projet disponible en Open-Source: la douche qui consomme autant d’eau que la douche dure 5 minutes ou 1 heure

C’est un concept relativement génial et qui plus est, disponible en open-source, donc chacun peut télécharger les plans pour pouvoir la réaliser soi-même, il suffit d’un peu de bricolage…

c0551170558-cr1170500-2193ff-e1443840418758

Un jeune ingénieur présente sa « douche infinie » écologique

Que vous y restiez un minute ou une heure, cette douche révolutionnaire consommera la même quantité d’eau et pas une goutte de plus. Une création extraordinaire qu’on doit à un jeune finlandais qui teste en ce moment son idée en France, dans le cadre de la COP 21. Histoire d’une idée simple qui change le monde.

Les occidentaux nagent de son apparente abondance, mais à l’échelle du monde, l’eau est une ressource rare et son manque est déjà à l’origine de violences dans certaines régions. Alors que nous gaspillons plus de 60 litres d’eau par douche, cette invention incroyablement simple pourrait remettre les pendules à l’heure et nous éviter un gaspillage colossal ici comme partout ailleurs.

Jason Selvarajan, un ingénieur finlandais de 29 ans, y songe depuis qu’il est adolescent. Dix ans plus tard, diplôme en poche, il crée une douche capable de récupérer l’eau en temps réel pour éviter son gaspillage. C’est dans son garage que l’écologiste a monté son premier prototype, avec les moyens du bord. « Certes, des tests supplémentaires sont encore nécessaires. » explique-t-il. « Mais jusqu’à présent tous ceux menés, même avec l’utilisation de savons, ont donné des résultats largement satisfaisants en matière de pureté de l’eau. »

En Août de cette année, le jeune homme présentait son prototype dans le cadre de l’aventure POC21. Le proof of concept 21, en référence à la conférence sur le climat COP21 qui se tiendra à Paris en décembre prochain, fut organisé par les collectifs Ouishare et Openstate dans une optique de promouvoir des solutions « libres » et résilientes en matière de transition écologique. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette douche atteint l’objectif fixé. Son prototype de douche infinie a fait, sans surprise, l’unanimité aux cotés de 11 autres projets.

La ShowerLoop, comme son nom l’indique, crée un cycle sans fin, récupérant l’eau du bac de douche qui sera réinjectée dans le circuit pendant toute la durée de la séance. Les maniaques de la propreté peuvent se rassurer, l’eau est tout aussi propre du premier au dernier passage. Ce, grâce à une filtration en temps réels. Pas moins de 5 filtres sont nécessaires pour rendre l’eau entièrement propre, dont du sable, du charbon actif et une lampe UV. En fin de douche, il suffit d’évacuer les eaux usées normalement. Les filtres sont à remplacer une fois par an, pas plus.

En pratique, 10 litres d’eau suffisent pour activer le cycle, soit jusqu’à 90% d’économie sur une douche traditionnelle. Par ailleurs, l’énergie nécessaire pour chauffer l’eau est en partie conservée par le système, ce qui, de-facto, réduit la facture énergétique de 70% selon l’inventeur. Enfin, les filtres offriraient une eau encore plus propre qu’à sa première sortie des canalisations. Toutes saletés, germes éventuels et présence chlore sont éliminés dès le premier passage.

Si de pareils systèmes existent déjà ailleurs sous formes de prototypes, l’invention de Jason Selvarajan est disponible en Open Source (libre partage) pour le plus grand bonheur de l’humanité (et surtout des bricoleurs). Néanmoins, nombre de consommateurs restent frileux à l’idée d’investir dans une douche sans fin. Pourquoi ? La réponse est peut-être dans les mentalités des consommateurs plus que dans la technique elle-même. Peut-être faudra-t-il attendre que l’eau de ville (potable, rappelons-le) soit si onéreuse que ce type de procédé devienne une obligation économique.

Article en intégralité+vidéo sur Mr Mondialisation

 

35 commentaires

  • Trollzilla Trollzilla

    ‘Lut,
    Présentement les plans de construction seront dispo à cette adresse
    http://looploop.me/os.html

    L’inventeur serait en train d’améliorer ceux-ci.
    Affaire à suivre me concernant, je suis en plein dedans http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
    Et merci pour l’astuce.

