Le langage nous a coupés de la nature, la bioacoustique peut nous y reconnecter

Ça ne dépend plus que de nous. Partagez ! Volti

*****

Par Michel André* pour The Conversation

Les humains ont perdu leur capacité à comprendre les sons de la nature. Michel André, Author provided

Si nous devions dater la rupture entre l’homme et la nature, celle-ci pourrait se situer il y a 150 000 ans, lorsque Homo sapiens a démontré sa capacité à conceptualiser l’abstrait : dès lors, son langage intellectualise définitivement son rapport avec le monde sauvage.

Pourtant, l’origine du langage humain – et l’amorce de notre séparation avec la nature – pourrait être bien antérieure : des indices génétiques et morphologiques récents confirmeraient son avènement au temps d’Homo habilis, il y a quelque 2 millions d’années, lorsque les premiers mots articulés furent prononcés.

Comment le développement du langage chez l’homme est-il à l’origine de la destruction actuelle des habitats naturels et de la perte de la biodiversité ?

L’équilibre acoustique de la planète

S’il est un sens que partage toute forme de vie sur terre, qu’elle soit animale ou végétale, c’est la perception des sons et des vibrations. En fonction de leur nécessité et de leur relation à l’environnement, la majorité des êtres vivants disposent de systèmes auditifs complexes tandis que, chez les autres, des organes sensoriels spécialisés réceptionnent des vibrations pour en extraire une information indispensable à leur survie.

Mais quelles que soient les espèces concernées, le besoin de communication acoustique a modelé d’un côté la production sonore et de l’autre la capacité à la percevoir. Un oiseau s’est ainsi assuré que ses chants atteignent leur destinataire à l’autre bout de la forêt, une baleine sait que ses appels traversent l’océan et les arbres transmettent à leurs habitants le bruit du vent annonciateur de pluie et les aident à anticiper leur comportement.

Les sons remplissent une fonction biologique essentielle, celle de maintenir sur notre planète un équilibre dynamique global. La forêt primaire, l’océan, le désert, la nature donc, dans son expression la plus large, régit cet équilibre acoustique naturel et cette cohésion sonore est intelligible par tous les êtres vivants.

Les dauphins roses d’Amazone utilisent des sons pulsés pour communiquer. Wezddy del Toro, Author provided

Langage humain et destruction de la nature

Le développement de notre imagination, nécessaire à la conceptualisation et donc à la pensée, a peu à peu dissous ce lien avec le monde naturel et détrôné notre capacité innée à interpréter ses signaux et à communiquer avec les autres êtres vivants. Nous avons alors perdu notre naturalité et le sixième sens qui y était associé.

Avec la perte de ce sixième sens, s’est enfouie dans notre mémoire ancienne notre appartenance à un tout, et ce tout – la Nature – nous est devenu étranger. Ne dit-on pas aujourd’hui « l’homme et la Nature », comme si nous revendiquions cette rupture ? Nous avons développé chaque jour notre cerveau au seul service du bien-être de l’humanité, en ignorant que ce bien-être dépendait de ce tout, de cet équilibre subtil naturel. La perte de la biodiversité dont nous sommes directement responsables répond au constat que nous sommes devenus sourds aux messages de la nature et incapables d’écouter les signaux de détresse qu’ils contiennent.

Groupe de pingouins en Antarctique. Michel André, Author provided

Une science pour réapprendre à écouter

La bioacoustique est la science du son de la vie. Elle en étudie les processus physiologiques de production et de réception, mais permet aussi de déceler les facteurs qui altèrent leur échange, comme la pollution sonore qui sévit aujourd’hui tant sur terre que dans la mer, avec des conséquences désastreuses sur l’équilibre naturel planétaire.

Pour mener ces études, la bioacoustique s’appuie sur des technologies de pointe qui combinent les derniers développements en mathématiques, en physique, en informatique et traitement du signal, en sciences de l’ingénieur et en biologie, dans le but peut-être de recouvrer notre naturalité perdue, mais surtout dans le but d’œuvrer pour la conservation de la vie sauvage.

Dispositifs bioacoustiques installés en Arctique. Michel André, Author provided

Les techniques de reconnaissance automatique permettent en effet de traiter une quantité de données impensable il y a encore quelques années et d’en extraire des patrons, des tendances, qui alertent déjà sur des déséquilibres et qui nous rapprocheront peut-être un jour du tout dont nous nous sommes extraits.

