Ce que tout le monde doit savoir sur la forêt amazonienne..

La forêt amazonienne expliquée par le géologue brésilien Geraldo Luís Lino. Pourquoi un tel tollé sur ce qui est décrit comme « un désastre écologique et humanitaire sans précédent« ? Les avis sont partagés. Partagez ! Volti

******

Auteur Geraldo Luís Lino pour Global-Research (trad Google Translate)

Le biome de la forêt amazonienne s’étend sur environ 6,7 millions de kilomètres carrés répartis entre le Brésil, la Bolivie, la Colombie, le Pérou, l’Équateur, le Venezuela, la Guyana, le Surinam et la Guyane française. Environ 62% de celle-ci se trouve au Brésil, où 84% de sa superficie d’origine au moment de l’arrivée des Portugais en 1500 après JC sont préservés. Cette zone essentiellement vierge a à peu près la taille de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la Norvège, de la Finlande, de la Suède, des Pays-Bas, de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal; s’il s’agissait d’un pays, ce serait le septième mondial en extension, plus grand que l’Inde.

La forêt amazonienne ne doit pas être confondue avec le Legal Amazon (Amazônia Legal), une région géographique délimitée dans le but d’établir des régimes fiscaux spéciaux afin de favoriser les activités économiques dans les neuf États du nord du Brésil. Ces États représentent 61% du territoire national, mais hébergent moins de 13% de la population du pays et représentent moins de 8% du PIB du Brésil. Leur faible niveau de vie peut être évalué par le fait que 13% seulement des citadins ont accès aux systèmes d’égout; une grande partie des 4 millions de brésiliens qui n’ont pas de simples toilettes chez eux y vivent. La région abrite également des parties importantes de deux autres biomes brésiliens, le Cerrado (savane) et le Pantanal (zones humides). Legal Amazon couvre 5,1 millions de km2 ; la partie brésilienne de la forêt tropicale, 4,2 millions de km2 .

La forêt pluviale n’est pas le « poumon du monde »; Ses biotes végétaux et animaux consomment tout l’oxygène généré par la photosynthèse dans leur processus de respiration (oui, les plantes respirent), de sorte que le budget net est proche de zéro. (Et après tout, les poumons ne produisent pas d’oxygène.)

Ce n’est pas non plus un «puits de carbone» fonctionnel, car, en tant qu’écosystème à climax stable, son budget net de carbone est également proche de zéro (sauf lorsqu’il brûle). Quoi qu’il en soit, si les gens sont préoccupés par le carbone, ils doivent soutenir le défrichement de la forêt et son remplacement par la végétation de régénération secondaire (appelée «capoeira»), qui capte effectivement le carbone atmosphérique au cours de sa croissance. À propos, entre 2008 et 2012, la superficie des «capoeiras» a augmenté deux fois et demie plus rapidement que celle de la forêt défrichée (il n’y a pas de données plus récentes). (Avertissement: je ne suggère pas cette ligne de conduite.)

La forêt pluviale est évidemment pertinente pour les cycles biogéochimiques de la biosphère, mais elle n’a pas d’impact significatif sur le climat mondial. Sa principale contribution à la dynamique atmosphérique consiste à recycler la moitié de l’eau de pluie provenant de l’océan Atlantique de l’ouest vers l’atmosphère par évapotranspiration, formant ainsi un flux de vapeur d’eau partiellement réorienté vers le sud. Ce processus est important pour la forêt pluviale elle-même et ses environs, mais son influence peut difficilement être considérée comme étant globale.

Les très nombreuses projections sur un «point critique» redouté de la déforestation au-delà duquel la forêt tropicale serait censée subir un «dépérissement» irréversible ne sont que des produits de modèles mathématiques sans preuves factuelles. Ces modèles peuvent être utiles comme exercices académiques mais ne devraient pas être le terrain de décision. Si d’autres biomes sont utiles à des fins de comparaison, la forêt atlantique (Mata Atlântica), qui présente une biodiversité semblable à la forêt tropicale humide, a couvert 1,3 million de km2 du territoire brésilien le long de la côte au 16 e siècle et a perdu plus de 80% du territoire. depuis sa région d’origine, mais il n’a pas encore subi un tel «dépérissement». Le «seuil critique» de déforestation hypothétique pour la forêt pluviale est de 20%, un nombre qui offre des prévisions apocalyptiques attrayantes et des titres médiatiques choquants, mais ne correspond pas aux faits et au bon sens.

