Loi de ce Monde : les autorisés et les exclus….

Une petite réflexion de l’ami Sylvain Rochex de Déscolarisation.org.

Ce matin sur le marché de La Rochette, j’offrais le texte de Saint-Exupéry « … rien que le poids des laines … » quand une dame me répondit :

– Ha ben merci, je ne savais pas quel texte faire lire à mes élèves pour le 11 novembre et le voilà tout trouvé.
Je lui réponds :
Si vous êtes prof, j’ai pour vous cet autre texte sur l’École… (et je lui donne notre texte résumé de nos idées sur la déscolarisation « Prendre au mot Ivan Illich, le courage de l’Amitié. »)​

Je m’écarte un peu, puis je reviens vers elle pour lui dire :
Vous avez mon contact sur le deuxième texte que je vous ai donné ; si vous pouviez me tenir au courant pour la réussite de la diffusion du texte de Saint Exupéry à l’école car il y a le problème de la Laïcité, ce texte parle surtout de Dieu…Et la dame me répond :
Oui, mais là c’est Saint-Exupéry…

Voilà donc toujours ce Monde. Peu importe le contenu, ce qu’on raconte, ce qu’il faut à tout prix : c’est maintenir un Monde où il y a les autorisés et les non-autorisés. C’est maintenir intacte notre culture Satanique. Toujours. C’est la base de notre vie dans ce Monde. L’argent, la propriété, c’est cela également. La valeur de l’argent et de la propriété n’existe que parce que d’autres en sont exclus, et on le sait ! Et on ne rate pas une occasion de valider, d’entériner à nouveau, la loi de ce Monde : les autorisés et les exclus. Palper cette frontière rassure et ceux qui cherchent à l’enlever inquiètent car ça voudrait dire que nos œuvres sont mauvaises depuis tellement longtemps, depuis des temps immémoriaux !

Le même texte signé par un non-autorisé ou un inconnu (ce qui revient un peu au même) tombera lui sous le coup de la Laïcité. Voilà donc à quoi sert entre autre la Laïcité !

Voici donc un autre argument contre la Laïcité (rappel : le premier que j’avais diffusé est ici), sur le fait qu’elle favorise l’exclusion arbitraire. Elle est un élément de plus qui pèse lourd pour se donner le droit d’exclure l’autre. Elle est à « géométrie variable », elle est une aubaine si aisée pour le « deux poids deux mesures »…

Oui, mais là c’est Saint-Exupéry… (qui n’est bien évidemment, Monsieur, pas concerné par la Laïcité, LUI !)

Oui moi aussi je l’aime Saint-Ex, mais il ne vaut pas mieux que mon voisin René. Il n’a pas plus de droits que mon voisin Jacques et que ma cousine Gilberte ! Du moins de point de vue de Jésus-Christ ! Mais du point de vue de ce Monde mauvais, c’est une autre paire de manche !

Sylvain Rochex pour Déscolarisation.org

Un commentaire

  • JBL1960 JBL1960

    Quel dommage que le seul argument soit en « contre » et ici « contre la laïcité ».
    Alors que l’argumentation est fort juste, sur le fait que c’est l’esprit de l’homme qui a systématiquement dévoyé le message spirituel.
    Raoul Vaneigem a dit : « La religion est la forme la plus achevée du mépris » et Michel Bakounine : « Si dieu est, l’homme est esclave ; Or l’homme est, doit, être libre, donc dieu n’existe pas. Je défie qui que ce soit de sortir de ce cercle, et maintenant qu’on choisisse… » Hé hé, pourtant il a écrit le sublime « Système du monde – Considération sur la loi naturelle en 1870 ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/21/systeme-du-monde-considerations-sur-la-loi-naturelle-par-michel-bakounine-1870/ et c’est un véritable trésor que ce texte…

    Remplaçons l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/10/27/aux-croyants-de-tous-poils/

    Zénon avait écrit un texte moins connu que les derniers et pourtant il contenait en lui les images et les mots, d’un Bakounine, d’un Ezzat, voire d’un Kropotkine et je les ai souvent fait se rencontrer ces deux là dans mes songes ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/11/lapreshistoirezenonpdf.pdf L’après-Histoire : ou la révolution par le don réciproque et universel