La technologie issue de l’évolution de notre langage nous permettra-t-elle de nous en détacher pour retrouver notre place au sein de la nature et comprendre enfin comment la préserver ?

Pour ce faire, il nous faut plonger dans l’océan.

Voix de l’océan

Sous la mer, la vie ne peut exister sans sons. La lumière est en effet incapable de pénétrer à plus de quelques mètres de la surface tandis que les sons glissent sur des centaines de kilomètres et permettent un échange d’informations vitales pour l’équilibre des écosystèmes marins.

S’il est un endroit sur la planète où notre apprentissage du son de la vie doit s’opérer, c’est dans les profondeurs de la mer. Là où nos sens sont diminués. Là où nous sommes incapables de communiquer et d’imposer notre langage. Là où nous devons à nouveau apprendre l’humilité pour tenter de retrouver nos capacités intuitives et comprendre le milieu naturel.

Cet océan, appelé à être notre nouveau berceau sensoriel, ce milieu inconnu duquel nous extrayons les ressources sans compter et dont nous ignorons délibérément la fragilité (et la nôtre par la même occasion), cet océan représente sans doute notre chance.

Les chants de la baleine à bosse s’étendent sur des dizaines de kilomètres. Michel André, Author provided

Le monde du silence décrit par Cousteau et Malle n’existe en effet que pour les êtres humains. La mer est au contraire remplie de sources sonores : des invertébrés aux grandes baleines, tout organisme marin produit continuellement des sons.

Notre oreille, première étape de la perception acoustique, n’est pas faite pour entendre sous l’eau, encore moins pour écouter. Nous percevons certaines de ses composantes sonores, comme des sons étouffés qui nous donnent l’illusion d’en capter les nuances, mais nous sommes physiologiquement démunis devant les caractéristiques physiques qui permettent leur propagation et leur réception.

Retrouver notre sixième sens ?

La technologie a permis le développement d’oreilles artificielles, des microphones adaptés appelés hydrophones, au travers desquels nous pouvons entendre le son de l’océan et de ses habitants comme si nous étions un dauphin, comme si nous disposions des oreilles d’un dauphin, pour découvrir un monde de 20 000 sons, une dimension acoustique inaccessible et donc longtemps ignorée par l’humanité

Déploiement d’un hydrophone en Arctique. Michel André, Author provided

Entendre sous l’eau est une prouesse technologique, écouter requiert la capacité d’identifier les sources sonores en présence et comprendre demande de surcroît un désir pur d’apprendre, proche de la curiosité absolue à l’origine de la science.

À la manière de notre cerveau, des logiciels complexes classifient aujourd’hui automatiquement et en temps réel ces sons de mer pour nous permettre d’écouter. Ces oreilles technologiques intelligentes nous connectent en même temps partout dans le monde, d’un Pôle à l’autre, de la Méditerranée à l’océan Indien, nous conférant le don de l’ubiquité acoustique.

Conséquences de l’activité humaine dans l’océan

Il ne nous reste plus qu’à comprendre. Comprendre que nos actions ont des conséquences tout aussi immédiates qu’irrémédiables sur la perte de la biodiversité et que cela représente une menace pour l’humanité. Comprendre que le déplacement des populations d’espèces sauvages qui fuient la pression humaine ou qui sont chassées de leur environnement naturel par la destruction de ses habitats, bouleverse l’équilibre fragilisé de la planète et nous expose à des dangers auxquels nous ne sommes pas préparés.

L’océan n’échappe pas à ce fléau. Son exploration et exploitation industrielles se sont accompagnées de l’introduction incontrôlée de sources de pollution sonore qui ont envahi tout son espace vital et ont ajouté une menace invisible et tout aussi dévastatrice à celle du plastique et des autres déchets de nos activités. Tout le tissu vivant, des invertébrés aux grandes baleines, est affecté.

Nos oreilles intelligentes captent et interprètent les signaux de détresse de la Nature. Elles nous transmettent, pour la première fois en clair, un appel à l’aide pour la conservation de la biodiversité. Si nous ne sommes pas encore capables de communiquer avec les autres êtres vivants, nous sommes désormais pourvus de l’essence de notre naturalité originelle : celle de pouvoir être à l’écoute de la nature et d’en comprendre enfin les besoins, car la bioacoustique peut nous connecter, aujourd’hui, autant avec les océans qu’avec le cœur des forêts primaires.

