Avocate expulsée par la force d’une salle d’audience du Tribunal de Paris..

On comprend aisément que cette expulsion ne passe pas auprès des confrères et consœurs de l’avocate. Les juges seraient-ils au dessus des lois ? Merci Françoise G. Partagez ! Volti

******

Source Le blog de Thierry Vallat avocat

(crédits dessin: Cabinet Thierry Vallat)

Un incident gravissime et révoltant est survenu ce jeudi 16 mai 2019 au Tribunal de Paris qui a ému l’ensemble de notre Barreau.

Notre consoeur Anna Salabi, ancien secrétaire de la Conférence, a été expulsée de la salle d’audience du tribunal d’instance par plusieurs policiers, sur instructions de la présidente Laurence Haiat.

L’avocate en robe a été saisie par les chevilles et les épaules et traînée de force hors de la salle, alors qu’elle refusait un report d’audience et tentait de contacter le Conseil de l’Ordre, ce qui a manifestement déplu à la magistrate qui a alors demandé aux forces de l’ordre d’expulser notre consœur, dont on a pourtant peine à croire qu’elle ait pu constituer une menace pour la sécurité.. 

Cette dernière souffre de douleurs thoraciques et au genou, ainsi qu’un évident traumatisme psychologique, et s’est vu prescrire une ITT de deux jours comme le relate Mediapart Une avocate expulsée «manu militari» d’une salle d’audience (édition abonné)

Si les incidents entre avocats et magistrats ne sont pas rares, il n’ont jamais atteint cette extrémité et il s’agit sans conteste d’une inconcevable et humiliante première, qui témoigne d’une brutale dégradation des nos relations avec les juges qui porte atteinte à la dignité et au rôle de tous les avocats, maillons pourtant indispensables et garants de la chaîne de la justice.

Le Conseil National des Barreaux a aussitôt saisi la Garde des sceaux de cet inadmissible expulsion, tandis que l’Ordre des avocats de Paris et l’ADAP alertait le Président du Tribunal de Paris. Le CSM devra faire toute la lumière sur cette affaire, puisqu’une note d’audience a vraisemblablement été établie par le greffier, et le cas échéant prendre les mesures qui s’imposeraient.

Totale solidarité et soutien inconditionnel bien sur à notre consœur: les avocats ne se laisseront pas bouter hors des tribunaux !

Thierry Vallat

(crédits dessin: Cabinet Thierry Vallat)

Voir derniers articles :

Fouilles dans les magasins: quels sont vos droits et ceux des vigiles et agents de sécurité ?
Caractère probatoire de l’avis de réception électronique d’un message envoyé par RPVA: l’arrêt de la Cour de cassation du 16 mai 2019
liberté d’expression et procès d’assises en cours
Election européennes 2019: les règles d’équité du temps de parole entre les candidats

15 commentaires

Laisser un commentaire