Prenons possession des robots avant qu’il ne soit trop tard !

Le mot robot est pris ici dans un sens très large : tout dispositif qui peut remplacer un être humain pour effectuer certaines opérations.

On comprend tout de suite le problème : la mise en concurrence de l’être humain, dans tous les domaines, avec une « espèce  » qui peut travailler 24H/24, 7J/7, n’est jamais malade, ne fait jamais grève, qui apprend beaucoup plus et beaucoup plus rapidement et en plus, qui travaille plus vite et fait moins d’erreurs, et qui coûte moins cher : le choix sera vite fait !

Le résultat est assez évident : chômage de plus en plus important et diminution des salaires qui nous entraînent dans une spirale descendante dont on n’est pas près de sortir.

La solution : la NATIONALISATION des robots (avec gestion par une administration de l’état sous contrôle des citoyens) et la LOCATION.

Le financement pour l’achat des robots : il y a tellement d’argent en attente de placement intéressant et les taux actuels étant proches de zéro, qu’en donnant quelques % d’intérêt avec garantie de l’état, il n’y aura aucun problème pour financer.

Les revenus de la location.
Le prix de location doit être calculé pour avoir un rendement net de 25 à 30% minimum : hormis les quelques % à prévoir pour le remboursement, le reste des gains servira à augmenter toutes les allocations sociales, le salaire minimum et les petites retraites, et indexer le tout, pour permettre à chacun une vie décente, exempte du stress de chercher à tout prix un emploi (mal payé et sans intérêt) et sans l’angoisse des fins de mois difficiles.

Le rendement prévu est-il trop élevé ?  Non :
1) la durée de vie d’un robot est en moyenne de 10 ans et il est amorti en 2 ou 3 ans,
2) l’achat en grande quantité permet d’avoir des prix beaucoup plus bas et permet aussi d’imposer ses conditions aux fabricants (normes, pas d’obsolescence programmée, facilité de réparer ou modifier pour intégrer dans une nouvelle unité),
3) s’il faut remplacer uniquement les logiciels et les capteurs, c’est inutile de remplacer tout le robot,
4) utilisation maximale de logiciels open source.

Un système de régulation idéal ?
1) si un secteur industriel se plaint de payer trop de cotisations patronales et de taxes, et menace de délocaliser, on diminue ou supprime ses cotisations et ses taxes et on augmente les montants des locations, mais en répartissant sur tous les secteurs,
2) de toutes façons, s’il y a délocalisation, l’état reste propriétaire des robots et les réintègre dans d’autres lieux.

Une attaque contre la libre entreprise et le libéralisme ? Non  :
1) un entrepreneur qui souhaite construire une nouvelle unité de fabrication devra trouver un financement nettement moins important que dans le système actuel,
2) tout citoyen trouvera, par ce système, le moyen de placer son argent (s’il en a), avec garantie de l’état, à un taux plus intéressant que celui donné par les banques.

L’indispensable RIC !
Une loi organisant ce système aura beaucoup de difficultés à passer sans un Référendum d’Initiative Citoyenne.

Quelques informations utiles.

1) Une vidéo : « Humans Need Not Apply » (sous titres en français) qui montre qu’à l’avenir, les humains n’auront même plus besoin de chercher du travail : dans beaucoup de domaines, ils seront dépassés.

2) Quelques explications sur les robots industriels par une startup française : NIRYO.

3) Une carte ARDUINO qui peut être programmée pour contrôler jusqu’à 48 servomoteurs (logiciel open source).

4) Processing (open source) pour le traitement d’images prises par une caméra par exemple.

5) Introduction à la programmation : le langage C, simplement pour apprendre à coder.

 

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

32 commentaires

  • Avatar behappy

    Peu s’imaginent a quelle point les IA envahissent Tout
    Machine agricoles, même moissonneuse batteuse Robotisées, automatisées et fonctionnant 24h/24
    https://www.youtube.com/watch?v=svgkq0vdCNY
    Meme cueillir des framboises

  • Bonjour Jacques,

    De quels robots parles-tu ?

    J’ai l’impression qu’ils n’existent pas encore.

    Tu évoques leur interchangeabilité dans les entreprises.

    Seraient-ce des robots polyvalents, multitâches, ou une base pouvant être adaptée à n’importe quelle travaux ?

    J’ai l’impression que nous sommes sur un simple souhait. Mais je ne vois pas bien la solution technique.

    Par contre, il est clair que la mise en place de robots pour remplacer des travailleurs humains devrait entrainer le maintien du versement des cotisations.

    L’exemple le plus parlant concerne les péages autoroutiers où la mise en place de chaque monnayeur à entrainé la suppression des 7 emplois à temps complet nécessaires pour assurer le service 24/24, 7/7, 365 jours/an, .