Les taux de déforestation annuels en Amazonie légale ont diminué régulièrement depuis la dernière décennie et sont maintenant bien inférieurs à 10 000 km 2 par an. Compte tenu du fait qu’une grande partie de la déforestation se produit dans le Cerrado, une projection hypothétique linéaire utilisant de tels taux suggère qu’il faudrait bien plus de 400 ans pour éliminer complètement la forêt tropicale – un scénario absurde qui est inimaginable pour tous les esprits bien pensants, à l’exception de certains illusoires. et les environnementalistes radicaux non informés, de toute façon.

Une grande partie de la déforestation se produit dans les propriétés privées et les zones de peuplement parrainées par le gouvernement pour les petits exploitants familiaux, ce qui signifie que c’est légal. Le code forestier brésilien de 2012 autorise le déminage de 20% des zones de la forêt tropicale et de 50% du Cerrado à des fins économiques. Malheureusement, les taux de déforestation régulièrement vantés par les médias ne font pas cette distinction nécessaire.

Le nombre d’incendies en Amazonie légale (y compris le Cerrado) a également diminué depuis les années record de 2004-2005; les projections pour 2019 indiquent qu’elles atteindront environ la moitié du nombre de ces années. Un grand nombre de ces incendies se produisent dans des propriétés privées où des personnes utilisent le feu comme méthode de nettoyage du terrain depuis des siècles; ce n’est pas la meilleure méthode mais c’est ce à quoi ils ont accès. Il convient de noter que la plupart des incendies ne se situent pas dans la forêt tropicale elle-même, mais dans sa zone de transition méridionale menant au Cerrado et dans le Cerrado lui-même, comme on peut le voir sur le site Web Informations sur les incendies pour le système de gestion des ressources (voir ceci – Rainforest est à peu près délimitée par les vastes étendues vert foncé et vert clair situées au nord du parallèle 15 o S). Incidemment, on peut également observer que le Brésil est loin d’être seul dans la saison des feux dans le monde.

Plus de 25 millions de personnes vivent en Amazonie légale, la plupart dans des conditions socio-économiques précaires. La grande majorité des personnes qui coupent des arbres ou qui utilisent le feu ne sont pas des criminels mais le font parce qu’elles doivent gagner leur vie d’une manière ou d’une autre (bien sûr, certains criminels réussissent à échapper à l’application de la loi et à la punition qui leur est due, comme partout ailleurs. ). Gardant à l’esprit les proportions respectives, seuls des écologistes tenaces considèrent les Allemands comme des criminels environnementaux, car les restes de la forêt de Hambach, près de Cologne, doivent être abattus par la société d’énergie RWE afin d’obtenir le lignite dans le sous-sol nécessaire centrales thermoélectriques à carburant, après que la chancelière Angela Merkel ait ordonné la fermeture de plusieurs centrales nucléaires du pays pour des raisons purement politiques.

Le Brésil est un pays en développement et s’efforce encore de trouver le moyen de mettre pleinement en valeur ses ressources humaines et naturelles. Pour la région amazonienne, le chemin n’est pas «conservé» comme une gigantesque combinaison de jardin botanique et de zoo, comme beaucoup de gens semblent penser naïvement. Il doit commencer par les tâches qui se font attendre depuis longtemps: régularisation des droits fonciers, zonage écologique et économique, valorisation des productions et des ressources locales avec les meilleures techniques disponibles, amélioration et extension des infrastructures nécessaires pour permettre des gains de qualité de vie aux populations effort massif de recherche et de développement de ses vastes ressources en biodiversité, combinant des institutions de recherche, des entreprises privées et le précieux savoir traditionnel de ses habitants. En bref, une sorte d’Amazone industrielle 4.0, une impulsion capable d’amener la plupart de ses habitants au niveau de bien-être permis par les connaissances du 21 e siècle. Tout cela peut et doit être fait avec le soin nécessaire pour l’environnement et, espérons-le, nous pourrons mettre ce programme rationnel en pratique, mais la condition sine qua non pour le faire est de dissiper les mythes et l’hystérie à propos de la région et de son développement.

