1939-2019 : ami, entends-tu le bruit sourd des bottes qui se déchaîne ?

 

Arrestations, mutilations, interdictions, détentions, privations, condamnations, villes bunkerisées, fouilles, contrôles… La République En Marche est en Panne.

Panne des droits élémentaires comme le droit de manifester, le droit de montrer son désaccord, le droit de pouvoir vivre dignement, le droit de penser autrement… Bref ! Le droit de vivre décemment des fruits de son travail, de réfléchir sainement, et d’aspirer à des moments de bonheur.

Le Ministre de la Propagande Intérieure assure qu’il n’y a aucune violence policière, que les méchants Gilets Jaunes n’ont que ce qu’ils méritent. Des balles de Flash Ball dans la tête ? Des mains arrachées ? Des membres cassés ? Ma foi, c’est parce qu’ils le valent bien…

Le Maréchal Castaner droit dans ses bottes est inflexible. Pourtant, le témoignage de cette enseignante de la région de Rennes prouve le contraire. Un soudard de la BAC a tiré dans l’œil de son fils, le mutilant à tout jamais, alors qu’il portait secours à un manifestant à terre. *1 et *1 bis (témoignage Gilet jaune blessé à l’oeil)

Le « petit personnel » de la place Beauvau est bien dressé. La voix de son Maître !

Déclaration sur BFM TV de Camille Chaize, porte parole de la police nationale:

 « …Il existe une gradation dans l’armement des policiers, allant de la simple “force physique” jusqu’à “l’étape ultime” qu’est l’arme individuelle. Mais l’objectif est de ne pas en arriver là…”
“… Aujourd’hui, le lanceur de balles de défense est vraiment utile pour la police nationale dans cette gradation… », insiste-t-elle.
… Tout policier qui se sert de ces lanceurs de balle de défense a reçu une formation d’une journée soumise à habilitation, a encore expliqué Camille Chaize. Il existe également des remises à niveau régulières et des nouveaux tests tous les trois ans pour s’assurer que le policier est toujours apte à utiliser cette arme. Il s’agit donc “d’un usage extrêmement encadré”…
 *2

Ouf, nous voilà rassuré. Remise à niveau régulière, usage extrêmement encadré… Au vu du bilan, ci-après, je vous laisse juge de l’usage « extrêmement encadré » et des « remises à niveau ». Recalé pour incompétence le service d’ordre.

La porte-parole ment effrontément. Selon elle, les policiers ont raison de se servir des armes de guerre. Gradation ultime pour reprendre ses termes.

Pourtant, la quasi-totalité des manifestants est pacifique. À part quelques casseurs connus ou infiltrés, les manifestants sont d’assez bons enfants.

Mais il faut croire que ce n’est pas au goût du gouvernement, des Préfets, des portes paroles de la police et des médias main stream. Tout ce « beau » monde jette de l’huile sur le feu pour éteindre le mouvement des gueux.

Décompte provisoire au 4 janvier 2019 :
98 blessés graves depuis le début du mouvement Gilet Jaune, 1 personne tuée par une grenade lacrymogène, 4 mains arrachées (grenades GLI F4) et 17 personnes éborgnées (balles de LBD 40) *3

Les gardiens de la paix, sont devenus les gardiens de la haine.

Emmanuel Macron se déplace avec une cohorte de mercenaires armés jusqu’aux dents. Pathétique voyage d’un chef d’état traversant son pays déserté mais protégé par une police enfiévrée. Oublié les bains de foule. Son « talent » d’orateur ne peut s’exercer que devant un parterre de Maires savamment choisis par les Préfets comme étant des fidèles du régime. Obéissants au doigt et à l’œil. Hi Sir !

Toute cette mascarade est amplement glorifiée et encensée par la grande presse nationale, spécialisée depuis longtemps dans des informations truquées, tronquées et spécieuses.

Presse infâme qui continue à justifier envers et contre tous la répression sauvage des Gilets Jaunes et qui continue à sanctifier l’usage d’armes létales mises entre les mains irresponsables d’une grande partie des CRS, de la BAC et de la Gendarmerie.

Notre démocratie vient de finir de voler en éclats. Les quatre pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire, presse) s’entendent parfaitement pour continuer à pressurer et à écraser ce pays. Un cinquième élément (pas le film de Besson) leur prête une main-forte vigoureuse par un silence assourdissant : les artistes. À part une poignée, le reste est aux ordres, profitant des subsides d’un ministère de la Culture totalement dépravé.

Le grand Bla-bla national a commencé à Bourgtheroulde-Infreville dans l’Eure, puis à Souillac dans le Lot. Petites villes choisies minutieusement pour avoir voté pour lui avec une forte majorité.  Les Maires invités ont été triés sur le volet pour éviter toutes dissidences. Pas de chance, quelques grains de sable se sont glissés à l’intérieur. *3 et *4 (René Revol, Maire de Grabels (34) et Christian Venries, Maire de Saint-Cirgues (46)

Tout ce cirque pour tenter d’emporter les prochaines élections européennes et de redorer son blason. Car Macron ne lâchera rien. Buté et grassement payé pour ruiner définitivement notre pays.

