Et si on revenait à la bougie ? (le noir bilan de la « Houille blanche ») par Pièces et main d’œuvre..

Il est conseillé de lire le pdf associé à l’article, pour se rendre compte que la « fée électricité » a eu bien du mal a être acceptée dans la région grenobloise. C’est toute l’histoire de l’électrification d’une région qui est contée et, le bilan n’est pas reluisant pour l’environnement, ni pour tous les métiers qui ont disparu. Le titre est volontaire provocateur car les Linky, 5G, les objets divers connectés, la domotique et les smarts cities, sont les projets des « progressistes » face aux « obscurantistes » que sont supposés être, ceux qui résistent au tout connecté. On a gagné en facilité et perdu en humanité. Toujours suivre la piste du fric, du flouze, de l’oseille… Barrages à vendre. Proposé par Françoise G. Partagez ! Volti

******

Source Pièces et main d’œuvre

Pixabay

Cela fait 150 ans que ça dure. Depuis l’invention de la « Houille blanche » en 1869 à Grenoble, des générations d’opposants au despotisme de l’électro-industrie ont essuyé l’invective : « – Vous les opposants (passéistes/obscurantistes/conservateurs/écologistes), vous voulez revenir à la bougie ! »

Le mouvement anti-Linky, les pêcheurs du Tréport opposés aux éoliennes en mer et les habitants de Bure contre l’enfouissement de déchets nucléaires sous leurs pieds, font partie parmi tant d’autres de cette dernière vague d’humains à se faire ainsi apostropher par les Seigneurs du Progrès. À force, on finit par se demander si l’électrification de nos vies, de nos villes et campagnes, à l’échelle nationale et globale, fut un tel bienfait, et pour qui.

C’est ce que nous avons tâché de savoir, à partir de l’exemple grenoblois et de sa société emblématique, Gaz et électricité de Grenoble, fondée en 1903. Surprise. Nous avons découvert des paysans hostiles aux ravages des campagnes. Des citadins rétifs à la consommation et à l’électroménager, des populations indifférentes au « progrès », que les technocrates durent vaincre et convaincre à coup de lois, d’expropriations, de vente forcée, de propagande.
Aujourd’hui, peu de fanatiques oseraient soutenir que l’électro-industrie fut un bienfait pour la nature. De plus en plus de gens réalisent également le coût social et humain de la Sorcière Électricité. En fait, si l’on additionne les milliards d’heures de travail gaspillées à produire, transporter, consommer de l’électricité et les appareils pour l’utiliser, il se pourrait qu’elle nous ait coûté beaucoup plus d’énergie qu’elle ne nous en a apporté.
Cent cinquante ans après l’invention de la Houille blanche, Internet et le big data, la smart city, les objets connectés et la 5G, bref la vie numérique nous entraîne dans un nouveau cycle vicieux, suivant les mêmes procédés et avec des effets encore pires.

Pour lire le texte, ouvrir le document

Lire aussi :

Sous le soleil de l’innovation, rien que du nouveau  !, Pièces et main d’œuvre (L’Echappée, 2013) et ici

Le compteur Linky, objet pédagogique pour une leçon politique. Pour un inventaire des ravages de l’électrification, Pièces et main d’œuvre (2017)

• Dans les filets de Linky, Pièces et main d’œuvre (2013-2018) : Pièce détachée n°79 (voir ici)

Le mythe noir de la Houille blanche, Pierrette Rigaud (2011)

Note: Une sélection d’articles à lire sur Pièces et main d’œuvre

Le Haut-Débit : Boite de Pandore ou tarte à la crème ?
IA, 5G, Linky : innover pour aggraver la crise sociale et écologique
Aux Verts électoraux qui ont une vision bien monoculaire du monde, et aux écologistes sincères mais si naïfs
Les Poulettes contre le transhumanisme
Lettre au « Monde libertaire »
On achève bien les paysans
N’achetez rien. Déconnectez-vous.
Le rêve transhumaniste de Renan (en attendant la conférence du 11 janvier à Grenoble)
Conférence à Grenoble (11/01/19) – Transhumanisme : voulons-nous devenir des hommes-machines ?
Une soirée avec la MAIF : « Intelligence » artificielle, employés robots et philosophie d’accompagnement
Etc…….

