Une colère de masse éclate à travers les États-Unis pour protester contre le meurtre de George Floyd par la police

Cet article explique, autant que faire se peut, la situation en Amérique. Les violences de policiers racistes, récurrentes aux USA, conjuguées à la situation économique déplorable, suite à la crise du coronavirus, qui laisse démunis, des millions d’américains sans espoirs de retrouver un travail. L’État US a aidé les plus riches à faire face à la crise, pour les autres…. Comment les USA vont-ils résoudre ce problème sociétal ? Partagez ! Volti

******

Par Anthony Bertolt pour Mondialisation.ca via WSWS.org

Article du 29 mai 2020

Trump menace de mobiliser l’armée pour tirer sur les manifestants

Mise à jour: 18h00 (Heure avancée de l’Est)

Le document qui accuse le policier Derek Chauvin de meurtre au troisième degré et d’homicide involontaire dans la mort de George Floyd révèle que Chauvin a cloué le cou de Floyd au sol avec son genou pendant près de neuf minutes, dont trois minutes après que Floyd soit devenu inconscient. Pendant cette même période, deux autres policiers, Thomas Lane et J. A. Keung, aidaient Chauvin à maintenir Floyd cloué au sol, l’un sur son dos et l’autre sur sa jambe. Un quatrième policier, Tou Thoa, s’occupait de retenir les passants qui plaidaient pour la vie de Floyd. Les quatre policiers ont été renvoyés, mais seul Chauvin a été arrêté.

Mise à jour: 14h00 (Heure avancée de l’Est)

Le policier qui a tué George Floyd a été mis en détention par les enquêteurs, a annoncé le commissaire à la sécurité publique du Minnesota, John Harrington, en fin de matinée vendredi. Derek Chauvin a été licencié après que la vidéo le montrant en train d’enfoncer son genou dans le cou de Floyd jusqu’à ce que celui-ci perde connaissance et meure a été publiée sur Internet et visionnée par des millions de personnes dans le monde, ce qui a provoqué des manifestations à Minneapolis et dans d’autres villes américaines. Les trois policiers qui ont aidé Chauvin dans le meurtre ont également été licenciés, mais ils n’ont pas été arrêtés jusqu’à présent.

***

Des manifestations ont éclaté partout aux États-Unis en réaction explosive au meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis, dans le Minnesota.

À Minneapolis, des milliers de personnes se sont rassemblées dans le quartier où Floyd s’est fait tuer et ont défilé jusqu’au bâtiment du troisième commissariat de police de Minneapolis. De nombreux incendies ont éclaté jeudi, y compris au Troisième commissariat de police (Third Police Precinct), qui est toujours en feu au moment où nous écrivons ces lignes. La Garde nationale du Minnesota a annoncé tard jeudi soir que 500 soldats ont été mobilisés et se préparaient à être déployés.

Jeudi soir également, le président américain Donald Trump a menacé de déployer l’armée contre les manifestants et de tirer sur eux. «Je ne peux pas rester en arrière et regarder cela arriver dans une grande ville américaine, Minneapolis», a tweeté Trump. «Soit le très faible maire de la gauche radicale, Jacob Frey, se ressaisit et met la ville sous contrôle, soit j’envoie la Garde nationale et je fais le travail correctement».

La police se déplace dans une zone pendant les manifestations du jeudi 28 mai 2020 à Saint Paul, Minnesota. (AP Photo/Julio Cortez)

Trump a appelé les manifestants «DES VOYOUS» et a dit qu’il «vient de parler au gouverneur [du Minnesota] Tim Walz et lui a dit que l’armée est avec lui tout le temps. En cas de difficulté, nous prendrons le contrôle, mais quand les pillages commencent, les tirs commencent».

Des manifestations ont également eu lieu à New York, où 33 manifestants ont été arrêtés après une mêlée avec la police. Des centaines de personnes ont également participé à des manifestations à Columbus (Ohio), Albuquerque (Nouveau-Mexique), Pensacola (Floride), Louisville (Kentucky) et Los Angeles (Californie). À Columbus, les manifestants ont tenté de s’introduire dans le parlement (Statehouse) de l’Ohio.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans le centre-ville de Louisville et ont défilé dans les rues pour demander l’arrestation des policiers qui ont tué Breonna Taylor en mars. À Denver, dans le Colorado, un manifestant s’est fait renverser par une voiture qui a foncé sur la foule.

