Un autre nucléaire, sans Uranium, est en marche… !

Et on reparle du Thorium. Merci à Merlin.

Hein quoi ! Comment ? c’est quoi cette histoire, on nous aurait menti ? Il semble bien en effet, mais est-ce réellement une surprise !

Depuis les débuts du nucléaire, aux USA, dans les années 40, les ingénieurs avaient imaginé des centaines de solutions pour produire de l’énergie à partir de la fission. Pour les profanes, on envoie des neutrons qui font « casser » des atomes, qui, à leur tour, produisent des neutrons qui vont en casser d’autres, d’où ce qu’on appelle les « réactions en chaîne ». Et pour ralentir le processus afin que ça n’explose pas, on insère des matériaux « modérateurs » censés empêcher tout accident.

Résultat, une centrale nucléaire d’aujourd’hui, c’est une centaine de tonnes de combustible hautement radioactif qu’on tente de « modérer » afin de créer de la chaleur et de faire tourner des turbines. Le tout refroidi par de la flotte qui produit de la vapeur. En gros, un réacteur nucléaire, c’est une grosse chaudière.

À l’époque, cette façon de faire n’était pas la meilleure : les ingénieurs avaient imaginé d’autres projets. Manque de bol pour eux, la guerre froide démarrait et, bien évidemment, de l’uranium qui va produire du plutonium avec lequel on va pouvoir faire des bombes et foutre sur la gueule au reste du monde, c’est la solution idéale !

L’un des projets, qui est resté dans les cartons des ingénieurs, c’est la centrale au thorium. Aussi efficace, mais nettement moins dangereuse : pas de haute pression, un combustible liquide, noyé dans des sels fondus qui circule dans des tuyaux et que l’on peut réguler en fonction des besoins, qui va s’écouler naturellement en cas de problème, et qui produit 10 000 fois moins de déchets que la filière actuelle à eau pressurisée à 155 bars.

En plus, le thorium est quatre fois plus abondant que l’uranium. Mais, manque de bol, pour les raisons précitées plus haut, pour des intérêts purement militaires, et financiers, General Electric et Westinghouse ont décidé que c’était la voie de l’uranium qui serait exploitée !

On coupe tous les budgets sur d’autres recherches et on impose dans le monde entier la voie des REP (réacteurs à eau pressurisée). L’EDF en son temps (années 70) a poursuivi courageusement les recherches jusqu’à ce qu’on leur dise « STOP ! vos gueules ».

Résultat : des centrales dangereuses, incontrôlables en cas de problème, 77 milliards d’euros d’investissement rien qu’en France, et des constructions vieillissantes dont le coût du démantèlement est au bas mot décuplé par rapport à la construction, des déchets dont on ne sait que faire (sauf Areva qui stocke près de 60 tonnes de plutonium dans ses « piscines » à La Hague), et une pollution qui pourrira la planète durant quelque 100 000 ans…

ITER qui ne produira jamais le moindre watt, puisqu’il s’agit d’une expérience pharaonique de laboratoire, mais qui, si ça fonctionne, vers 2020, permettra la construction d’un truc plus gros, et donc encore plus cher, qui s’appellera DEMO (tout un symbole) et qui aboutira – si nous sommes encore vivants d’ici là – à un projet industriel vers 2100, nommé PROTO, qui sera – peut-être – la première centrale à fusion.

SOURCE…

Voir:

(voir articles sur les centrales solaires à concentration).

chroniqueiterJPP.pdf

Andasol en Espagne

Desertec (une centrale solaire à concentration de 50 km² dans le Sahara destinée à alimenter toute l’Europe et le nord de l’Afrique)

TransAtomic : de l’énergie décarbonée à partir de déchets nucléaires…

Si l’énergie nucléaire est sans doute aujourd’hui l’énergie décarbonée la plus efficace dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, le stockage et la longévité des déchets radioactifs qui en résultent divisent encore populations et spécialistes sur la pertinence de cette énergie à long terme.

Une question qui pourrait devenir de l’histoire ancienne si le projet de la start-up TransAtomic venait à voir le jour. Créée par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), cette société propose en effet de produire de l’électricité à partir de déchets nucléaires via un nouveau type de réacteur. Encore au stade expérimental, le projet TransAtomic a récolté récemment plus de 2,5 millions de dollars de fonds via des investisseurs privés pour poursuivre ses recherches et mettre en place un premier projet pilote.

Un procédé à base de déchets nucléaires plus propre et plus sûr…

Mark Massie et Leslie Dewan, tous deux chercheurs au MIT, ont fondé la société TransAtomic en 2010 dans le but de mettre sur pied un nouveau type de réacteur nucléaire révolutionnaire. Appelé WAMSR (Waste Annihilating Molten Salt Reactor), ce réacteur fonctionnerait non plus sur le base de crayons de combustible d’uranium solides utilisés dans les réacteurs traditionnels, mais via un noyau composé de carburant liquide, principalement constitué de barres de combustible « usées » dissoutes dans une solution de sel.

« Les déchets nucléaires ne sont pas vraiment des déchets. Ils contiennent encore une énorme quantité d’énergie« , souligne Leslie Dewan.

Le réacteur permettrait ainsi d’exploiter la quasi-totalité de l’énergie potentielle contenue dans l’uranium, contrairement aux réacteurs traditionnels, qui eux, n’utilisent que 3 à 5% de cette énergie, tout en produisant une énergie totalement décarbonée. Un tel système ne générerait que 2,5% des déchets produits par les réacteurs existants.

Ajouté à cela, ce dispositif serait également plus sûr que les réacteurs existants actuellement. Le carburant liquide utilisé n’aurait pas les mêmes exigences en matière de refroidissement. En cas de problème et d’arrêt du réacteur, le liquide se solidifierait de lui même et serait donc plus sûr que les cœurs de réacteurs actuels exposés à des risques de surchauffe en cas de panne d’électricité.

Des réacteurs moins chers et plus rapides à construire…

Autres avantages avancés par TansAtomic, ce nouveau dispositif permettrait de mettre sur pied des réacteurs plus petits et nécessitant des investissements moins lourds.

