Le pire de tous les mondes possibles ? Echo de la dystopie 1984 d’Orwell. Surveillance de masse, État policier, lutte pour la survie…

Partagez ! Volti

******

Par Stephen Lendman pour Mondialisation.ca

L’image est tirée de The Grayzone

Les dommages à long terme causés par les politiques étasuniennes sur le territoire national et à l’étranger sont très éloignés de la meilleure vision panglossienne du monde possible.

Ce qui se passe a des échos de la dystopie d’Orwell de 1984.

Les deux ailes droites du parti de guerre étasunienne mènent une guerre sans fin contre des ennemis inventés.

La surveillance de masse, le contrôle du message et la lutte contre la résistance, voilà ce que sont les règles de l’État policier, le fonctionnement des États-Unis sur le plan intérieur, ce qu’ils veulent voir imposé aux autres nations du monde.

La disparité entre la superpuissance et la pauvreté croissante aux États-Unis est plus grande que jamais depuis l’âge d’or du XIXe siècle.

La politique économique de la nation élève tous les yachts à des niveaux sans précédent, tandis que la dépression prolongée dans les rues principales nuit aux Étasuniens ordinaires, sans que rien ne change en cours.

D’innombrables millions de ménages étasuniens sont confrontés à des choix inacceptables entre payer leur loyer ou rembourser leur hypothèque, obtenir des soins médicaux de plus en plus inabordables lorsqu’ils en ont besoin, chauffer leur maison en hiver et nourrir les membres de leur famille.

La lutte pour la survie aux États-Unis devient plus difficile en raison de l’indifférence de la classe dirigeante à l’égard de la santé et du bien-être des citoyens.

Il existe un décalage énorme entre l’envolée des cours des actions et les conditions économiques déplorables de la rue principale qui n’ont pas été prises en compte – les conditions de la dépression ont dépassé le pire des années 1930.

Avant l’effondrement économique, l’économiste David Rosenberg a expliqué la faiblesse structurelle fondamentale de l’économie étasunienne, en déclarant :

Il y a eu une décennie de « très faible croissance de la productivité, très peu de dépenses d’investissement, une récession dans la construction non résidentielle ».

Les dépenses de consommation, qui représentent à elles seules environ 70 % du PIB, sont le ciment de l’économie, dont la base a disparu après l’effondrement de l’économie, ce qui a entraîné un taux de chômage record.

Quant au marché haussier de ces dernières semaines, il provient de « l’ingénierie financière », un océan de liquidités alimentant la spéculation, un « marché haussier de Potemkin ».

La fragilité économique est si profonde que les choses ne peuvent pas s’empêcher de s’effondrer davantage si les taux d’intérêt remontent à leur niveau des années 1930.

La probabilité de rester proche de zéro dans un avenir prévisible aux États-Unis « vous dit que nous avons des perspectives économiques à long terme très faibles », a expliqué M. Rosenberg, ajoutant :

Il n’y a pas de précédent à l’arrêt de l’économie étasunienne et mondiale pendant une période considérable qui a provoqué un chômage record et l’effondrement du PIB.

M. Rosenberg s’attend à une baisse de 40 à 50 % au deuxième trimestre, suivie d’un rebondissement au troisième trimestre, ce qu’il appelle « une sorte de reprise par la racine carrée ».

« Il y aura un peu d’activité. Mais il n’y a pas de retour à la normale » pour une période inconnue à venir.

« Nous n’allons pas avoir une augmentation perpétuelle de la production et de l’embauche et faire baisser le taux de chômage sans demande. »

« Il n’y a pas de manuel » pour expliquer comment les choses en sont arrivées à l’état lamentable actuel.

Des millions d’emplois étasuniens ont été « supprimés définitivement ». Les emplois disponibles sont des emplois « peu qualifiés, à faible valeur ajoutée ».

« Nous ne produisons plus rien. (Nous sommes) une société et une économie (basées sur la financiarisation), le divertissement et les loisirs, les restaurants et le commerce de détail ».

Il y a longtemps, les États-Unis d’Amérique industrielle avec des emplois bien rémunérés ont largement disparu, délocalisés dans des pays à bas salaires par les entreprises étasuniennes avec l’accord de Washington.

Compte tenu des événements sans précédent qui se produisent, M. Rosenberg a déclaré que « les intervalles de confiance autour de toute prévision (économique) sont plus larges que jamais, et en 35 ans dans ce secteur, j’en ai vu beaucoup ».

