7 raisons pour lesquelles un passeport vaccinal devrait nous faire réfléchir

Merci pour le lien

Source : Le Blog à Lupus

Alors que l’utilisation des passeports vaccinaux fait boule de neige dans le monde, les inquiétudes quant à leur portée et à leurs implications potentielles s’intensifient.

Les passeports vaccinaux (ou laissez-passer ou certificats) sont introduits à la hâte dans le monde entier, y compris dans des endroits où la plupart des gens n’ont même pas encore pu se faire vacciner.

Ils sont présentés comme un moyen de relancer l’économie mondiale en permettant aux gens de prouver qu’ils sont vaccinés, ce qui leur permet de voyager, de faire des achats, d’aller à la salle de sport, d’assister à des événements sportifs et culturels et de mener d’autres activités à l’intérieur. Des pays comme Israël, l’Arabie saoudite et Singapour ont déjà introduit des passeports vaccinaux au cours des deux derniers mois.

Bien entendu, l’utilisation du mot « passeport » est trompeuse. « Passeport » implique un document avalisé par un État qui établit la citoyenneté et garantit la protection diplomatique. Un passeport traditionnel n’oblige pas son détenteur à participer à un programme de vaccination, bien que des certificats d’immunité aient existé pour des maladies telles que la fièvre jaune. Une autre différence est que le passeport-vaccin se présentera probablement sous la forme d’un document numérique. Son champ d’application potentiel est également beaucoup plus large que celui d’un passeport normal. Il pourrait être exigé non seulement pour établir l’identité et le statut vaccinal aux frontières nationales, mais aussi pour voyager, accéder aux bâtiments publics et aux services de base dans son propre pays de résidence.

Dans les pays qui disposent déjà d’un service de santé national, comme le Royaume-Uni et Israël, le passeport-vaccin a été rendu obligatoire au niveau de l’État. Aux États-Unis, les entreprises de technologie et de soins de santé sont aux commandes. Au moins 17 programmes alternatifs sont actuellement en cours de développement. Quant à l’UE, elle a proposé d’émettre des « certificats verts numériques » qui permettraient aux résidents de l’UE de voyager librement dans les 27 pays du bloc d’ici l’été, à condition d’avoir été vaccinés, d’avoir été testés négatifs pour le COVID-19 ou d’avoir guéri de la maladie. Il convient de noter que l’UE étudie la faisabilité de la création d’une carte de vaccination européenne commune depuis le début de 2019.

Initiatives internationales

Des initiatives ont également lieu au niveau international, comme le groupe de travail sur le certificat de vaccination intelligent, dont les partenaires sont l’OMS, l’UNICEF, l’UIT et la Commission européenne. Le groupe « se concentre sur l’établissement de spécifications clés, de normes et d’un cadre de confiance pour un certificat de vaccination numérique afin de faciliter la mise en œuvre de solutions numériques efficaces et interopérables qui soutiennent l’administration et le suivi du vaccin COVID-19, avec une applicabilité prévue à d’autres vaccins ».

Une autre initiative est l’application de santé numérique CommonPass développée par la Commons Project Foundation (CPJ), qui a été fondée par la Fondation Rockefeller et est soutenue par le Forum économique mondial. Le CommonPass est à la fois un cadre et une application qui « permettra aux individus d’accéder à leurs résultats de laboratoire et à leur carnet de vaccination, et de consentir à ce que ces informations soient utilisées pour valider leur statut COVID sans révéler d’autres informations de santé personnelles sous-jacentes ».

Ensuite, il y a ID2020, une organisation non gouvernementale qui plaide pour des identifications numériques pour le milliard de personnes sans papiers dans le monde et les groupes mal desservis comme les réfugiés. En 2019, ID2020 a lancé un nouveau programme d’identité numérique en collaboration avec le gouvernement du Bangladesh et l’Alliance du Vaccin (GAVI). Elle participe désormais à la Good Health Pass Collaborative« une initiative intersectorielle ouverte et inclusive, réunissant des entreprises et des organisations de premier plan des secteurs de la technologie, de la santé et des voyages ».