Les nouveaux financements seront utilisés dans le cadre d’un programme de recherche réalisé au sein même du MIT. Des essais en laboratoire sur les composants clés impliqués dans la conception du réacteur seront effectués dans le but de construire une première installation de démonstration dans les cinq ans à venir.

« Nous voulons être en mesure de sortir de terre une installation prototype en 2020. C’est un calendrier assez rapide dans le domaine nucléaire, mais je pense que c’est faisable avec ce que nous avons jusqu’à présent« , a déclaré Leslie Dewan.

Rappelons que selon les chiffres de l’Institut pour l’énergie nucléaire américain, une centrale nucléaire génère en moyenne vingt tonnes de combustibles usés chaque année, soit un total annuel au niveau international de 2.250 tonnes.

Au cours des 40 dernières années, les centrales en activité auraient ainsi produit plus de 71.780 tonnes de combustibles usés. Une quantité de déchets accumulés qui pourrait, d’après les estimations de Leslie Dewan, produire suffisamment d’électricité pour alimenter le monde entier pendant 72 ans.

SOURCE…

Le site de TransAtomic ici :

 

 

Cette vidéo explique la technologie de Transatomic. Elle est sous-titrée en français :

Concernant ITER, voir ici le sujet en ligne dans Nexus : ITER incontrôlable et dangereux…

Extrait :
Le réacteur thermonucléaire est un gouffre financier et une grave menace pour l’humanité, selon le physicien Jean-Pierre Petit. « Soleil en éprouvette», «énergie illimitée», la communication autour de l’ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) fait rêver… Pourtant, derrière les beaux discours, se cache un projet qui cumule les problèmes non résolus, et dont les risques pour l’humanité sont redoutables……

Une vidéo avec Jean Pierre Petit et Michèle Rivasi sur ITER…

[….]

Lire la suite et voir la vidéo

Source Homme-et-Espace

Et aussi:

On nous prépare à manger des produits contaminés…

Les récentes prophéties de Pierre Frobert…

Le mystère Roswell enfin la vérité… ? ( cette info circule un peu partout sur le web..une intox de plus? c’est vous qui voyez..)

 

41 commentaires

  • GROS

    Encore un marronnier.
    Décidément…

  • Gieller

    Bah, sinon moins cher et encore plus sûr : http://ecat.com

    • dereco

      Grands doutes, pas sûr, car il devrait se chauffer gratis avec, si vrai, depuis des années qu’il raconte cela, au lieu de compliquer !!
      Rossi a un passé d’escroc.

      Au contraire, ce type de solution simple à comprendre, sans nucléaire ni CO2, pour stocker la chaleur solaire de l’été vers l’hiver, en la rendant non intermittente sans aucune pompe à chaleur, fonctionne depuis 2007 à
      http://www.dlsc.ca
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
      Elles sont systématiquement négligées, ignorées et éliminées, pour favoriser beaucoup plus les pompes à chaleur à électricité nucléaire, avec la complicité active du lobby nucléaire.

      • dek

        La E-cat? Ça c’ est un marronnier!

      • Povtach

        Comme d’habitude quand quelqu’un sort quelque chose de vraiment sérieux, personne ne moufte.
        C’est pareil quand je propose de former un groupe militant sur le web.
        Tout le monde se bouche les oreilles.
        J’ai laissé tombé.
        Ils sont peu différents des autres moutons.

      • dereco

        De fait il y a plus d’un siècle qu’on regarde ce genre d’énergie étrange, de transmutations même par la vie ( Kervran et autres avant très étranges !) , sans jamais parvenir à une réalité prouvée, vérifiable, et utilisable par tous, ( même si on n’y comprend rien aux contradictions dramatiques avec tout ce qu »on connait et qui marche, centrales nucléaires, etc.. ).
        Toutes ces références ne montrent rien de tangible, crédible, sans erreur de mesures (la plupart donnent l’impression qu’il reste de gros risques d’erreurs de mesures ) , comme se chauffer avec cette chaleur tout un hiver gratuitement, vérifiable par n’importe qui !!
        Rossi ne se chauffe pas chez lui avec son engin mystérieux !!
        C’est ce que je ferais à leur place en premier.
        Incompréhensible, alors qu’il vise 1MW depuis des années.
        Son passé d’escroc détruit toute confiance.
        Impossible de reproduire chez soi !!
        Une fois, il y a presque 20 ans, j’ai été vérifier sur un système in situ (présenté sur Sciences et vie ) et j’ai mesuré que c’était faux ( aucune énergie en excès à la précision des mesures elles difficiles ).
        La plupart de ces systèmes sont très complexes, ce qui rend les mesures très difficiles, et ils utilisent des méthodes de mesure très douteuses, et jamais ils n’utilisent leur excès d’énergie, pour se chauffer avec gratuitement !!
        Tout système donnant un excès d’énergie thermique risque un emballement avec explosion, comme une bombe ou pile atomique qui donnent des beaux excès d’énergie avec des catastrophes, même en comprenant et croyant contrôler, et donc Rossi et bien d’autres, devraient être morts, car ils ne semblent pas se tracasser de la stabilité !!
        Tout ces systèmes ont une stabilité qui fait douter et sont plein de contradictions basiques énormes incompréhensibles.

        On ne se bouche pas les oreilles, mais c’est très douteux au point de ne pas s’y faire piéger, et lorsque j’ai pu vérifier (rare), c’était faux !!
        Militant ce n’est pas des affirmations vaseuses, mais se chauffer avec chez soi gratuitement !

        Vous avez cela bien réel, qui marche pour se chauffer avec l’hiver, simple à comprendre, juste conservant la chaleur solaire de l’été pour l’hiver, gratuitement, sans risque, sans pollution, à perpétuité, sans CO2, sans particules, sans inconnue technologique !!
        Ce type de solution sans nucléaire ni CO2, pour stocker la chaleur solaire de l’été vers l’hiver, en la rendant non intermittente sans aucune pompe à chaleur, fonctionne depuis 2007 à
        http://www.dlsc.ca
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
        Elles sont systématiquement négligées, ignorées et éliminées, pour favoriser beaucoup plus les pompes à chaleur à électricité nucléaire, avec la complicité active du lobby nucléaire, très présent sur ce post.
        Ces solutions, peuvent faire de l’électricité sans aucune intermittence, de type géothermie à recharge solaire thermique à concentration à 300°C, en été ( indispensable, car la géothermie profonde seule, est très peu renouvelable (0,1Watts/m2 contre le soleil moyen 200W/m2 ),soit au max 100Watts par habitant pour tous les 12 millions d’habitants de région parisienne, fait totalement caché au public ), peuvent permettre de remplacer un très grand nombre de centrales nucléaires, si on le veut, sans aucun problème d’intermittence solaire, vu qu’on stocke en géothermie la chaleur solaire de l’été pour l’hiver.