De la reconnexion avec la nature, à qui nous avons tourné le dos quand nous avons appris à parler, dépend notre avenir.

  1. Michel André Director de Investigación, Director del Laboratorio de Aplicaciones Bioacústicas (LAB), Universitat Politècnica de Catalunya – BarcelonaTech

Déclaration d’intérêt : Michel André ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire.

La version originale de cet article a été publiée en espagnol

Source The Conversation

Voir aussi :

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

3 commentaires

  • Avatar behappy

    Le langage ne coupe pas de la nature https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Il est devenu insincere pour certains, et n’est plus la voix de leur âme, ni de la nature !

    Ce n’est pas la faute du langage qui n’est qu’un outils. certes le langage est limité

    Les interdits, l’auto censure, les conventions, le politiquement correcte, le jemenfoutisme fait qu’a la fin certains ne disent plus ce qu’ils pensent. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    C’est le silence intérieur qui permet d’entendre la voix de la nature https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

    Et il n’y a pas besoin de micros, d’artifices technologiques pour entendre les animaux de l’air, du ciel, de la terre et de la mer. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    Curieusement (a ce qu’on pourrait penser) la Nature ne cherche pas vengeance mais est exacerbée par le gachie, presque plus que la pollution qui n’est que la goutte d’eau…
    Il faut une immense ouverture d’esprit pour entendre la voix de la nature, et ne pas projeter ce qu’on imagine que la nature dirait dans l’anthropomorphisme

    La nature ce ne sont pas des Humains, elle pense différemment avec son propre point de vu

    => La nature est équitable et cherche la coopération https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
    Elle se plaint en silence de la pollution et même se désespère d’être écouté mais pas entendu

    Selon elle, il ne faut plus faire des constats mais AGIR. Elle reclame de l’action https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif
    Et c’est deja prendre sa defense pour en faire un sujet d’actualité et non pas facultatif, de totue facon va devenir prioritaire plus on attend

    Ce que je vais dire est réel, et a souvent des conséquences pour ceux qui ne la respectent pas

    => La nature n’aime pas les faux semblants, les faux représentants de la nature
    Elle n’aime pas ceux qui font de la politique qui l’instrumentalise pour obtenir du pouvoir dans le monde Humain

    Ceux qui disent aimer la nature et ne font rien pour elle, n’est pas de l’amour mais du profit pour Soi
    Aimer la nature pour Soi et la laisser se détruire autour de Soi
    Elle appelles, ça les profiteurs, les exploiteurs non équitables

    La nature donne généreusement mais il faut être équitable et la respecter par des actes

    Équitable, veut dire une juste rétribution d’appréciation pour sa générosité infinie

    La Nature représente tous les êtres de la nature, comme l’Humanité représente tous les Humains

    Par contre, la namiere dont sont traités dans les extremes, spécifiquement les animaux, ont des pensées bien differentes comme par exemple les animaux domestiques et ceux qui vont a l’abttoire

    Et meme la, il n’y a pas de haine dans le monde animal, cela semble peut être spécifique a une capacité humaine qui en aurait si des humains étaient traités de la sorte !
    Tient une idée me vient : la haine est se créer des ennemis et parfois imaginaires https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Volti Volti

      tu as encore tout compris.. évite les romans qui ne veulent rien dire, et reste SUR le sujet auquel tu n’as rien compris.

  • Je ne sais pas si l’apparition du langage arrive en même temps que le cortex frontal. C’est lui qui nous permet de conceptualiser. Du coup nous avons oublié de travailler nos perceptions des vibrations, qui nous étaient naturelles il fut un temps.
    De mémoire, le son n’existe pas. Il est vibration et c’est notre système auditif qui le transforme en son. Je me trompe ? Notre intellect a pris toute la place et nous encombre de pensées parasites, qui voilent nos instincts primitifs.
    Pourtant nous avons la capacité, comme les animaux, de sentir les vibrations terrestres et de se préparer à un tremblement terrestre ou à un tsunami. Le son de nos pensées perpétuelles occupe l’espace.

    Si nous entendions les sons des animaux, il est fort probable que beaucoup d’entre nous se reconnecteraient à la nature et prendraient conscience de leur sauvagerie. Mais dans les laboratoires de vivisection, pour ne plus entendre crier les petites victimes, on leur coupe les cordes vocales ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif