Les experts prédisent la fin de l’ère pétrolière

La fin des haricots ? Partagez ! Volti

******

Source Observateur-Continental

La pandémie du coronavirus Covid-19 pourrait provoquer la fin de l’ère pétrolière. C’est ce qu’admettent les sources de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), selon l’agence de presse Reuters. 

En mars, la demande de pétrole a chuté suite à la pandémie de coronavirus, alors que le prix du baril a baissé parce que l’accord de l’Opep+ sur la réduction de la production a été sapé. En avril, les pays membres de l’Opep+ avec d’autres pays sont convenus de réduire la production, mais le prix du baril n’est pas revenu au niveau qui précédait la pandémie. 

L’économiste Eiki Matsumoto a déclaré la semaine dernière que d’ici l’automne le baril pourrait descendre jusqu’à 20 dollars, parce que la pandémie de coronavirus persiste et la demande de pétrole chute sur ce fond. 

Les sources informées de l’agence Reuters au sein de l’Opep ont déclaré que la baisse de la demande de pétrole d’un tiers à cause de la pandémie a poussé l’alliance à se demander si ce n’était pas un présage de la fin de l’ère pétrolière. Ce qui serait lourd de conséquences pour les pays producteurs de pétrole. 

« Les gens (de l’Opep) se sont retrouvés dans une nouvelle réalité et tentent de comprendre ce qu’il faut faire. Tous les principaux acteurs admettent que la demande ne se rétablira jamais entièrement », a déclaré une source. 

Bien que sept sources de l’agence de presse, dont d’anciens et actuels hauts responsables de l’Opep, disent que les pronostics à long terme de l’Opep doivent être revus concernant la consommation globale de pétrole au profit d’une baisse permanente, il convient de noter que la position officielle de l’organisation est loin d’être aussi pessimiste. 

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la publication de Reuters a suscité un aussi grand intérêt: cas si en coulisses de l’alliance des producteurs de pétrole l’on parle de la fin de l’ère pétrolière, alors c’est effectivement un sérieux changement de situation qui doit pousser les différents pays comme la Russie, le Canada ou la Norvège à revoir leurs plans. 

Toutefois, il convient de noter que ce n’est pas la première fois que les médias occidentaux (et pas seulement) se référant à des sources anonymes haut placées parlent solennellement du déclin de l’ère pétrolière qui commence ou qui a déjà eu lieu. 

Le choc économique n’a rien ajouté de nouveau à la situation à long terme supposant une baisse de la demande de pétrole en allongeant simplement la liste qui ne comportait que deux points auparavant: les mesures pour lutter contre le réchauffement climatique et le développement sans précédent des technologies de l’énergie verte. En fait, à ces deux facteurs s’ajoute actuellement la thèse que le coronavirus mutilerait l’économie de la planète à tel point que l’ancienne demande de pétrole ne se rétablirait plus jamais. 

Seulement une véritable percée technologique rendant les voitures électriques, ainsi que les camions électriques et les cargos maritimes électriques compétitifs représente un véritable danger pour la demande pétrolière. Mais en ce sens le coronavirus n’a rien apporté de nouveau – le risque de nouvelles technologies était toujours présent. 

Quant à l’abandon forcé du pétrole ou à l’adoption de taxes rédhibitoires sur les hydrocarbures dans les pays préoccupés par « la lutte pour sauver le climat » (c’est-à-dire dans l’UE), l’expérience d’Emmanuel Macron et des « Gilets jeunes » (manifestations déclenchées après l’adoption d’une taxe écologique draconienne) indique très clairement que la tentative de bâtir une économie sans hydrocarbures par des mesures administratives est une idée très mauvaise et dangereuse, non pas pour les producteurs pétroliers, mais pour les politiques qui se font des «illusions vertes». 

On remarque forcément que paradoxalement c’est à des moments de préoccupation maximale concernant l’avenir d’un secteur de production de ressources que les investissements dans ce secteur sont les plus attractifs. Dans un an ou deux les discussions actuelles sur l’avenir déplorable de la production pétrolière mondiale paraîtront dérisoires, car les problèmes pourraient toucher non plus la demande mais l’offre de pétrole.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Source Observateur-Continental

Voir

BHL a échappe de peu à la mort en Libye?

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

15 commentaires

  • Avatar Chihuahua

    Ah ah : …/…Seulement une véritable percée technologique rendant les voitures électriques, ainsi que les camions électriques et les cargos maritimes électriques compétitifs représente un véritable danger pour la demande pétrolière …/….
    Archi faux. Un véhicule électrique demande 2 fois plus d’énergie qu’un véhicule thermique. Bon résumé dans cette courte vidéo : https://www.kla.tv/16827
    Le pétrole est, hélas peut-être, un concentré énergétique quasi irremplaçable (environ 48MJ/kg ou 39MJ/litre = 10,75kWh, un peu plus pour l’essence mais le rendement dans les moteurs est moins bon qu’en diésel turbo. En gros s’il faut 6 litres d’essence pour faire 100km, 5 suffiront pour un diésel, grâce au turbo). L’électricité est une énergie à part, elle provient d’une autre énergie et il faut, en gros 3 unités d’une autre énergie pour faire une unité d’énergie électrique. Sauf l’hydraulique (les barrages) où le rendement est excellent.
    Ce n’est pas demain la veille où les avions pourront se passer de JetA1 (43MJ/kg). Pour ceux qui ne sont pas trop branchés dans l’énergétique, sachez que 40 MégaJoules c’est à peu près l’équivalent d’un homme qui pédalerait pendant 5 semaines sur un vélo (5 semaines en comptant ses périodes de repos, soit 10W pendant 24H, ou 20W pendant 12H/jour ou encore 80W pendant 3H tous les jours). https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    Il y a un très fort ralentissement de la demande en ce moment puisque l’économie mondiale a été mise à l’arrêt dans un but …/…. sombre.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Avatar Bormes

    Le pétrole sera utilisé encore longtemps et le fait de réduire la production fera tenir les réserves connues plus longtemps, c’est tout.

