Permaculture vs agriculture industrielle : le sens des priorités

Article à retrouver également sur mon blog : https://blog.denislaplume.fr/2018/11/13/permaculture-vs-agriculture-industrielle-le-sens-des-priorites/

Le progrès technologique est décidément prodigieux : avec une moissonneuse-batteuse, un seul homme peut couvrir à lui seul des hectares de terrain, avec un avion il peut répandre des pesticides à volonté.

Lorsqu’on regarde la productivité par heure travaillée dans l’agriculture, la technologie fait des miracles :C’est là tout le danger de ne raisonner que sur des chiffres et des statistiques détachées de la réalité : Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

La véritable question à se poser est la suivante : parmi toutes les statistiques, dans l’éventail complet des possibilités, que faut-il privilégier, où doit-on mettre les priorités ? Si la première priorité que l’on retient est effectivement la productivité par heure/humain travaillée alors, aucune hésitation, il est indispensable de faire avancer la technologie encore davantage, au point même où des robots pourraient eux-mêmes faire les semis, l’arrosage, l’épandage de pesticides, fongicides, engrais, et la récolte voire même les transformations et emballages des produits. Tout cela pour plus de profits financiers pour les propriétaires terriens puisque plus un seul être humain ne serait nécessaire pour dégager des bénéfices d’une parcelle de terrain.

Pendant ce temps, en gardant un esprit ouvert, alerte et à l’affût de toutes les données qui peuvent nous aider à prendre des décisions, on peut constater que :

  • l’utilisation massive de pesticides provoque de multiples effets secondaires, dont l’empoisonnement des humains et de la faune (on pense aux abeilles mais c’est tout l’écosystème qui est touché, dont on sait pourtant qu’il est formé de boucles de rétroactions et de cycles de consommation par les chaînes alimentaires), la contamination des sols et de l’eau des sous-sols qui se répand dans tout l’environnement y compris dans vos verres et dans vos assiettes,
  • la culture industrielle oblige à la monoculture, pari très risqué lorsqu’un unique parasite détruit un type de culture comme ce fut le cas en Irlande avec la pomme de terre, d’autant plus que, en éliminant les arbres sur les surfaces cultivées, le sol et la végétation sont exposés à l’asséchement puisque non protégés des rayons du soleil et du vent, obligeant l’agriculteur à gaspiller de l’eau pour tenter de garder de l’humidité dans son champ,
  • le choix de la monoculture pousse à l’usage de pesticides car la plante cultivée, privée d’un environnement naturel, ne bénéficie d’aucune aide de son environnement pour résister à des attaques et doit donc être protégée artificiellement,
  • le labour combiné à la chimie appauvrit considérablement les sols, éliminant toute vie en son sein et en profondeur (disparition massive des vers de terre), de laquelle dépend pourtant tout ce qui peut pousser en surface,
  • l’agriculture industrielle est très consommatrice d’énergie (pétrole principalement) et accessoirement de ressources (métal, caoutchouc, etc.) alors que nous savons que nous utilisons déjà les ressources de la planète de manière irraisonnée et non durable dans le temps,
  • la population mondiale augmente,
  • les surfaces cultivables sur l’ensemble du globe sont quasiment toutes déjà utilisées et tendent même à diminuer dans certaines régions, remplacées par du béton, nous avons donc intérêt à tirer parti au maximum de chaque mètre carré pour produire de la nourriture afin de nourrir tout le monde,
  • les rendements au mètre carré obtenus en permaculture dépassent de très loin ceux de la monoculture industrielle, l’inconvénient étant que la permaculture nécessite l’intervention humaine constante et ne peut être mécanisée ou industrialisée, chaque lopin de terre ayant ses propres particularités,
  • par ailleurs, la permaculture utilise très peu de ressources si ce n’est de la matière grise et de l’huile de coude, toutes deux proportionnelles au nombre de bouches à nourrir,
  • les humains sont remplacés partout et dans tous les domaines par des machines, conduisant à un chômage qui ne peut qu’augmenter de manière irréversible dans les décennies à venir, provoquant par ailleurs une crise existentielle puisque l’humain devient inutile, sans compter que, dans le système économique et social actuel, cela le conduit à mourir de faim ou à être « entretenu » par des systèmes palliatifs de charité, on a connu avenir plus glorieux…