Ainsi, les gens, y compris les dirigeants et les personnalités étrangères, devraient mieux s’informer avant de blâmer ridiculement le Brésil de «menace sur le climat mondial» ou de demander des sanctions contre le pays (motivés principalement par des raisons politiques et économiques). Il en va de même pour beaucoup de Brésiliens qui sont toujours disposés à réverbérer toute critique à l’encontre du pays en provenance de l’étranger, qu’ils soient sérieux ou non.

* Note aux lecteurs: veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Transférez cet article à vos listes de diffusion. Crosspost sur votre site de blog, forums internet. etc.

Geraldo Luís Lino est un géologue brésilien, ancien consultant en environnement, cofondateur et directeur du Mouvement ibéro-américain de solidarité (MSIa – www.msiainforma.org ); e-mail: geraldoluislino@gmail.com .

Sur le sujet:

L’avis de Matt Agorist de TheFreeThoughtProject.com. Quand la politique s’en mêle, les avis divergent. Voir l’article « Après avoir couvert l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris non-stop, les médias se taisent alors que l’Amazone brûle pendant des semaines » (Translate)

11 commentaires

  • Avatar predateur

    bon , l essentiel c est que tout va pour le mieux , y a plus qu à allumer le barbecue , pi sortir les bières du frigo ….
    cette aprés midi j irais refaire le plein de nutella https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Tu as bien fait de publier cet article qui est fort intéressant et qui contre-argumente en même temps ce qu’on lit ou entend dans les médias. Pas de quoi juger du pour ou du contre pour autant.

    Ce que je peux dire, comme humaine et occidentale, douée d’émotions et de sentiments, c’est que des feux de cette ampleur massacrent, dans des conditions atroces, des millions d’animaux, et que la végétation, elle aussi douée d’un certain ressenti, ne doit pas apprécier du tout de finir en barbecue. Mais là aussi, animaux et végétaux sont considérés comme des biens.

    Je ne suis pas sûre que les populations locales, les peuples autochtones, qui ont une relation avec la nature bien plus intelligente (de l’intelligence du cœur) que nous, apprécient de voir tout ce monde partir en fumée. Qu’en disent aussi les Esprits de la Nature avec lesquels ils sont en contact ?

    Je ne connais pas non plus l’impact des fumées sur les territoires ni sur l’atmosphère de notre planète. Lorsqu’un volcan se réveille, l’impact peut aller très loin, avec des gaz toxiques en plus. Ici, dans ce cas, je doute que ce soit innocent.

    • Avatar engel

      Ce qu’on peut aussi dire.
      C’est que les deux camps nous prennent pour des cons !https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      – D’un coté ils veulent nous faire croire que la forêt amazonienne brûle.
      Et là, tout le monde pensent que c’est la forêt primaire peuplée d’immenses arbres(et c’est confusion est volontairement voulue.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif.

      – De l’autre coté, on veut nous faire croire que la forêt primaire ne stocke pas de carbone.
      Et que cette forêt originelle consomme plus d’oxygène(de nuit) quelle n’en rejette(de jours).https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      …Salopiaud!
      Et le bois de croissance, c’est quoi ?
      Si ce n’est du carbone à l’état solide stocké par les arbres et extrait du CO2* ambiant!

      *) CO2 : Pour un atome de Carbone, extrait il reste donc deux atomes Oxygènes disponible.