Pause pour réfléchir

Certaines de ces initiatives sont déjà expérimentées par des entreprises, notamment des compagnies aériennes, et des autorités locales ou régionales. All Nippons Airways a commencé à tester le CommonPass sur ses vols de Tokyo Haneda à New York. La semaine dernière, New York a dévoilé son laissez-passer Excelsior, qui repose sur la technologie d’IBM. Il est probable que d’autres États lui emboîtent le pas. La France vient également de terminer un mois d’essai d’une application de passeport santé pour les passagers d’Air France se rendant en Martinique et en Guadeloupe.

La rapidité avec laquelle ces initiatives sont lancées devrait donner à réfléchir. Tout comme pour les applications de recherche de contacts, le déploiement est aléatoire et sujet à des conflits d’intérêts. La technologie n’a pas fait ses preuves et les problèmes de confidentialité sont flagrants. Voici sept raisons pour lesquelles je pense que les passeports vaccinaux devraient nous inquiéter. Vous pouvez peut-être en trouver d’autres.

1. Nous ne savons toujours pas dans quelle mesure les vaccins sont efficaces ou sûrs.

L’objectif apparent du passeport-vaccin est de fournir la preuve qu’une personne a reçu un vaccin officiellement approuvé et qu’elle présente donc un risque de contagion moindre. Pourtant, nous ne savons toujours pas à quel point chaque vaccin est efficace ou sûr. Naturellement, les niveaux d’efficacité de chaque vaccin varient. Comme l’OMS elle-même le concède, on ne sait toujours pas si l’inoculation empêche réellement la transmission du virus.

Nous n’avons pas non plus la moindre idée de la durée de l’immunité – partielle ou non – conférée par chaque vaccin. Qui plus est, certains vaccins semblent avoir une efficacité réduite contre certaines variantes, notamment la souche B.1.351 (identifiée à l’origine en Afrique du Sud).

Ce n’est pas seulement le manque potentiel d’efficacité qui devrait nous inquiéter. Il y a aussi de gros problèmes de sécurité. De nombreux effets indésirables ont déjà été signalés dans le monde entier. Dans le cas des vaccins développés par AstraZeneca et Johnson & Johnson, des inquiétudes concernant les effets secondaires sur la coagulation du sang ont conduit certains pays à restreindre, voire à suspendre leur utilisation.

Aux États-Unis, les dernières données VAERs publiées le 12 avril ont fait état de plus de 46 000 rapports d’événements indésirables suite à l’administration des vaccins COVID. Les femmes ont été touchées de manière disproportionnée, représentant 77 % des cas. Nombre d’entre elles ont des menstruations anormales, ce qui fait craindre que les vaccins puissent même affecter la fertilité.

2. La géopolitique des vaccins.

À toutes fins utiles, l’Occident est déjà enfermé dans une nouvelle guerre froide avec la Chine et la Russie. Les tensions s’intensifient presque quotidiennement. Dans un tel contexte, il n’est guère exclu qu’à un moment donné, des pays ou des entreprises occidentaux refusent de reconnaître les certificats de vaccination basés sur des vaccins russes ou chinois, et vice versa. Les justifications pour agir de la sorte se multiplieront à mesure que les mauvaises nouvelles continueront d’apparaître sur l’efficacité et la sécurité des vaccins.

Au cours du week-end dernier, des sources d’information occidentales ont rapporté que George Fu Gao, directeur du Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies, avait publiquement reconnu que les vaccins fabriqués en Chine offrent actuellement une faible efficacité contre le virus. « Nous allons résoudre le problème du fait que les vaccins actuels n’ont pas un taux de protection très élevé », a-t-il déclaré, ajoutant que l’ajustement du dosage ou la vaccination séquentielle et le mélange de vaccins pourraient renforcer l’efficacité.

Depuis lors, la Chine est revenue sur ses propos. Mais l’épisode n’en soulève pas moins de sérieuses questions pour les pays qui dépendent fortement du vaccin chinois, notamment de nombreux pays d’Amérique latine. Si les vaccins chinois ne sont pas aussi efficaces que prévu, il est tout à fait possible que certains pays occidentaux refusent de reconnaître les cartes de vaccination portant le nom d’un vaccin chinois. Ainsi, au lieu de libérer les voyages dans le monde, les passeports vaccinaux pourraient ériger de nouvelles barrières.

