Pourquoi l’Or et l’Argent sont-ils bénéfiques en période de pré-crise ?

Photo
​Est-ce que les Français seraient de moins en moins dupes sur le sujet de la destruction de nos acquis sociaux ? Au vu des nombreuses manifestations qui pullulent dans notre pays, certains se demandent encore « mais pourquoi les grèves », « ils n’arrêtent pas de se plaindre », etc. Les mêmes qui ne comprennent rien aux gilets jaunes vont finir par comprendre la situation un jour prochain.

N’avez-vous pas remarqué que le coût de la vie est de plus en plus élevé ? Non, ne regardez pas les taux d’inflation qui ne veulent rien dire… Je parle des prix réels, pas ceux du gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, qui a soutenu sans rire que l’instauration de l’euro avait augmenté le pouvoir d’achat des Français de 20 % depuis sa création en 1999 jusqu’en 2018.

Ce serait oublier que l’inflation réelle est bien plus élevée que celle officiellement établie et communiquée par l’INSEE. En effet, certains indices d’inflations communiqués excluent d’emblée dans leurs calculs l’immobilier, le tabac, l’alcool, les carburants, les travaux, les crédits à la consommation et même les impôts !

Même en se rémunérant avec un rendement brut (livret A, actions, immobilier locatif…), la fiscalité et l’inflation réelle réduisent le rendement net à zéro en cas de chance et en négatif en général. L’inflation fait à la fois monter les prix et dévaluer la valeur de la monnaie. S’il s’avère que la quasi-totalité des placements et des rendements sont nuls avec l’inflation réelle, l’État n’a effectivement pas intérêt à communiquer les choses sous cet angle.
​Les métaux précieux or et argent constituent un palliatif à ces phénomènes.

 

À l’international, l’incertitude, voire la peur, est le moteur de la croissance de l’or en tant que valeur refuge. Les conséquences de la guerre commerciale sino-américaine sur la croissance mondiale, les tensions géopolitiques dans le Golfe persique, le Brexit, l’Allemagne en récession, les taux d’intérêt réels négatifs, le taux américain à 10 ans sous le taux d’inflation… Tous ces évènements sont une véritable aubaine pour les acheteurs d’or.

Effectivement, l’aspect le plus négatif du métal jaune, le fait qu’il n’apporte aucun rendement à court terme, devient soudain un actif bénéfique quand les valeurs refuges concurrentes comme les obligations ont des rendements négatifs. Même si les traders récupèrent une plus-value en pariant à la baisse dans leurs transactions, ce processus étrange, car inversé, laisse penser que les moteurs de la hausse de l’or ne devraient pas s’enrayer de sitôt. Au mieux, la croissance faible et les taux d’intérêt bas sont partis pour durer en 2020 jusqu’à une transition douce du système économique et au pire, une crise économique et financière interviendra prochainement.

 
Comprendre la domination juridique de la Banque

Les qualités de l’or

Le métal jaune a prouvé depuis des décennies son extraordinaire capacité à résister aux principales crises économiques en conservant sa valeur intrinsèque. C’est dû à deux atouts importants de l’or : sa rareté et sa stabilité. Ces facteurs sont attrayants en période de déséquilibre pour les investisseurs. Je parle ici d’or physique bien entendu et non d’or financier échangé sous différentes formes sur les marchés financiers.

 
Les métaux précieux sont la seule classe d’actifs sans risque de contrepartie quand on en a la possession matérielle contrairement au dollar, à l’euro, à un compte en banque, à une action ou encore à une assurance vie dans lesquels la perte de confiance est chronique. L’or et l’argent conserveront toujours une certaine valeur intrinsèque due à leur rareté, à l’impossibilité de les créer à partir de rien et à leur qualité de monnaie historique de l’humanité depuis des milliers d’années.
Si l’or revendique un cours confortable, c’est tout simplement parce qu’il est un actif de sécurité. Contrairement à un actif boursier, l’or concret est la garantie de détenir un actif tangible en dehors des circuits financier et bancaire, et donc en totale indépendance.

 

L’or pour tous ?

Début 2019, l’or était la quatrième solution d’épargne privilégiée des Français après la pierre, l’assurance-vie et le dépôt d’argent selon Capital. Les Français seraient les champions mondiaux de la détention d’or avec 16 % de la population qui déclaraient en posséder ou en avoir possédé sous forme de pièces et lingots. Les particuliers français détiennent actuellement 3 000 tonnes d’or (pour un potentiel d’environ 105 Md €). Plus intéressant, le phénomène concerne toutes les catégories sociales : les ouvriers (13 %), les employés (17 %) et les cadres (20 %). L’or est la meilleure épargne au monde tout simplement parce qu’il conserve sa valeur dans le temps long indépendamment des fluctuations conjoncturelles. Ceci en fait un bien à la fois rare, précieux et cher.

Lorsque les économies mondiales tremblent, l’or et l’argent prospèrent. Nos économies personnelles sont bien plus en sécurité et même plus rentables ailleurs que sur un livret A ou que sur une assurance vie. Les métaux or et argent font partie des meilleures solutions alternatives. Ils combinent à la fois la sécurité à long terme de l’assurance-vie et la possibilité de réaliser une plus-value en cas de crise financière, ou même dans un scénario de continuation de la politique de planche à billets et de taux négatifs des banques centrales.

N’oubliez pas que l’or est par exemple bien moins surévalué que l’immobilier, surtout en France, et je ne parle même pas de l’argent métal. Ce sont des placements à la fois plus accessibles pour toutes les bourses (particulièrement dans le cas de l’argent métal) et plus sûres avec des méthodes d’investissement appropriées.

Alan Greenspan, ancien président de la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, conseillait déjà en 2014 dans son dernier livre de détenir de l’or pour se protéger de la crise. Il soutient que l’or est une monnaie et même LA monnaie de référence. Aucune devise fiduciaire, même le dollar ne peut l’égaler. L’or et l’argent sont acceptés de tout temps et en tout lieu sur le globe sans garantie supplémentaire.

 
Comprendre la nécessité du retour à l’étalon-or

Nous arrivons au bout d’un cycle

À votre avis, pourquoi les banques centrales investissent massivement dans un actif à part pour un rendement futur ? Elles se préparent tout simplement à la prochaine transition économique ou à la prochaine crise qui va attaquer directement la valeur de nos devises euro, dollar, etc. Acheter de l’or et de l’argent, c’est préparer en quelque sorte le monde de demain (c’est ce que j’explique dans mon livre), car la situation ne peut pas s’améliorer sans une grande crise ou une grande guerre pour faire un reset économique et financier, c’est aussi simple que cela. L’autre scénario est la continuité de la transition douce qui consiste à détruire lentement mais sûrement tout protectionnisme et acquis sociaux.

 

Bref, on n’est pas prêt d’arrêter de sortir dans les rues.

Franck Pengam

 
 
www.geopolitique-profonde.com

 

Suivez ma newsletter avec beaucoup d’informations à venir prochainement. Vous recevrez en cadeau 27 pages du livre : « Géopolitique de l’or : le métal jaune au cœur du système international ».

Photo

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

2 commentaires