Floyd a été assassiné lundi après avoir été saisi par quatre flics de Minneapolis qui répondaient à une prétendue «contrefaçon en cours». Jeudi, aucun des flics impliqués dans le meurtre n’avait été arrêté ou inculpé.

Floyd a crié à plusieurs reprises à l’aide, criant «Je ne peux pas respirer» et «Je vais mourir» alors que Derek Chauvin s’agenouillait sur son cou et que Tou Thao aidait à empêcher la foule d’intervenir.

Lors d’une conférence de presse tenue le jeudi après-midi, le maire démocrate Jacob Frey a tenté d’apaiser les manifestants et les a suppliés d’«être meilleurs que nous ne l’avons été». Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arrodondo, s’est joint à l’appel pour rétablir l’ordre dans la ville. «Je sais qu’actuellement un déficit d’espoir existe dans notre ville… Mais je ne permettrai à personne de continuer à augmenter ce déficit en traumatisant à nouveau les gens dans notre communauté.»

La colère populaire a encore été alimentée jeudi par les commentaires du procureur qui a compétence sur l’affaire, le procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman. Il a déclaré aux journalistes que nous avons «d’autres preuves qui ne soutiennent pas une accusation pénale… Je ne précipiterai pas le cours de la justice».

Freeman est responsable de la décision de ne pas porter d’accusations contre l’officier qui a tué Jamar Clark en 2016. Cela a suscité des jours de manifestations. Il était aussi responsable d’un retard de plus de six mois dans la décision d’inculper et d’arrêter l’officier qui a abattu Justine Damond en 2017.

L’explosion de colère ne concerne pas seulement le meurtre de George Floyd. Ce n’est que le dernier d’une série ininterrompue de meurtres et de brutalités. Chaque année, la police américaine tue 1.000 personnes dans les villes et les États du pays, peu importe qu’ils soient dirigés par des démocrates ou des républicains.

À l’indignation suscitée par la violence policière s’ajoute la situation explosive créée par la réaction de la classe dirigeante à la pandémie de coronavirus. Des billions (1000 milliards) de dollars ont été distribués aux riches, tandis que des dizaines de millions de travailleurs sont sans emploi et n’auront pas de travail à retrouver.

Le gouvernement Trump cherche à utiliser la détresse sociale de masse pour forcer un retour au travail qui entraînera une forte augmentation du nombre de cas et de décès. Déjà, plus de 100.000 personnes sont mortes du coronavirus.

Les représentants de l’élite au pouvoir ont fait les déclarations hypocrites habituelles qui suivent chaque horrible assassinat de policiers. Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden a déclaré que le meurtre de Floyd «fait partie d’un cycle d’injustice systémique bien ancré qui existe toujours dans ce pays». Le département de la justice d’Obama a blanchi à plusieurs reprises les meurtres de la police, refusant de porter des accusations fédérales contre des flics tueurs.

Cela s’ajoute aux efforts de personnalités du Parti démocrate comme Al Sharpton et Jesse Jackson pour présenter la violence policière comme le produit d’un conflit racial. Ils l’ont fait de nouveau dans leurs discours lors de la manifestation de Minneapolis jeudi.

Il ne fait aucun doute que le racisme était impliqué dans le meurtre de Floyd et d’autres incidents horribles de violence policière. On recrute délibérément dans la police les éléments les plus arriérés et les plus fascisants. Le gouvernement Trump, en particulier, a encouragé en toute impunité la violence policière sans retenue.

Cependant, la police est fondamentalement un instrument de l’oppression de classe. Alors que les tensions sociales atteignent un point de rupture aux États-Unis, la classe dirigeante se tourne de plus en plus directement vers la mobilisation de son appareil de répression.

Anthony Bertolt

Article paru en anglais, WSWS, le 29 mai 2020 La source originale de cet article est wsws.org

Copyright © Anthony Bertolt, wsws.org, 2020

19 commentaires

  • Avatar Silouane

    Comme d’habitude, attention au titre utilisé :

    Ce n’est pas un « meurtre par LA police » mais un « meurtre par UN policier » ,
    ce qui n’est pas du tout pareil !… Et ça évite de se mettre les uns sur les autres.