3. Le potentiel de dérive de la mission.


Pour commencer, les cartes de santé SMART sont susceptibles d’inclure le nom complet d’une personne, son sexe, sa date de naissance, son numéro de téléphone portable et son adresse électronique, en plus des informations relatives à la vaccination. Mais bien qu’elles soient annoncées comme des carnets de vaccination numériques, elles sont clairement destinées à être utilisées à d’autres fins. Les informations publiques sur le protocole indiquent que les SMART Health Cards sont des « éléments de base qui peuvent être utilisés dans le domaine des soins de santé », notamment pour gérer un dossier de vaccination complet qui va bien au-delà des vaccins COVID-19, partager des données avec des organismes de santé publique et communiquer avec les prestataires de soins de santé.

Il est peu probable que le cadre se limite aux informations relatives aux soins de santé. L’utilisation du terme « portefeuille numérique », tant par la Vaccine Collective Initiative que par IBM, pour désigner leurs différentes passes de santé numérique, suggère que l’activité économique pourrait faire partie intégrante des fonctions des cadres. Le développeur du cadre SMART Health Cards de la Vaccine Collective Initiative chez Microsoft Health, Josh C. Mandel, a laissé entendre dans une récente présentation sur YouTube que les SMART Health Cards pourraient bientôt être utilisées comme pièces d’identité pour des activités commerciales, comme la location d’une voiture.

Le fait que tout cela se produise alors que les banques centrales du monde entier s’affairent à jeter les bases des monnaies numériques des banques centrales, ou CBDC, comme on les appelle désormais, fait planer le spectre de l’utilisation des passeports vaccinaux numériques comme véhicule pour la création d’un système monétaire purement numérique destiné à remplacer les pièces et les billets physiques. Cela ne veut pas dire que cela se produira, mais c’est une possibilité. Si le passeport-vaccin devient un porte-monnaie numérique et que l’argent liquide est éliminé, il sera beaucoup plus difficile de s’y soustraire. Et si nous choisissons de le faire, nous serons soumis à des niveaux de surveillance et de contrôle jusqu’ici impensables.

4. Créer une société/monde à deux vitesses.

Depuis le début, le Covid-19 est une pandémie d’inégalité. C’est particulièrement vrai en Israël, qui était déjà une société à deux vitesses bien avant l’apparition de Covid. Ce pays est récemment devenu le premier à lancer un système de passeport vaccinal à l’échelle nationale, le « Green Pass ». Mais sa cible est constituée des Israéliens, et non des Palestiniens. Selon The Guardian, à peine plus de 4 % des 5 millions de Palestiniens vivant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza occupées ont été vaccinés jusqu’à présent. Les cas actifs de Covid sont de nouveau proches des sommets historiques, tandis que dans le reste d’Israël, ils sont à leur plus bas niveau depuis juin dernier.

Les passeports vaccinaux pourraient finir par exacerber les divisions sociales partout où ils sont utilisés. Ceux qui ont accès aux vaccins peuvent retrouver un semblant de vie normale, tandis que ceux qui n’y ont pas accès se retrouvent encore plus isolés. Cela se produira non seulement à l’intérieur des pays, mais aussi entre les pays. Avec la réouverture de l’économie israélienne, les Palestiniens sont confrontés à des restrictions de leurs mouvements et de leurs activités sans doute encore plus importantes qu’avant le Covid. Mais les Palestiniens ne sont pas les seuls à être traités comme des citoyens de seconde zone ; il en va de même pour les Israéliens qui refusent de se faire vacciner, pour des raisons religieuses, éthiques ou de santé. Sans laissez-passer vert, ils ne peuvent pas entrer dans certains endroits ou participer à certaines activités.

Au fil du temps, alors que la vie devient plus difficile pour ces personnes, la pression pour se faire vacciner augmentera. C’est du moins ce qu’espèrent les partisans du passeport vaccinal, comme Joan Costa-Font de la London School of Economics.

« Les passeports vaccinaux peuvent être utilisés comme une incitation à changer de comportement. Non seulement ils procurent certains avantages directs, mais ils signalent ce que la société attend des individus. Ils illustrent une norme sociale à laquelle les individus sont censés se conformer. »

Mais contraindre les gens à se faire vacciner pourrait avoir l’effet inverse, prévient un article d’opinion paru dans le BMJ :

Dans l’ensemble, il y a des raisons de conclure que les passeports de vaccination pour les activités de base peuvent en fait nuire au déploiement des vaccins en décourageant les populations qui ont le plus besoin d’être incitées. Un examen plus approfondi du système israélien de « laissez-passer vert » permet de renforcer ce message. Les preuves de l’augmentation de l’adoption de la vaccination par les passeports sont faibles, tandis que les soupçons de contrainte et les rapports de personnes exclues de leur lieu de travail parce qu’elles ne sont pas vaccinées ont « entraîné un antagonisme et une méfiance accrue parmi les personnes qui étaient déjà préoccupées par la violation des droits des citoyens ».

