La Chine et la Russie ont mené des expériences controversées qui ont temporairement modifié l’atmosphère de la Terre.

Allons-y mollo car, quand on parle de HAARP ou de SURA, les théories du complot ne sont pas loin. Pourtant, en novembre 2018 on pouvait lire , la Russie soupçonnée d’avoir brouillé les signaux GPS lors de l’exercice de l’Otan « Trident Juncture 18 ». Rebelote en février 2019 où le renseignement norvégien accuse la Russie de brouiller les signaux GPS lors d’exercices militaires. Beaucoup d’articles ont circulé dénonçant l’envoi d’ondes radio à haute fréquence dans la ionosphère, qui pourraient modifier l’atmosphère. Détenir la supériorité technique en matière militaire, amènerait donc, à employer des moyens sophistiqués dont on ignore les effets à long terme. Le climat et son « réchauffement », quand on lit dans l’article, « lors d’un autre test, la température du gaz ionisé dans l’atmosphère augmentait de 100 degrés Celsius », pourrait-il être affecté par ces expériences ? Partagez ! Volti

******

Auteur Stéphanie Schmidt pour TrustMyScience

HAARP Illustration

Conjointement, la Chine et la Russie ont mené une série d’expériences controversées visant à modifier l’atmosphère de la Terre au moyen d’ondes radio haute fréquence.

Des scientifiques ont émis des ondes radio à haute fréquence pour manipuler l’ionosphère, à partir d’une installation de chauffage russe appelée Sura Ionospheric Heating Facility, située près de la ville de Vasilsursk, à l’est de Moscou. Au même moment, le CSES (China Seismo-Electromagnetic Satellite) mesurait les effets sur la perturbation du plasma en orbite.

Il ne s’agit pas de la première fois qu’une telle expérience est menée, mais des informations sur les développements sino-russes (communiquées par le biais d’un article publié ainsi que d’un article récent du South China Morning Post), ont suscité de réelles inquiétudes quant aux applications militaires potentielles de ce genre d’expériences.

En effet, l’ionosphère et le gaz ionisé (le plasma) qui l’habite sont essentiels à la communication par radio. En perturbant sélectivement les particules chargées qui composent cette partie de la haute atmosphère, des scientifiques ou même des gouvernements, pourraient théoriquement renforcer ou bloquer les signaux radio à longue portée.

De plus, même ces expériences préliminaires, menées en juin et apparemment conçues comme un test pour la recherche future sur l’ionosphère, ont eu des effets importants sur l’atmosphère terrestre.

Dans l’une des expériences, la zone affectée aurait couvert 126’000 kilomètres carrés. Lors d’un autre test, la température du gaz ionisé dans l’atmosphère augmentait de 100 degrés Celsius.

Les personnes impliquées dans ces recherches affirment cependant que l’expérience est purement scientifique et sans danger pour l’atmosphère. « Nous ne jouons pas à Dieu », a déclaré au South China Morning Post un chercheur non identifié ayant demandé à rester anonyme. « Nous ne sommes pas le seul pays à faire équipe avec les Russes. D’autres pays ont fait la même chose auparavant », a-t-il ajouté.

Vue du réseau d’antennes sur le site de Sura, en Russie. Crédits : GPL

Concernant ce dernier point, au moins, il n’y a effectivement pas de conflit. La base de Sura a été créée par l’Union soviétique au début des années 1980, mais aurait été l’inspiration pour une installation de chauffage atmosphérique encore plus vaste aux États-Unis, appelée HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program), qui a été construite en Alaska à peu près une décennie plus tard.

HAARP, qui est une installation de pompage ionosphérique considérablement plus puissante que Sura, a été initialement financée en partie par l’armée américaine, mais est à présent administrée par l’Université Alaska Fairbanks. L’US Air Force n’a toutefois pas renoncé à la manipulation atmosphérique et, parmi d’autres projets, elle a récemment envisagé de jeter des bombes à plasma de particules chargées dans la haute atmosphère, afin de déterminer son incidence sur l’ionosphère.

Un autre élément à ne pas négliger est le fait que la Chine serait également en train de construire un appareil de chauffage de l’ionosphère avancé, dans la ville de Sanya, située dans la province insulaire de Hainan, dans le sud de la Chine. Selon le SCM Post, ce chauffage pourrait permettre de manipuler l’ionosphère dans l’ensemble de la mer de Chine méridionale. …/…

Lire l’article complet

Source : Earth and Planetary Physics, South China Morning Post via TrustMyScience

Voir :

Et si la Terre perdait subitement son atmosphère ? Que se passerait-il ?

La Terre aurait connu une autre période d’extinction massive, il y a 13’000 ans

L’atmosphère extérieure de la Terre s’étend en réalité bien au-delà de la Lune

Les platistes veulent organiser une expédition en Antarctique pour prouver une fois pour toute que la Terre est plate

Une nouvelle méthode permet de transformer l’eau salée en carburant propre (hydrogène)

« Gelée grise » : les nanorobots auto-répliquants représentent-ils une menace pour la planète ?

3 commentaires

  • Avatar verisheep

    « Les théories du complot ne sont pas loin. »

    Les complots ne sont pas loin, ne surtout pas trop creuser. « Allons-y mollo ».

    Tu chauffes, tu brûles! On va s’arrêter là, faudrait pas se cramer non plus… C’est des conspirationnistes on te dit.

    Arrêtez de penser atmosphère, pensez ondes cérébrales.

    Détails en MP sur le forum pour ceux que ça intéresse.

  • Avatar xif

    Ces installations de modification de l’ionosphère sont utilisées pour étudier l’ionosphère et, potentiellement, pour une utilisation militaire, par exemple interrompre les télécommunications.

    L’ionosphère est un gaz (un plasma même) extrêmement peu dense par rapport à l’atmosphère du plancher des vaches (approximativement 10000x moins dense). C’est pour ça que c’est (relativement) facile à chauffer. Mais même réchauffée à 1000°C (localement !), cela n’a absolument aucun impact sur le climat. C’est comme essayer de chauffer l’eau d’une baignoire avec une bougie…

    Autre illustration de ce fait : HAARP rayonne 3600kW de puissance. C’est la consommation de 2000 aspirateurs en même temps. Même si HAARP fonctionnait tout le temps (ce qui n’est pas le cas), expliquez moi comment ça peut réchauffer le climat…

    Pour info, le soleil lui même nous donne 1000W/m2, c’est à dire qu’un hectare reçoit plus de puissance 12h/jour que ne peut émettre HAARP.

    C’est peut être jouer à dieu, mais ça n’a aucun autre impact. À part que ça coûte cher à ceux qui l’opèrent.

    Sans dire que l’impact sur l’ionosphère disparait en quelques minutes tout au plus, voire quelques seconde.