Le pouvoir perdu des actionnaires par Michel Santi….

On imagine aisément que ces géants auront par leur politique, toutes latitudes pour agir sans l’avis de leurs actionnaires, auxquels ils retirent leur pouvoir décisionnel. Et ils grandiront encore plus.. Volti

*************

Un article de Michel Santi proposé par  Liliane Held Khawam

Pour de plus en plus d’entreprises, le capital n’est plus un ingrédient crucial. Au contraire même puisque pour les géants qui dominent aujourd’hui, soit Apple, Amazon, Facebook, Google, ou Netflix, les besoins en capitaux frais restent symboliques, voire inexistants.

La dernière illustration de ce changement de paradigme est l’entrée en bourse la semaine passée de Spotify dont l’objectif n’était pas de lever de nouveaux capitaux, malgré le traditionnel accueil lui ayant été réservé à la bourse de New York. En effet, et de l’aveu même de son grand patron, l’objectif prioritaire de cette entrée en bourse fut de permettre aux investisseurs privés initiaux de trouver des acquéreurs à une partie de leurs actions de cette société, accessoirement à des prix intéressants. Pour sa survie et son développement, et à l’instar de nombre de sociétés dont les directions générales décident de les faire coter en bourse, Spotify n’avait donc nul besoin de davantage de capitaux, mais juste de donner une opportunité à ses capital-risqueurs de sortir et de recouvrer leurs investissements assortis d’un profit.

Dans un tel contexte, la gouvernance des entreprises subit également un glissement fondamental car les pourvoyeurs de capitaux – à savoir les actionnaires – ont de moins en moins de pouvoir sur la marche de la société car leurs deniers ne lui sont plus vitaux. Le contrôle exercé dans le passé par l’actionnariat sur la gestion de l’entreprise devient ainsi quasiment inexistant, et quoi de plus logique du reste alors même que leurs capitaux sont de moins en moins sollicités. Voilà en effet Apple, qui – en dépit d’être la première capitalisation mondiale – n’emploie que 120’000 salariés à temps plein, chiffre invraisemblablement bas au vu des 800 milliards de dollars qu’elle pèse.

Exemple typique de ces sociétés modernes ayant une influence mondiale considérable et un poids formidable en terme de capitalisation boursière, mais qui ne consentent à accorder à leurs actionnaires qu’un certificat d’action en échange de leurs placements, à l’exclusion de tout autre pouvoir. La tendance est irréversible et ira même en s’amplifiant dans le sens d’un rôle désormais purement passif et symbolique dévolu aux actionnaires. Ainsi, entrée en bourse en début d’année, Snapchat ne s’est-elle pas simplement contentée de diluer les droits de vote de ses actionnaires, comme Google, Facebook et LinkedIn avant elle. Cette entreprise a littéralement retiré tout droit décisionnel à son actionnariat, conférant ainsi tout le pouvoir à sa direction générale.

Comme les capitaux ne sont plus une denrée rare et que les marchés boursiers sont désormais trop spéculatifs, l’actionnaire se voit progressivement retirer ses prérogatives et son argent n’est plus la priorité des dirigeants d’entreprise. Alors, dans un contexte où les besoins en capitaux des entreprises de demain seront plus sporadiques – en tout cas inférieurs -, et alors que les sociétés d’aujourd’hui (et à plus forte raison de demain) trouvent d’autres solutions de financement, peut-on encore parler de capitalisme ?

Michel Santi

http://www.michelsanti.fr/?p=7510

Source Liliane Held Khawam

Voir aussi:

Blockchain, gouvernance et énergie ?Vidéo. Thinkerview

 

4 commentaires

  • ROSSEL

    Il n’y a qu’une manière décente de gagner son pain : en travaillant. Les boursicoteurs et autres actionnaires ne sont que des parasites. Qu’ils soient petits ou grands le principe est le même, peu importe aux actionnaires que leurs bénéfices soient le résultat des délocalisations des emplois de nos pays d’Europe et d’exploitation esclavagiste des peuples du Tiers-Monde. Je n’éprouve aucune compassion envers cette engeance.

  • kalon kalon

    Ce que tu dis n’est pas totalement faux mais doit être nuancé !
    Que faire avec l’argent de l’épargne des gens qui travaillent ?
    le laisser en banque pour se le faire voler ?
    le capitaliser en assurance-vie pour se le faire voler également ?
    Acheter de l’immobilier ? oui, sauf que pour ce genre d’opération, il faut déjà disposer de capitaux assez conséquents, outre que si toute la petite épargne va dans l’immobilier, cela créera une bulle immobilière avec augmentation certaine des petits loyer ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Le « crowfunding » paraît, actuellement être une bonne solution car adaptée aux petites épargnes et aux petits projets.

  • ROSSEL

    Jadis l’église catholique interdisait le commerce d’argent. Elle avait raison. Il faut nationaliser les banques, sortir du système boursier et sanctionner la spéculation. Sans cet indispensable préalable il est parfaitement illusoire de prétendre changer de société.

  • supermouton supermouton

    Qu’un actionnaire « fondateur », c’est à dire mettant le capital initial permettant la création d’une entreprise (ou éventuellement sa re-capitalisation) soit rémunéré pour ceci se comprendparfaitement.
    Par contre, dans le cas d’entreprises de longue date, le fait de se refiler les parts entre gens-biens revient finalement a se refiler le droit de cuissage sur la bête… et ces actionnaire de Nième main n’ont strictement rien apporté à l’entreprise, donc leur rémunération à ce titre tient plus du parasitisme…
    Il conviendrait sérieusement de revoir la fiscalité de ces deux types d’actionnaires… l’un crée, l’autre pille.