    • laspirateur

      Impec! Le truc auquel j’avais pensé! Le circuit fermé et en plus rendu écologique! 20/20! Reste à voir celui qui nous pondra le mini moulin à eau sur nos robinets pour à chaque fois produire un peut d’énergie juste pour recharger des piles!

  • Michele

    J’aimerais quand même qu’on m’explique comment, si je n’utilise plus d’eau, des gens de l’autre côté de la terre pourraient avoir l’eau que je n’utilise pas???
    Ce discours me sidère

    A part ça, le concept existe déjà dans certaines cabines de douche avec hydromassage

    Son système est intéressant, mais en l’état c’est bordélique, je ne me vois pas mettre ces gros machins sur le mur de la douche, on peut se blesser avec ces tiges qui dépassent

    • verisheep

      Économiser l’eau permet de limiter les quantités d’énergie pour son traitement, les quantités de produits chimiques (chlore etc) pour sa « potabilisation » et les quantités de boues toxiques d’épuration produites (qui finissent souvent en épandage sur les cultures); même si ça ne donne pas à boire aux africains l’impact sur la pollution est donc positif.
      De plus, sans aller de l’autre côté de la terre les nappes phréatiques ne sont pas inépuisables. Mais il est vrai que les problèmes viennent plus de l’agriculture intensive que de la consommation domestique.

      Je suppose que les « gros machins » (filtres) peuvent aussi s’installer derrière le mur de la douche ou être planqués derrière une cloison intermédiaire étanche, pour conserver l’apparence d’une douche classique…

      • Michele

        Oui c’est le discours de tous, ce que tu dis là Verisheep, mais prendre une douche 5 min ou 1 heure c’est à peu près pareil en termes de pollution, vu que on ne se savonne pas pendant 1 heure non plus
        Et toute l’eau ne vient pas des nappes non plus, quand l’eau vient des rivières, elle retourne aux rivières ensuite, ce n’est pas le fait de prendre une douche plus ou moins longtemps qui va changer quelque chose
        Ce discours est pareil que celui du réchauffement climatique, c’est pour nous faire payer!!!!!
        D’ailleurs si c’était vraiment à cause de la pollution, pourquoi ne pas expliquer aux gens de ne pas utiliser de produits nocifs dans la douche plutôt???
        Je sais, je suis tordue dans mes arguments, mais pour moi leurs arguments ne tiennent pas la route, c’est comme ça

        Oui les filtres, si tu les mets derrière une cloison c’est pas pratique pour les changer non plus, et derrière la cloison, c’est à dire derrière la salle de douche il peut y avoir une autre pièce ou l’extérieur, ce qui n’est pas évident non plus à mettre en place. Il faudrait que ce soit en dessous de la douche, mais comment accéder au filtres??
        J’essaie de trouver une bonne solution, car ça m’intéresse comme système, mais il faut que ça reste un truc pratique et en même temps esthétique sinon personne n’en voudra non plus, à commencer par moi dans la salle d’eau que je dois rénover

      • verisheep

        62% de l’eau du robinet en France est de l’eau souterraine.
        Ici il est question de 10L d’eau pour une douche, c’est 5 à 10 fois moins qu’une douche de 5 minutes…
        Et dans les zones raccordées les eaux grises partent à la station d’épuration. Plus il y a de volume, plus il faudra d’énergie pour la traiter, et plus il a fallu utiliser de produits pour la « potabiliser ». Même s’il n’y a pas plus de savon c’est une source de pollution, et c’est du gaspillage.

        Pour éviter que les cartouches ne se retrouvent dans la pièce d’à coté, tu peux les placer derrière une cloison intermédiaire ou simplement dans un coffrage qui pourra faire office d’étagère, et ménager des trappes pour y accéder.