        Cela est réel, qui marche sans surprise, et doit être utilisé obligatoirement pour remplacer les combustibles fossiles, qui remplissent la terre en quantité supérieure à ce qui permet de bruler tout l’oxygène respiré et remplacé par du CO2, en nous asphyxiant !!
        Car, la vie depuis presque 3 milliards d’années, fait de l’oxygène que nous respirons depuis 600 millions d’années, en laissant un atome de carbone combustible stocké sous terre ou au fond des océans, pour chaque molécule d’oxygène respirable.
        Ainsi, la terre contient en combustible dispersé (gaz, charbon, pétrole, etc…à extraire plus ou moins facilement) de quoi bruler tout l’oxygène respiré !!!

  • dereco

    Une belle collection hétéroclite !!
    le mystère Roswell n’est pas convaincant !!!
    Si vrai on aurait eu bien plus de conséquences que des photos peu claires.

    ITER reste un rêve depuis 60 ans, maitriser une explosion de bombe H, pleine d’instabilités dangereuses de façon évidente, et donc sans aucun espoir d’y parvenir dans un siècle même !!
    Tout le nucléaire civil n’est qu’un résidu du militaire, avec le thorium sans intérêt militaire.

    Le soleil y arrive depuis 4,5 milliards d’années et donc il est facile, sans inconnue technologique majeure, sans CO2, sans pollutions de particules, de radioactivité, gratuit à l’usage, perpétuel, d’utiliser son énergie, comme la vie fait depuis presque 3 milliards d’années, faisant l’oxygène que nous respirons, en laissant un atome de carbone combustible stocké en terre pour chaque molécule d’oxygène respirable.
    Ainsi la terre contient en combustible dispersé (gaz, charbon, pétrole, etc…) de quoi bruler tout l’oxygène respiré !!!

    Mais le solaire thermique avec ou sans concentration (fonctionnel ) rendu non intermittent utilisable nuit et jour , été comme hiver, en le stockant sous terre en géothermie solaire (elle aussi qui marche bien ) est une solution qui résout nos problèmes d’énergie si on le veut !

    Ce type de solution sans nucléaire ni CO2, pour stocker la chaleur solaire de l’été vers l’hiver, en la rendant non intermittente sans aucune pompe à chaleur, fonctionne depuis 2007 à
    http://www.dlsc.ca
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
    Elles sont systématiquement négligées, ignorées et éliminées, pour favoriser beaucoup plus les pompes à chaleur à électricité nucléaire, avec la complicité active du lobby nucléaire.
    Ces solutions, de type géothermie à recharge solaire en été ( indispensable, car la géothermie profonde seule, est très peu renouvelable (0,1Watts/m2 contre le soleil moyen 200W/m2 ),soit au max 100Watts par habitant pour tous les 12 millions d’habitants de région parisienne, fait totalement caché au public ), peuvent permettre de remplacer un très grand nombre de centrales nucléaires, si on le veut, sans aucun problème d’intermittence solaire, vu qu’on stocke en géothermie la chaleur solaire de l’été pour l’hiver.

  • Planete bleu Planete bleu

    Moi je suis sceptique sur le Thorium

    Le thorium, minerai magique d’une nouvelle révolution nucléaire, pas si verte que ça

    http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/le-thorium-minerai-magique-d-une-nouvelle-revolution-ia0b0n1921891

    Extrait:

    Principal inconvénient du thorium : il n’est pas naturellement fissile, contrairement à l’uranium 235 utilisé dans les réacteurs actuels. Ce n’est qu’après absorption d’un neutron qu’il produit une matière fissile, l’uranium 233, nécessaire pour déclencher la réaction en chaîne dans le réacteur. Pour amorcer un cycle thorium, il faut donc de l’uranium ou du plutonium (issu de l’activité des centrales).

    UTILISATION DE THORIUM DANS UN CENTRE DE RECHERCHES

    http://relir.cepn.asso.fr/index.php/fr/fiches-recherche-a-enseignement-menu-cachour-les-pages-57/96-recherche-publique/61-utilisation-du-thorium-dans-un-centre-de-recherches.html

    Uranium et Thorium, scandale en puissance chez les militaires

    http://www.point-zero-canopus.org/archives/videos/nucleaire-militaire/france/france/687-uranium-et-thorium-scandale-en-puissance-chez-les-militaires

    • Planete bleu Planete bleu

      Je précise que dans la vidéo cité dans le dernier lien que j’ai mis, il parle de bergers qui vivait prés d’un site militaire et qui sont mort de leucémie, de lymphome, de tumeur, lors de leur autopsie du Thorium a été trouvé dans leur corps. Dans ces sites militaires ils fesaient des essais acec des missiles ou il y avait du thorium dedans

      • Planete bleu Planete bleu

        Quand j’entend certain dire que le Thorium n’est pas dangereux et qu’il ne peut pas être utiliser militairement sa me fait dresser les cheveux sur la tête. Ils devraient regarder le reportage pièce a conviction que j’ai cité plus haut. Il parle aussi des brebis, avec photo à l’appuie, qui naissent avec 2 têtes, sans yeux ou avec plusieurs pattes.

      • Natacha Natacha

        Il y a eu de nombreux articles et de nombreux commentaires sur le sujet, ici, ces dernières années, j’espère que cela fait réviser les certitudes de beaucoup. :)

  • CoolDude

    Bonjour à tous.

