L’armée ukrainienne tire au missile antichar sur un camion civil près de Dokoutchayevsk, le chauffeur est mort…

Une victime de plus de cette guerre qui ne veut pas finir. À quelques jours de la rentrée des classes, souhaitons que les bus scolaires ne soient pas pris pour cibles. Partagez ! Volti

*************

Auteur Christelle Néant pour DoniPress

Alors qu’une nouvelle trêve doit débuter ce soir à 00 h 01 afin que la rentrée des classes puisse se faire dans de bonnes conditions, l’armée ukrainienne, fidèle à ses mauvaises habitudes, s’est déchaînée aujourd’hui, tirant à l’artillerie lourde sur le Nord de Gorlovka, et au missile antichar sur un camion civil près de Dokoutchayevsk, tuant le chauffeur sur le coup.

Durant les 24 heures précédentes l’armée ukrainienne a violé le cessez-le-feu à quatre reprises et tiré 47 munitions, dont une vingtaine d’obus de mortier de 120 mm sur les villages de Leninskoye et Sakhanka, dans le Sud de la République Populaire de Donetsk (RPD), heureusement sans faire de victimes.

Tout cela semble-t-il, n’était pas suffisant pour satisfaire les soldats ukrainiens avant l’entrée en vigueur de la trêve de la rentrée. Alors dès ce matin à 6 h 10, l’armée ukrainienne a tiré plus de 20 obus de mortier de 120 mm et deux obus d’artillerie de 152 mm sur la périphérie Nord de Gorlovka, endommageant trois maisons. N’obtenant pas de l’armée de la RPD des tirs en retour permettant à Kiev de hurler à la violation du cessez-le-feu, moins de quatre heures plus tard, l’armée ukrainienne a alors décidé de monter ses provocations d’un cran.

À 9 h 49, les soldats ukrainiens ont tiré avec un missile antichar Fagot contre un tombereau rigide (camion benne géant utilisé dans les mines et les carrières) de la société Vitiaz, près de Dokoutchayevsk.

Photos : Représentation de la RPD au sein du CCCC

La cabine du camion a été touchée de plein fouet et le chauffeur de 57 ans est mort. Au moment du tir, le camion se trouvait très près de la ligne de front, à côté du tas de déchets de calcaires.

Schéma : Représentation de la RPD au sein du CCCC

À cause de la proximité du front, les représentants de la RPD auprès du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) ont demandé des garanties de sécurité et un cessez-le-feu strict de la part de l’armée ukrainienne, afin de pouvoir évacuer le corps.

Sans de telles garanties, aucune ambulance ne peut se rendre sur place. Surtout quand on se souvient qu’en plus de tirer sur les voitures et camions civils, l’armée ukrainienne n’hésite pas à tirer aussi sur les ambulances.

Il n’y a aucune justification que Kiev puisse brandir pour ce nouveau crime de guerre de l’armée ukrainienne, car il est impossible de confondre un camion comme celui-ci avec un équipement militaire.

De tels engins sont clairement des camions civils destinés à l’industrie minière. De plus, l’emplacement de l’usine est connu de l’armée ukrainienne, puisqu’elle existait déjà bien avant la guerre.

Voilà comment l’Ukraine respecte le cessez-le-feu et les accords de Minsk, en tuant un civil innocent de plus à quelques jours de la rentrée des classes.

Christelle Néant pour DoniPress

3 commentaires