      • Michele

        Ah en France c’est la conso d’eau souterraine qui est majoritaire, ok je n’ai rien dit

        la conso électrique ça joue aussi

        une cloison intermédiaire dans une douche ce n’est pas l’idéal point de vue étanchéité et formation de bactéries, faudrait pouvoir mettre une cloison sur un côté et y accéder par l’extérieur de la douche, c’est bon pour ceux qui ont un grand espace, chez moi c’est impossible à moins de mettre le système dans la chambre derrière ou pour l’autre salle de douche, dans le patio du 5eme étage, bonjour les acrobaties pour changer le filtre http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
        comme il n’y a pas encore toute l’info sur le site web du bonhomme je vais attendre et voir et si c’est trop complexe à mettre en oeuvre je laisse tomber, de toute façon on ne se douche que 2 fois par semaine, le reste du temps on se lave comme au bon vieux temps, avec un peu d’eau dans le lavabo et un gant de toilette, ça, ça ne prend vraiment pas beaucoup d’eau!!!

      • verisheep

        Tu peux partir sur du contreplaqué marine + carrelage pour faire un coffrage ou une cloison dans la douche, sinon il existe des produits spécifiques.

        Il y a plus d’infos là que sur le lien de Trollzilla:
        http://www.showerloop.me/

      • Michele

        hihi, oui je connais le matos, je travaille dans la construction et donc je sais aussi que dès qu’il y a des ouvertures, il y a des risques de fuites surtout ici qu’il fait sec, les joints se détériorent très vite
        Mais je trouverai bien si c’est possible, depuis le temps que je travaille aux plans pour optimiser l’espace, il y a peut-être un moyen différent, le tout est de voir comment ça se monte et quel espace ça prend

        merci pour le lien

      • Trollzilla Trollzilla

        ‘Lut,
        @ Michele
        Une astuce en passant, pour les enduits des salles de bains, utilisent de la colle à carrelage de piscine, étanchéité garantie.

        @Verysheep
        Merci pour le lien http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      • Michele

        oui ça je sais, c’est le genre de joint de carrelage que j’utilise, même si ce n’est pas exactement du joint piscine.
        Non je parlais des joints qu’on doit mettre autour d’un regard pour pouvoir changer les filtres.

      • getup

        La lampe UV à 490 euro c’est cher et en plus c’est à changer toute les années normalement car leur temps de fonctionnement sont très court.
        Pour celle utilisé ici c’est une 90 w purion avec un fonctionnement de 10 000 heures donc peut être quelques années de vie selon l’utilisation.C’est pas mal en fait mais bon cela reste cher et on sait que le coût est une barrière qui bloque souvent l’expansion de n’importe quel invention.

        http://www.purion.eu/areas/water/themes/cooling-and-lubricating-emulsions-fuel/purion-2500-90w-pro/

        C’est quand même pas mal comme astuce pour ceux qui peuvent investir 1100 euros dans une douche écolo .

      • Michele

        oui ça fait cher!!

      • soubiemyriam

        C’est un bon début. Peut être que dans quelques temps quelqu’un trouvera une solution moins onéreuse.

      • verisheep

        En auto-construction + récup (pompe de machine à laver en déchetterie,…), il y a possibilité de s’en sortir pour beaucoup moins cher.
        Il n’est pas interdit d’être inventif.

        @getup: des lampes UV 100W on en trouve à 12€:
        https://www.francelampes.com/g13-tube-fluorescent-uva-100w-cleo-performance-philips-z-9875.html

        Ce genre de système doit être faisable aux alentours de 200/300€.

      • tavax

        Sinon ne vous lavez plus, comme ça, pas d’argent dépensé, pas de macgyver style, plus de gaspillage d’eau, de produits qui polluent, blablabla ;)

        Sinon, en produits, y’a du produit écologique, donc qui n’ira pas polluer les nappes. Bien entendu, vous ne polluez pas, mais les voisins si, mais avec le temps, si tout le monde s’y met…

        Son idée est vraiment bien, stop de dire que c’est compliqué dans la douche et tout, à moins d’avoir comme moi, la douche dans la baignoire, c’est galère ok, maids si vous avez seulement une douche, vous placez le bouzin à l’extérieur, un petit trou pour que le tuyau passe, et le système n’est pas touché par l’humidité.