    Pour ceux que ça intéresse, voici un lien vers une petite conférence fort intéressante de l’espace des sciences sur le sujet. On y parle un peu du Thorium…

    L’énergie : un problème majeur pour demain
    Les Mardis de l’Espace des sciences avec Bernard Tamain, physicien, Professeur Emérite à l’Université de Caen, chercheur CNRS.

    http://www.youtube.com/watch?v=bKOPA_PkKH0&index=15&list=PLGuujBHMMF1nf1SFv7JNylNmA-FHKzSJ5

    Bon visionnage…
    Et encore un gros merci à l’équipe des mardi!

    Ps: Il y a une autre conf. sur les déchets nucléaires (avec un gros parti pris sur le sujet)… Mais je vous laisse la trouver sur la chaine youtube du site.

  • Sana-Kan

    Sur les réacteurs au thorium :

    D’abord une petite correction : le « modérateur » dans les centrales actuelles ne sert pas à modérer la réaction, au contraire il favorise la réaction. Beaucoup de gens font l’erreur et avec un nom pareil ce n’est pas étonnant ^^ En fait le modérateur « modère » la vitesse des neutrons. En effet, ces derniers, une fois expulsés d’un noyau d’uranium ayant éclaté, sont trop rapides et traversent la matière sans la « voir », et pour qu’ils entrent en collision avec d’autres noyaux il faut les ralentir…
    Du coup, la disparition du modérateur (de l’eau le plus souvent) n’entraîne pas un emballement de la réaction, mais au contraire l’arrête. Un réacteur ne peut donc pas s’emballer jusqu’à donner une explosion nucléaire.

    Ensuite, c’est vrai que la filière uranium 235 (235U) a été privilégiée dans les années 40-50 dans le but d’obtenir rapidement du matériel pour fabriquer des bombes, mais les filières à 238U et 232Th présentaient également d’autres problèmes qui faisaient qu’elles n’étaient pas directement exploitables. D’abord, au contraire de 235U, 238U et 232Th ne sont pas des noyaux fissibles, c’est à dire que s’ils se prennent un neutron dans la tête ils n’explosent pas, ils l’absorbent. Ce n’est qu’après un certain temps qu’ils se transforment en noyaux fissibles (respectivement 239Pu et 233U). C’est pour ça qu’ils sont dits « fertiles mais non-fissibles ». Du coup pour démarrer un réacteur à 238U ou à 232Th, il faut déjà posséder de grandes quantités de noyaux fissibles, noyaux qui sont fournis notamment par nos centrales nucléaires classiques ^^ Ensuite, pour les centrales à 232Th il me semble que les sels fondus, s’ils sont bien pratiques (pression atmosphérique, non-volatiles, non-solubles dans l’eau), ils sont quand-même über-radioactifs et ne sont pas facilement manipulables… Aujourd’hui on peut s’amuser avec des systèmes automatiques et des bras robotisés, mais dans les années 50 c’était plus compliqué…
    Du coup je ne crois vraiment pas qu’il y avait une volonté d’empêcher l’émergence des filières à 238U et 232Th, au contraire l’évolution de l’industrie nucléaire est prévue depuis les années 50… Et maintenant que nous avons cumulé pas-mal de matière fissible, on va pouvoir commencer à construire des surgénérateurs. Cela montre d’ailleurs qu’on nous enfume bien avec la « transition énergétique », parce que faut pas rêver, bien sûr que l’on va continuer dans le nucléaire. Et vers 2040 quand nous aurons nos premiers surgénérateurs à 238U, la France aura cumulé 5000 ans de réserve énergétique sous forme d’uranium appauvri, et personne ne s’asseoir là-dessus…

    Pour la France je ne parle pas des réacteurs au thorium parce que du thorium, bah, on n’en a pas des masses… Ce sont les Indiens qui ont beaucoup de thorium et peu d’uranium qui sont très motivés pour développer ces réacteurs. Après, le thorium a beau être 4 fois plus abondant que l’uranium (et 500 fois plus que l’uranium 235, le seul qu’on utilise actuellement), il ne fait pas de beaux gisements comme l’uranium alors il est moins facile à extraire de la roche.
    Et il me semble aussi que les surgénérateurs ne produisent pas « 10000 fois moins » de déchets nucléaires, mais plutôt 20 fois moins (à vérifier). Ce qui reste intéressant, surtout qu’on peut aussi brûler nos anciens déchets au sein de ces réacteurs.

    Sur l’utilisation des déchets nucléaires actuels pour un nouveau type de centrale :

    Cool ! C’est la première fois que je vois un article sur le sujet, et jusqu’à présent je me demandais pourquoi on ne valorisait pas ces déchets… Ben oui, parce qu’un des problèmes des déchets nucléaires c’est qu’ils sont chauds, et ils restent chauds pendant des milliers d’années… Alors ma foi ce ne serait pas une mauvaise idée que de les utiliser pour faire bouillir de l’eau pendant dans milliers d’années ^^
    Après ils restent dangereux et difficilement manipulables… Et ceux qui sont intéressants pour ça ne représentent que de très faibles volumes.

    Sur ITER :

    Oui, la fusion ce n’est pas simple, il y a plein de problèmes (l’approvisionnement en tritium, l’altération de l’enceinte du réacteur à cause du flux de neutrons rapides, les disruptions du plasma…), des problèmes que nous ne sommes pas certains de pouvoir résoudre… Mais bon, ce serait quand-même con de ne pas essayer. Energie peu chère et infinie, cela pourrait changer la face du monde.

    • dereco

      Sana-Kan, spécialiste du lobby nucléaire, « nous enfume bien »:
      « vers 2040 quand nous aurons nos premiers surgénérateurs à 238U » avec 6000 tonnes de sodium fondu tout proche de l’eau (cas du superphénix ) dans les échangeurs qui, sur une fuite imperceptible, aura pris feu gigantesque, qui « nous enfume bien » avec la radioactivité dispersée sur toute une région, vidée de ses habitants pour des siècles, « avec la « transition énergétique » » imposée trop tard, « parce que faut pas rêver, bien sûr » que tôt ou tard, inévitable, une énorme catastrophe « dans le nucléaire » se produira en France, inévitable, car même nos surhommes du nucléaire, ne peuvent pas être infaillibles à perpétuité.
      Un nucléaire « qui « nous enfume bien » » à nous faire croire qu’ils sont plus intelligents que les Japonais et que c’est la seule solution énergétique!

