Amazonie : d’anciens FARC lancent une “guérilla” contre la déforestation !..

Nonobstant les propos apocalyptiques de Greta Thumberg aux dirigeants de la Planète « Je veux que vous paniquiez« , sans que cela n’aboutissent à des décisions responsables (ils ne sont pas là pour cela) et alors que les incendies se déclaraient un peu partout, des anciens des FARC, (Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes) se sont investi pour lutter contre la déforestation. Là au moins, c’est du concret. La forêt amazonienne ce n’est pas seulement le Brésil. Partagez ! Volti

******

Yoann Demeure pour Science-Post

D’anciens FARC actifs de 1964 à 2016 ont décidé de se remobiliser afin de protéger la foret !
Crédits : Wikipedia

Depuis maintenant trois ans, les FARC ont signé un accord de paix avec le gouvernement colombien après des décennies de conflit. Cependant, certains anciens guérilleros se remobilisent depuis peu afin de préserver la forêt en danger.

Des “guerriers de l’environnement”

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) représentaient la principale guérilla communiste impliquée dans le conflit armé colombien, ayant débuté dans les années 1960. Cette période de conflit s’est soldée par un accord de paix en 2016 mais certains anciens FARC ont trouvé un autre combat à mener. Comme l’indique la BBC dans une publication du 21 août 2019, d’anciens FARC ont décidé de se remobiliser pour la cause environnementale.

La chaîne britannique a interrogé Albeiro Suarez, ayant passé presque trois décennies à se battre aux côtés des FARC. Ce dernier a expliqué que l’exploitation illégale de la foret a explosé après la signature de l’accord de paix. Selon les chiffres officiels, celle-ci aurait plus que doublé en à peine trois ans ! Dans la région d’Uribe, Albeiro Suarez vit dans la jungle amazonienne avec une centaine d’autres ex-FARC ainsi que leur famille. L’objectif ? Surveiller et protéger la forêt.

Lire l’article complet

Science-Post

Voir aussi sur le même sujet :

L’Amazonie pourrait avoir dépassé le point de non-retour…

Les émissions de CO2 dues aux incendies en Amazonie seraient jusqu’à 4 fois plus importantes que ce que l’on pensait

Amazonie : L’équivalent “d’un million de terrains de football” perdus en un an

Un article à mon avis important. Le film, « Les dents de la Mer » n’a pas contribué à faire aimer les requins, pourtant, ils sont indispensables pour la bonne régulation des océans. S’ils devaient disparaître, ce serait catastrophique.

Que se passerait-il si les requins disparaissaient des océans ?

3 commentaires

  • Avatar Leveilleur

    Il faudrait des guerriers de l’environnement, des guerriers de la biodiversité et de la préservation d’animaux sauvages, vu que les dirigeants ne font rien contre ceux qui détruisent l’environnement et notre avenir et pour cause, la plupart sont achetés par des lobbies de tout bort, économistes et multinationales, je dis alors que seules des initiatives comme celles-ci pourront sauver l’humanité de son déclin car sans la biodiversité, les enfants d’aujourd’hui n’ont aucun avenir et nous non plus.

    Il faudrait des centaines, voir des milliers d’initiatives comme celle-ci pour dire aux destructeurs sans conscience, voilà maintenant tremblez, vous ne pouvez plus faire du profit par la destruction de la Nature sans passer d’abord par nous, vous détruisez la vie et notre avenir, c’est facile pour vous mais maintenant c’est terminé nous reprenons le contrôle de tout ça.

    Voilà des courageux, voilà des initiatives qui méritent qu’on s’y intéresse car ces héros des temps modernes nous redonnent de l’espoir et l’humanité en a vraiment besoin. Mais combien d’humains sont capables de sortir de leur petite vie rangé pour agir vraiment en ce sens ? Le plus possible j’espère car c’est la question que l’on doit tous se poser maintenant si nous voulons un avenir et pour acter en conscience !

  • Avatar Montet

    Mouais… Visiblement certaines personnes ont été élevées et ont vécu avec la mort, la guerre et la fureur, dans le sang. Elles ne peuvent et ne savent rien faire d’autre que donner la mort et vivre, en marge, une vie d’aventurier, sans contrainte, horaires fixes, production… Certainement une accoutumance à la dopamine.
    Alors tous les prétextes sont bons pour vivre et justifier une vie d’asocial permettant au passage de se servir avec coercition auprès de la population rencontrée au fil des raids.
    Je ne valide pas. La cause est bonne mais je doute de leur réelle motivation.