    • Bonjour
      Il faudrait des listes par types, par fonctions, par secteur d’activité, mais je ne sais pas si ça existe.
      Chaque constructeur fabrique dans son coin sans qu’il y ait de normes ? Que fait l’UE alors ce serait normalement son rôle ?
      Il y a en effet des projets pour le maintien du versement des cotisations comme tu le mentionnes, ce serait intéressant aussi; de toutes façons, il faudra qqch. pour compenser, si non, ça va devenir compliqué.

      • Effectivement, et en fait, cela l’est déjà.

        Des centaines de milliers d’emplois, voire des millions, ont disparus en France, avec la mécanisation, et la robotisation.

        Ce n’est pas forcément un mal.

        Remplacer les équipes de laboureurs, de faucheurs, des vendangeurs, etc, par des tracteurs, des moissonneuses, des vendangeuses, etc ; cela a représenté des gains de productivité colossaux, mais également la disparition des emplois.

        Des emplois extrêmement pénibles, usants, et fort mal rémunérés.

        La création de richesses pourtant a été maintenu, voire s’est accrue.

        Mais elle s’est concentrée entre les mains du détenteur du Capital, et surtout, dans celle du Financier de l’investissement en machines (ou robots).

        Résultats :

        Nous avons le chômage de masse actuel, une précarisation et une paupérisation des travailleurs.
        Une production de richesses qui ne cesse de progresser (hors covid-19).
        Une captation de ces richesses par une minorité d’actionnaires.

        Et la non-intervention de l’Etat pour répartir cette richesse vers l’ensemble de la population le constituant.

        La gouvernance de l’Etat étant assuré par une classe oligarchique de politiciens professionnels, à la solde des Banksters/Actionnaires&Co, dont ils font partis, elle privilégie donc les membres de sa classe au détriment de la collectivité constitutive de l’Etat et de la Nation.

        Conclusion :

        Tant que nous n’aurons pas repris le contrôle de l’Etat, nous ne pourrons intervenir sur la répartition des richesses créées.

        CQFD https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Les robots ( ou plus généralement l’ intelligence artificielle ) sont l’ avenir . Et à très court terme.
    Au même titre que l’ électricité au XIXème siècle .

    Ils peuvent remplacer l’ homme …ou être au service de l’ homme.
    C’ est comme un fusil. Il peut servir à tuer, ou à se défendre.
    Tout dépend de celui qui le tient.

    Nationaliser les robots ???
    hahahaha
    La plupart des intervenants sur ce site critique l’ Etat, sa gestion au profit des banques et multinationales, sa corruption, son incompétence, son irresponsabilité, son mépris du peuple.
    Ce serait donner l’ exclusivité des mitrailleuses lourdes à un criminel !!!

  • Pour rappel,

    La problématique ce n’est pas l’Etat.

    Ce sont ceux qui le dirige.

    L’Etat, c’est Nous.

    Mais nous ne contrôlons pas l’Etat…

  • Avatar FIFI1664

    Bonsoir , j’ai une bonne blague sur l’usage des robots dans l’industrie , j’ai passer 15 Mois d’intérim pour remplacer
    un robot incompétent !!! , je m’explique , dans une entreprise qui fabrique des pièces en caoutchouc pour l’automobile , on injecté dans un moule pour obtenir une pièce fini après cuisson , il fallait sortir la pièce du moule , l’inspecter et après l’emballer , rendement humain 80 pcs à l’heure , rendement robotique espéré 120 pcs , hélas après 5 ans de développement et de test , 8 M d’euros, ils se sont aperçu que seule les mains humaines pouvait sortir les pièces sans les déchirer , et que seul l’être humain pouvait inspecter rapidement !! et après des tonnes de test ratés , avec des milliers de pièces perdu, pour continuer à produire , on colle un pékin devant la machine en l’enguellant parce qu’il va pas assez vite , mais la qualité était là , au mois d’aout de l’année , tous les machines ont été démonté pour partir en Pologne , salaire moins cher, et nos pièces française ont été remplacés
    par des pièces chinoises importés , résultat depuis le mois de décembre , l’usine est au chômage plus que partielle car plus d’importation !! et les robots restant non plus rien à manipuler !!! des millions investie pour rien !!!
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif ps: 130 intérimaires virés , remplacer par un parc de robots qui n’ont rien à manger !!!!

  • En 1981, élections législatives a Colombes, un candidat voulait taxer l’automatisation des chaines de montages automobiles du montant des charges liées aux licenciement qui en découlait.
    Les gens se foutaient de sa gueule, y compris la LCR.
    Il mettait dans son programme l’abolition de l’immunité parlementaire, et la responsabilisation des élus sur leurs biens propre de la gestion du bien public.
    Tout le monde se moquait.
    Et il y en a plein d’autre comme cela. Maintenant c’est sur que certains regrettent.

Laisser un commentaire