« Si Biden remporte les élections, les relations sino-américaines seront réinitialisées » L’édito de Charles SANNAT

On sera fixé bientôt, s’il n’y a pas d’embrouilles avec les votes par correspondance. Partage ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Voilà une question qui mérite d’être posée.

Que se passera-t-il entre la Chine et les Etats-Unis si Biden est élu en novembre prochain  et remplace Donald Trump à la Maison Blanche ?

On pourrait croire que Biden, le mondialiste, sera en rupture totale avec Donald Trump le souverainiste, et que la globalisation reprendrait de plus belle.

Je pense que ce ne sera pas le cas, car la volonté de leadership aux Etats-Unis dépasse et transcende le clivage démocrates/républicains.

La mondialisation a atteint un stade, LE stade, où l’émergence de la Chine définitivement émergée représente une menace existentielle pour les Etats-Unis. Les démocrates auront-ils plus envie d’être dominés par la Chine que les Républicains ? Rien n’est moins sûr.

Voici quelques éléments de réflexion provenant d’un article de CNBC dont je vous propose la traduction et qui répond partiellement à ces questions.

Lisez bien, je vous retrouve après plus bas pour partager avec vous mes commentaires.

« Selon Max Baucus, si Biden remporte les élections, les relations sino-américaines seront réinitialisées ».

SINGAPOUR – Le candidat démocrate Joe Biden traiterait avec Pékin d’une manière « beaucoup plus traditionnelle » s’il remporte l’élection, a annoncé cette semaine un ancien ambassadeur américain en Chine.

« Quand il s’agit de la Chine, je pense que vous verrez un peu de remise à zéro », a professé Max Baucus à l’émission « Squawk Box Asia » de CNBC jeudi. « Vous verrez un président qui s’engagera dans une diplomatie discrète. »

« Il n’utilisera pas son compte Twitter pour influencer la politique étrangère. Il sera plutôt beaucoup plus traditionnel », a stipulé Monsieur Baucus, qui a été nommé ambassadeur en Chine par le président Barack Obama en 2014.

Le président américain Donald Trump a utilisé Twitter pour faire d’énormes annonces pendant son mandat, qu’il s’agisse de l’augmentation des droits de douane sur les produits chinois ou de tests positifs pour le coronavirus.

Monsieur Baucus, qui est membre du Parti démocrate et qui soutient la candidature de M. Biden, a également déclaré que l’ancien vice-président travaillerait avec les alliés des États-Unis à l’Ouest, ainsi qu’avec des pays comme le Japon, la Corée du Sud et l’Australie.

« C’est une grande différence sous un président Biden », a-t-il signalé. L’administration de Trump est considérée comme ayant aliéné les alliés américains.

Les commentaires de l’ancien ambassadeur arrivent alors que Biden continue de mener les sondages par une marge significative. A la veille du débat vice-présidentiel de mercredi, le candidat démocrate a gagné plus de 10 points par rapport à Trump, à 52,1 % contre 41,4 %.

En outre, une enquête de CNBC/Change Research a révélé que Biden est en tête dans les États balancés qui sont importants pour la victoire du Collège électoral.

Si Biden gagne les élections, il travaillera d’abord sur les questions intérieures aux États-Unis, a exprimé Monsieur Baucus. « Biden prendra son temps pour rétablir une relation avec la Chine. Il va d’abord se concentrer sur l’économie américaine, d’abord sur le rétablissement de l’emploi, puis sur la lutte contre le virus ».

Une relation économique « complémentaire »

Baucus a également pesé sur les relations entre Washington et Pékin.

« Même si nous voyons beaucoup de rhétorique politique de haut niveau aller et venir, je pense que la relation est un peu plus solide qu’il n’y paraît », a-t-il convenu.

C’est à cause des investissements et des intérêts commerciaux des deux côtés. « C’est une relation économique complémentaire », a-t-il signifié.

« Les Chinois veulent notre soja pour leurs éleveurs de porcs, ils veulent que les semi-conducteurs soient fabriqués en Chine et nous, les Américains, nous voulons pouvoir vendre notre soja aux producteurs de porcs en Chine. Nous voulons vendre nos semi-conducteurs ».

Dans le cadre de la « phase 1 » de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine, la Chine a accepté de dépenser 200 milliards de dollars de plus sur deux ans pour les biens et services américains. Au mois d’août, Pékin n’était pas en voie d’atteindre ses objectifs, en partie à cause de la pandémie de coronavirus.

Qu’en penser ?

Pas simple, mais à la lecture de cet article en provenance direct des Etats-Unis et où parle un ancien ambassadeur américain en Chine, démocrate et soutenant Biden, je ne vois pas une envie débordante de Biden d’aller se jeter dans les bras de Xi Jinping pour se perdre en câlins mondialistes et libre-échangistes (commercialement s’entend bien évidemment !!).

Baucus commence par expliquer que concernant Biden, « Il n’utilisera pas son compte Twitter pour influencer la politique étrangère. Il sera plutôt beaucoup plus traditionnel ». Certes, mais cela ne fera pas grand changement. Démondialiser en tweettant ou sans tweeter, cela revient dans les faits au même même si la méthode change !!

Plus inquiétant pour la mondialisation cette phrase « Biden prendra son temps pour rétablir une relation avec la Chine. Il va d’abord se concentrer sur l’économie américaine, d’abord sur le rétablissement de l’emploi, puis sur la lutte contre le virus ».

Comprenez qu’il n’y a là rien de prioritaire… Biden s’occupera d’abord de l’économie américaine ce qui veut dire, soit dit en passant, qu’il faut supprimer un peu de concurrence et donc un peu moins d’économie chinoise si l’on veut un peu plus d’économie américaine. Puis il va s’occuper du chômage sans oublier le coronavirus… après on verra pour la Chine.

Dernier élément de réflexion sur lequel je voulais attirer votre attention, « Monsieur Baucus, qui est membre du Parti démocrate et qui soutient la candidature de M. Biden, a également déclaré que l’ancien vice-président travaillerait avec les alliés des États-Unis à l’Ouest, ainsi qu’avec des pays comme le Japon, la Corée du Sud et l’Australie. »

En citant tous ces pays, Baucus, cite des ennemis… de la Chine, enfin des pays qui ne portent pas particulièrement Pékin dans leur cœur et qui sont de vrais alliés des Etats-Unis. On pourrait presque penser que la démondialisation selon Biden, sera plus mondiale que celle de Trump.

En clair les démocrates vont chercher à démondialiser avec l’appui de leurs alliés traditionnels comme ceux qui ont été cités à savoir Japon, Corée du Sud et l’Australie mais aussi les pays européens. Les démocrates vont chercher à fédérer contre la Chine et sans doute la Russie, pour assurer la domination américaine à plus long terme.

A la lecture de cet article, je pense que même si visuellement et publiquement, les relations de Biden avec la Chine seront moins violentes, en réalité, rien ne changera véritablement.

Les Etats-Unis doivent faire dérailler la Chine et le locataire de la Maison-Blanche, qu’il se nomme Trump ou Biden appliquera cette même politique de démondialisation.

Source CNBC
https://www.cnbc.com/2020/10/08/us-china-relations-will-reset-if-biden-wins-election-max-baucus.html

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

Laisser un commentaire