Selon la NASA, la fin de notre civilisation est à prévoir dans quelques décennies ! …

Nous ne sommes pas idiots, au point de ne pas constater que nous détruisons notre « maison » la Terre. cette « chère » NASA a étudié la fin programmée de notre civilisation, dans quelques décennies et, elle met en avant, les inégalités riches/pauvres et ensuite la surexploitation des ressources terrestres. On disparaîtra c’est certain, comme beaucoup avant nous mais, que conseille cette « chère » NASA ? Ce que nous nous évertuons à seriner depuis des années, à savoir : mieux répartir les richesses en vue de réduire les inégalités existantes. Limiter notre consommation d’énergie non renouvelable mais aussi, de préserver nos ressources naturelles. La Palice aurait pu dire  » quand tout le monde s’en va, il ne reste plus personne ». Partagez ! Volti

******

Source Positivr.fr via Aphadolie

Illustration

L’effondrement de notre civilisation n’est plus un fantasme : si rien n’est fait pour l’éviter, alors, ce sera une réalité. Et s’il faut multiplier les prédictions concordantes pour que tout le monde en soit convaincu, en voici une très sérieuse qui nous vient tout droit de la NASA. Pour l’agence spatiale américaine, la fin de notre civilisation est à prévoir non pas à l’horizon de quelques millénaires ni même de quelques siècles… mais de quelques décennies !

Une fin programmée et plus proche que l’on ne le pense ?

C’est une réalité : la civilisation humaine semble condamnée à disparaître. Si le constat a de quoi effrayer, il s’inscrit dans une logique qui s’est reproduit plusieurs fois au cours de notre histoire. Au cours des 5.000 dernières années, plusieurs civilisations avant nous ont disparu comme l’empire Romain ou les tribus précolombiennes. Et d’après la NASA, nous connaîtrons le même sort, mais à une échelle planétaire.

L’agence aérospatiale américaine a réalisé une étude sur le sujet, émettant des hypothèses quant à la disparition de la civilisation humaine. Loin de ce que l’on pourrait croire, elle pourrait survenir d’après leurs analyses dans seulement quelques décennies. Nous pourrions sans nous en rendre compte être témoins de la disparition de notre espèce.

Comment allons-nous disparaître ?

Selon la NASA, deux cas de figure peuvent être envisagés. Le premier repose sur les inégalités entre riches et pauvres. Ce fossé ne cesse de se creuser : les puissants, moins nombreux mais de plus en plus riches, fait disparaître petit à petit les travailleurs et ceux qui restent sont trop pauvres pour se nourrir.

La deuxième hypothèse est liée à la surexploitation des ressources terrestres. L’utilisation parfois abusive des ressources de notre planète (qu’elles soient végétales, animales, minérales ou pétrolières) conduit à la destruction d’habitat et de fait, à la disparition des plus pauvres. Les pauvres ne pouvant plus produire ce qui est nécessaire aux riches, ces derniers disparaissent à leur tour.

Que faire pour éviter une disparition précoce ?

La fin de la civilisation est difficilement évitable mais elle peut être repoussée si chacun agit dès maintenant. Pour survivre, la NASA invite le monde à mieux répartir les richesses en vue de réduire les inégalités existantes. Elle recommande également de limiter notre consommation d’énergie non renouvelable mais aussi de préserver nos ressources naturelles sous peine de devenir trop rapidement les responsables de notre déclin.

Source Positivr.fr via Aphadolie

Ils en parlent aussi :

https://dailygeekshow.com/nasa-fin-civilisation/

https://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/mar/14/nasa-civilisation-irreversible-collapse-study-scientists

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1160610-la-nasa-predit-la-fin-de-notre-civilisation-une-catastrophe-difficilement-evitable.html

Le NouvelObs avait fait une mise à jour pour ce billet :

Mise à jour : Au lendemain de la publication initiale de ce billet, le 20 mars 2014, la Nasa a publié un communiqué pour prendre quelques distances vis-à-vis de l’étude. Si elle finance effectivement les outils qui ont été utilisés, elle n’est pas son commanditaire, et n’a pas revu les résultats qui sont sous la seule responsabilité des auteurs, tient-elle à préciser. Elle ne remet pas en question l’étude, simplement elle nous dit qu’elle n’a rien à voir là-dedans… à part avoir financé un programme de recherche qui a été utilisé pour l’étude.

Et dans un article très développé publié le 22 mars, The Guardian explique l’implication exacte de la Nasa dans l’étude. L’auteur de l’article détaille le financement de la Nasa au projet, et parle même d’un petit coup de main donné par l’agence spatiale américaine aux chercheurs pour leur modélisation de la planète. D’autre part, il insiste sur le fait qu’il s’agit d’une étude scientifique.

Que la Nasa s’en approprie ou non les conclusions ne change rien à ce fait et à la validité de ses résultats…

19 commentaires

  • gnafron

    y z’ont trouvé ça tout seul, chez NASA ? fallait au moins une équipe de deux cent personnes, non ?

