Donbass – L’Estonien mort à Zaïtsevo traitait les Ukrainiens de porcs et de dégénérés

C’est loin l’Ukraine ? Pourtant il s’y passe des évènements graves. Partagez ! Volti

******

Par Christelle Néant pour Donbass-Insider

De nouvelles informations continuent d’arriver sur les trois soldats des FAU (Forces Armées Ukrainiennes) qui sont morts dans le Donbass, près de Zaïtsevo, le 13 juillet 2020, alors qu’ils essayaient de s’approcher des positions de la milice populaire de la RPD (République Populaire de Donetsk), et surtout sur l’Estonien, dont le téléphone a révélé qu’il considérait les autres soldats ukrainiens comme des « porcs » et des « dégénérés » qui avaient besoin d’un « maître blanc » (sic).

Trois soldats des FAU morts après avoir marché sur des mines, et aucun médecin militaire

Rappel des faits. Le 13 juillet 2020, une unité de la 35e brigade des FAU tente de s’approcher des positions de la milice populaire de la RPD, lorsqu’un de ses soldats meurt après avoir marché sur une mine.

À la demande de l’Ukraine, la RPD accorde les garanties de sécurité nécessaires pour mener l’évacuation, mais au lieu de récupérer le corps de ce soldat, l’armée ukrainienne a tenté de s’approcher une deuxième fois des positions de la milice populaire. La RPD annule alors les garanties de sécurité, et deux soldats ukrainiens de plus meurent là aussi après avoir marché sur une mine.

Malgré les garanties de sécurité accordées une nouvelle fois, l’armée ukrainienne n’est pas venue récupérer les corps des trois soldats tués, et c’est donc la milice populaire de la RPD qui s’en est chargée et qui a remis les trois corps à l’Ukraine.

Entre temps, la machine de propagande ukrainienne s’est mise en branle et a hurlé partout à tue-tête que la milice populaire de la RPD avait abattu un médecin militaire pendant l’évacuation du corps du premier soldat.

Sauf que sur les trois corps récupérés par la milice populaire de la RPD, aucun n’était médecin, ni habillé et équipé comme tel. Les trois hommes étaient armés, et plusieurs avaient du matériel typique d’une unité de sabotage-reconnaissance.

L’ensemble du matériel retrouvé sur les trois hommes a été exposé à la presse par la milice populaire de la RPD qui a aussi filmé l’évacuation d’un des corps.

Voir le reportage en russe :

Sur les trois hommes dont le corps a été récupéré par la RPD, il y avait un Biélorusse naturalisé Estonien, Mikola Ilin. Ce dernier portait sur lui une caméra qui a filmé le moment de sa mort (visible dans la vidéo de la milice populaire), mais aussi l’évacuation de son corps.

La chaîne Telegram Joker DNR a ainsi publié plusieurs extraits vidéo extraits de la caméra de l’Estonien, et on voit clairement que comme sur la vidéo de la milice populaire, les soldats de la RPD qui mènent l’évacuation ne sont pas armés et sont identifiés clairement comme menant une évacuation en portant un gilet orange fluo.

Rien à voir donc avec les soldats des FAU que l’Ukraine a tenté de faire passer pour des médecins militaires menant l’évacuation du corps de leur camarade.

Mais une photo (un selfie) extraite du téléphone de l’Estonien donne une explication potentielle au conte de fée du médecin abattu par la milice populaire : le surnom d’Ilin était « Medic », ce qui veut dire toubib / médecin. Son surnom est affiché en deux exemplaires sur son uniforme, comme on peut le voir sur la photo d’illustration ci-dessus.

Voilà d’où est sûrement sortie l’idée d’inventer cette histoire délirante. Malheureusement pour Kiev, la caméra de l’Estonien a tout filmé, et montre clairement qu’il était armé (donc pas un médecin fut-il militaire), et qu’il n’a pas été abattu par la milice populaire de la RPD, mais qu’il a bien marché sur une mine.

