Vers le faux attentat bactériologique

La prétendue pandémie de Covid-19 et les attentats multiples concomitants habituent l’opinion à l’idée d’une attaque terroriste biologique.

Dans notre article [Prochaine étape du coup d’Etat planétaire : la fausse attaque bactériologique] url:https://lesmoutonsenrages.fr/2020/09/08/prochaine-etape-du-coup-detat-planetaire-la-fausse-attaque-bacteriologique/ , nous écrivions : « Nous prenons date et tenons le pari : le coronavirus n’est qu’une étape, et, dans six mois, ou dans trois ans, ou dans quinze ans, nous aurons droit à une ingénierie qui nous fera croire que nous sommes victimes d’une attaque chimique, bactériologique ou virologique, voire nucléaire, menée par de méchants ennemis que, nous dira-t-on, il faudra alors abattre. C’est l’une des raisons pour lesquelles les partis politiques, syndicats, pseudo-intellectuels et autres faillis de la démarche critique, sont impardonnables. Quand un conflit armé sera déclenché sous prétexte d’une attaque ennemie, et que les citoyens acquiesceront en gobant la propagande de guerre comme ils ont avalé tout le reste, la responsabilité en incombera pour une part non négligeable à tous ceux qui ont failli au moment du covid-19 » .

Cette sombre prophétie conclut une série de constats qui la légitiment. Elle apparaît encore plus crédible au regard des événements qui l’ont suivie.

Au Loto du coup d’Etat, chaque case fait gagner un attentat

Contrairement à ce qu’affirment ou écrivent certains, l’ingénierie à laquelle nous assistons, n’est ni intelligente, ni bien pensée, ni rusée, ni subtile. Elle est, au contraire, d’une grossièreté telle que la crédulité des citoyens en apparaît d’autant plus stupéfiante. Ce n’est plus une machination cousue de fil blanc, ce ne sont plus d’énormes ficelles, ce sont des mises en scène qui ne tromperaient pas un enfant de dix ans un peu intelligent.

Annonce du couvre-feu, attaque prétendument islamiste, annonce du reconfinement, attaque prétendument islamiste. Et les populations ne tiquent pas (1) !

Covid-19 = Islamisme !

Cette ingénierie vise à associer, dans l’esprit du public, coronavirus et terrorisme. Pour l’oligarchie, les bénéfices sont nombreux :

1 au lieu de se tourner contre les gouvernants, la colère populaire sera orientée contre l’islamisme, contre l’islam, contre les musulmans, et peut-être aussi, plus généralement, contre les immigrés (immigrés pourtant amenés en France par les mêmes intérêts qui les désignent comme cibles aujourd’hui et qui déclenchent la panique sous toutes ses formes)

2 les citoyens doivent se trouver dans une situation de terreur permanente (2)

3 cette terreur se condense en une espèce d’amalgame mêlant le fantomatique virus et les attentats, puis, in fine, l’islam et le Covid-19

4 du coup, ceux qui rejettent la version officielle des attentats, ceux qui s’opposent à la désignation de l’islam comme coupable, et ceux qui combattent le putsch nommé Covid-19, sont également amalgamés au sein d’une même réprobation officielle. Refuser les mesures liberticides prises sous le prétexte d’une soi-disant pandémie dévastatrice, lutter contre le putsch, ce serait défendre les islamistes qui, paraît-il, commettent des attentats, et cela, à intervalles de plus en plus rapprochés (la multiplication des attaques dites terroristes, parfois plusieurs jours d’affilée, rendant la prétendue menace terroriste permanente, comme l’est la spectaculaire menace du Covid-19, ce qui contribue encore à rapprocher les deux phénomènes). On remarquera d’ailleurs que, s’il y a une épidémie meurtrière, comme on le fait croire, alors, cette épidémie est bien de la même espèce que les terroristes, qui sont eux aussi des meurtriers

5 Pire encore : dénoncer le putsch et ses mesures totalitaires, ce serait être un terroriste soi-même. C’est ici qu’intervient la mascarade de la décapitation.

Comment décapiter un masque, en dix mensonges et une mise en scène

Selon la version officielle, un Tchétchène aurait coupé la tête d’un enseignant français, Samuel Paty, parce que celui-ci avait exhibé en classe un dessin offensant pour le prophète Mahomet.