  • Avatar Silouane

    États-Unis : 90% des victimes de violences interraciales entre Noirs et Blancs, sont des Blancs.

    « Ce mois-ci seulement, le Bureau of Justice Statistics a publié son enquête 2018 sur la victimisation criminelle. Selon l’étude, 593 598 personnes, victimes de violences interraciales (à l’exclusion des homicides) entre Blancs et Noirs ont été enregistrées l’année dernière, comprenant des attaques de Blanc sur Noir et de Noir sur Blanc. Les Noirs ont commis 537 204 de ces crimes interraciaux, soit 90%, et les Blancs, 56 394, soit moins de 10%. »

    https://www.fdesouche.com/1269803-etats-unis-hors-homicide-90-des-victimes-de-violences-interraciales-entre-noirs-et-blancs-sont-des-blancs__trashed-2

  • Avatar behappy

    La seule chose que j’ai vu (en conscience, du vrai probleme (de mon point de vue), c’est que la police américaine est formée a la violence
    Et même des policiers blacks agissent pareil sur des black, blanc, beur ^^
    Ils agissent aussi de la même façon

    La manière dont les policiers sont formés est erronée, et certains sont des véritables shérifs

    J’ai une de mes relation, dont une femme c’est fait arrêter par la police de los angeles pour exces de vitesse 5km/h
    Ce fut d’une telle violence : sortie de sa voiture et plaquée sur le capot, que 10 ans apres, elle en reste traumatisée

    => Quelqu’un qui roule trop vite et forcement un fuyard ou un délinquant pour la police
    Ils ne supportent pas non plus qu’on leur resiste et le feront payer tres cher

    • Volti Volti

      C’est un shaker ton message, on met tout en vrac, on remue et on sert…

      • Avatar behappy

        Faux
        Alors demande moi de reformuler ce que tu n’a pas compris plutôt, car je vois clairement le problème dont personne ne parlera (Encore moins le mainstream) , pour ce cantonner dans le racisme mais pas les vrais CAUSES des problèmes

        La vraie cause du problème que j’ai identifié, c’est la mauvaise formation des policiers
        Ou plutôt leur formation a la répression disproportionnée !
        Un peu comme dans les prisons russes d’ailleurs dont le but est de dissuader par l’humiliation
        Aux usa ils sont formée a réprimer toute forme de délinquance (qu’ils estiment) ou obstruction sur eux
        (il n’a pas voulu entrer dans la voiture, il sera puni)

        Evidemment que les racistes vont en profiter
        Mais le racisme anti blanc existe aussi !
        Le vrais problème est leur formation qui est devenue un egregore general aux USA qui pose probleme maintenant
        Tous les policiers pensent et agissent pareils (sauf exceptions (évidement))

    • Avatar engel

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      – Le problème, cela déteint sur nos flics français qui regardent trop de séries télé…. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • Bonjour,
      Oui ce sont des shériffs dans le sens littéraire du terme. L’organisation de la police aux État-Unis est complexe, chaque ville et comtés comprennent leur propre police dirigée par un shériff et un adjoint au maire. Sa professionnalisation et la privatisation d’une grande partie fait que les critères de sélection sont bas, ainsi que la formation basée sur des règlements obsolètes datant de la guerre des gangs, en font des policiers excessifs et violent. De plus ils sont hyper équipés et armés, ça en fait des personnes dangereuses. De plus la pression des maires qui eux même subissent la pression du peuple, ils leur est demandé d’agir toujours avec plus de « fermeté », le cocktail est explosif.
      De plus la plupart des villes ont désormais leur propre SWAT, qui est souvent surexploité, parfois pour des perquisitions mineures.

      Les différents polices sont aussi dirigées par des statistiques strictes à respectée, cet état de fait à créé un rand fossé entre-elle et la population.

      Ces fameuses statistiques sont souvent désavantageuse aux minorités noire et indienne (toujours les plus visées)et dans d’autres grandes villes on retrouve aussi les hispaniques (Los Angeles, Miami, etc..), la pression est telle que les policier peu formé à la pression mais très bien équipée peuvent vite faire des dégâts on nom du respect des chiffres qui dès qu’ils sont mauvais, ont pour réponse une baisse des subsides !

