Série de l’été : « L’effondrement a déjà commencé. Edouard Philippe le sait et en parle. » L’édito de Charles SANNAT..

L’avantage non négligeable de cette série estivale, c’est de mettre en évidence, les travers d’une politique tellement engoncée dans le profit, qu’il est pratiquement impossible de faire marche arrière, sauf à prendre des mesures drastiques pour tout le monde. Ce qui n’est visiblement pas, dans les intentions du/des gouvernement(s). Ils faut donc se résoudre à se préparer au mieux à cet effondrement que tous redoutent, et que personne ne peut, ou ne veut éviter. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Nous poursuivons notre série de l’été consacrée à l’effondrement.

Quel est l’objectif ? 

Vous permettre à l’issue de ce mois de juillet d’être en mesure de relier tous les points pour faire apparaître une image, LA grande image, les anglo-saxons utilisent l’expression « The Big Picture » de la réalité.

Dites-vous bien, que, en ce bas monde, personne ne fait n’importe quoi. On peut faire des erreurs, il peut même y avoir de l’incompétence, parfois de l’amateurisme, mais rarement du n’importe quoi.

L’organisation du monde est sous-tendue par des mobiles, des stratégies, des volontés, des alliances, des objectifs.

Comprenez l’organisation du monde et vous saurez à quoi vous en tenir. Vous pourrez anticiper, et logiquement, prendre de meilleures décisions.

La question de l’effondrement un tabou qui se brise !

Pour ceux qui s’intéressent à la marche des affaires de ce monde, rapidement, des constats peuvent être posés. Ces constats, poussent à affirmer qu’effectivement les choses, dirons nous pudiquement, ne vont pas pour le mieux, et ne vont pas non plus en s’améliorant.

C’est à ce stade du raisonnement que nous perdons 95% des gens qui nous entourent. Personne ne veut parler de catastrophe, ceux qui l’envisagent sérieusement étaient pris au mieux pour de doux dingues, au pire pour des dangers publics, ou des malades mentaux « stockeurs » compulsifs de boîtes de conserve.

Tout le monde est d’accord pour dire que cela va mal, très mal, particulièrement mal, et toutes les autres variantes permettant de décrire une situation de totalement moisie à entièrement pourrie. Mais une fois, ceci posé, personne n’ose pousser le raisonnement au-delà des constats.

Et que trouve-t-on au-delà du constat ?

Les conséquences de nos constats !

Depuis des années, je termine chaque édito par la phrase « préparez-vous, il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu ».

Il faut savoir aller au bout du raisonnement et ne pas s’arrêter au milieu du gué.

Au bout des constats, évidemment, l’effondrement inéluctable et l’impérieuse nécessité de comprendre qu’en termes collectifs nous ne serons pas capables d’adapter notre système capitaliste basé sur la consommation de masse et la production de masse en un système soutenable.

Nous n’avons pas de problème de ressources, même si cela semble contradictoire avec ce que je vous dis depuis le début de cette série. Je m’explique.

Nous n’avons pas de problème de ressources, nous avons un problème d’avidité.

Comme le disait si superbement Gandhi, « il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’homme, mais pas assez pour assouvir son avidité ».

Or, c’est le système actuel qui depuis des décennies développe cultive scientifiquement l’avidité de l’humanité, pour faire avec son marketing de chacun de nous des consommateurs encore plus compulsifs achetant avec de l’argent que nous n’avons pas des choses dont nous n’avons pas besoin et qui nécessitent une gabegie de ressources naturelles pour être produites et arriver jusqu’à nous.

L’avidité sous-tend tout le système économique actuel de la planète terre et ce système détruit toute vie et tout avenir.

Fin du monde, et si c’était sérieux ?

Ce qui est passionnant désormais, c’est que le tabou se brise, et qu’enfin, on accepte d’entrevoir la réalité de nos constats et ce numéro de complément d’enquête qui va jusqu’à interroger le Premier Ministre Edouard Philippe sur l’effondrement, est en tous points remarquable.