        Après il faut avoir une pièce sèche, mais y’a déjà 100 000 trucs pour pallier ça :)

      • Michele

        Ben si c’est compliqué pour certains, les salles de bains ne sont pas standard et n’ont pas la même configuration partout!!!
        j’ai déjà réussi à caser une douche, un WC et un lavabo dans 3,5m2 avec une porte qui s’ouvre normalement et pas une coulissante, alors rajouter ce système est plus complexe qu’on ne croit, de plus il faut relever le bac de douche pour pouvoir mettre la réserve dessous, ce qui pose aussi un problème car j’ai une poutre qui passe au dessus de la douche
        Déjà que je dois mettre le bac normal plus haut pour pouvoir respecter la pente de 1,5% des écoulements d’eau, en relevant encore le bac je n’aurai plus assez de place sous plafond pour mettre la douche
        Ben oui c’est complexe l’aménagement intérieur quand on a peu de place, j’y travaille, mais il n’est pas dit que j’arriverai à un résultat.

    • engel

      Michele,
      Ton raisonnement est bon!
      Une pollution se mesure en terme de nocivité/dilution,..comme tout les principes actifs!
      ..Qui sont neutres, profitables ou poisons suivant la dilution.

      Le reste n’est que baratin et « perroqueterie » utiles à la culpabilisation instrumentalisée pour le plus grand bonheur des pollueurs institutionnalisés.

      Gueux et gueuses fouettez-vous! Vous vils pollueurs d’une si belle eau, vendues si peu chères par nos gentilles multinationales…

      • verisheep

        Tu ne prends en compte qu’une toute petite partie du problème avec ton histoire de dilution…

        Contestes-tu le fait que le chlore est produit par électrolyse?
        Que les boues d’épuration sont séchées à haute température?
        Qu’elles sont ensuite (une fois bien concentrées sous forme de granulés) épandues sur les cultures et finissent donc par s’infiltrer dans les nappes phréatiques?
        Que les œstrogènes synthétiques des pilules contraceptives qui se retrouvent dans les rivières sont impliqués dans la féminisation anormale de certaines espèces de poissons?
        Qu’il faut de l’énergie pour pomper les eaux souterraines?
        Que les sources peuvent se tarir?
        Que les US prévoient d’importer massivement de l’eau du Canada à cause de leur mauvaise gestion des ressources hydriques?
        Etc…

        Comme je l’ai dit plus haut, l’industrie et l’agriculture intensive sont les principaux pollueurs; ce n’est pas pour autant que l’impact domestique est nul.
        Si tu pompais manuellement dans un puits l’eau que tu utilises, tu te rendrais compte que la dépense d’énergie est loin d’être nulle.

        « Perroqueterie » si tu veux, je préfère les termes de sens de l’observation et de raisonnement logique.

      • engel

        Oui tu as raison et alors?
        Perso je rajouterai que le volume d’eau souillé ne détermine en aucune façon la pollution.
        Bien au contraire, parfois cette dilution permet un retraitement naturel ou artificiel bien plus facile et moins coûteux en énergie.
        …Vaste et immense sujet.

        D’un autre coté, on culpabilise en permanence l’individu, comme si le Pb était vraiment là.
        En vérité, le consommateur n’a été éduqué que pour cela:
        « consommer! »
        Et maintenant on vient le culpabiliser avec des raisonnements biaisés qui évitent de sanctionner les vrais coupables et permettent en plus, de taxer l’égoïste sale pollueur individuel.

      • engel

        Pour ceux qui aiment les solutions écolo-humaino- durables:
        http://www.energies-renouvelables.org/fondem/pdf/pompage/aep_fr.pdf

      • verisheep

        Sur la culpabilisation manipulatoire je suis d’accord avec toi, ce n’étais d’ailleurs pas l’objet de mes messages précédents.
        Cependant je suis en désaccord sur le volume d’eau souillé qui ne déterminerait « en aucune façon la pollution ».
        En effet concernant le volume des eaux grises l’impact sur la pollution des eaux est peut-être limité (quoique plus d’eau c’est toujours plus de chlore dans la nature), mais l’impact sur l’énergie nécessaire au pompage et à la « potabilisation » n’est pas négligeable.
        Et celui sur la disponibilité des ressources hydriques non plus.
        Au sujet des eaux noires l’impact est quant-à lui catastrophique sur le plan sanitaire.