      Avec Iter, et EPR c’est plus de 25 milliards gaspillés dans de l’enfumage nucléaire, qui seraient bien plus utiles dans un solaire géothermique simple sans inconnue majeure technologique, gratuit à l’usage, perpétuel, sans aucune intermittence, sans risques nucléaires ou autres, sans CO2, sans pollution, sans particules fines.

      • Sana-Kan

        Si je ne suis que « spécialiste » du lobby nucléaire, c’est que je n’en fait pas encore partie, alors ça va ^^
        Bien sûr que je peux me tromper, peut-être qu’on ne va pas construire toute une série de surgénérateurs, mais ça risque d’être assez tentant, cette montagne d’uranium sur laquelle la France est assise… C’est bien pour ça que l’on a lancé la construction du surgénérateur expérimental ASTRID. Ce n’est pas moi qui prend ces décisions, mais visiblement des gens en hauts lieux les prennent, et préparent tranquillement le remplacement de nos centrales par des surgénérateurs (mais bizarrement personne ou presque ne parle d’ASTRID, et je pense que le gouvernement préfère qu’il est reste ainsi… Enfin, le gouvernement, au moins ceux qui savent de quoi il s’agit…).

        Sinon oui, les surgénérateurs à l’uranium ne seraient pas construits comme ceux au thorium… Avec un caloporteur au sodium liquide, ils sont vachement moins sexy que les réacteurs à sels fondus… Mais il ne faut pas être trop alarmiste non-plus, il y a eu des fuites de sodium à Superphénix, et cela n’a pas entraîné l’apocalypse… (je ne sais pas comment ils gèrent ça d’ailleurs, parce que c’est vrai que moi aussi le sodium liquide ça me fait flipper).

        Plus intelligents que les japonais je ne sais pas, mais pour Fukushima les japonais ont fait de la bonne grosse merde (centrale au bord de la mer, digue pas assez haute alors que les géologues japonais savaient que des tsunamis pouvait la franchir, générateurs de secours au rez-de-chaussée, pas d’appareil pour neutraliser l’hydrogène !!!!, les prises des camions générateurs qui n’étaient pas compatibles, et 6 mois avant l’accident l’AIEA qui fait une visite à Fukushima et qui dit qu’il faut la fermer parce qu’elle est pourrie, etc…). C’est d’ailleurs le côté rassurant de cet accident, il ne s’est rien passé d’imprévu, juste des choses parfaitement prévisibles. Je ne dis pas qu’en France on ne fait pas aussi de la grosse merde, mais je ne pense pas (du moins pas autant ^^).

        Sinon j’ai regardé vos liens sur la Communauté Solaire de Drake Landing, c’est très intéressant mais c’est bien ce que je pensais, cela ne sert que pour le chauffage. Le problème c’est comment faire de l’électricité, et surtout comment la stocker. Je suis bien conscient qu’une grande partie de notre électricité sert pour le chauffage, et qu’effectivement la géothermie peut être très bien pour ça. Mais en France il faut commencer par isoler correctement les habitations, ce qui demande un paquet de milliards et un paquet d’années pour que ce soit correct. Et je crois que le gouvernement essayait de favoriser la mise aux normes d’isolation des habitations avec des crédits d’impôts, ou sous forme de niches fiscales, je ne sais plus… Et je ne sais pas si ces dispositifs sont toujours en place…
        Tout ça pour dire qu’on parle de choses différentes. C’est très bien de faire du chauffage avec du solaire et du géothermique, mais pour faire de l’électricité de cette manière, ben c’est pas évident…

      • dereco

        « il y a eu des fuites de sodium à Superphénix, et cela n’a pas entraîné l’apocalypse… » est typique des catastrophes, on frôle, on gère, jusqu’au jour où elle se produit, trop tard, avec que des « rien passé d’imprévu, juste des choses parfaitement prévisibles » » !!

        En France, le risque de tsunami et de tremblement de terre, existe, bien réel, plus rare, et donc encore plus totalement sous estimé par perte de mémoire, !!
        Au Japon la mémoire devait être vive, tsunamis en 1933 et 1896, avec 33m de haut, pas très loin, et pas besoin de géologues pour en avoir conscience !!
        Mais comme en France, vu le prix élevé, on saisit le moindre prétexte pour sous estimer le risque, qui se reproduit toutes les quelques dizaines d’années au Japon et quelques siècles en France !!
        Clairement, selon Sana-Kan les Français sont bien plus intelligents que les Japonais (euh, « du moins pas autant m  » ) !!

        Enfin, Sana-Kan semble ignorer que la géothermie profonde bien chaude fait de l’électricité parfaitement en certains endroits sur terre, et aussi que le solaire à concentration donne aussi du très chaud qui fait de l’électricité aussi parfaitement !!
        Donc il suffit d’envoyer ce solaire très chaud sous terre en géothermie bien chaude (pas forcément très profonde, vu qu’on chauffe bien plus chaud, mais similaire à la Communauté Solaire de Drake Landing en bien plus chaud ) pour faire de l’électricité 24h sur 24h et 365jours sur 365 jours !!
        On combine deux technologies qui marchent pour les rendre perpétuelles, inusables, et sans pollution, ni CO2.

        Sana-Kan n’ a pas lu avec soin ce que j »ai écrit que la géothermie profonde (on en multiplie plein la région parisienne qui va s’épuiser ) est très peu renouvelable ( «  »Ces solutions, de type géothermie à recharge solaire en été ( indispensable, car la géothermie profonde seule, est très peu renouvelable (0,1Watts/m2 contre le soleil moyen 200W/m2 ),soit au max 100Watts par habitant pour tous les 12 millions d’habitants de région parisienne, fait totalement caché au public ) » » ) et qu’elle doit être renouveler par du solaire à concentration en été !

      • Sana-Kan

        Sana-Kan ne pense pas que les Français sont plus intelligents que les Japonais, il pense seulement l’ASN (qui se permet notamment de menacer un chantier à plusieurs milliards d’euros) est plus indépendante et plus performante que l’ancienne agence de sécurité nucléaire japonaise qui a d’ailleurs été dissoute après l’accident de Fukushima.