Ces constats énoncés, il semble évident que nous devons arrêter l’agriculture industrielle et basculer au plus tôt vers la permaculture partout, avec pour résultats quasi immédiats :

  • quantité de nourriture produite à l’hectare bien supérieure,
  • suppression du chômage, reconnexion des humains avec la nature et leur environnement,
  • utilisation raisonnée des ressources (eau, pétrole, etc.),
  • revigoration des sols, de la flore et de la faune, restaurant les cycles naturels et augmentant les rendements encore davantage.

L’unique inconvénient étant le manque à gagner de l’industrie des pesticides et des machines, provoquant sans aucun doute un ralentissement de la Sacro-Sainte Croissance. Est-ce bien grave ? Ça l’est sans aucun doute pour le système de la monnaie-dette qui nous étrangle aujourd’hui, mais en changeant de système monétaire, c’est au contraire un véritable salut.

Restons tout de même conscients que l’un des principaux défis de la permaculture est qu’il n’y a pas un manuel universel pour procéder. Une fois acquises un certain nombre de grandes lignes, elle requiert une formation solide dans de nombreux domaines (chimie, botanique, physique, etc.), tâtonnements, expérimentations, en fonction du type de terrain et de la topologie, du climat, des ressources disponibles en eau… c’est exactement à cela que l’humain excelle et qui sera très difficilement automatisable. Dans un premier temps, on peut envisager que l’intelligence artificielle, par l’accumulation de retours d’expériences, pourra permettre d’aider l’humain à faire des choix. Mais il est encore loin, le jour où des robots suffisamment multifonctionnels comme ceux de la série Humans nous remplaceront dans des champs en permaculture. Ce jour-là, peut-être pourrons-nous alors définitivement nous reposer sur nos lauriers, et enfin faire de notre vie exactement ce qui nous chante. À condition bien sûr que nous ayons d’ici là repris la pleine souveraineté sur la monnaie et la prise des décisions collectives.

Je vous invite à retrouver ces aspects ainsi que bien d’autres dans mon roman, « Le Président Providentiel ».

19 commentaires

  • KromoZom Y KromoZom Y

    Il est clair que la permaculture est le modèle à suivre pour une agriculture intelligente.
    Par contre niveau aide à la réduction du chomage, j’ai un gros doute.
    Le français veut travailler à heure fixe, la terre est basse, dehors il pleut, il fait froid ou chaud, faut pas travailler les week-ends ou jours fériés, veut ces vacances au mois de juillet et août, ne veut pas se salir…
    Pour preuve, l’essentiel des jobs saisonniers dans l’agriculture (vendanges, asperges, vergé…) sont quasi-exclusivement occupé par des espagnol ou des polonais, il en veut pas le français.
    C’est tellement plus simple un job dans un bureau 9h/17h avec clim, rtt et tickets resto.

    • Billou223

      En permaculture (végétale) on peut :

      -Travailler à heures fixes.
      -Utiliser des buttes comme support et ne pas se péter le dos.
      -Se couvrir pour se protéger du froid et de la pluie.
      -Utiliser un système de mares+végétation pour créer un micro-climat plus doux.
      -Planter des arbres pour protéger le sol, et se protéger des excès de chaleur/soleil.
      -Ne pas travailler les jours fériés, et prendre quelques vacances. (Un système résilient n’a besoin que de peu d’intervention.)
      -Ne pas se salir. (Bleu de travail, gants.)