Sa réponse est tout en finesse, elle n’élude pas le problème, elle positive l’issue, et un Premier Ministre ne peut pas faire autre chose tant sa parole est importante.

D’abord, pour la première fois, nous avons une émission grand public qui ne tourne pas en dérision ceux qui se préparent.

C’est un tournant majeur. Signe de gravité.

Ensuite, cette émission montre qu’au plus haut niveau de l’État, le sujet est évidemment connu. C’est un dossier. Un dossier qui occupe, croyez-moi, une part en réalité considérable de l’agenda de nos dirigeants.

Ce reportage, destiné au grand public, est le premier, et va devenir nettement plus courant car le moment est venu de commencer à préparer les gens face à la catastrophe à laquelle nous ne couperons pas.

Comme tout processus de formatage de la pensée et de fabrication du consentement, vous allez assister à un processus progressif, itératif. Le thème centrale retenu est « L’urgence climatique ».

L’action possible porteuse d’espoir « la transition énergétique ».

L’épisode monté en mayonnaise de la canicule avait pour objectif de participer à cette « propagande » à cette préparation des esprits. Mesures extraordinaires, notion de « survie » mise à toutes les sauces, bref, cela permet de scénariser la nécessaire adaptation à un environnement devenant hostile. On intègre le « danger » dans nos vies aseptisées.

La transition énergétique désigne le processus destiné à atténuer les effets des pénuries à venir

Ne vous y trompez pas.

La transition énergétique, est une expression qui ne dit pas ce qu’elle désigne réellement.

D’ici 2025, l’Arabie Saoudite n’aura presque plus de pétrole.

En 2030, c’en sera définitivement terminé.

Pétrochimie, plastique, transports routiers, aériens, tout va soit considérablement augmenter soit cesser dans les 10 ans qui viennent.

Une seule solution pour assurer la survie, la continuité non pas de notre système actuel, mais de nos sociétés.

Cette solution porte le nom de « transition énergétique ».

Elle ne fonctionnera pas, parce que c’est l’ensemble du système qu’il faudrait revoir pour que cela puisse marcher et c’est ce que j’ai expliqué dans l’épisode d’hier.

La transition énergétique a pour objet de nous permettre de gérer au mieux les pénuries énergétiques à venir. Les meilleurs investissements que vous pouvez faire, concernent votre habitat.

A demain pour un nouvel épisode sur l’effondrement, la série de l’été qui rend même les vacances les plus pourries très précieuses !!!

Dites-vous bien, que ça va être pire….hahahahaha (rire sardonique).

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Voir aussi :

Le New-York Times révèle que la France refile des armes en Libye…


Inégalités. 10% des travailleurs perçoivent plus de 50% des rémunérations

Le plus grand porte-conteneurs du monde avec presque… 24 000 conteneurs !

28 commentaires

  • Mesures drastique pour tout le monde, je comprends (petit peuple, sans dents, ceux qui ne sont rien), bien entendu.
    L’élite(mauvaise traduction car ce ne sont pas les meilleurs, loin de là) ne risque rien.

  • la transition energétique? encore un titre de « réclame ».
    on appelle maintenant pub et communication de la simple réclame pour vendre un idée.
    Hé ben oui hein. On vous « vend » meme des idées car a l’arrivée c’est vous qui passez a la caisse.

  • Avatar Montet

    Donc : faire comme les d’jeuns d’aujourd’hui… tout tout de suite pour ma gueule et maintenant puisque demain… et ben…. c’est plié ?
    Donc : Vous avez des enfants ? Courrez ! comme disait Doctor Who…
    Croissez et multipliez qu’y disait l’autre… NO future qu’y disaient dans les années 80…
    Bon je vais aller me pendre 1/2 h et je reviens… https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Avatar Leveilleur

    Oui Montet, encourager les gens a faire des enfants sur une planète aux ressources limités n’est pas responsable.

