Le scandale du projet PLUTON de Sanofi

Merci à Nicolai A. Partagez ! Volti

*******

Par Violaine Des Courières pour Marianne via Ciel-Voilé

Sanofi projette d’externaliser six usines européennes, dont deux françaises, dans une entité autonome. Ce projet – surnommé « Pluton » – pose des questions sociales, alors même que le Groupe présente un chiffre d’affaires en hausse de 5,7 % et des perspectives R&D de vaccin contre le COVID-19.

Pluton ». C’est le nom du projet d’externalisation de six usines européennes de Sanofi dans une entité autonome, placée en bourse à l’horizon 2022. En France, deux sites, soit 1.200 salariés, sont concernés. Celui d’Elbeuf (biochimie), situé en Seine-Maritime et celui de Vertolaye (corticostéroïdes et hormones), dans le Puy-de-Dôme. Ces usines produisent des principes actifs, c’est-à-dire des molécules pour des médicaments. Bien sûr, le groupe annonce être actionnaire de cette nouvelle entité. Mais uniquement à hauteur de 30 %. Pour le moment, personne ne connaît l’identité des autres investisseurs – seul circule le nom de la banque publique BPI.

Restructuration

Dans un document présenté aux syndicats le 5 novembre 2020 – que Marianne a pu consulter -, la direction justifie avec enthousiasme son désengagement de deux-tiers de sa production de médicaments. Elle invoque la volonté de créer un « champion européen des API (pour Active Pharmaceutical Ingredient, les principes actifs) ». Selon elle, cette délocalisation massive serait une réponse au « besoin pour l’Europe de recouvrer une souveraineté thérapeutique, comme l’a montré la situation de pandémie Covid-19, en produisant des API critiques localement« . Seulement, ces paroles ne se traduisent pas par la création de nouvelles usines ou des investissements dans les usines existantes.

Le contexte dans lequel ce projet est annoncé fait plutôt craindre aux syndicats des conséquences sociales majeures : « Ces délocalisations s’exercent dans le cadre d’un plan d’économie de 2 milliards d’euros, notamment par l’intermédiaire de suppressions d’emplois et d’externalisations d’activité« , dénonce à Marianne Thierry Bodin, le coordinateur CGT de Sanofi. Pour lui, ces délocalisations ne sont que la suite logique des restructurations de ces deux dernières années. De fait, fin 2018, Sanofi fermait le site de distribution pharmaceutique de Marly-la-Ville dans le Val-d’Oise. En 2019, le groupe externalisait nombre de ses fonctions supports (la comptabilité, les achats, l’informatique…) dont une partie en Hongrie, tandis que le site de recherche et développement de Vitry-Alfortville fermait ses portes.

La suite sur Marianne

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

2 commentaires

  • oliver_speed oliver_speed

    Pluton, Dieu de la mythologie Romaine est Hadès chez les grecs qui est le Dieu de la mort et des enfers…

  • Avatar CryptoKrom

    Secret des affaires ? Secret des scandales plutot !
    Secret des Sectes, Secret des Loges, Secrets par çi, par là…
    Quand on pense que,
    EDF pour son nucléaire fut capable de faire de l’espionnage aussi doué que le FBI,
    et méme envoyer des mercenaires torturer et faire taire des personnes pouvant affecter leurs projets,

    alors avec « QUI » avons nous a faire avec ces géants pharmaceutiques et technologiques et globalistes ?!
    Des Forces de l’Ordre au service de démons…pour un peu plus de salaire et de priviléges ( Protection Santé Mentale !!! )pour eux?
    TOUTE la planéte est corrompue !
    Vaux mieux Prévenir que « guérir » tous ces psychopathes,
    alors continuons a les informer,
    les chouchoutter en payant factures et taxes et impots,
    payez vos geoliers a vous torturer,
    les prévenir de ce que pense et désir faire les refractaires defendant droits et libertés,
    afin d’étre reduit au silence avant méme de finir votre pensée.

Laisser un commentaire