5. Perte d’autonomie et d’intégrité corporelle.


Le fait d’imposer un vaccin expérimental à une personne qui ne le souhaite pas contrevient clairement à son droit à l’autonomie et à l’intégrité corporelles. Selon la Charte des droits fondamentaux de l’UE, « toute personne a droit au respect de son intégrité physique et mentale. Dans les domaines de la médecine et de la biologie, doivent notamment être respectés : le consentement libre et éclairé de la personne concernée, selon les procédures prévues par la loi ».

Si l’autonomie et l’intégrité corporelles sont effectivement des droits humains fondamentaux, alors la délivrance des passeports vaccinaux COVID devrait reposer sur le consentement éclairé de l’individu et non sur l’adoption obligatoire, comme cela a été proposé en France, ou sur la coercition (et oui, refuser aux gens l’accès aux services de base est une forme de coercition). Cela est particulièrement vrai dans le cas des vaccins qui sont approuvés uniquement en cas d’urgence.

6. La plupart des gouvernements et des géants de la technologie ont déjà montré qu’on ne pouvait pas leur faire confiance avec nos données les plus précieuses.

Les passeports vaccinaux soulèvent d’énormes problèmes de confidentialité. Les entreprises avides de données, comme Microsoft, membre de l’initiative « Vaccine Credential », se verront offrir de nouvelles possibilités de suivre nos mouvements et activités quotidiens et de partager ces données avec des tiers. La sécurité des données suscite également de grandes inquiétudes. Si l’histoire récente nous a appris quelque chose, c’est qu’aucune donnée – aussi privée ou précieuse soit-elle – n’est totalement sûre.

Un certificat de vaccination est susceptible de contenir nos données les plus précieuses : nos données biométriques. Et il est peu probable qu’il soit sûr. Comme Peter Yapp, ex-directeur adjoint du Centre national de cybersécurité (NCSC) du GCHQ britannique, l’a récemment prévenu, la construction d’une autre base de données centralisée pour stocker encore plus de nos données personnelles créerait encore plus d’opportunités pour les pirates et les organisations cybercriminelles de piller nos données :

« Des bases de données centralisées signifient que vous mettez beaucoup de données en un seul endroit et que cela devient une cible attrayante pour les pirates informatiques et autres. C’est comme un pot de miel – cela attire les gens et ils vont s’y essayer parce qu’il y a tellement de données… En tant qu’ingénieur logiciel, je sais que tous les logiciels ont des bogues. Les bugs créent des failles de sécurité, c’est pourquoi c’est une idée terrible de rassembler en un seul endroit autant de données d’une telle importance. C’est un clou de plus dans le cercueil de l’idée de la certification Covid. »

7. Quoi qu’en disent les politiciens, le certificat de vaccination sera permanent.

Lorsque le débat sur le certificat de vaccination a atteint son paroxysme au Royaume-Uni la semaine dernière, le parti conservateur a tenté d’apaiser les craintes des électeurs en insistant sur le fait que le certificat serait temporaire.

« Il sera limité dans le temps et je pense que la durée du dispositif se mesurera en mois », a déclaré un initié anonyme. « Le parti ne portera pas plus longtemps. »

Cela vient du même gouvernement qui a publiquement insisté pendant des mois sur le fait qu’il n’envisageait même pas les certificats de vaccination, alors qu’en privé il examinait comment ils pourraient être utilisés. Après s’être donné tout le mal et toutes les dépenses nécessaires pour créer un système d’identification numérique dont les applications et les utilisations peuvent être étendues à loisir, il est hors de question que le gouvernement britannique rende tout cela quelques mois plus tard. Comme l’histoire nous l’a appris à maintes reprises, lorsqu’un gouvernement s’octroie de nouveaux pouvoirs temporaires, il a généralement beaucoup de mal à les abandonner. Ce sera sans doute le cas avec le passeport, le laissez-passer, le certificat ou tout autre nom qu’ils voudront donner au vaccin.

Source : NakedCapitalism – Traduit par Anguille sous roche

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Laisser un commentaire