        Sana-Kan n’ignore pas du tout que l’on peut faire des centrales électriques géothermiques, mais il sait que cela n’est possible qu’en certains endroits où le gradient géothermique est particulièrement élevé (c’est le cas en Islande notamment, et en Alsace, où il existe effectivement une petite centrale géothermique).

        Sana-Kan ne croit pas que ce soit si facile de convertir de la chaleur en électricité, à moins de dépasser 100°C, de faire bouillir de l’eau et de faire tourner une turbine. D’ailleurs la seconde loi de la thermodynamique montre que c’est genre vachement compliqué de convertir de la chaleur en travail (c’est même sensé être impossible je crois, et je me demande par quelle astuce en fait ça marche dans nos centrales qui ne sont que de grosses bouilloires… Je ne suis pas physicien ^^).

        Enfin Sana-Kan ne croit pas aux solutions miracles, aux trucs « perpétuels, inusables, et sans pollution, ni CO2), chaque technologie ayant ses avantages et inconvénients.

        P.S. Après avoir cherché pendant 5 minutes comment on pouvait convertir de la chaleur en électricité, j’ai découvert l’existence des matériaux thermoélectriques (par contre aux rendements peu élevés et aux coûts importants). L’astuce c’est qu’on ne converti pas directement la chaleur en électricité, on converti le flux de chaleur, comme ça le second principe de la thermodynamique est bien respecté ^^

      • dereco

         » le gradient géothermique est particulièrement élevé » est parfaitement inutile, vu qu’on charge avec la chaleur solaire à concentration à plus de 300°C en été en stockage géothermique qui crée ce gradient géothermique à profondeur facile !!
        C’est toute l’astuce de combiner les deux, en se simplifiant.
        Il ne s’agit pas de croyance mais de réalités simples, alors que ITER est un rêve enfumeur et l’EPR, à prix multiplié par plus de 3, risque d’être peu sûr, simplement par sa complexité aussi très multipliée, dans un rêve inaccessible de sécurité.

        Les centrales nucléaires marchent pareil en chauffant pour faire tourner les turbines, sauf que la radioactivité rend tout follement complexe, alors que sans radioactivité c’est bien plus simple !!
        Sana-Kan nucléophile, chargé de représenter ce lobby d’enfumage, ferait bien de lire quelques cours basiques scientifiques, comme sur wikipedia !!

      • engel

        Tu devrait mieux te renseigner sur l’historique du nuc français avant de critiquer les japs.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Inondation_de_la_centrale_nucl%C3%A9aire_du_Blayais_en_1999

        …En vérité tout c’est joué à peu. La chance a été avec EDF.
        Mais qu »en sera-il la prochaine fois?

        Au fait, en parlant de centrale pourrie, ton avis sur celle de Fessenhein?
        Construite en zone sismique,..elle aussi.

        …Et que penses tu du prolongement des durée de vie des centrales et du vieillissement « prématuré » avec microfissures de l’acier des cuves.

      • Sana-Kan

        Il y a quelques années, un gars de l’IRSN était venu nous faire cours et il nous avait parlé de cet incident, et de lui de la centrale de Flamanville quand des algues avaient bouché le circuit de refroidissement tertiaire… Je lui avait demandé si nous avions frôle la grosse catastrophe genre Tchernobyl, ou si nous avions failli perdre un réacteur (genre il est tout bousillé mais y’a pas de fuite). Il nous avait dit qu’on avait juste failli perdre des réacteurs (c’est pas moi qui le dit ^^).

        Le truc c’est qu’en cas de problème, il faut pouvoir continuer à refroidir, c’est tout ce qui compte, si on arrive à faire ça il ne peut pas se passer grand-chose. Les Japonais n’ont pas seulement été mauvais, le tremblement de terre et le tsunami avaient vraiment tout ravagé et l’accès à la centrale en était d’autant plus compliqué. Ce qui m’a particulièrement choqué dans leurs installation c’est qu’ils n’avaient pas d’appareil pour neutraliser l’hydrogène dans leurs réacteurs, alors qu’on sait depuis longtemps que le dégagement d’hydrogène est le principal danger (c’est d’ailleurs ce qu’il s’est passé à Tchernobyl).

        Oui, peut-être que je suis trop confiant, mais comme je comprends le schmilblick cela me rassure et me donne l’impression qu’on peut le maîtriser.

        Le problème de Fessenheim n’est pas tant qu’elle est construite sur une zone sismique (y’a zone sismique et zone sismique, genre zone sismique japonaise avec des tremblements de terre de magnitude 9, et zone sismique alsacienne… D’ailleurs Fukushima avait très bien résisté au séisme, c’est le tsunami qui l’a bousillée). Le problème de Fessenheim est l’épaisseur de son radier, qui n’est que de 1 mètre alors qu’elle est de 3 mètres dans les autres centrales (ceci dit je crois que le corium ne s’était enfoncé que de 50 cm dans le radier de la centrale de Tchernobyl)… Des travaux sont prévus, ou même ont commencé, pour épaissir ce radier (250 millions d’euros quand-même, je crois…). Alors j’ai envie de dire au gouvernement : soit vous faites les travaux et vous ne la fermez pas, soit vous fermez la centrale avant d’avoir fait ces travaux. Mais ces cons sont bien capable de dépenser ces 250 millions et de fermer juste derrière…

        Je ne sais pas grand-chose des microfissures des cuves, mais ce n’est pas en Belgique qu’ils ont parlé de ça ? (ceci dit leurs centrales doivent ressembler aux nôtres…). Après, effectivement la cuve est à peu près le seul élément sensible quand on considère l’allongement de la durée de vie des centrales, parce qu’à peu près tout le reste a déjà pu être remplacé plusieurs fois, ce qui est impossible avec les cuves… (cuves qui ne seraient pas en cuivre plutôt qu’en acier ? Je ne sais plus…).

