Alimentation : un risque de contamination accrue en été…

La chaleur et les microbes ne font pas bon ménage, tout le monde le sait (?). Aussi, mis à part les alertes rappels produits, par les entreprises qui distribuent des produits alimentaires, il y a aussi des précautions à prendre par tous. Si vous envisagez un pique-nique, attention à la charcuterie, les côtes de porcs, saucisses, merguez insuffisamment cuites et aux denrées fragiles. Partagez ! Volti

***********

Auteur Alexandre pour Le Citoyen Engagé

L’agroalimentaire et la restauration rapide ont tous les deux été fortement touchés par ce problème de contamination aux agents pathogènes cet été, provoquant de vives réactions chez les consommateurs.

Vigilance dans nos assiettes

En période de vacances scolaires, on est nombreux à déjeuner sur le pouce et à opter pour des solutions rapides et simples. Un petit fast-food ou un aliment précuit à réchauffer au micro-onde de temps en temps ne fait pas du mal. L’été est aussi la période préférée des agents infectieux comme la salmonelle ou la listeria. La chaleur ambiante favorise leur reproduction massive dans les aliments que nous consommons. Même avec un contrôle hygiène très strict, l’infection ne peut pas être totalement évitée.

Récemment, c’est le géant du fast-food, Mc Donald qui en a fait les frais avec la détection de listeria dans les salades « chickerceaser ». Des dizaines d’antennes de la chaîne de restauration rapide situées à travers 12 régions françaises ont commercialisé ce plat frais conditionné en barquette. Le 15 juillet, soit 6 jours après la mise en vente de ce lot contaminé, tous les produits issus de ce lot ont été retirés du marché.

Les dangers de la contamination à la salmonelle ou la listeria

Le scandale est d’autant plus important que la société qui a fourni les salades du géant américain n’est autre que la société FloretteFoods Service, qui vient également de mentionner la présence de salmonelle, cette fois-ci dans un lot de sachets d’aneth vendus entre le 21 et le 24 juillet dernier dans les enseignes de la grande distribution.

À titre de rappel, la listériose provoque des maux de tête violents accompagnés d’une forte fièvre tandis que la salmonelle cause des gastro-entérites bénignes. Dans les deux cas, ce sont les contrôles de qualité internes qui ont permis de déceler ces agents pathogènes. Mc Donald a choisi de communiquer par le biais d’affichette dans les points de vente. Le groupe Florette a déjà diffusé sur les pages des réseaux sociaux le numéro des lots contaminés et retirés.

Auteur Alexandre pour Le citoyen Engagé

Voir:

Quel est le vrai problème du nombre de places en crèche en France ?

Pour les gourmands…

Réaliser une mousse au chocolat à l’ancienne

 

6 commentaires

  • Restauration rapide, avec maladie a propagation rapide. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • agnelette

    On s’est certainement déjà tous, choppé des cochonneries similaires, sans définir ce que c’était vraiment : on se sent nauséeux, maux de tête, maux de ventre, un peu patraque.

    Il est des natures plus résistantes que d’autres, certains seront juste un peu dérangés (qui ne l’a jamais été mais sans savoir exactement d’où cela provenait), et chez d’autres, plus fragiles à un instant T, cela prendra des proportions nécessitant des fois, une hospitalisation etc…

    Ce que l’on constate c’est que nul n’est à l’abri, et qu’il faut redoubler de vigilance à tous les niveaux de ce qui est consommable en terme d’alimentation, et légumes y compris !

  • M.G. M.G.

    Personnellement je constate qu’à chaque fois que je ressens les symptômes cités par Agnelette (nausée, maux de tête, maux de ventre, un peu patraque), voire plus dans certains cas, c’est jamais à la maison, mais systématiquement après un restaurant, et pas un McDo, non, un vrai restau qui cuisine du produit frais. Donc je commence à avoir de sérieux doutes sur le respect de l’hygiène lors de la confection des plats, et/ou sur les conditions de stockage des aliments, sans parler de la fraîcheur de certains aliments !

    Je ne veux pas jeter la pierre à tous les restaurateurs, mais, comme chacun le sait, dans nos contrées la rentabilité passe avant tout. Donc, au vu de tous les petits désagréments de plus en plus rencontrés, j’en soupçonne pas mal de s’adonner à certaines pratiques sur le fil du rasoir. Sinon, pour prendre un exemple simple, il va falloir m’expliquer pourquoi un plat de pâtes à la carbonara fait à la maison ne créé aucun désagrément, alors qu’au restaurant deux fois sur trois c’est troubles digestifs assurés https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    M.G.

    • agnelette

      nous c’est simple, on ne va plus du tout au restau…. même pas pour y prendre un café !

      Depuis les reportages diffusés, sur les cuisines de certains restaurants, de tout ce que l’on ne voit pas en « arrière-boutique » et qui sont épinglés par les services de santé etc… cela coupe net, l’appétit. Outre le stockage des aliments, leur nettoyage, leur mode de cuissons etc… et la vaisselle, comment est-elle lavée ?

      Même en grandes surfaces, on zappe tous les plats préparés (salades composées etc…) : est-ce bien lavé ? n’y a-t-il pas de fermentation depuis que c’est sous vide, en boites plastique ?

      Comme l’indique le vieil adage « on est jamais mieux servi que par soi-même », tant qu’il est de notre possibilité de ne pas avoir recours à des tiers, pour ingérer leurs aliments tout préparés, tout prêts et que nous mettons directement dans notre organisme, et bien, il devient urgent de consommer différemment.

      Avant, c’était un peu la fête, d’aller au restaurant, une joie de se préparer, de se détendre tous autour d’une table etc… Cela appartient au passé ! J’en ai la nostalgie, de toute cette ambiance, mais des choix s’imposent cependant.

      Les reportages à destination du grand public, sont là aussi pour nous informer… alors tenons-en compte, pour notre santé.

      Ce qui est dommage, c’est que d’autres établissements fort honorables et qui respectent toutes les règles en matière d’hygiène, trinquent dans le même temps, pour les autres qui nous mettent de la cochonnerie dans nos assiettes, et que pour le consommateur, il lui devient difficile de savoir à qui faire confiance.

  • Il suffit de peu: une personne qui porte pourtant des gants, fait le geste de se toucher le nez, ou la sueur. Des mains mal lavées, un produit sorti un peu trop tôt du frigo, ou bien un frigo pas lavé fréquemment…
    D’un autre côté, il est possible que nous devenions hyper fragiles avec des mesures d’hygiène drastiques, et un système immunitaire déficient à cause d’une hyper vaccination et de modes de vie trop artificiels.
    L’un n’excluant pas l’autre, bien évidemment…

Laisser un commentaire