25 commentaires

  • Grognard

    Ce n’est pas le sujet mais le bandeau rouge sur lequel il faut cliquer fonctionne vraiment mal.
    Ce n’est pas la peine de cliquer sur accepter.
    Tant qu’on n’est pas connecté, il ne disparait pas.
    C’est gonflant et peu propice à retenir des lecteurs occasionnels.

  • Le veilleur

    De toute façon nous sommes muselé et je pense que le seul moyen de sortir de ça c’est de résister à ce qu’on nous propose.

    De plus, l’inertie et la naïveté des peuples est en parti responsable de cette autorité politique qui nous musèle.

    Imaginons que demain plus personne ne vote pour affirmer notre désapprobation du pouvoir en place, que va-t-il se passer ? vont-ils se contenter des 8 % qui leurs font confiances ? non, je pense que ce jour-là le monde politique tel que nous le connaissons disparaitra complètement !

    • samlours94

      Notre inaction plus que notre naïveté, mais surtout notre grande lâcheté et très souvent notre COMPLICITÉ !
      A partir de quand un être humain considère t-il que sa vie mérite d’être mise en jeu?
      Ma réponse: à partir du moment où il doit physiquement la défendre …je m’explique à nouveau ..
      – contre un système larvé comme le notre qui nous permet de survivre (même si pour certains c’est plus difficile que pour d’autres), l’immense majorité ne fera que grommeler, un peu manifester mais en aucun cas ne risquera sa vie contre ce système.
      – le même système qui devient cette fois plus violent, arrête des gens, les exécute et fait ce qu’il veut de ses moutons…eh bien même là, une grande majorité de gens ne bougeront pas et accepteront leur sort et seule une minorité combattra VIOLEMMENT ce système , au risque bien sur de perdre la vie !
      Donc, cessons de nous faire des noeuds au cerveau en attendant que les gens se bougent car de toute façon ils ne le feront pas et pire même, ils se mettront du coté du plus fort tant qu’il reste le plus fort pour changer si ces « plus forts » d’un moment se font dégommer la tronche.

      En 42/45, certains fumiers ont assassiné méthodiquement des dizaines de milliers de personnes dans des camps, on le sait. mais ce que je sais surtout, c’est que (extrêmement)rares sont ceux qui dans les files d’attente de la mort ont osé se dire que…mort pour mort, autant essayer d’en buter un max car il y a une vérité dans tout ça :
      Ceux qui font marcher ce système y parviennent grâce à deux choses : l’inaction des uns mais surtout la COMPLICITÉ des autres , de ceux qui espèrent soit s’en tirer sans casse, soit en tirer du bénéfice et en quelque sorte faire partie de ce système. Ne vous leurrez pas…pendant la seconde guerre mondiale, la grande majorité des Français collaboraient activement ou passivement ! Les résistants , ceux qui donnèrent leurs vies étaient extrêmement peu nombreux! Le mythe de la grande résistance Française se résume à quelques milliers de véritables humains noyés au milieu du troupeau passif des enfoirés de l’époque qui sont….les mêmes que ceux d’aujourd’hui!
      Que les gens n’aillent plus voter ? pas d’illusion, ça n’arrivera pas ! Aucune des avancées obtenues par les peuples n’ont pu se faire sans larmes, morts et souffrances. C’est ainsi une évidence que ceux qui profitent des autres n’hésiteront pas à user de la plus extrêmes des violences si leur système est un tant soit peu menacé.
      Alors , prêts à mourir ? Heureusement la ligue 1 reprend bientôt n’est ce pas ?

      • 100% (voir plus) avec toi sam, et comme disait mon grand oncle, vrai résistant de la première heure torturé et envoyé en camps, a mon père : « on a jamais été aussi nombreux dans la résistance qu’en 45″…
        Ps : Sauf pour la ligue 1, voir des guignols courir après la baballe pour des millions d euros n a jamais été mon truc…
        Sur tout le reste tu as malheureusement raison…

      • Vasavoir

        @samlours94

        Le bipartisme 'mono-encéphale' Français verrouillant toute forme d'expression populaire, avec son système archaïque qui empêche l'émergence d'un vrai débat contradictoire démocratique, il serait temps de se servir des outils moderne de communication du type Wiky et Git pour créer  une  E-DÉMOCRATIE !

        Qui aura l'audace de lancer ce genre de projet !

      • Il existe déjà le projet de Wiki constitution.

        Mais restons prudent sur l’utilisation de ce type d’outil, trop facilement manipulable, et/ ou piratable.

        Cela reste des outils, permettant d’alimenter la réflexion, mais ils n’assurent pas toutes les garanties de participation, ou de représentativité dans l’état actuel des choses.

        Même si les projets de Constitution sur lesquels nous planchons peuvent servir de bases de travail, seule la Convocation d’une Assemblée Constituante issue d’un Tirage au Sort de Citoyennes et Citoyens peut éviter les manipulations informatiques.

      • Vasavoir

        Ils risquent de se casser les dents à vouloir pirater le GIT.

