Une huile d’olive Codefa truffée d’arnaque…

Au niveau consommation, les arnaques sont légions. Nous savons que la chimie arrive à synthétiser les goûts et odeurs d’à peu près tout, mais induire en erreur le consommateur, en présentant le produit de synthèse comme étant naturel, c’est une arnaque. Tout comme les yaourts aux arômes de fruits, qui n’ont rien à voir avec des yaourts aux fruits. Foodwatch nous en dit plus. Soyez attentifs, lisez les étiquettes. Partagez !!

Commercialiser une « huile d’olive & truffe » sans truffe, ça vous choque ? La marque française Codefa l’a pourtant fait au mépris de la règlementation en vigueur. foodwatch a demandé à Codefa de modifier l’étiquetage de ce produit qui induit les consommateurs∙rices en erreur.

La truffe, c’est cet ingrédient noble et attractif que les entreprises n’hésitent pas à mettre en avant dans leurs produits et sur leurs emballages, que sa présence soit réelle ou fictive. Dans cet univers truffé d’arnaques, la marque Codefa l’a bien compris avec son « huile d’olive truffe ».

Epinglée en décembre 2017 par foodwatch dans le catalogue spécial fêtes de fin d’année d’Arnaques sur l’étiquette, Codefa fait figurer une jolie image de rondelles de truffes bien en avant sur l’étiquetage, sur une préparation d’huile d’olive ne contenant que… 0.25% non pas de truffe mais d’arôme truffe noire ! foodwatch a demandé des explications à la marque qui se justifie par l’évocation du goût et « la puissance de la truffe » – pourtant absente en tant que telle du produit. Bref, Codefa ne voit pas le problème.
Et cela ne s’arrête pas là : Codefa reconnaît dans un échange de courrier avec foodwatch que l’arôme présent dans cette huile n’est en fait même pas un arôme naturel issu de la truffe ! Il s’agirait donc d’un arôme artificiel.
Arôme truffe ou arôme de truffe : ce n’est pas pareil

Or il faut bien distinguer l’ « arôme de truffe » de l’ « arôme truffe ». Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGGCRF), l’« arôme de truffe » signifie que son goût provient de morceaux ou extraits aromatiques de truffes. Dans ce cas, une illustration représentant des truffes est autorisée. L’« arôme truffe » quant à lui, renvoie soit à un arôme de synthèse  soit à un arôme naturel mais non issu de truffe.

Dans ce cas, une représentation de truffe n’est pas admise puisqu’elle tromperait le consommateur sur la nature exacte du produit selon le Code de la consommation, et la liste d’ingrédients doit préciser la nature de l’arôme (naturel ou de synthèse).

Codefa ne respecte pas la réglementation

Avec son « huile d’olive truffe », non seulement Codefa induit en erreur les consommateurs∙rices sur la présence de truffe dans un produit qui n’en contient pas, mais en plus, la marque ne respecte pas la réglementation en vigueur sur les préparations à base de truffe et la formulation des arômes. Ce type de pratiques abusives n’est en rien une nouveauté dans le business des denrées alimentaires aromatisés à la truffe. En 2013, près de 23% des établissements contrôlés ont été rappelés à l’ordre, selon une enquête de la DGGCRF, notamment sur des étiquetages non conformes faisant référence à la truffe, alors que le goût de truffe provenait de l’utilisation d’arôme.

foodwatch a demandé à Codefa de supprimer la représentation de truffe, interdite pour un arôme de synthèse  (ou naturel mais non issu de truffe). foodwatch réclame également un étiquetage plus clair à l’avant et sur toutes les faces de l’emballage sur le fait que cette préparation culinaire est composée d’« arôme truffe noire » et non pas d’« arôme de truffe noire » comme indiqué actuellement (qui supposerait que l’arôme est obtenu à partir de truffe naturelle). Cette information doit figurer à l’avant et à l’arrière du produit, et pas seulement dans la liste d’ingrédients.

Aussi, le nom du produit « Huile d’olive truffe » ne devrait pas comporter le mot « truffe » qui induit le consommateur en erreur ; ce produit ne contient en effet pas de truffe !

Lien

Huiles végétales et denrées alimentaires aromatisées à la truffe, DGCCRF

Source Foodwatch

Voir aussi:

La Tisanière : détox ou intox ? **Plusieurs marques ciblées…**

L’industrie nous roule dans la farine… en toute légalité

Plus d’informations sur ces ruses légales

3 commentaires