Il y aurait de quoi beaucoup gloser sur cette énième manipulation, mais, ici, c’est un aspect bien particulier qui nous intéresse.

Il nous a été impossible de trouver sur internet une image ou une vidéo montrant Samuel Paty décapité, aussi parlons-nous sous toute réserve. Mais, en acceptant pour établi un élément qui n’a presque pas été souligné, alors que, s’il est exact, il est d’une importance centrale, Samuel Paty aurait été décapité masqué, et sa tête coupée aurait porté encore le masque anti-Covid.

Si cela est vrai, cela signe le forfait, et seuls des imbéciles peuvent ne pas comprendre qu’un obscur Tchétchène musulman n’avait pas particulièrement intérêt à mélanger ses supposées préoccupations religieuses avec le masque et le coronavirus. Ceux qui y ont intérêt, sont ceux qui veulent introduire une ambiguïté quant aux motivations du prétendu islamiste. Car, enfin, a-t-on arraché le chef de monsieur Paty parce que celui-ci brandissait un dessin de Charlie Hebdo, ou parce qu’il portait le masque ? Les deux, mon capitaine, pensera-t-on si l’on se laisse manœuvrer par ce macabre théâtre !

Montrer une tête décapitée masquée, c’est présenter une image qui résume parfaitement l’amalgame recherché : le terroriste, l’islamiste meurtrier qui tranche la tête, le mauvais, c’est l’ennemi du masque. La victime, le bon, c’est celui qui porte le masque.

Il est certain que cette manipulation grossière doit fonctionner : l’immense majorité de la population étant particulièrement primaire, nul doute que bon nombre de gens ont enregistré le message instantanément :

soit vous contestez le masque et le confinement, alors, vous êtes un terroriste islamiste et un criminel; soit vous êtes du bon côté, vous condamnez la décapitation, vous rendez hommage à cet enseignant, et alors, tout va bien, vous êtes aussi un partisan du masque, du confinement et de toutes les réglementations liberticides qui vont avec.

En résumé, le terroriste, c’est le virus, tout comme le virus, c’est le terroriste. Et, soit vous portez le masque et acceptez le confinement, soit vous êtes à la fois le virus et le terroriste.

Le visage de la République

Cela est particulièrement bien exprimé par monsieur Macron. Il a déclaré que Samuel Paty était « le visage de la république ». Oui, la face de la République, c’est un visage masqué. Dès lors, les amalgames en série dont l’oligarchie use et abuse depuis des décennies, n’ont plus qu’à se dérouler, automatiquement : le masque (et ce qui l’accompagne, c’est-à-dire, en réalité, un régime totalitaire), c’est la République, la démocratie, la liberté; l’opposition au masque (c’est-à-dire la résistance à l’oppression), c’est l’extrémisme, le fascisme, le terrorisme, le meurtre.

Du reste, n’a-t-on pas promulgué, presque simultanément, un état d’urgence sanitaire et un état d’urgence terrorisme ? Voilà qui n’est pas de nature à éviter la confusion entre les deux choses …

L’association virus/terrorisme est tangible aussi quand on effectue une recherche sur internet : nous sommes tombé sur quantités d’articles dont les titres et les contenus mettaient en avant à la fois le masque et la décapitation de monsieur Paty. Tel journal écrit que la rentrée scolaire est placée sous le signe du masque que les gamins doivent porter, et de l’hommage à Samuel Paty; tel autre publie une photo montrant de jeunes élèves qui rendent hommage à l’enseignant, et cela, masqués.

Covid 11-9

L’amalgame terrorisme/virus étant d’ores et déjà effectif, les esprits sont mûrs pour avaler une nouvelle ingénierie, qui sera bien plus terrible encore que celle du Covid-19.

Certains lanceurs d’alerte autoproclamés croient avoir tout expliqué quand ils ont agité l’épouvantail Vaccin.

Certes, il y aura les vaccins, mais il y aura aussi les camps, et pire encore.

Car, un jour, on nous racontera que nous sommes victimes d’une attaque bactériologique, ou chimique, voire nucléaire, perpétrée par des terroristes, ou des Etats. Inutile de pronostiquer qu’alors, les populations accepteront encore plus facilement de rester enfermées chez elles, de la boucler, de se soumettre. Inutile de prédire que les partis politiques, les syndicats, les prétendus intellectuels, les associations censées défendre les droits de l’Homme, se garderont, encore davantage qu’aujourd’hui, de moufter. Ce sera l’union sacrée dans la lâcheté et la bêtise, plus étroite encore qu’aujourd’hui. Une union sacrée dans la guerre, car c’est bien une sale guerre que l’ingénierie Covid-19 est chargée de préparer aussi.

Les crétins nous taxeront de complotisme, de délire.

En attendant, dans notre étude [X-Files annonçait le 11 Septembre 2001 dès 1998 !] url:https://www.eclairages.eu/X-Files-annoncait-le-11-Septembre-2001-des-1998-_a2435.html?preview=1 , nous écrivions : « Les concepteurs du 11 Septembre 2001 ont voulu X-Files dans les années 1990 pour préparer les esprits à leur ingénierie apocalyptique. S’ils ont désiré relancer X-Files en 2016, c’est qu’ils doivent mettre au point une énorme opération à côté de quoi, malheureusement, le 11 Septembre 2001 apparaîtra comme une anodine plaisanterie » .

Nous avons publié cette étude le 30 septembre 2018. Un peu plus d’un an après, le monde découvrait l’ingénierie Covid-19.

Notre analyse était donc prémonitoire, preuve qu’elle visait juste.

(1) Les citoyens/spectateurs ne sont même pas capables de voir des trucs aussi évidents quand le médiocre magicien leur sert un si mauvais numéro d’illusionniste, certes, mais, une fois de plus, on doit fustiger l’attitude honteuse des dirigeants politiques, des dirigeants syndicaux, des soi-disant intellectuels etc : les premiers ne sont guère armés intellectuellement et gobent n’importe quoi, quand les seconds, eux, font semblant de croire à toute cette pantalonnade, tout en sachant parfaitement à quoi s’en tenir. Il en va ainsi de la supposée pandémie comme du prétendu terrorisme : la population y croit dur comme fer, alors que la soi-disant élite, elle, feint d’être dupe et prend bien soin de ne pas éclairer l’opinion publique. Répétons-le : la pseudo-élite sait très bien que nous affrontons un coup d’Etat, un putsch; elle sait très bien que le terrorisme est une ingénierie, que le récit des attentats ne tient absolument pas la route, que l’islamisme est une trouvaille inventée par ceux-là mêmes qui affirment le combattre, que l’épidémie de coronavirus est une fable, mais elle évite soigneusement de le révéler.

(2) quand nous sortons nous promener dans notre quartier, à Paris, le matin, nous entendons, encore et encore, des sirènes, soit de véhicules de police ou de CRS, soit d’ambulances. Cela rappelle le paysage sonore à Paris au moment des attentats – extrêmement troubles, c’est le moins que l’on puisse dire – de Charlie Hebdo. Cette ambiance sonore est délibérément créée afin d’entretenir la peur chez les gens. On leur donne le sentiment qu’ils ne sont jamais en sécurité mais toujours en danger. Les citoyens seront ainsi convaincus d’un péril omniprésent, de chaque moment et à tous les instants, les alarmes et sirènes prouvant, en quelque sorte, et rendant tangibles, perceptibles, l’existence et la persistance, l’ubiquité, du danger de mort. Il faut bien cela pour légitimer un coup d’Etat permanent : un péril monté de toutes pièces, et permanent aussi.

De cette terreur, participent également les messages que l’on entend constamment dans le métro, depuis maintenant plusieurs mois : ces messages rappellent notamment aux passagers que tout est nettoyé avec des agents virucides efficaces contre le Covid. Une telle annonce, qui se voudrait rassurante, est en réalité foncièrement anxiogène : c’est une manière de matraquer le voyageur en ressassant à chaque minute qu’il y a (soi-disant) un virus extrêmement dangereux contre lequel il faut prendre toutes sortes de précautions. Susurrer et répéter que les wagons sont régulièrement nettoyés, c’est bien signifier que l’on est obligé de les désinfecter, en somme, en permanence, et que, si on ne le faisait pas, le passager risquerait la mort.

Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur les annonces diffusées de manière répétitive dans le métro, et qui consistent à intimider le passager.

Plus généralement, il est frappant qu’aujourd’hui, presque partout, le citoyen soit continuellement bombardé de messages menaçants.

Sellami

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

18 commentaires

Laisser un commentaire