est un conservateur omniprésent dans les aliments transformés. Il est utilisé dans les aliments depuis de nombreuses décennies et ne sert à rien d’autre que d’augmenter la durée de conservation d’un produit. En utilisant de nouveaux résultats de tests non animaux de ToxCast, l’EWG a découvert que le TBHQ affectait les protéines des cellules immunitaires à des doses similaires à celles qui causent des dommages dans les études traditionnelles. Des études antérieures ont montré que le TBHQ pourrait influencer le bon fonctionnement des vaccins contre la grippe et pourrait être lié à une augmentation des allergies alimentaires.

À l’aide de ToxCast, l’EWG a analysé toutes les études accessibles au public qui montrent comment les PFAS migrent vers les aliments à partir des matériaux d’emballage ou des équipements de transformation. Il s’agit de la première compilation connue de recherches disponibles sur la migration des PFAS des emballages vers les aliments. En 2017, des tests à l’échelle nationale ont montré que de nombreuses chaînes de restauration rapide utilisaient des emballages alimentaires, des sacs et des boîtes enduits de produits chimiques hautement fluorés.

Des études épidémiologiques humaines montrent que le PFAS supprime la fonction immunitaire et diminue l’efficacité des vaccins. Des recherches récemment publiées ont également trouvé un lien entre des niveaux élevés de PFAS dans le sang et la gravité de la COVID. Étonnamment, pour la plupart des PFAS, les résultats de ToxCast ne correspondaient pas aux données de tests sur les animaux et les humains précédents. Cela illustre les limites de cette nouvelle méthode de test chimique. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment les PFAS nuisent au système immunitaire.

La nécessité de mettre à jour les réglementations

L’approche de la Food and Drug Administration en matière de réglementation des additifs alimentaires ne tient pas compte des dernières données scientifiques sur les méfaits pour la santé des additifs qui peuvent être légalement ajoutés aux aliments transformés fabriqués aux États-Unis. L’année dernière, le GTE a publié le Food Additives State of the Science ; une liste des additifs connus pour augmenter le risque de cancer, nuire au système nerveux et perturber l’équilibre hormonal de l’organisme.

Les produits chimiques liés à des dommages pour la santé peuvent être légalement ajoutés aux aliments emballés car la FDA permet souvent aux fabricants de produits alimentaires de déterminer quels produits chimiques sont sûrs. Des additifs comme le TBHQ ont été approuvés par la FDA il y a des décennies, et l’agence ne considère pas les apports récents de la science pour réévaluer la sécurité des produits chimiques alimentaires.

Les aliments transformés peuvent être préparés sans ces ingrédients potentiellement nocifs, les acheteurs doivent donc lire attentivement les étiquettes. Le TBHQ est souvent, mais pas toujours, inscrit sur l’étiquette des ingrédients. Il sera répertorié s’il a été ajouté au produit lors de la fabrication. Mais il peut également être utilisé dans les emballages alimentaires, notamment les emballages plastiques, auquel cas il peut migrer vers les aliments.

La base de données Food Scores de l’EWG aide les consommateurs à trouver des produits fabriqués avec des alternatives plus saines. L’EWG recommande que les tests d’immunotoxicité soient prioritaires pour les produits chimiques dans les aliments et les matériaux en contact avec les aliments afin de protéger la santé publique de leurs effets néfastes potentiels sur le système immunitaire. L’EWG appelle également la FDA à combler le vide réglementaire qui permet aux additifs alimentaires potentiellement dangereux de rester sur le marché.

Source IJERPH VIA TrustMyScience

Voir :

Une protéine naturelle pourrait venir à bout des allergies et des maladies auto-immunes

Les risques liés à la COVID-19 au sein des écoles en Suède minimisés dans un article scientifique ?

COVID-19 : des chercheurs ont enfin compris pourquoi les nouvelles variantes se propagent aussi rapidement

Une étude révèle que la santé des générations X et Y se détériore

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

5 commentaires

  • Avatar behappy

    Un produit catastrophique pour la santé se trouve dans tous les produits non bio : les pesticides
    Et en particulier en condensé, dans les céréales du petit dej, ils peuvent avoir qu’a 300% au dessus de la norme autorisé
    https://www.notre-planete.info/actualites/28-cereales-pesticide-glyphosate
    https://www.youtube.com/watch?v=8iUhqfiielE
    ici c’est montré avec humour mais ce sont certains paysans qui font la promotion du glyphosate
    https://www.youtube.com/watch?v=y2GOWvYpXnU

    Le remède d’après l’EDLT c’est l’éducation, d’après lui c’est la solution pour tout d’ailleurs https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • Avatar CryptoKrom

    Une étude n’est VALABLE QUE dans les conditions dans lesquelles elle a été faites !

     » COVID-19 : des chercheurs ont enfin compris pourquoi les nouvelles variantes se propagent aussi rapidement  » (reprise du lien de l’article )

    https://trustmyscience.com/covid-19-chercheurs-ont-compris-pourquoi-nouvelles-variantes-se-propagent-rapidement/

    –  » études menées à l’hôpital pour enfants de Boston  »
    –  » la structure des protéines S (Spike) »
    –  » la mutation D614G (présente dans les trois variantes)  »
    –  » imagé les protéines S par cryo-microscopie électronique (cryo-EM)  » (quand c’est gelé bin sa bouge pas…alors comment constater une mutation en cours si c’est gelé ?)

    Cette étude n’est valable que pour l’hopital pour enfants de Boston , et sous cryo-EM !

    Ils sont bétes ou quoi ?
    DEHORS….un virus se comporte differement !

    Il a PAS dans cryo-microscope du Soleil, de la Pluie, du Vent, des mains qui se touchent, des objets touchés, differentes Matieres et Ondes, des particules de pollutions, etc…etc…

    ILS SONT CONS ces scientifiques ou quoi ?
    Ils font EXPRES ??

    • Avatar CryptoKrom

      méme lien, contenant:
      « COVID-19 : selon une étude, les personnes qui marchent lentement ont quatre fois plus de risques d’en mourir »

      Article a conflits d’intérets Identité Numériques !!

       » Et il ne s’agit pas d’une petite étude : elle a porté sur 412 596 participants d’âge moyen de la UK Biobank. La recherche a examiné l’association relative de l’indice de masse corporelle (IMC) et du rythme de marche autodéclaré avec le risque de contracter une forme sévère de COVID-19 et le taux de mortalité correspondant. »

      – LA VACHE !! Un demi-million de personne pour une « PETITE » étude…
      et Pfitzer avec 44 000 qui en avait perdu un tiers en route !

      Ohhhh…une BioBank ?
      Ils ont étudier les Pas de leur « élevage » d’organes qui « picorent » dehors ???

    • Avatar CryptoKrom

      méme lien que le premier:

       » Selon une équipe de chercheurs du National Institute for Health Research (NIHR) Leicester Biomedical Research Centre, dirigée par le professeur Tom Yates de l’université de Leicester…….., »

       » Objectif : une identification rapide des personnes les plus à risque  » !!!

      IDENTIFICATION !!

      Le NIHR , VEUX l’Identification des personnes A Risques !

      Ce qu’il veux SURTOUT c’est augmenter son Poulallier d’Organes Sur Pattes pour sa/ses BioBank !!

      De la MARCHANDISE HUMAINE !!

Laisser un commentaire