Youpi, du bon gros régalien, juste là où il faut !

Ça pique là où il faut, comme d’habitude. Lucidité dans l’analyse sur une situation qui se répand un peu partout. On a pas le cul sorti des ronces comme dirait JBL1960… Volti

*******

Par H16

En France, malgré les crises économiques, sanitaires ou politiques, on sait conserver le sens des priorités. Récemment, c’est dans le département de l’Isère que ce sang-froid républicain s’est le mieux illustré, avec une intervention aussi pertinente qu’indispensable des forces de l’ordre pour garantir une société apaisée et une morale sauvegardée.

Il était temps : de dangereux retraités menaçaient d’utiliser leur droit d’expression et d’association pour réfléchir à des questions existentielles et apporter des réponses que la société réprouve.

C’est ainsi qu’un retraité, ancien professeur de philosophie à l’Université, s’est vu placé en garde à vue avec une dizaine d’autres personnes pour soupçon de trafic de drogues. Non, il ne s’agit pas d’une resucée de Breaking Bad puisque la drogue dont il s’agit ici n’est pas de la métamphétamine mais plutôt du pentobarbital, un barbiturique interdit en France depuis 1996 dont un juge, saisi d’une enquête, soupçonne qu’il ait été fait usage pour aider certaines personnes à se suicider.

Pour le moment, les recherches de stupéfiants n’ont rien donné, l’association – dont le professeur était un ancien responsable – ne faisant que réfléchir et militer au droit à l’euthanasie.

Mais gageons qu’en mobilisant un nombre considérable d’heures de gendarmes, d’avocats, de juges et de fins enquêteurs, on parviendra à enquiquiner durablement ceux qui tentent de se suicider par barbituriques, et qu’on les poussera plutôt à choisir des moyens d’en finir moins réprouvés par la société comme la corde, se jeter sous un train, se faire péter le caisson au calibre de chasse ou inhaler une bonne goulée de butane avant de faire partir en fumée le pâté de maisons adjacentes.

Il faut dire qu’on n’a que ça à faire, dans le pays et dans la région : tout est très calme.

Tenez, toujours en Isère, prenez Grenoble, tout à côté : c’est une ville fort calme, si calme, si paisible et si policée que cela permet aux forces de l’ordre de s’occuper de toutes ces petites affaires qui paraîtraient bien futiles pour les villes où délinquance, criminalité, trafics de stupéfiants et insécurité sont monnaie courante et qui, en conséquence, mobilisent la police en permanence.

C’est une bourgade à ce point calme que j’en parle assez régulièrement dans ces colonnes : grâce aux actions décisives d’Eric Piolle, son kmaire vert en charge de saboter la ville et sa communauté, on a déjà pu voir une nette amélioration du niveau de vie des trafiquants d’armes et de drogues (et pas que du pentobarbital, hein !), une vitalité renouvelée du marché des stupéfiants régionaux, une vigueur retrouvée des guerres de gangs locaux, en parallèle à une redéfinition complète de ce que peut être un centre ville permettant à toute l’équipe municipale de propulser le chef-lieu de l’Isère vers le royaume envié des villes à « effet donut ».

Encore une fois, les naïfs et les occasionnels de passage ici pourraient croire que j’exagère, mais la réalité a ce petit côté facétieux qui placent plutôt mes observations dans l’euphémisme. Ainsi, on découvre les palpitantes aventures de la crèche de l’Arlequin qui est fermée depuis le 5 janvier.

Il apparaît en effet que de sympathiques commerçants en substances euphorisantes mais malencontreusement illicites occupaient aussi régulièrement qu’illégalement le bâtiment de la crèche de l’Arlequin et que, suite sans doute à un petit différend commercial ou organisationnel, nos frétillants vendeurs en étaient arrivés à menacer le personnel de la crèche qui, le lendemain, avait alors exercé son droit de retrait.

La crèche fermée depuis lors, sa cinquantaine d’enfants et son personnel ont été habilement éparpillés par l’équipe municipale dans les crèches alentours, cette même équipe jugeant nécessaire que la tension retombe pour que tout rentre dans l’ordre.

Pour le moment, l’idée ne semble pas avoir germé au niveau municipal que ce genre de tensions puisse être résolu par l’usage de la force légale et qu’elle mène à un petit nettoyage des environs de la crèche, pour faire bonne mesure. Un peu de procrastination, une bonne couche de bisounourserie, quelques bougies parfumées accompagnées de solides prières pour un retour au calme permettront, on s’en doute, de régler le problème avec le brio qui caractérise Piolle et son équipe.

On a donc d’un côté les autorités légales qui s’amollissent progressivement au point de n’offrir plus aucune résistance à la pire racaille alentour, et de l’autre côté, les gangs qui usent de plus en plus d’arrogance et de violence, ces dernières s’avérant largement rentables.

De fil en aiguille, Grenoble et sa région, à force de choix vraiment fûtés dans l’emploi du régalien, vont parvenir à gentiment remonter le classement des villes les plus violentes du monde (sachant que Grenoble est déjà bien positionnée dans le classement européen).

Pas de doute, à la lecture de ces éléments, on ne peut que s’exclamer, goguenard, « Sacré Grenoble ! Sacré Piolle ! » et les plus optimistes d’entre nous pourrons feindre de croire que ce qui se passe à Grenoble reste à Grenoble.