        « Git indexe les fichiers d’après leur somme de contrôle calculée avec la fonction de hachage SHA-1. Quand un fichier n’est pas modifié, la somme de contrôle ne change pas et le fichier n’est stocké qu’une seule fois. En revanche, si le fichier est modifié, les deux versions sont stockées sur le disque. »

        J’ai laissé un lien sur le code pénal en GIT; Impressionnant comme le ‘Versionnement’ ‘syntaxique’ du code pénal peut mettre en évidence son dé-tricotage!

      • nanar

        ‘’Imaginons un peut que Tous ensemble nous décidons de ne pas nous levé pour aller au travail pendant une seule journée ’’

        Pour moi ce serait d’une efficacité redoutable même si cela reste un rêve !! A mon avis sa peut faire très mal sur l’ensemble du territoire rien que pour une journée, un grand bordel générale dans le pays, tout se bloque , système bancaire, bourse, commerce extérieur etc.. Tout ceci dans un grand silence sans rien casser, sans descente dans les rues juste un enfer pour chères dirigeants qui vont bien vite se bouger le cul

        Mais comme je le dit plus haut ce n’est qu’un rêve. les citoyens gueules sans arrêts mais ne fonds rarement bougées les choses, ils finissent toujours par accepter et courbes
        l’échine et nos dirigeants le savent très bien  » laissons les tranquille ils vont bien se calmer et vont finir par avaler la pilule ».

        Alors on se bouge le cul ou pas ?

      • actiwish

        Moi je suis partant, c’est une solution que j’ai envisagé, mais quelques uns ne sert à rien.
        La plupart ont trop à perdre sur le court terme. Exemple au taf:
        Je ramène des petits pains car j’ai acheté une nouvelle voiture. PITOYABLE :(

      • Dubitatif

        samlours94

        tristement vrai ce que tu dis http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • fredoalex

    je trouve cette article très intéressant mais malheureusement trop peux de propositions sont faites sur le fonctionnement d’un nouveau système.

    • Il ne s’agit pas tant de nos propositions, mais de celles que nous devons trouver ensemble, Citoyen.

      Je milite pour la Convocation d’une Assemblée Constituante issue d’un Tirage au Sort et ayant pour mandat d’en incorporer le principe dans nos institutions.

      Je n’ai que bien peu de chance d’y participer, et n’ai que quelques pistes de réflexions à leur soumettre.

      Ce sera à eux de se mettre d’accord sur un texte à nous soumettre par réferendum.

      Mais c’est à nous de mettre en place les conditions permettant à des Citoyennes et Citoyens de s’accorder dans l’intérêt général pour faire nos lois.

      J’ai appris à me méfier des individus qui nous apportent LEUR solution…

      Trouvons plutôt les notre, ensemble.

  • Thierry92 Thierry92

    Je répond de la même façon qu’un certain Otanes.

    « Je crois, dit-il, que l’on ne doit plus désormais confier l’administration de l’État à un seul homme, le gouvernement monarchique n’étant ni agréable ni bon. Vous savez à quel point d’insolence en était venu Cambyse, et vous avez éprouvé vous-mêmes celle du mage. Comment, en effet, la monarchie pourrait-elle être un bon gouvernement ? Le monarque fait ce qu’il veut, sans rendre compte de sa conduite. L’homme le plus vertueux, élevé à cette haute dignité, perdrait bientôt toutes ses bonnes qualités. Car l’envie naît avec tous les hommes, et les avantages dont jouit un monarque le portent à l’insolence. Or, quiconque a ces deux vices a tous les vices ensemble : tantôt il commet, dans l’ivresse de l’insolence, les actions les plus atroces, et tantôt par envie. Un roi devrait être exempt d’envie, du moins parce qu’il jouit de toutes sortes de biens ; mais c’est tout le contraire, et ses sujets ne le savent que trop par expérience. Il hait les plus honnêtes gens , et semble chagrin de ce qu’ils existent encore. Il n’est bien qu’avec les plus méchants. Il prête volontiers l’oreille à la calomnie ; il accueille les délateurs : mais ce qu’il y a de plus bizarre, si on le loue modestement, il s’en offense ; si, au contraire, on le recherche avec empressement, il en est pareillement blessé, et ne l’impute qu’à la plus basse flatterie ; enfin, et c’est le plus terrible de tous les inconvénients, il renverse les lois de la patrie, il attaque l’honneur des femmes, et fait mourir qui bon lui semble, sans observer aucune formalité. Il n’en est pas de même du gouvernement démocratique. Premièrement on l’appelle isonomie ; c’est le plus beau de tous les noms : secondement, il ne s’y commet aucun de ces désordres qui sont inséparables de l’État monarchique. Le magistrat s’y élit au sort ; il est comptable de son administration, et toutes les délibérations s’y font en commun. Je suis donc d’avis d’abolir le gouvernement monarchique, et d’établir le démocratique, parce que tout se trouve dans le peuple. »

    HÉRODOTE : Le discours d’Otanès
    (Histoire, III, 80)

  • Thierry92 Thierry92

    Le parti politique

    Un parti politique est par essence totalitaire, son but n’a pas d’autre fin que lui même ; augmenter sa croissance.

    La propagande pour gagner les élections, c’est la triple mythomanie du militant qui se ment à lui même, au public, et à son parti politique.

    Lorsqu’il représente son parti, il ne dit pas ce qu’il pense, mais doit gagner par tous les moyens possibles.