Des donneurs de plasma et de plaquettes sont-ils mis en danger par des particules cancérigènes ? Par Basta..

Nous en avons déjà parlé, Basta et Radio-France ont mené une enquête approfondie. Partagez ! Volti

******

Source Basta

Donner son plasma ou ses plaquettes, pour les grands brûlés ou pour des personnes atteintes d’un cancer : un geste à la fois solidaire, altruiste… et dangereux ? Selon une enquête menée par Basta ! et la cellule investigation de Radio France, les machines de prélèvement fabriquées par la société Haemonetics ont une fâcheuse tendance à relâcher des particules potentiellement toxiques. Le problème, identifié de longue date par l’entreprise comme par les autorités sanitaires françaises, a été pendant longtemps peu pris au sérieux. Premier volet de notre enquête

Lire l’article complet sur Basta

Lire le second volet de notre enquête : Particules « noires » dans le sang après un prélèvement : comment les autorités sanitaires ont détourné le regard

Don du sang : Vers un nouveau scandale ?..

Nous avions déjà parlé de ces machines à problèmes et, voilà que Le Média a mené une enquête très inquiétante. Merci à Claire Marie. Partagez ! Volti

******

Source Le Média via Les Crises

Le don du sang, un geste altruiste et généreux, « le sang est un don, l’éthique est un devoir ! » annonce fièrement l’Établissement français du sang. Et si la France faisait face à nouveau scandale de santé publique mettant en cause l’Etablissement français du sang ? 30 ans après le scandale du sang contaminé, les autorités sanitaires françaises font face à un nouveau problème, géré dans la plus grande opacité.

Au cœur du dysfonctionnement : une procédure, le don par aphérèse. Une pratique qui consiste à extraire de votre sang, votre plasma, vos globules rouges ou vos plaquettes. En France, en 2017, on comptait près de 450 000 dons par aphérèse, cette procédure est réalisée, entre autre, par les machines de la société américaine Haemonetics qui équipent encore aujourd’hui les Établissements français du sang. Lire la suite

Don de plasma : accusées d’être toxiques, la moitié des machines utilisées en France mises à l’arrêt par précaution…

Faire du neuf avec du vieux n’est pas vraiment idéal, surtout en matière de santé. Par soucis d’économie, on met la santé des gens en danger. « Les incidents constatés cet été en France « n’ont pas eu de conséquence sur les donneurs », assure toutefois l’EFS. » Combien de temps avant qu’un cancer se déclare ? Avant de dire qu’il n’y a pas eu de conséquences, il faudrait peut-être montrer de la prudence, et être certain que ces « particules » détectées sont inoffensives. Partagez ! Volti

**************

Source FranceTvInfo enrichi par Aphadolie

Des lanceurs d’alerte affirment que ces dispositifs font courir des risques aux donneurs.

Elles pourraient être toxiques pour les donneurs. L’utilisation de 300 machines utilisées pour les dons de plasma, a été suspendue, mercredi 12 septembre, par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Ces machines, qui constituent la moitié de celles utilisées en France, ne peuvent désormais plus être utilisées. « C’est une mesure de précaution dans l’attente des expertises. », diligentées par l’Agence du médicament (ANSM), a précisé à l’AFP le Dr Sylvie Gross, directrice médicale de l’Établissement français du sang (EFS).

Quel problème posent ces machines ? Lire la suite

Vive les droits de l’Homme… d’affaires !…

Voilààà!! Ils ont gagné, la loi sur le secret des affaires a été pondue et acceptée. Dorénavant, il sera interdit de dénoncer les empoisonnements, les scandales financiers, les atteintes à l’environnement, les médicaments qui tuent ou handicapent, les conditions abjectes dans les abattoirs, La corruption, les conflits d’intérêt et les trahisons en tous genres. Malgré la levée de bouclier, l’exécutif a penché du côté des lobbies. Mais, pouvait-il en être autrement avec un banquier et ses sbires à la tête de l’état ? Écoutez l’intervention de François Ruffin à ce sujet. Merci à Sylvain du journal Fakir.

Pixabay

Transcription de son intervention:

« Je n’accepte pas de vendre des produits qui donnent le cancer. » Mardi, je me trouvais à la Bourse du travail. Alexandre Berthelot est venu me voir. C’est l’ancien directeur commercial Europe du géant américain Haemonetics qui est un spécialiste du matériel médical.

1600 pages de documents

Entre autres, un des appareils qu’il vendait : une centrifugeuse pour faire don de son sang. Lui a découvert que dans cette centrifugeuse il y avait des joints en résine qui en s’usant, libéraient des substances cancérigènes. Ces substances cancérigènes se retrouvaient dans le sang. Il a sonné l’alerte à l’intérieur de son entreprise. La conséquence a été d’être licencié pour déloyauté. Avec le délégué CGT de l’établissement français du sang, Guilhain Gambatou. J’aime bien citer Alexandre, Ghilain, parce que ce sont des Hommes, discrètement, qui font avancer la démocratie et la maintiennent. Lire la suite