  • Tom France

    Regardons ou nous en sommes au bout de même pas 2 siècle et demi de « civilisation occidentale », cette dite civilisation qui se défini par le dernier iphone et autre connerie de ce genre à la mode, les soldes, la débilité ambiante et permanente, le porte feuille, la guerre, la dette etc…
    Ce mensonge qu’est notre « civilisation » ne peut pas durer bien longtemps, c’est un châtiment du sens, de la réalité, quand les régimes catholiques, dont je ne suis pas fan, ont duré des milliers d’années!

  • fabienne

    C’est étonnant une étude pareille de la part de la NASA. Ce n’est pas leur métier, se préoccuper de la Terre. Ils ont oublié la démographie comme cause de disparition.
    C’est un peu vagasse comme avertissement. C’est de la civilisation américaine dont ils parlent? Si elle disparait, bon débarras!
    C’est de la civilisation mondiale ?? Un peu gros quand même.
    Si c’est de la baisse de notre niveau de vie, OK. C’est d’ailleurs déjà enclenché.

  • Leveilleur

    C’est déjà pas mal de le souligner et il était temps qu’ils en parlent enfin mais seulement vont-ils être entendus par nos élites au pouvoir ? Nous sommes tous liés, si les petits tombent, c’est toute la chaine économique qui tombe.

    Certains me disent que nous les Français par rapport au reste du monde nous n’avons pas à nous plaindre car nous avons des avantages que beaucoup nous envient, cependant notre pays est très cher et beaucoup d’entre nous ne peuvent plus se payer le minimum vital en plus de leur assurances, leur électricité, leur eau, leur loyer, leur essence, leurs factures et abonnements qui augmentent d’années en années, nous obligeant à reconsidérer nos priorités et à faire des choix quand c’est possible.

    De plus nous vivons dans un pays où le climat nous oblige à nous abriter, à nous chauffer, à nous couvrir, contrairement aux pays chaud nous avons plus de besoin énergétique.

    Aujourd’hui des millions de Français ne peuvent plus vivre décemment, se chauffer, s’abriter, se nourrir, s’ils ne sont pas aidés par les familles qui le peuvent encore.

    Cette année nous avons battu les records du prélèvement à la source des impôts et ça s’est répercuté dans le manque à gagner des magasins, j’ai pu le constater. Si l’argent vient à manquer, c’est toute la consommation qui s’arrête et dont le système, d’où l’importance de partager les richesses au plus vite, mais nous savons que ce n’est pas la priorité de nos élites qui refusent de prendre aux riches ce qu’ils n’ont pas besoin pour redistribuer les profits aux plus nécessiteux.

    Pourtant la seule priorité qui nous incombe aujourd’hui c’est la répartition des richesses et le respect de la biodiversité dans sa globalité, sinon il est évident que nous allons inévitablement vers la destruction de notre humanité entière.

    Il est temps que les choses changent, le modèle ancien n’est plus adapté à ce qu’il est devenu, il ne sert à rien de s’accrocher désespérément à ce que l’on a et de tout garder sans rien partager, il faut tout repenser et agir aujourd’hui pour le bien de tous dans un souci de préserver la vie dans son ensemble.

  • Flo500

    J’aurais confiance dans cette étude de la NASA quee le jour où elle pointera les vrais responsables.

    Qui provoquent cela ?
    Qui est au sommet de l’échelle et qui organisent cela à leur strict profit.

    Pas un instant le système de la Haute finance n’est évoqué.
    Pas un mot sur ces groupements qui tirent les ficelles.

    Même leurs grands lieutenants (comme George Sorros) ne sont pas nommés.

    Bref, une belle étude qui servira d’argument pour imposer encore plus les petits. Parce que la seule réponse des états : c’est des taxes.

  • gerard51

    L’effondrement peut arriver plus vite que prévu. Imaginez une guerre au Moyen Orient, le détroit d’Ormuz bloqué un mois ou deux et la théorie d’Olduvaï http://generationsfutures.chez-alice.fr/petrole/olduvai.htm va prendre un sérieux coup d’accélérateur. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • supermouton supermouton

    Quelques décennies, ca me va.
    Je ne serai plus là.
    d’ici là, je roule avec mon gros V8 américain…
    et après moi, le déluge :-)

  • logic

    étymologiquement, la NASA, ça vient de nase, non?

  • .article35. .article35.

    Bonsoir à tous.
    « Que faire pour éviter une disparition précoce ? »
    Arrêter de nous reproduire comme des blattes.

  • DTC

    Il semble y avoir une confusion entre disparition de la civilisation et disparition de l’homme. Tous les hommes ne font pas partie de la civilisation. Même si on l’oublie (car il en reste peu) certaines sociétés dites « primitives » sont hors civilisation dans le sens où elles ne participent pas au système industriel. Elles seules ont prouvé leur durabilité. Elles n’ont d’ailleurs rien demandé et n’ont pas mérité d’être exterminées par nous…

    La fin de la civilisation -dans le sens notre monde industriel hyper centralisé- est plutôt une clé de notre survie et surtout de toutes les autres espèces.

    http://partage-le.com/a-propos/

  • jplchrm

    Encore un article non sourcé. Rien trouvé de tel sur le site de la NASA.

Laisser un commentaire