      Orné

    • Avatar Rik22

      Un policier blanc a tué de sang froid un homme black à terre, protégé par son uniforme et ses collègues.
      C’est affligeant.
      Mais quand une bande de blacks passe à tabac un petit blanc tout tranquille, la communauté black ne s’offusque pas de la même manière.
      Il n’est pas facile en quelques lignes d’argumenter sur ce sujet : causes sociales, pauvreté, chômage, délinquance, drogue, banalisation du mal, rancune, perte de repères, perte du sens des valeurs, colère, cruauté, sauvagerie, orchestration de la barbabie.
      Les gouvernements instrumentalisent cette instabilité sociale pour mieux asservir un peuple parfois aux aguets.
      Le travail de Trotta est pertinent en dressant le cv du policier assassin et sa protection par les hauts dignitaires de cet état. Là-dessus se greffent des trafics d’enfants et une possibilité de rendre Trump responsable de ce gâchis social.

      • Avatar behappy

        Rik22
        Il se passe des choses différentes par rapport a avant
        Exemple a bervellyhill ou il y a des mega star hollywoodienne, style tom cruze, la misere environnante pour la premiere fois s’est repandue a beverllyhill et ils ont du faire un couvre feu style confinement
        Avant la diference extreme richesse/pauvreté etait acceptée

  • Avatar Ohm

    Effectivement c’est un policier qui est responsable de cet homicide qui pour moi n’est pas involontaire, mais là c’est une appréciation personnelle.
    La presse continue à retirer certaine phrase de leur contexte comme pour les déclarations de Trump.
    Il faudrait surtout mettre en avant le fait que les débordements actuels ont dépassé leur cadre initial qui était de s’opposer aux « violences policières » ceci est devenue une attaque en règle contre Trump, et on voit majoritairement des blancs maintenant dans ces manifestations…
    Trump commence à gêner beaucoup de pervers (nombreuses arrestations liées aux trafics sexuels d’enfants notamment)…
    Donc derrière tout ça c’est une grande manipulation de Soros (1) pour déstabiliser Trump. Soros souhaite créer une guerre civile entre les blancs et les noirs, il paye des militants pour que perdure cette sorte de chaos localisé à certaines régions, c’est un être dangereux (au même titre que Bill Gates et autres…), Soros voudrait supprimer la famille ?…etc etc

    1) https://changera.blogspot.com/2018/10/soros-letre-humain-le-plus-mechant-sur.html

    NB: La dernière vidéo de Silvano Trotta en parle à 19:13 https://youtu.be/oHp27yT83mM

  • Avatar Ohm

    Trump se bat pour mettre un terme à l’une des calamités de notre société : le trafic sexuel des enfants ! Il y a un monde de pervers, de mauvais qui détruisent notre société petit à petit et insidieusement. Soros est de ceux là !
    Il paye en ce moment des manifestants pour tout casser. Il faut mettre tous ces gens dans des cachots (Soros, Bill Gates, Dauci et bien d’autres qui vont jusqu’à tuer des enfants).

    Tim Ballard: « Operation Underground Railroad » | Talks at Google

    https://hooktube.com/FT4tmI8YxCU (en anglais)

    Tim Ballard, fondateur et PDG d’Operation Underground Railroad, est ici pour parler aux Googleurs du film récemment sorti intitulé « The Abolotionists » produit par Gerald Molen (Schindler’s List, Jurassic Park) qui couvre la mission de Tim et de son équipe pour éradiquer le trafic sexuel d’enfants. Tim est
    un ancien CIA et HSI et il en est parti pour démarrer cette organisation à but non lucratif qui a maintenant secouru 549 victimes et aidé à l’arrestation de 243 trafiquants à travers le monde. Il nous parlera de cette mission, de ce que Google peut faire pour aider et de la façon dont nous pouvons aider ces enfants à avoir une nouvelle vision de la vie.

    Un jeune garçon a été kidnappé et presque tué … De vraies histoires de traite d’êtres humains

    https://hooktube.com/FT4tmI8YxCU (en anglais)

  • Avatar Silouane

    J’ai comme l’impression que la France essaie malgré tout à faire profil bas pour ne pas importer la guerre civile US chez nous. Espérons que nos merdias et politiques seront assez intelligents pour continuer dans ce sens mais Castagnette et Didier Guillaume ne me rassurent pas du tout…

Laisser un commentaire