L’Estonien considérait les Ukrainiens comme des porcs et de dégénérés qui avaient besoin d’un « maître blanc »

Le contenu du téléphone de l’Estonien d’origine biélorusse, Mikola Ilin, montre que ce dernier adhérait semble-t-il à l’idéologie néo-nazie, puisque dans une discussion Whatsapp il traite ses camarades ukrainiens de porcs et de dégénérés qui ont besoin d’un « maître blanc » pour les mettre au pas (sic).

Voici la traduction complète de la discussion :

Mikola : Eh, frangin bouge ton cul et viens ici, nous avons beaucoup de choses à faire.

Patrick : Putain. Pourquoi diable devrais-je y aller ?

Mikola : Eh, écoute-moi. Il y a un troupeau de porcs ukrainiens, qui doit être mis à l’étable. Ce sont des putains de dégénérés. Ils ont besoin d’un maître blanc.

Patrick : Hum, intéressant.

Mikola : Viens ici. Nous devons remettre les choses en ordre ici. De manière générale, c’est l’endroit idéal pour s’entraîner, acquérir une expérience du combat.

Patrick : Eh bien, oui ça pourrait être utile…

Mikola : Nous allons les mettre au pas, puis nous filerons d’ici. Nous avons des choses à faire. Il faut affronter les Noirs.

Cette discussion illustre bien l’aspect schizophrénique de l’adhésion de certains Ukrainiens à l’idéologie néo-nazie, tout comme celle des adeptes de Bandera à l’Allemagne nazie, alors même que cette idéologie les considère comme des sous-hommes et avait prévu de les décimer (entre autre par la faim en provoquant une famine dans les pays de l’Est), et d’utiliser ceux qui restaient comme travailleurs forcés (c’est-à-dire comme esclaves), entre autre dans les exploitations agricoles récupérées par les Allemands installés là pour germaniser la région.

À ce stade-là on peut parler d’ethnomasochisme, quand une partie d’un peuple adhère à une idéologie qui considère qu’il faut les exterminer et réduire les survivants en esclavage !

Et la discussion d’Ilin montre bien que ce dernier se considère comme supérieur aux Ukrainiens, et ce même s’ils adhèrent à la même idéologie nauséabonde que lui.

Il est temps que les Ukrainiens ouvrent les yeux sur ce que tous ces néo-nazis qui viennent combattre à leurs côté pensent réellement d’eux. Ces gens que les Ukrainiens appellent leurs « frères » les considèrent comme des porcs et des dégénérés qui ont besoin d’un « maître blanc » (ce qui sous-entend que les Ukrainiens ne le sont pas), comme le prouve la discussion de cet Estonien d’origine biélorusse.

Comme le dit le proverbe, un peuple qui oublie son histoire est condamné à la revivre. Et l’Ukraine en est le parfait exemple. En 1941 elle a accueilli les nazis à bras ouverts alors même que leur idéologie considérait les Ukrainiens comme des sous-hommes, et le conte de fée de l’Ukraine indépendante que le 3e Reich devait aider à se libérer de l’occupation russe, s’est fracassé sur les véritables plans des nazis pour le pays.

Depuis 2014 et le renouveau de l’idéologie néo-nazie dans le pays (érigée en idéologie d’État, avec Stepan Bandera, et Roman Chouchkevitch comme héros nationaux), l’Ukraine accueille les néo-nazis du monde entier à bras ouverts, sans comprendre que pour eux, les Ukrainiens sont des sous-hommes, et que leur pays n’est qu’une colonie tout juste bonne à être pillée et utilisée comme terrain d’entraînement géant. Heureusement que le coup d’État du Maïdan a été surnommé la « révolution de la dignité »… Qu’est-ce que ça aurait été sinon…

Christelle Néant

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

2 commentaires

Laisser un commentaire