        A titre personnel je ne suis pas vraiment concerné: je ne produis pas d’eaux noires (toilettes sèches) et mes eaux grises sont rejetées dans la nature mais sont très peu polluées car je n’utilise aucune saloperie (uniquement savon de marseille, vinaigre, et dans une moindre mesure cristaux de soude et bicarbonate).

        Si j’ai réagi à ton commentaire, c’est plutôt parce que je n’apprécie que moyennement de me faire qualifier de perroquet et de gueux manipulé, ce que je ne pense pas être.

      • Je n’ai pas suivi tous les fils de discussions, mais je rebondis sur le tien, Verisheep.

        l’eau propre et potable, est un bien précieux.

        Tout autant que la qualité de l’eau de nos rivières.

        Limiter sa consommation, c’est limiter les rejets pollués.

        Dilués ou pas.

        J’ai des toilettes sèches, car j’ai la chance d’avoir la place pour installer des composteurs.

        Et que je trouve dingue de chier dans de l’eau potable !

        Je met en place un système de filtration biologique sur trois bassins avant rejet, avec plantes filtrantes, aquaculture et aquaponie.

        Mes eaux grises ne sont additionnées que de savon de Marseille, et de produits nettoyants biodégradables en très faibles quantités.

        Les serres et potagers sont arrosés avec le stockage d’eau de pluie de 30 m3 en citerne, et par des bassins en préparation (4 au final du chantier, 2 sont préparés)

        Ce sera un super dispositif à terme.

        Mais j’ai la chance de vivre sur un terrain qui me permet ce type de fonctionnement.

        Ce n’est pas hélas, le cas de tout le monde.

        Dans tous les cas, cependant, l’économie, et la protection de la ressource en eau sont primordiales, pour ne pas dire vitale, à terme.

        Il est d’ailleurs regrettable qu’aucun grand projet de remise en état de la capacité de filtration biologique des fossés, cours d’eau, mares et étangs, lac, etc, ne soit ne serait-ce qu’à l’ordre du jour…

        Pas plus que de voir évoluer la réglementation concernant les installations de station d’épuration biologique pour des maisons individuelles en zone rurale, et la généralisation de centrale adaptées aux petites agglomérations.

      • engel

        Je te rassure, tu en es très loin…et tu le sais très bien. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
        J’ai du respecté pour toi. Ton argumentaire est juste, tout comme l’est ta prise de position. D’autant plus, que tu te l’appliques. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
        Mais, ton discours se place dans le même sillage que celui de tous ces manipulateurs-menteurs. Bien que(je le répète)tu n’es rien à voir avec eux et que tes intentions soient louables.

        Ceci dit, pour en revenir sur le sujet de la quantité d’eau souillée.
        Tu as entièrement raison pour le traitement en station conventionnelle microbienne. Bien que même là, il faille maintenir une certaine quantité d’eau pour assurer le phénomène de chasse et éviter ainsi la formation de bouchons.
        Mais où le problème devient crucial. Et infirme ton argumentaire, ce sont pour les communes équipées de stations d’épurations biologiques par plantes.
        Là, il faut impérativement que les polluants soient fortement dilués sous peine de voir les biotopes des bassins de filtrations/épurations mourir.
        …Avec toutes les conséquences dramatiques qui en découlent (sans jeux de mots!).

      • C’est exact, mais qu’est ce qui empêche d’adopter la systématisation de double système d’alimentation en eaux.

        Un réseau d’eau potable pour certaines consommation essentielles, et un autre d’eau de récupération, ou de captation non forcément certifiée potable pour les chasses d’eau, les machines à laver, l’arrosage, le lavage de véhicules,…

        Je sais que les stations d’épuration pour collectivités ont besoin de volumes d’eau importants, stables, et avec un taux de renouvellement suffisant, donc un approvisionnement plus ou moins constant.

        J’ai déjà suivi des chantiers de ce type sur deux petites communes.

        Notre pays à la chance d’être riche en eau.

        Mais la ressource en eau potable ne se renouvelle pas aussi vite qu’il le faudrait.

        D’autant plus dans un pays qui va arriver aux 70 millions d’habitants, et qui reçoit autant de touristes que cette population (voire plus) chaque année.