Malheureusement, il faut comprendre que cette ville est devenue, en quelques années de gouvernance écolo-boboïde gluante, un des phares nationaux indiquant la direction prise par toutes les autres villes à sa suite : Paris, Marseille, Nantes, Rennes, Lille et tant d’autres ont largement suivi la même pente de déliquescence choisie, depuis le choix de l’environnement contre les habitants notamment automobilistes, jusqu’à l’endettement plutôt qu’une gestion saine, sans oublier l’impasse sur l’insécurité, par pur calcul politique et idéologique foireux.

Ces villes voient s’accumuler les problèmes graves (sociaux, criminels, environnementaux ou simplement d’hygiène), mais une partie de leur population, la seule à continuer coûte que coûte à s’exprimer dans les urnes après avoir écœuré et ostracisé toutes les autres, insiste pour conserver la voix choisie, dans laquelle le simple fait de réclamer des rues propres et normalement sûres revient à passer pour un extrémiste de droite.

Ce qu’on observe en Isère est très malheureusement une parfaite illustration de la tendance générale : le régalien et la force légale ne sont plus utilisés qu’envers des citoyens sans défense et qui n’offrent aucune résistance. C’est catastrophique pour un pays de droit, ce sera en revanche parfait pour une dictature qui ne dit pas son nom.

Le pire n’est pas certain, mais il se met en place, fait divers après fait divers.

Français, tenez-vous prêts.

H16

Voir :

Pour 1,8 milliards de déficits, la Poste perd joyeusement vos colis

Détruisons l’environnement pour le protéger

Île-de-France et ordinateurs « gratuits » : comme prévu, l’intendance n’a pas suivi

6 commentaires

  • CryptoKrom

     » Mais gageons qu’en mobilisant un nombre considérable d’heures de gendarmes, d’avocats, de juges et de fins enquêteurs, on parviendra à enquiquiner durablement ceux qui tentent de se suicider par barbituriques, et qu’on les poussera plutôt à choisir des moyens d’en finir moins réprouvés par la société comme la corde, se jeter sous un train, se faire péter le caisson au calibre de chasse ou inhaler une bonne goulée de butane avant de faire partir en fumée le pâté de maisons adjacentes.  »

    – t’a oublier le vaccin !

    Aujourdhui on a des Fortes Recommandations de se SUICIDER par vaccination.

    Pour une fois qu’uns Suicide sa rapporte GROS !

    Quelle parodie ce paradoxe, avoir peur pour sa vie alors on va aller se faire suicider…
    Conclusion, pour pas devier du sujet, c’est le gouvernement qui veux decider le droit de vie ou de mort sur le peuple.

    • boco

      Pas d’accord !
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
      Un mort ça ne rapporte plus rien !
      Il est préférable de rendre les « bien-portants » malades ! c’est à dire immunodéprimés !
      Les plus fragiles ou les moins chanceux, à priori, ne résistent pas toujours ! ce qu’ils appellent les effets cons latéraux ?
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • Demeter

        C’est en effet le but du vaccin, qui permettra d’ici les 10 ans a venir aux entreprises de bigpharma de vendre toute une quantité de patch correctifs ai vaccin Covid, tout en disant que ces nouvelles maladies d’origine GENETIQUE sont dues au Covid… Malins ces enculés de chercheurs et de politiques….

      • behappy

        boco
        Un mort ca rapporte plus d’argent dans les caisse de retraite
        Il faut toujours comprendre a qui profite le crime
        Mais personnellement je pense qui faut laisser vivre les vieux de leur belle mort
        C’est a dire sans la provoquer ni l’entretenir https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
        Le problème c’est que la mort n’existe pas mais bon…
        En Suisse ceux qui ont compris que leur mort va se faire avec la médecine actuelle par un entretien de la vie articifielle (surtotu entretien de big farma) peuvent prendre un médicament de non retour
        Je trouve cela bien https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif voir sage https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
        Mais l’humanité est loin d’avoir accepter la mort
        Elle n’a pas forcement tord d’ailleurs
        Mais elle s’y prend de la bonne manière ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

      • Demeter

        Information du ministre le l’industrie concernant l’efficacité des vaccins sur les variants en date du 26/01 vers 8h30 8h45 sur BFMTV: Les vaccins pfizer et moderna NE SONT PAS EFFICACES CONTRE LES VARIANTS, mais plus tard, de nouveaux vaccins seront efficaces… Autant dire qu’avant de bien vacciner, on doit ecouler les stocks, et cela confirme ce que je disais, a chaque variant il faudra se re vacciner avec de l’ARN-m… Toujours d’accord pour marcher dans la combine au detriment de la santé??????

        Le COVID, le pretexte pour taper dans les vaches a lait que nous sommes!!!!!

  • J’aime bien l’humour sarcastique !
    Tiens justement, un ME vient de me raconter qu’un toubib, ayant voulu se suicider – non, ce n’était pas son intention, c’est pour faire le lien avec l’article – s’est fait vacciner. Il est mort deux jours après. Donc oui, comme le dit justement CryptoKrom, se faire vacciner est une forme de tentative de suicide. La roulette russe en fait. Avec des ratages quelques fois, et des pathologies qui marquent les suicides ratés. Ou provisoirement ratés, car les effets secondaires peuvent se produire plusieurs années après.
    Ce qui rejoint ce que dit Boco quant aux bénéfices de Big Pharma. Le vaccin est potentiellement mortel, il n’est pas mortel systématiquement. Vous avez tous les deux raisons en fait.