Ce travail de sape n’a pas commencé avec Macron. Plus de 40 ans de dictature imposée, mais enrobée avec un vernis politiquement et culturellement correct.

Le bruit de bottes n’a en réalité jamais cessé. Présent, mais peu perceptible.
Pourtant Valls faisait très fort à l’époque où il était Premier ministre. Le signal d’alarme clignotait déjà. Mais au Royaume des aveugles, les borgnes sont roi…(Police très répressive omniprésente et usage abusif des 49-3). La liberté d’expression sous son règne a été foulée aux pieds.

Le mouvement social doit continuer jusqu’à démission des dictateurs. Par respect aux manifestants morts sur le terrain. Par respect aux mutilés et aux blessés. Pour notre liberté et pour que la France retrouve son statut de pays des Droits de l’Homme. C’est un devoir et une nécessité absolue.

Claude Janvier

*1 http://lesgiletsjaunes.fr/marie-laure-leroy-enfant-blesse-perdre-un-oeil-macron/

*1bis : Ardisson témoignage Gilet Jaune blessé à l’oeil : https://twitter.com/PureTele/status/1087033774892818432

*2 http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/les-manifestations-sont-d%e2%80%99un-niveau-de-violence-in%c3%a9gal%c3%a9-selon-la-porte-parole-de-la-police-nationale/ar-BBSrY1e?li=BBoJIji

*3 https://desarmons.net/index.php/2019/01/04/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018/

*4 https://yetiblog.org/archives/14633

*5 https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/18/a-souillac-ce-maire-promet-a-emmanuel-macron-un-discours-sans-langue-de-bois-et-tient-parole_a_23646451/

4 commentaires

  • La légitime « défonce » « préventive » est uniquement légale que pour les flics. Le peuple n’a pas le droit de se défendre du agression policière « légitime « /

  • sephiros

    ou sont les professeurs? il ne milite pas contre la violence la

    eux qui son les premiers à dire surtout pas de violence dans les écoles et à réprimander sa ( une défense serait donc légitime ? ce n’est pas se qu’il apprennent à l’école, pourtant on a l’armé, les forces de l’ordre)

    quel exemple pour les enfants

    vous l’aurez compris on nous apprend à ne pas utiliser la violence pour ne pas savoir se défendre contre des gens qui eux sont entrainer à la violence

    une poule sans aile dans un enclos ne gêne personne par contre si elle a ses ailes et quel va dans le potager elle gênent

  • mianne

    @sephiros
    Les textes étudiés à l’école sont imposés par les manuels scolaires d’éditeurs instrumentalisés par le système . Les professeurs reçoivent des injonctions ministérielles de lire des textes en classe, comme la lettre de Guy Môquet
    Dès qu’un professeur ne hurle pas avec les loups ou tout simplement se tait parce qu’il soupçonne une manipulation médiatique dans le but de rehausser la cote en berne d’un président, il subit des sanctions définitives.
    Après l’attentat de Charlie hebdo où les affiches « je suis Charlie » semblaient avoir été curieusement imprimées à l’avance, tous les élèves avaient été incités à dire « je suis Charlie » . Les élèves qui ne le disaient pas, dénoncés par les familles des copains, voyaient leurs parents mis en garde à vue pour « apologie du terrorisme » et sommés de s’expliquer. Le délire total ! Le professeur de philosophie Jean-François Chazerans, bien que blanchi par la justice, subira jusqu’à sa retraite la sanction de sa hiérarchie pour ne pas avoir hurlé avec les loups : une élève, arrivée en retard a son cours, a affirmé mensongèrement qu’il aurait dit une phrase montrant qu’il soutenait les assassins , mensonge grossier qu’elle a reconnu ensuite comme tel . Mais le mal était fait : plainte des parents, mise en garde à vue du professeur pour « apologie du terrorisme », tribunal , et une fois le mensonge de l’élève et l’innocence du professeur reconnus, acquittement du professeur . Mais hélas, dès le premier jour de l’affaire, l’administration a muté autoritairement le professeur dans un autre département où il restera éloigné des siens jusqu’à sa retraite .
    https://www.lanouvellerepublique.fr/parthenay/affaire-chazerans-un-dossier-qui-manque-d-epaisseur
    D’où l’obligation, même pour un professeur de philosophie, de toujours hurler avec les loups et de ne pas encourager les élèves à développer leur sens critique .

    • sephiros

      on suis les lois et on ne fait plus rien?

      tout le monde peu trouver une excuse pour ne rien faire dans se cas la

      ils ont droit de manifester aussi les profs pour modifier le système en place si il ne le fond pas c’est qu’il on un peu plus que le peuple de base

      au final il ne valent pas mieux que le policier qui reçoit 300e pour taper

      peut être que les gens on perdu avec la pollution en tout genre se qu’il on entre les jambes

Laisser un commentaire