Grèves : «La colère va bien au-delà des retraites» J. SAPIR | H. STERDYNIAK | N. DA SILVA | S. SIROT

Toujours plus d’ingérence de cet état néolibéral au service des grandes entreprises et des lobbys de la santé. À partir du moment où les responsables d’hôpitaux ou des administrations gestionnaires de la santé comme la Sécu, sont désignés au conseil des ministres, ces VRP gèrent ces structures comme des entreprises, l’humain n’est plus que la variable d’ajustement taxable et corvéable à merci, de ce système qui tend à terme, à la privatisation de notre système de santé. Le savoir c’est bien mais, va-t-on pouvoir empêcher la prédation de l’ état sur notre système de santé, au profit du privé ? Regardons déjà tout ce qui a été et sera vendu au plus offrant, comme dernièrement Latécoère (champion français des aérostructures) qui bat pavillon américain depuis le 4 décembre, « bye-bye les brevets » (ICI). Partagez ! Volti

******

Source Sputnik France

123fr

Réforme phare voulue par Emmanuel Macron, le passage à un système de retraite par points et la suppression des régimes spéciaux sont loin de faire l’unanimité. Mais au-delà de ces mesures, c’est toute la politique économique et sociale de l’exécutif qui semble contestée. Un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, la grève du 5 décembre lancerait-elle l’« acte 2 » de la mobilisation sociale ?

Russeurope Express
Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent Henri Sterdyniak, cofondateur des Économistes atterrés et chercheur à l’OFCE, Nicolas da Silva, maître de conférences en économie à Paris 13, spécialiste de la santé et de la protection sociale, et Stéphane Sirot, historien du syndicalisme et des mouvements sociaux, professeur à l’université de Cergy-Pontoise.

9 commentaires

Laisser un commentaire