L’économiste John Williams qualifie le système économique étasunien de « faillite ».

Des sommes d’argent illimitées sont dépensées « pour empêcher un effondrement immédiat (du château de cartes) », ajoutant :

« Nous avons environ 40 millions de chômeurs (aux États-Unis), soit un taux de chômage d’environ 40 % et non de 13 % comme le prétend le gouvernement. »

L’inflation étasunienne, telle qu’elle était calculée avant 1990, est d’environ « 9 % », et non le faux chiffre officiel.

En plus de la dépression prolongée, dont on ne voit pas la fin, les États-Unis sont hostiles à la Chine, à la Russie, à l’Iran, au Venezuela, à la Corée du Nord et à d’autres nations libres de tout contrôle, ce qui risque de déboucher sur une guerre mondiale, par accident ou à dessein, quelle que soit l’aile de l’État à parti unique au pouvoir.

La rage des États-Unis de contrôler d’autres nations, leurs ressources et leurs populations rend l’impensable possible.

Consciente de la menace posée par Washington, la politique de confinement nucléaire actualisée de la Russie prévoit l’utilisation de ces armes si sa patrie est attaquée par une puissance étrangère, a déclaré le ministre :

« La Fédération de Russie considère les armes nucléaires uniquement comme un moyen de dissuasion dont l’emploi est une mesure forcée et de dernier recours, et (après) avoir pris toutes les mesures nécessaires pour réduire la menace nucléaire et prévenir l’escalade des relations interétatiques qui peuvent provoquer des conflits militaires, y compris nucléaires ».

La politique de dissuasion nucléaire de Moscou a envoyé un message à Washington selon lequel de sévères représailles suivront une attaque du Pentagone sur son territoire si elle se produit.

La Chine se prépare à une éventuelle confrontation avec les États-Unis. L’Iran aussi.

Quelques semaines plus tôt, le secrétaire d’État à la guerre du régime Trump, Mark Esper, avait déclaré qu’une « ère de compétition entre grandes puissances… signifie que nous devons nous concentrer davantage sur les guerres de haute intensité à l’avenir ».

« Nos défis à long terme sont la Chine, n°1, et la Russie, n°2. »

« Ce que nous voyons se produire là-bas, c’est une Chine qui continue à accroître sa force militaire, sa puissance économique, son activité commerciale, et elle le fait, à bien des égards, de manière illicite, ou elle utilise l’ordre international fondé sur des règles contre nous pour poursuivre cette croissance, pour acquérir des technologies, et pour faire les choses qui sapent réellement la souveraineté (et) l’État de droit (sic) occidental dirigé par les États-Unis ».

Esper est venu proche d’une déclaration de guerre. La Chine et la Russie ne subordonneront pas leurs droits souverains aux intérêts étasuniens.

L’Iran, le Venezuela et la Corée du Nord non plus. Aucune nation ne devrait le faire non plus.

La politique de guerre permanente de Washington risque d’aboutir à l’utilisation de thermo-nukes capables de détruire la planète Terre et toutes ses formes de vie s’ils sont utilisés en nombre suffisant.

Toutes les nations souveraines indépendantes figurant sur la liste des cibles des États-Unis pour un changement de régime ne menacent personne.

Pourtant, une guerre préventive des États-Unis contre eux est possible parce que l’impérialisme étasunien ne tolère aucun adversaire dans sa rage de contrôle absolu.

La guerre n’est jamais la solution. Pourtant, à maintes reprises, c’est l’option choisie par les États-Unis pour faire progresser leur imperium – un programme qui représente une menace sans précédent pour tout le monde, partout.

Stephen Lendman

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Article original en français :

The Worst of All Possible Worlds? Echoes of Orwell’s Dystopian 1984. Mass Surveillance, Police State Rule, Struggle to Survive…

Traduit par Maya pour Mondialisation

L’image en vedette est tirée de The Grayzone

L’auteur primé Stephen Lendman vit à Chicago. Il peut être joint à l’adresse lendmanstephen@sbcglobal.net. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation (CRG)

Son nouveau livre en tant qu’éditeur et contributeur est intitulé « Flashpoint in Ukraine » : US Drive for Hegemony Risks WW III ».

http://www.claritypress.com/LendmanIII.html

Visitez le site de son blog à l’adresse sjlendman.blogspot.com.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Stephen Lendman, Mondialisation.ca, 2020

3 commentaires