      • dereco

        « y’a zone sismique et zone sismique, genre zone sismique japonaise avec des tremblements de terre de magnitude 9, et zone sismique alsacienne… » est encore un rêve qui nous enfume, car la seule chose qui change c’est la fréquence ou probabilité de gros tremblement de terre force 8 à 9, mais en Alsace et toute les vallées Rhin Rhône, Pyrénées, il se produit un tel tremblement de terre aussi qui casse tout, environ espacés de 3000 à 5000 ans au plus (Everest quelques dizaines d’années, Japon siècles, et France millénaires ) mais les Alpes et Pyrénées sont là pour prouver que cela se produit, tôt ou tard inévitablement, juste moins souvent que pour l’Everest !!

        Il y a une courbe fréquence en fonction de la force (pente environ -1 soit 10 fois moins souvent pour une magnitude de 1 en plus, soit 30 fois plus en énergie ) qui prouve ce fait sur wikipedia et cours scientifiques !!
        https://e-cours.univ-paris1.fr/modules/uved/risques-naturels/html/2/21/212/2123.html

        Bien plus, comme il y a longtemps qu’il n’y en a pas eu plus de 2000 ans historiques, le risque est bien plus fort, pour bientôt, impossible à prévoir !!

        Enfin, si on additionne les énergies de tous les tremblements de terre, qui font monter les montagnes, comme les Alpes ou l’Everest, lentement et surement, on constate avec cette courbe, fréquence versus énergie, que la plus grande partie de cette énergie se trouve dans les plus forts, force 8 à 9, les plus rares qui cassent tout et qui seuls créent ces montagnes bien visibles, preuves de catastrophes horribles passées, même en France !!
        Sans ces séismes horribles, il n’y aurait pas de montagnes.
        Donc un tremblement de terre énorme qui casse tout, se produira tôt ou tard, dans la vallée Rhin Rhône et les Alpes, force 8 à 9, démolissant tout, toutes nos centrales nucléaires à la fois, ratatinées, ingérables, et toute cette région radioactivée évacuée pour des siècles !!!!
        Le lobby nucléaire, qui paie Sana-Kan, nous enfume de mensonges sur sa fausse sécurité, des centrales et séismes, comme au Japon.

      • walter kurtz walter kurtz

        les gars voilà le recyclage prévue par nos zélites de l’uranium appauvri
        http://www.youtube.com/watch?v=T2gl85MmhyY
        Les armes à l’uranium appauvri : un crime contre l’Humanité américain (par Vincent Reynouard) et puis ça : Uranium appauvri: Fallujah c’est pire qu’Hiroshima
        http://www.youtube.com/watch?v=FWMKQUhBESs
        bref , de bons textes bien écrient , on croirait être entrain de lire du trollage …

      • engel

        Bouah alors là, tu m’as fait rire!
        …Des cuves en cuivre, comme le chaudron de bonne maman et ses confitures.

        Y a pas à dire,tu as le sens de la plaisanterie radioactive.

      • Sana-Kan

        Au temps pour moi, les cuves sont bien en acier, je ne sais plus pourquoi je croyais qu’elles étaient en cuivre (peut-être parce que le cuivre est bien plus résistant à la corrosion que l’acier, mais en l’occurrence j’imagine que ce sont plus les propriétés mécaniques de l’acier qui sont intéressantes…).
        En tout cas si votre maman utilise des ustensiles de cuisine en cuivre elle devrait en changer parce que c’est très toxique ^^

      • dereco

        Sana-Kan payé pour défendre le lobby nucléaire
        « le cuivre est bien plus résistant à la corrosion que l’acier » pas exact, variable suivant les conditions, seul l’or est résistant à la corrosion, mais le problème est surtout la résistance mécanique aux rayonnement, et en cuivre ou en or ne marche pas, et c’est très difficile !!
        http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-centrales-nucleaires/cuves-reacteurs/Pages/2-caracteristiques-conception-fabrication-contrele-cuves.aspx

         » En particulier, le risque de rupture brutale est analysé. Le rayonnement neutronique du coeur induit en effet au cours de l’exploitation une baisse de ductilité de plus en plus importante d’une partie de l’acier des viroles de cuve. L’analyse de la résistance à la rupture brutale revêt donc une grande importance dans la démonstration de sûreté et peut faire apparaître un critère spécifique de fin de vie.
        La cuve du réacteur n° 1 de la centrale du Tricastin est la plus affectée avec une vingtaine de DSR et six cuves ne présentent qu’un seul DSR. Le plus grand défaut situé sur la cuve du réacteur du Tricastin mesure 11 mm, incertitude de mesure comprise.
        Ces défauts peuvent apparaître lorsque le taux d’hydrogène dissous dans le métal est trop élevé localement ; ils sont en général associés à des zones de ségrégation. Ils se produisent sous forme de multiples microfissures orientées presque parallèlement à la paroi interne de la cuve. Pour éviter l’apparition de ces défauts, le taux d’hydrogène est contrôlé à la coulée et un traitement thermique spécifique est réalisé lors du forgeage pour réduire autant que faire se peut le taux d’hydrogène dans la pièce métallique
        Il est en effet apparu que l’alliage à base de nickel retenu à la conception pour ces traversées soudées sur le couvercle était sensible à la corrosion sous contrainte en milieu primaire » »
        http://www.asn.fr/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-anomalies-de-fabrication-de-la-cuve
        «  »la présence d’une zone présentant une concentration importante en carbone et conduisant à des valeurs de résilience mécanique [1] plus faibles qu’attendues. Des premières mesures ont confirmé la présence de cette anomalie dans le couvercle et le fond de la cuve de l’EPR de Flamanville. AREVA a proposé à l’ASN de réaliser à partir d’avril 2015 une nouvelle campagne d’essais approfondie sur un couvercle représentatif pour connaître précisément la localisation de la zone concernée ainsi que ses propriétés mécaniques » »
        «  »L’acier des cuves des 6 réacteurs du palier CP0 (2 à Fessenheim, 4 au Bugey) contient des zones ségrégées avec des hétérogénéités riches en phosphore appelées « veines sombres ». Pour Fessenheim la question a été posée à l’Autorité de Sûreté Nucléaire : ces « veines sombres » peuvent-elles conduire à la rupture de cuve en cas d’accident grave nécessitant un refroidissement rapide du coeur ? (problème de l’évolution de la température de transition fragile-ductile suite à l’irradiation neutronique de l’acier de la cuve – choc froid sous pression avec rupture de la cuve) » »

        et le carbone, c’est la différence entre acier et fonte, elle fragile !!!!
        «  »On comprend mieux dès lors le souci d’Areva de conclure en 2006 un partenariat industriel avec la compagnie japonaise Mitsubishi. Cette alliance a permis la fabrication des cuves qu’Areva ne maîtrise plus. Derrière les déclarations sur le souci d’œuvrer en commun à la promotion du nucléaire en Asie se cache un simple contrat de sous-traitance industrielle. Le conglomérat japonais, Mitsubishi Heavy Industries, a annoncé ainsi dès mars 2004 qu’il fournirait la cuve du réacteur EPR finlandais , travaux menés à Kobé. Quant aux générateurs de vapeur, ils ont été réalisés par Japan Steel Works ! Ainsi les éléments clés du fleuron de la technologie française sont japonais pour la simple raison qu’il n’y a pas en France d’installations pour les fabriquer. » »
        etc….

        L’IRSN nous protége, responsable en cas de catastrophe inévitable tôt ou tard, car même l’IRSN n’est pas infaillible à perpétuité !!

      • engel

        Et oui!

        Ps: Même l’or peut se corroder.
        ..Eau de régale.

      • dereco

        L’eau régale n’existe pas dans la nature sur terre spontanément, de sorte que l’or existe sous forme de pépites pures depuis des milliards d’années.

      • engel

        Je savais pas qu’une centrale nucléaire était un milieu naturel!

      • engel

        Faux.
        Le cuivre ne comporte aucune contre indication avec les aliments sucrés. Et pour les autres il existe l’étamage.

      • dereco

        L’étamage des boites a été remplacé par les plastiques avec bisphénols, en principe mieux ???

        Les sels de cuivre sont très toxiques, à éviter, antifongiques pour la vigne, depuis fort longtemps.
        L’étain n’est pas inoffensif .

      • engel

        Les boîtes de conserves n’ont jamais été en cuivre!
        De plus, je parlai des casseroles, car le mr avait écrit « ustensiles ».
        Et oui…

  • dek

    Nous voyons bien quel avenir ils réservent à nous et à nos enfants. La dépendence énergétique.
    Le stockage d’ énergie solaire cité ci-dessus par Dereco est une vraie solution parmi quelques autres respectueusent de la vie.
    On est pas sorti de l’ auberge si on ne reprend pas la main.
    ( bande de pourriture et vos mensonges sur le climat )

    • CoolDude

      Je plusois…
      Mais il y a des verrous technologique et économique comme on dit. Il faudrait mettre le paquet sur le sujet au niveau des recherches. Etc…
      Et, car on ne peut plus abandonner la filière, il va falloir mettre aussi le paquet sur le nucléaire. J’ai un peu peur qu’un certain laisser aller sur ce sujet qui va jusqu’à l’abandon total, un phénomène qui nous pétera à la gueule.
      On a hérité d’une belle m…

      • dereco

        Ce n’est pas parce que :
        « On a hérité d’une belle m…  » qu’il faut continuer dedans jusqu’à la catastrophe énorme, toute une région radio-activée vidée de tous ses habitants en une nuit, inévitable tôt ou tard, car nous sommes pas infaillibles à perpétuité !!
        Alors il faudra en sortir du jour au lendemain sans électricité à 80% nucléaire, sans chauffage, retour en arrière immédiat et virer vers les bonnes solutions énergétiques, en faisant sauter les « verrous technologiques et économiques » à fond la caisse !!

  • azteck

    L’énergie gratuite pour tous…
    Nous en ferions un outil capable via les serres de donner l’autonomie alimentaire a tous.
    L’autonomie du chauffage, de la clim pourquoi pas?
    L’énergie gratuite pour tous l’autre point de vue : ils en feront une excuse pour nous faire travailler à leur service 80% moins chère et s’enrichir.
    Notre point de vue demande moins d’effort à mettre en place le leur est gourmand et pas viable,
    pourtant il prendras l’ascendant sur le notre,pourquoi?

  • Emy Emy

    je crois plus au ventilateur de pc qui produit de l’électricité.
    ça tourne et avec des aimants piouf on a de l’électricité :)

    • dereco

      Tromperie vidéo qui ne marche pas du tout :
      «  »ça tourne et avec des aimants piouf on a de l’électricité » »

      Vous avez cela bien réel, qui marche pour se chauffer avec l’hiver, simple à comprendre, juste conservant la chaleur solaire de l »été pour l’hiver, gratuitement, sans risque, sans pollution, à perpétuité, sans CO2, sans particules, sans inconnue technologique !!
      Ce type de solution sans nucléaire ni CO2, pour stocker la chaleur solaire de l’été vers l’hiver, en la rendant non intermittente sans aucune pompe à chaleur, fonctionne depuis 2007 à
      http://www.dlsc.ca
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
      Elles sont systématiquement négligées, ignorées et éliminées, pour favoriser beaucoup plus les pompes à chaleur à électricité nucléaire, avec la complicité active du lobby nucléaire, très présent sur ce post.

  • dstati

    Le nucléaire, tel que conçu aujourd’hui est une énergie non seulement la plus dangereuse, mais aussi la plus cher et la plus polluante, y compris en terme de CO2. Mais bien-sûr, comme on (les politiques du système et lobbyistes qui sont de mèche), on ne tient pas compte d’un tas de facteurs (subvention, coût de démantèlement, de stockage, autres frais liés à la sécurité que nécessite les sites et tout le coût CO2 que cela entraîne) pour présenter cette énergie comme la moins chère, avec les risques soi-disant maîtrisé (c’est de la que vient le fameux « le risque zéro n’existe pas ») et peu polluante en CO2 … une fois en fonctionnement (comme si il n’y avait que ça)!!

    Et quand on leur parle du renouvelable, ils viennent avec leur même clichés d’argument du style le « taux de charge » des éolienne qui se situe à 20%!! Mais pour l’instant certaines centrales nucléaires, veilles, ont un taux de charge proches de zéro, vu qu’elle sont à l’arrêt depuis des mois, voir années à cause de leur problème intrinsèque ou non.