  • rouletabille rouletabille

    Du boulot pour les ONG planteuses d’arbres « Ecosi »de mémoire.

  • Avatar nours77

    Ce n est pas un poumons, mais un stabilisateur/régulateur, de co2 et o2, admettons qu une grosse éruption volcanique est lieu, recouvrant un continent (un gaz cherchera toujours a occuper le maximum d espace, loi de mariotte) ce sont ces mers d arbres (mousses, fougère, arbres, etc…) qui en réguleront la concentration. oui le rôle des plantes vertes (même adulte) est indispensable pour la stabilité de l atmosphère.
    De plus c est une réserve biologique que la médecine n a pas fini de fouiller et qui est tellement riche. Non contrairement a ce que dit cette article, la destruction de ce biotope (même légalement, j ai bien ri a ce stade de l article…) est une catastrophe…
    Il est pourtant évident quelle doit être préservé (comme un peu toutes les forêts d ailleurs), même au détriment de l agriculture dans un pays en développement. Les solutions ne manque pas cependant le capitalisme, le chacun pour soit avec la loi du plus fort financière interdit le partage, seul la vente conte… et c est sans doute pourquoi 45% de la production mondiale de nourriture est jeté a la poubelle.
    A cela on ajoute la géo-ingénierie qui détruit la vapeur d eau et donc rend le développement des forêts bien plus longues… et dans 50 a 100 ans cette planète va devenir invivable pour les hommes, (vos petites plantes ne remplaceront pas un échos système qui a des millions d années dévolution/ajustement, soyez lucide 5 minutes, le dioxyde de carbone est indispensable a la vie végétale…) mais c est a priori une vision trop lointaine pour les apprenties sorciers adeptes de du profit a court terme.

  • Avatar sephiros

    mais elle n’a pas d’impact significatif sur le climat mondial.

    peut être qu’ils devraient lire Schauberger car pour l’instant ils en sont loin très loin

  • Avatar engel

    Manipulation à grande échelle

    C’est bien ce que je pensais depuis le début. Et c’est pourquoi je vous interrogeai dans un article passé.
    …Un seul s’est interrogé et a réponduhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    Donc :
    – La forêt amazonienne ne peut pas brûler.
    C’est impossible !!!

    Effaré de constater que même ici, personne ne s’interroge quand la propagande leur sort des conneries plus grosses qu’eux !
    …C’est foutu, vous pouvez vous rendormir!
    Grahhh… très en colère!!!.

    PS:
    – VOLTI, il serait peut-être bon de mettre cette vidéo à la une.
    …On sait jamais que les synapses moutonnesques se reconnectent aux neurones.

    https://echelledejacob.blogspot.com/2019/08/la-foret-amazonienne-ne-brule-pas.html

  • Avatar Flo500

    Je n’ai pas eu le temps de vous répondre, mais il s’agit évidemment d’une manipulation.
    J’en ai fait la remarque dans un commentaire (je ne sais plus où), en mentionnant que la photo diffusée par Macron datait d’une douzaine d’années (Une fake photo venant du président, et sans aucun démenti), et que les autres diffusées ailleurs étaient fausses également.

    Lorsque tous les médias rebattent d’un même sujet, vous pouvez être sûr qu’ils en ont reçu l’ordre :
    Que ce soit l’Amazonie, les opérations de la jeune Greta qui se mêle de tout (et surtout de ce qu’elle ne connaît pas), la disparition de l’eau (sur une planète couverte au trois quarts d’eau), les vaccins et tout le reste que vous entendez quotidiennement.

    Et dès qu’un président s’en mêle… A mon avis, ils préparent un coup du genre « Ingérence climatique » pour envahir n’importe quel pays qui serait présenté par les médias comme un pays pollueur. Et dans notre cas, avec de vrais militaires déguisés en pompier.

    Et si le Brésil refuse, ils l’envahiront avec une coalliition armée sous prétexte de « sauver l’Amazonie » et « sauver le poumon de la planète », avec l’entière bénédiction de Greta Thunberg.

Laisser un commentaire