Pixabay

3 commentaires

  • Avatar SANTE

    L’électricité existait avant les barrages.
    Moulins, mini centrales,etc
    Volti, un ingénieur tchèque a inventé une micro turbine que l’on peut installer presque partout
    Nous pouvons nous poser la même question sur l’absence d’aide aux propriétaires des micro centrales
    On peut se donc se demander si nos ingénieurs n’auraient pas pu l’inventer avant plutôt que de construire les barrages. Idem pour les éoliennes personnelles ou le photovoltaïque.
    Il faut aussi parler du sharking(isolation par le toit) qui devrait être obligatoire depuis bien longtemps.
    Le béton et les parpaings devraient être interdits pour la construction étant donné qu’ils ne sont pas isolants.
    Il existe aussi des systèmes pour couper l’électricité selon les besoins mais l’État ne donne pas d’aides.
    Bref, il existe beaucoup de solutions mais elles ne sont pas développées.

  • Les bougies ne sont pas loin. Il existe maintenant des lampes solaires, c’est plus …éclairant, mais dans le principe, c’est bien ça.
    Que le Linky me soit un jour imposé, et ce sera le cas.
    J’attendrai sans doute le dernier moment. Si je dois, en attendant, changer le frigo ou la machine à laver, je ne me vois pas les entourer de papier alu pour les empêcher de se connecter aux wifis du voisinage, ou au wifi communautaire. Ca se complique drôlement…
    Il va aussi falloir blinder les logements…
    Oui, c’est une révolte contre ce que certains appellent le modernisme, le progrès… car on connaît maintenant la dangerosité de ce « progrès ». L’électricité naissante n’avait pas ce côté nocif.
    Pourtant, bien des maux sont apparus qui n’existaient pas à l’époque. D’accord, on a mis des mots sur certains maux qu’on avait, sans savoir de quoi il s’agissait. On parlait de sénilité et non pas d’Alzheimer par exemple.
    Mais les taux de nombreuses maladies ont explosé. En Angleterre, le taux des cancers du cerveau chez les enfants a doublé, en 10 ans ! Est-ce bien normal ?
    Alors oui, je préfère être traitée de … d’obscurantiste, et conserver autant que possible ma santé, et ma liberté.

  • Avatar mianne

    Je ne connaissais jusque-là qu’une seule personne qui avait résilié son abonnement d’électricité en découvrant qu’on lui avait installé, en son absence, un compteur Linky dans le placard de son étage, sans tenir compte de ses deux lettres recommandées de refus auxquelles ENEDIS avait répondu par deux lettres de menaces . Deux autres voisins, indignés d’avoir subi le même sort, viennent de résilier leur abonnement . Comme ils ont arrêté les prélèvements automatiques et payé leur dernière facture par chèque (encaissé) , on les tracasse en leur re-créditant leur compte de cette somme et en faisant intervenir ensuite une société de recouvrement avec menaces à la clef . Ils tiennent bon . Le premier « résistant », occupant un logement social, avait reçu des appels téléphoniques d’ENEDIS lui demandant sa nouvelle adresse et acceptant mal qu’il reste dans les lieux sans être leur client . Apparemment c’était mal vu par ENEDIS que son logement social, perte sèche définitive pour eux, n’aurait pas de nouvel occupant pour payer des factures et rembourser le compteur Linky installé de force . Mes deux voisins n’avaient déjà plus de télé et pas de smartphone, rien que des chargeurs à piles pour leurs portables basiques et la radio. En attendant d’en installer plus, un panneau et des lampes solaires, une ou deux lampes à pétrole, la wifi d’un bistrot ou du Mc Do pour l’ordi , le lavamatic du quartier pour la lessive familiale , l’achat au jour le jour de la nourriture périssable (comme le faisait autrefois ma famille qui n’avait pas de frigo ), la cuisinière et le chauffe-eau à butane, bien plus économiques, suffiront à leurs familles .
    Pas de remboursement du fragile et dangereux Linky, plus de factures d’électricité en constante augmentation, pas de fréquences dangereuses au foyer, plus d’angoisse qu’un appareil ménager électrique tombe en panne et doive être remplacé à crédit par une horreur « intelligente » connectée, cela fait réfléchir.