        L’eau, cela se préserve, et cela se recycle.

        L’idéal serait que les eaux traitées soient de meilleures qualités à la sortie qu’avant l’usage.

        Nous avons les capacités et les compétences pour rénover l’ensemble du cycle de l’eau sur notre territoire.

        Mais pour cela, nous sommes toutes et tous concernés.

        Et cela passe obligatoirement par votre mode de consommation.

      • engel

        J’en suis totalement convaincuhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif.

      • Michele

        Verisheep
        tu parles de ça « Que les œstrogènes synthétiques des pilules contraceptives qui se retrouvent dans les rivières sont impliqués dans la féminisation anormale de certaines espèces de poissons? »
        et en toilettes sèches, le problème se pose aussi non???
        et il n’y a pas que les oestrogènes qui posent le problème de la féminisation des poissons, il y a tous les perturbateurs endocriniens qu’on trouve un peu partout dans ce qu’on utilise au quotidien qui se retrouvent dans l’eau

  • Maverick Maverick

    Dans la même veine, il y a la douchette à effet Venturi …

    http://economie-d-eau.over-blog.com/pages/Explication_de_la_pomme_de_douche_a_effet_venturi-2265243.html

    http://www.oxygenics.fr/

    Mais là, il n’y a pas de filtres à remplacer.

  • super idée, mais un peu gadget pour bobo quand même.

    si vous voulez VRAIMENT économiser l’eau, ne mangez plus de viande.
    100gr de steak, c’est une tonne d’eau en amont.
    Ca va vous en faire des douches d’avance.
    Et en plus, ca diminuera la pression sur les sols.

    L’eau c’est surtout l’industrie qui en consomme.
    culpabiliser le citoyen c’est bon pour la COP21 mais pas pour les vrais écolos.

    A bien y réfléchir les eaux usées sont déjà recyclées (soit naturellement soit dans les stations d’épuration). Le faire soi même à la maison, je ne suis pas trop sûr de l’intérêt.
    Les toilettes sèches aussi c’est pas mal : ne pas utiliser d’eau potable pour tirer la chasse d’eau !

    • Michele

      Yoananda, cette histoire de conso d’eau au kilo de viande, ce n’est pas la conso réelle, c’est de l’eau virtuelle, c’est a dire que dans ce calcul sont aussi comptés les déplacements, le matériel, le « logement » etc…
      POur le blé par exemple, la quantité d’eau utilisée c’est pour la matière brute, n’est pas compté ensuite tout ce qu’il faut pour le transformer en pain.
      Et donc comme on ne mange pas le blé tel que et qu’il faut le transformer, la quantité d’eau virtuelle augmente énormément
      Tous ces calculs basés sur l’eau ne servent absolument à rien pour savoir la conso de l’eau réelle!!!!

    • verisheep

      Pour la viande, c’est peut-être vrai si tu bouffes de la viande élevée en batterie; un bœuf élevé dans de bonnes conditions ne consomme pas de tourteaux de soja, de céréales OGM ou autre saloperies mais de l’herbe poussant grâce à l’eau de pluie.
      La viande que je consomme ne parcoure pas des milliers de kilomètres et ne pollue pas; au contraire elle nourrit la terre.

      Les eaux usées recyclées dans les stations d’épuration à grand renfort d’énergies fossiles en ressortent contaminées par des métaux lourds, des résidus pharmaceutiques etc, et les boues d’épuration (très toxiques) tu sais ou elles partent? Sur les champs, donc dans ta bouffe et dans les nappes phréatiques, rebelote.

      • C’est totalement exact concernant les stations d’épurations à boue activée, voir pour le lagunage.

        La problématique est différente avec la filtration biologique ou la phytoépuration.

        Les plantes sont nos alliées, ainsi que les bactéries, dans la création de biotope filtrant et épurant, variés et préservant la diversité biologique, en privilégiant l’utilisation de variétés locales adaptées à chaque région.

        Saules, osiers, bambous, massettes, papyrus, roseaux, joncs, scirpes, iris des marais, plantes lacustres, voire plantes aquatiques en bassin, nymphéas, nénuphars, etc