    Dans la rue quand je croise de tout petits enfants je ne peux pas m’empêcher de trouver leurs parents irresponsables, irresponsables car le besoin de pouponner est plus fort que la raison, comment peut-on penser au bien-être de son enfant quand on comprend que leur avenir est compromis, aléatoire et risque d’être chaotique.

    Comment peut-on faire des enfants tout en sachant qu’ils vont passer leur temps à reconstruire ce que leurs ancêtres on détruit car ne nous leurrons pas, c’est bien ce qu’ils vont devoir faire, plus le temps de fonder un foyer, tout le monde au boulot, il va falloir dépoluer, replanter, partager les ressources même moindre, préserver et se restreindre pour sauver la planète.

    Il y a deux jours j’ai fait un rêve, je voyais la civilisation s’effondrer autour de moi et je me disais, ça y est, ça à commencer, c’était peut-être une signe, en tout cas tous les signes avant coureur sont déjà là depuis un moment.

    Actuellement la roue s’est emballée au point que même les politiques ne savent pas comment l’arrêter, si on freine la roue d’un coup, beaucoup d’entre nous seront éjectés, même avec les meilleurs freins qui soient, on n’arrivera pas à tout stopper avant une quinzaine d’années.

    Pourtant c’est maintenant qu’il faut tout changer pour préserver ce qui reste de biodiversité, partager avec tous les terres cultivables pour que chacun puisse subvenir à ses besoins vitaux et coopérer avec les autres pour trouver d’autres façons de vivre plus en harmonie avec notre environnement.

    • Avatar engel

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif…Oui, mais comme tout est absolument dévoyé.

      – Ta (logique)vision de « décroissance par la dénatalité » fut détruit dès ses premiers frémissements naturelles(années70).
      Dés lors, nos traîtres nous imposèrent (et nous imposent encore) une immigration surnuméraire pour contrecarrer notre dénatalité naturelle.
      …Et ils s’en serviront même d’excuse !

      Rien n’arrive par hasard…

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Ben, moi quand je vois des pitchouns, je vois l’avenir.

      Certes, nous ne leur laisserons pas une planète en bonne état, ni une société idéale, mais la parenthèse des Trentes Glorieuses est belle et bien finie.

      Ce sera à eux de créer un autre monde…

      Et puis, c’est qui qui paiera nos retraites et nos soins palliatifs, hein !?!
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Avatar gneu

      Bonjour

      Faire des enfants, beaucoup d’enfants ne me paraît pas irresponsable mais au contraire salvateur.
      Au sein de la cellule familiale ou au sein d’une petite communauté, il est indispensable d’avoir de la « main d’œuvre » pour assurer tous les travaux nécessaires à l’équilibre de la cellule familiale. Si l’avenir est un retour à la paysannerie, il vaut mieux des familles bien étoffées que juste 2 enfants pourris gâtés.

  • Avatar mianne

    « croissez et multipliez », c’était la devise à une époque où la terre était peu peuplée . La Chine de Mao a compris que ce n’était pas tenable et a stoppé radicalement son explosion démographique . Aujourd’hui les pays qui appliquent encore cette devise, comme l’Afrique musulmane, sous le prétexte d’un principe religieux interdisant la contraception, le font dans un but de domination pour envahir le monde entier, sans se préoccuper de la limitation des ressources . Et ça marche pour l’invasion car les pays envahis leur facilitent la tâche par des organisations humanitaires complices . Si le principe d’une limitation des naissances au simple 2 enfants par femme pour le renouvellement des générations ne devient pas universel, ce seront les famines qui se chargeront de limiter l’espèce humaine .

  • « D’ici 2025, l’Arabie Saoudite n’aura presque plus de pétrole. »
    Et?

    Il en reste pas mal au Vénézuela et en Lybie….
    Sans parler du schiste en Chine,
    Sans parler des pôles,
    Sans parler … M’enfin…

    Depuis que je suis né, on me dit, l’année prochaine, c’est la bonne…
    Depuis que je suis né y’a du avoir 2 ou trois pics pétroliers minimum, et le baril est à 60 dollars…