      L’essentiel des activités dans l’agriculture dont plus personne ne veut ici, et dont ceux qui en veulent le font uniquement car ils gagnent 4 fois leur salaire dans leur pays, sont liées à la monoculture intensive, pétrochimique, ennuyeuse, rébarbative, réclamant la plupart du temps de se casser le dos via un travail à même le sol, sous un soleil de plomb ou dans le froid et la boue, tout en côtoyant toutes les saloperies chimiques.
      Désolé mais les vendanges typiques & AOC, ça ne fait pas rêver, surtout pour être indépendant, pour se retrouver avec une MSA digne du RSI, qui pompe plus qu’elle ne donne en cas de maladie, et au quotidien, et des coopératives qui décident des prix. Le milieu est particulièrement ingrat tandis que tout le monde sans exception, vit et prospère du fait de ces activités essentielles. (Notamment tous les gens avec des bullshit jobs bien contents de bouffer à l’œil ou presque via leurs tickets resto ou le fric qu’ils se font via leur activité, parce qu’ils n’ont pas à trimer comme le font des paysans exploités, pour manger, et à « pas cher ».)

      Comme souvent dans notre société, les activités les plus utiles et essentielles, sont les moins valorisées et les premières qui se font serrer la vis.

      • KromoZom Y KromoZom Y

        Je sais bien tout cela, je pratique.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
        Le français lambda n’en a pas la moindre idée, pour lui un travail agricole c’est exactement ce que j’ai décrit.
        La vision générale que les français ont de l’agriculture, c’est le modèle actuel.

      • marabout marabout

        ce qui manque au final ,c’est surtout,le couragehttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif
        et beaucoup ici,l’ont surement constaté dans leur entourage

          • marabout marabout

            et sans parler de leur ponte,la génération Y
            qui elle est bibéronné enfant roi,pour tous ces caprices!
            la sélection naturelle est inflexible,elle,par contre
            l’empathie n’est pas dans son ADN

        • Voltigeur Voltigeur

          J’en connais qui s’y sont essayé et qui ont dit « c’est de la merde, ça ne fonctionne pas »! seulement ce qu’ils ignoraient et n’est pas souvent dit, c’est qu’il faut au moins trois ans pour avoir un bon rendement, le temps que l’écosystème prédateurs/prédatés se crée, que les plants deviennent résistant et se renforcent. Les fainéants qui croient tout avoir la première année se fourvoient grave, il faut le dire, une fois installé c’est pas beaucoup de boulot mais, le boulot il faut le faire AVANT pour que ça fonctionne.. :)

          • marabout marabout

            ben,oui
            avant on économisait pour acheter un bien,maintenant c’est
            tout de suite à crédit..
            sauf que pour l’huile de coude et le potager,le crédit il faut le produire et il faut être patient.

          • engel

            Faut arrêter les niaiseries de bobos.

            Il n’y a pas de bonnes productions sans travail.
            Les productions sont en lien direct avec le suivi qu’on leur prête.

            Le pire sont tous ces néo-religieux permaculteurs qui parlent de  » leur art » comme la solution ultime.
            Oubliant que les déchets n’existent que par le faite que d’autres les considèrent comme tels.
            Dans le cas contraire la pénurie guette et on revient vite aux « rotation avec repos de la terre(jachère) » et baisse de production qui l’accompagne.

            …Croyez vous vraiment que les anciens étaient des cons!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

            • engel

              Ps: Je crois au potentiel de la culture ancienne retrouvée (permaculture) et en la nécessité de réformer voir de proscrire notre méthode de culture dite moderne (hyper nocive).

              Mais bon…avec réalisme S.V.P.

  • Nak1neuron

    La permaculture, c’est peut être un truc suffisant pour un jardin familial, avec quand même le recours au rayon primeur du bio du coin si ça merde un peu / beaucoup/ passionnément.
    Je suis maraîcher bio et je ne vais même pas essayer l’ésotérisme de la permaculture. Par contre, j’évite les plastiques de culture, je paille et je repique, j’évite de « travailler » le sol, je ne désherbe que le nécessaire … bref, la paresse est une intelligence. Et pour avoir de la production, les engrais bio (qui puent la mort ! – merde de cochon ou sang composté ou autre délicatesse) sont indispensables.
    Et pas du tout de produits biocides.
    Les tomates étaient piquées par des punaises. On explique les taches et ça passe.
    Ah si … les limaces et escargots … hélas, …. petits granulés bleus …. pas trop moyen de faire autrement à partir d’une certaine échelle.