Des satellites « sensibles » français approchés par des engins aux intentions parfois « inamicales »…

Plus la nioutek est pointue, plus elle est vulnérable. Reste les pigeons voyageurs… Aura t-on le temps de mettre en place la riposte contre les « visites inamicales » de ces engins ? On en est à constater qu’en cas de besoin, nous risquons d’être sourds, muets et aveugles.

Pixabay

C’est une information assez « énorme » et qui concerne la sécurité nationale puisque nos capacités satellites sont en train de s’avérer très vulnérables, et nous pourrions en être privés en quelques secondes au moment même où nos armées pourraient en avoir le plus besoin.

Les satellites sont ce que l’on appelle des outils à capacité de multiplication de forces… Ils sont devenus totalement indispensables à nos armées.

En cas de conflit, ils sont une cible privilégiée et prioritaire car cela couperait toute visibilité et transmission à nos armées, nous rendant aveugles, sourds et muets… Pas réjouissant donc.

L’un des grands principes de toute défense est la redondance. Nous ne pouvons pas miser la sécurité du peuple français uniquement sur les satellites. Nous en serions certainement privés dans les toutes premières heures d’un conflit majeur.

Charles SANNAT

Voici ce qu’en dit cet article du site Opex.

« En mai 2016, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le général Jean-Daniel Testé, alors à la tête du Commandement interarmées de l’espace, révéla qu’un satellite militaire de télécommunications Syracuse [SYstème de RAdioCommunication Utilisant un SatellitE] avait été approché par un «autre objet» dont il ne précisa pas l’origine.

«Mais nous avons la certitude que les Russes, les Chinois et les Américains ont mis au point des systèmes destinés à aller observer et écouter au plus près les systèmes spatiaux d’autres pays, ce qui pose de graves questions en termes de sécurité», avait ensuite expliqué le général Testé.

Moins de deux ans plus tard, son successeur, le général Jean-Pascal Breton, aborda également cette question. «Les stratégies de contestation ou de déni d’accès prennent des formes nouvelles. Outre le développement d’armes à effet dirigé, capables de dégrader les performances de nos moyens, la maîtrise de la technique de rendez-vous dans l’espace permet de venir à proximité de capacités spatiales d’autres pays sur l’ensemble des orbites. Plusieurs de nos satellites ont ainsi été approchés par des objets de type satellites inspecteurs», avait-il dit.

«Grâce à des capteurs qui permettent de surveiller assez finement l’espace, nous savons qu’il s’y passe quelque chose. Aujourd’hui, pour vous donner un exemple très concret, des microsatellites gravitent autour de nos satellites les plus sensibles», a expliqué le général Ferlet aux députés. Et ces engins sont potentiellement hostiles. «Nous voyons bien que leur cinématique n’est absolument pas normale et qu’elle est suspecte, voire inamicale, de la part de certains pays», a-t-il en effet ajouté, sans toutefois donner de précision sur lesdits «pays».

Étant donné que les forces armées sont dépendantes de l’espace, que ce soit pour les transmissions, l’observation, le renseignement et la navigation, rendre inopérants les satellites qu’elles utilisent (destruction physique, dommages sur leur électronique, cyberattaque, etc.) aurait évidemment de fâcheuses conséquences sur leurs capacités.

«Les satellites sont vulnérables par nature : il est plus facile de les attaquer que de les défendre, car on ne va pas les blinder – sinon, le coût serait considérable, la mise en orbite se payant au poids», a relevé le général Ferlet. Aussi, a-t-il ajouté, «un des moyens de contournement auxquels nous réfléchissons, comme les Américains, consiste à envoyer des essaims de satellites, beaucoup plus petits et orbitant plus bas, au lieu d’utiliser seulement deux ou trois satellites de taille plus importante pour assurer la même couverture. On obtiendrait un résultat plus résilient car l’ensemble serait plus difficile à neutraliser.» »

Source Opex ici via Charles Sannat pour Insolentiae

 

Voir:

 

 

 

 

8 commentaires

  • g

    comment une telle information arrive sur la toile, sachant que c’est le secret défense militaire sur ces types infrastructures. Soit c’est de la désinformation – soit c’esthttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif la violation du secret défense et là c’est grave.

    • Kool

      PCQ cette information devrait permettre d’amener plus de subsides a la TEK, au spatial et aux militaires, CQFD.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

    • Pignoufou

      Ce n’est ni de la désinformation, ni un secret défense (à ce niveau d’information). Les députés sont censés représenter le peuples et s’informent pour légiférer… je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. Bien entendu il ne va pas livrer les caractéristiques ou techniques d’approches de nos engins.

      http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cdef/15-16/c1516048.asp
      http://www.assemblee-nationale.fr/15/cr-cdef/17-18/c1718024.asp

      ps: il est intéressant de noter que même à ce niveau là, il y a coopération avec d’autres états… et oui, les alliances c’est bien mais c’est chiant aussi.

      ps2: moi président je te fouterais tout le monde au service militaire et formerait la population à la guérilla pour être en mesure de défendre notre territoire. Sans tech c’est encore comme ça qu’on s’en sortirait le mieux. Mais bon pour un vendu corrompu, ça serait plutôt dangereux. Surtout dans un contexte ou tu montes tout le monde contre tout le monde.

      • Une armée de conscrit? Pas probant. Par contre une garde nationale ou tous les citoyens seraient aussi militaire en cas de besoin, serait plus intéressant. Un peu comme dans le cas de la Suisse.

  • Bad-boy

    Ils sont mimis les militaires, ils envoient des armes dans l’espace (espionnage, surveillance) et jouent les mijaurées dès lors que d’autres jouent au même jeu sur le même terrain.

    Besoin de bouc émissaire ???

  • Bah ! Si les intentions avaient été vraiment mauvaises, les satellites auraient été détruits, non ? Ni vu ni connu !
    On dirait de la simple surveillance, et dans un contexte où tout le monde surveille tout le monde, on accepte la règle du jeu sans chichis !

  • engel

    Puisque la militarisation de l’espace est interdite par des conventions internationales.
    Ceci n’est que gesticulations pour que la France militarise « son » espace en dérogeant aux interdictions actuelles.
    .. Sous prétexte que les autres vilains très méchants mangeurs de petits garçons l’ont déjà fait et qu’il faut bien se défendre.

    …Vite des sousous, beaucoup de sousous pour les industrielles high-tec… pleins de gros bénéfices.

    Ps: Avec « cette affaire », la France découvre l’eau chaude, c’est bienhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif.