Robots humanoïdes, pour quoi faire ?..

Bonne question. Ces satanés assemblages de composants de plus en plus sophistiqués, ne cessent de m’interroger. Si en plus ils ressemblent à notre espèce, ça me dérange car, je n’y voit pas d’ intérêt autre que celui de nous faire accepter ces tas de ferraille dotés d’une certaine « intelligence », vu leurs « exploits », pour nous les rendre sympathiques.

N’ayant plus aucune illusion sur la nature humaine et son atavisme belliqueux, je me demande ce que l’on va « injecter » dans ces machines comme programmes ? On voit déjà les capacités de ceux qui nous sont présentés et personnellement, ça ne me rassure pas pour la suite.

J’y vois une déshumanisation constante, un isolement à terme de l’individu accroché à son « Alexa » pour savoir le temps qu’il fait, comme si mettre le nez à sa fenêtre, était un effort insurmontable. ou à sa Smartwash pour contrôler son rythme cardiaque, ou le nombre de pas qu’il fait, pour peu que ça ne serve qu’à cela (??). L’adepte du tout connecté, ne pense pas à un black-out qui le laisserait comme un con, sur le devant de sa porte, ou à une angine qui le ferait passer pour un inconnu face à son robot qui n’aurait plus les paramètres de sa reconnaissance vocale.

Il y a des applications médicales qui permettent un mieux être, se sont celles qui sont le mieux acceptées par la population.

Pour les autres, la liste serait trop longue de tout ce que ces engins sont capables de faire grâce aux humains qui les assemblent. Le pire sont ceux qui sont voués à l’armée et à la défense, et ceux là n’ont certainement pas dans leurs circuits, les principes d’Azimov. Terminator n’est qu’une des facette de ce qui pourrait bien nous attendre demain. Partagez ! Volti

******

Par Sylvain Devaux pour La Robolution

Robots humanoïdes, pour quoi faire ?

Franchement, si le développement de l’Intelligence Artificielle est à surveiller de près, tout comme la robotisation de certaines tâches de plus en plus complexes, les robots humanoïdes laissent dubitatifs. Certains misent sur le trouble engendré de par la ressemblance à l’humain (Sophia) alors que d’autres font des exercices. En effet, Boston Dynamics continue de faire joujou et de poster des vidéos des « exploits » de ses machines. Des robots qui font de la gymnastique et qui savent même faire le poirier. La performance est là mais pour l’instant, encore un peu gratuite…

Mais imaginons que l’on arme ces robots dont les prouesses physiques progressent de jour en jour et qu’on les dote d’une IA « apprenante » avancée…Bon je sais, je refais le coup des robots tueurs à la « Terminator » mais l’utilité des prouesses mécaniques est encore à prouver à ce jour. Leur adaptation à un environnement industriel peut cependant être intéressante. Mais faut-il qu’ils ressemblent à des humains ou des animaux ? Peu importe mais il y a bien deux phénomènes.

Si le robot ressemble…à un robot avec des yeux rigolos comme dans les dessins animés (genre Pepper), ils sont bien acceptés, même si leurs performances déçoivent assez rapidement (un assistant vocal est aussi doué…). S’ils ressemblent à des animaux caricaturés, idem. Mais s’ils ressemblent à des machines très techniques (comme ceux de Boston Dynamics), ils sont déjà moins sympathiques et laissent une idée d’insécurité, comme une sorte « d’arme potentielle » guère rassurante. Et s’ils ressemblent trop aux humains, comme Sophia, ils font peur par leur trop grande ressemblance qui trouble alors que l’on voit son mécanisme dans l’arrière de son crane ou des fils qui dépassent… Bref, leur utilité est encore limitée et ils cherchent leur voie. Mais si l’on conjugue les prouesses physiques aux capacités cognitives des IA, l’on pourrait bien obtenir une sacrée machine…sympathique ou non !

Sylvain DEVAUX

Voir :


Les déserts médicaux livrés aux robots ?

La guerre des robots, ultime atrocité ?

«L’homme a la possibilité non seulement de penser, mais encore de savoir qu’il pense ! C’est ce qui le distinguera toujours du robot le plus perfectionné». Jean Delumeau

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Larobolution.com est le site sur lequel Sylvain Devaux s’exprime quotidiennement et livre une vraie analyse du monde de la robotique à même de vous permettre d’en profiter. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.larobolution.com»

5 commentaires

  • Avatar Poisson volant

    Salut,

    Bin tout simplement pour y transferer nos consciences et partir explorer l univers !!

    Meme que nos enfants le feront en nous meprisant, nous considerant faibles et inferieurs.

    Puis, hors de l emprise saturnale du temps, reviendrons nous creer afin de s assurer de leur propre creation.

    Et la boucle sera bouclée …..

    Schu.

  • Je crois que, là encore, il convient de s’interroger sur notre propre regard face à ce genre de problèmes. Dans la mesure où nous ne pourrons pas arrêter ce phénomène de robotisation, irions-nous jusqu’à en acquérir un ?

    Oui, il y a une obsession d’Alexa. Je l’ai entendu et je l’ai trouvé pratique. Je comprends la difficulté à résister à cette facilité. Même plus besoin d’ouvrir un ordinateur, de chercher un site, et une réponse sur ce site (ou sur plusieurs). Ouvrir un livre pour chercher notre réponse paraît maintenant stupéfiant, d’un autre âge. Alors là… on passe encore à autre chose !

    Et puis voilà que Alexa (ou un autre) s’invite, presque en chair et en os, dans notre intimité. Entre la domotique et un vrai robot humanoïde à la maison, il y a encore un autre pas que certains ont déjà franchi. Seul le coût freinera certains.

    Lorsque surviendra la rupture de normalité (collapse), ce sera la panique dans ces milieux d’assistés.
    Je vois aussi les coûts environnementaux et sur la santé avec de genre d’appareils: entre les ondes et le tout électrique, entre l’espionnage et la surveillance de la population, entre les terres rares et limités et le recyclage aléatoire, encore bien des catastrophes en vue.