    Il existe encore énormément de pétrole sous terre, mais de plus en plus profond, et c’est ca le principale probleme, la pression.

    Il n’y a pas aujourd’hui d’énergie plus facile a transporter/consommer que le pétrole, KW/Kg,
    Kerosene 12KW par Kg, avec un rendement excellent

    L’hydrogène est encore loin…

    Et la meilleure énergie reste celle qui n’est pas utilisé.

  • Avatar Cyrildu44

    Quand il n’y aura plus de pétrole, plus assez d’électricité, plus assez d’hydrogène, il y aura le moteur à eau déjà inventé dans les années 70 par une personne dont l’espérance de vie avait été considérablement réduite par les majors du secteur pétrolier/nucléaire de l’époque.

  • Avatar Jean Xana

    « La meilleure énergie reste celle qui n’est pas utilisée »

    Notre espèce a eu beaucoup de chance et vient de vivre plus d’une centaine d’années avec une source d’énergie pratique et bon marché. Nous avons développé des choses intéressantes, en plus des guerres mécanisées, mais nous avons oublié que cette source se tarirait un jour. Non pas qu’il n’y ait plus de pétrole, mais parce que bientôt il faudra brûler tant de pétrole pour extraire ce qui reste que cela ne vaudra plus le coup.

    Notre imprévoyance va nous coûter cher. Nous n’avons aucune source d’énergie aussi abondante ni aussi pratique. Nous savons que le nucléaire classique ne durera guère plus, quant aux autres sources elles sont plus théoriques qu’autre chose, et nul ne sait s’il en sortira quelque chose d’exploitable. Les seules sources gratuites sont le soleil, le vent et les marées et la géothermie, mais pour les exploiter à grande échelle il faut des investissements formidables – et surtout beaucoup de pétrole.

    Mais tout cela provient d’un blocage de nos esprits : Nous refusons de vivre en consommant peu. Nous sommes drogués à l’énergie bon marché, et nous refusons tout mode de vie sans notre drogue.
    Et pourtant…
    Pourtant nos ancêtres vivaient avec immensément moins d’énergie que nous. Avec ce que nous savons désormais, nous pourrions conserver une bonne partie de notre confort sans gaspiller comme nous continuons à le faire sans souci des générations suivantes.

    L’humanité (en tous cas la partie la plus riche) se comporte comme un enfant capricieux. Nous préférons périr que renoncer à notre jouet.
    Malheureusement il n’y a pas de solution si l’on ne veut pas devenir raisonnable.

    • Avatar mouton70

      Comme vous le dites, nos ancêtres vécurent des milliers & des milliers d’années sans pétrole et sans nucléaire, sans plastic et autres joyeusetés chimiques & polluantes, et nous sommes là pour en parler, donc ce n’était pas la mort de vivre sans.
      La vie était certainement plus rude, mais ils vivaient simplement.
      Nous vivons une époque formidable niveau technologie, mais une époque complètement FOLLE.
      Je pense que le retour aux sources et vivre simplement de l’essentiel s’imposera naturellement.
      J’espère être encore de ce monde, nous allons vivre une grande aventure trépidante.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • Avatar criminalita

        La solution est toute simple.
        Il suffit d’éliminer les 90% des habitants de la planète et le tour est joué.
        Ont-ils commencé le nettoyage ?
        Tout est prévu et cette soluce permettra de donner du temps à l’avènement de cette robotique et d’autres technologies en devenir.

        • Avatar Jean Xana

          C’est possible évidemment, mais ce n’est pas du tout sûr sauf pour les complotistes modernes.
          De plus une telle élimination ne permettrait que de retarder l’échéance, tant que les hommes sont habités par l’égoïsme la société se perpétuera pire qu’avant (avec des ressources en moins).

          Cessons de voir des complots partout. Il en existe certainement mais ce n’est pas le principal.

          Le principal n’est pas non plus de restaurer la société injuste et suicidaire de 2019.

          Le principal est d’établir des bases pour une future société dont la propriété soit bannie définitivement. Et de la faire fonctionner au moins localement.
          Si ça marche, on l’étendra plus tard. Ou ça se fera tout seul. ce ne sera plus notre problème.

  • Avatar Jean Xana

    L’hydrogène est un MOYEN de stocker l’énergie provenant d’une autre source d’énergie (Pétrole, électricité nucléaire etc). Il faut PLUS d’énergie pour produire de l’hydrogène que ce que cet hydrogène permettra de récupérer ensuite. CE N’EST DONC PAS UNE SOURCE D’ENERGIE. Combien de fois faudra-t’il le répéter ?

    Les voitures électriques ne font que déplacer le problème de production d’énergie, avec évidemment des pertes à toutes les étapes. Mais c’est une excellente idée marketing : Comment continuer à fournir des voitures particulières à des bobos alors que le pétrole est en crise.

    Quant au « moteur à eau » et autres inventions plus ou moins fumeuses, on attend encore une démonstration reproductible.

  • rouletabille rouletabille

    Vont tout faire
    Les idiots se feront vaccinés au pétrole.
    UN NOUVEAU PARTI ….PÉNURIE ..

Laisser un commentaire